AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
« Omar »

Hate me. And hate that you love me for the exact same reasons.


Messages : 109

Réputation : 5


MessageSujet: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Sam 28 Mai - 5:53

Huis Clos



Citation :
Locked Down...
    La population en colère a pris d'assaut le poste de police à coup d'armes de fortune, de barres de fer, de pierres et de cocktails molotov. Les voitures de patrouille sur le parking explosent et brûlent une à une alors que la masse d'émeutiers, trop nombreuse, prend de court les effectifs présents à ce moment là, forcés de se barricader à l'intérieur de bercail et d'en faire un véritable bunker. Les portes du sas sont verrouillées et blindées alors que toutes les fenêtres de l'intérieur, cassées pour la plupart par des jets de pierres, ont été obstruées tant bien que mal par les agents. Les officiers présents prennent fusils et gilets pare-balles puis appellent la garde nationale et les forces militaires en renfort, mais celles-ci ne seront pas là avant au moins deux heures... Deux heures pendant lesquelles flics d'Inglewood, suspects arrêtés et citoyens victimes, tous présents à l'intérieur du bercail au mauvais moment, vont devoir attendre, survivre, maitriser leur stress et peut-être même se défendre face à la violence de plus en plus pressante de l'extérieur. Le C.R.A.S.H, à l'origine de ce vent de révolte et ce mouvement de violence, est présent entre les murs et pourrait bien être pointé du doigt par tout le monde présent comme responsable désigné de cette situation. Qui sait ce qui pourrait bien se passer durant ces deux heures, ce qui pourrait être révélé? Les ennemis ne sont peut-être pas tous à l'extérieur...


Participants: Sean Mourning, Dalia Lucientes, Eddie Harrison, Jimmy Cutler, DLeylah M. Vasquez. Un PNJ interviendra régulièrement pour faire évoluer la situation environnante.

Situation au commencement du sujet: Policiers et civils/visiteurs sont réunis au centre du bercail autour de la cage pour éviter les projectiles pouvant traverser les fenêtres. Criminels à l'intérieur de la cage. Aucune possibilités de sortir, le poste est barricadé. Les assauts des émeutiers à l'extérieur sont toujours plus pressants et mettent à mal l'imperméabilité créée du bâtiment.

Consignes: Pas d'ordre de post de base. Essayez au maximum d'attendre que les autres aient postés une fois derrière vous avant de répondre à nouveau. Mais l'intrigue doit avancer. Aussi si aucune réponse d'un des participants depuis trois-quatre jours, on saute.



Bon jeu à tous!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://crash.forum-pro.fr
avatar
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Sam 28 Mai - 7:38

[Allez, au réveil, je me lance ! DL me démangeait depuis un moment sans que j'ai l'idée du siècle pour la jouer. Alors c'est parti mon kiki !!!]

La situation avait dégénéré à une vitesse si incroyable que DLeylah n'avait pas su la maîtriser ni même la prévoir. Elle était déjà arrivée quelque peu remontée le matin. La situation avec Sean l'agaçait au plus haut point et elle avait même du mal à l'encadrer. En fait, à la moindre parole qu'il prononçait, elle l'envoyait sur les roses et parfois avec peu d'élégance. Autant dire qu'à l'idée même d'être enfermée avec lui pendant deux heures, témoins ou non, elle devrait faire preuve de beaucoup de sang froid pour ne pas exploser et exposer tous ses griefs contre Sean. Elle avait pourtant tant bien que mal tenté de lui parler de sa façon de traiter les présumés, ce n'était déjà pas la première fois mais il ne semblait pas l'écouter. Maltraiter les suspects conduirait le CRASH à des représailles. Jusque ici, DL avait beaucoup dit ça sur le ton de la menace, ne songeant pas un seul instant que les gangs puissent se rebeller directement sur le Bercail. Elle était même très loin d'imaginer la situation qui approchait alors qu'elle travaillait dans son bureau, profitant du silence pour se concentrer sur un dossier qu'on lui avait transmis la veille.

La première alerte fut plutôt douce et lente. Elle entendait crier dehors mais ne réagissait pas, après tout, nous étions à Inglewood ! Quel quartier pouvait réellement être calme, surtout dans ce poste. Elle occupait un bureau assez calme comparé par exemple au CRASH mais toujours est-il que ces cris là ne l'alertaient pas tant que ça, au pire elle tendait l'oreille avec distraction. De toute façon, elle était bien trop plongée dans son dossier. Par contre, la deuxième alerte la fit sursauter et elle se retourna brusquement pour voir des débris de verre et une bouteille de verre cassée à ses pieds. Elle tourna alors la tête, les yeux écarquillés pour voir sa fenêtre éventrée et les cris du dehors amplifier.

Elle se leva finalement en faisant attention au verre pillé au sol et s'approcha prudemment de la fenêtre. Ce qu'elle vit en contrebas la laissa interdite. Elle avait déjà eu, par le passé, besoin de maîtriser des hordes de manifestants mais là, la situation était bien pire et elle n'en croyait pas ses yeux. Quand elle remarqua qu'ils allaient pour brûler les voitures de patrouille, DL eut une énorme bouffée de colère et d'adrénaline.

_ Ma bagnole !

S'il y avait bien une chose que DL avait en commun avec beaucoup d'hommes, c'était le fait que sa voiture soit une extension de son corps, de son être. Et le fait que les cocktails puissent toucher non pas seulement les voitures de police - déjà, d'une - mais également la sienne, c'était inacceptable ! A la volée, elle attrapa son arme, sa plaque sur le bureau et ouvrit la porte de la pièce d'un pas décidé.

_ JIMMY !

Elle allait leur montrer de quel bois elle se chauffait, DL. Plus elle avançait dans le bâtiment, donnant des indications à tout le personnel afin de barricader les fenêtres, de prévenir le LAPD, plus elle entendait les réprimandes dehors. Et le SWAT, si c'était possible. Oui, on portait atteinte à son lieu de travail, à sa voiture personnelle et à celles qui régulaient le quartier alors oui, le SWAT lui semblait nécessaire. D'ailleurs, ce dehors qu'elle tentait d'atteindre ne lui arriva jamais. Bien qu'elle tenta de ruser pour sortir afin de "sauver" sa voiture, on l'en empêcha pour lui faire rejoindre la cage avec les autres. Tout le bâtiment était en ébullition, rien n'était immobile.

Mais quand elle aperçut Sean, le premier réflexe qu'elle eut fut de lui balancer un des regards les plus noirs qu'il eut jamais reçu de sa part. Et Eddie reçut presque le même. Cependant, elle avait bien autre chose à faire que de s'occuper des conneries qu'avait encore pu faire le CRASH. Elle préféra se tourner vers Jimmy en espérant qu'il ait de bonnes nouvelles concernant le renfort.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Sam 28 Mai - 8:59

Celle là, il ne l’avait pas vue venir ! Cette bavure, Sean avait tenté de l’étouffer, de la mettre sur le compte de Lamar et de donner des congés forcés au responsable à savoir Matthew qui avait bousillé le genou. L’inspecteur avait cru que cela allait suffire et passer comme à chaque fois… Raté. Ce connard de junkie devait être en quête de célébrité ou de fric pour payer ses doses et avait vendue la mèche aux médias. Le seul point positif, c’est qu’il ne l’avait pas fait aux affaires internes et restait encore introuvable, ce qui laissait à Sean et au C.R.A.S.H le temps de lui retomber dessus pour lui faire passer l’envie de bavarder. L’affaire était sur toutes les langues depuis deux jours, et celles de ses inspecteurs particulièrement. Et si Eddie et lui étaient présents ce jour là au bercail et pas à la chasse au témoin, c’est bien parce que Wayne les avait consignés pour éviter de nouvelles vagues dans l’attente d’éclaircir et d’apaiser les choses. Apaiser oui… Cela ne semblait pas être le cas dehors.

Ils avaient suivis le début des manifestations dans la télévision de la salle de repos commune à tous les flics du poste avant qu’elle n’arrive jusqu’à eux. Premiers cris de foule, premières fenêtres cassées et premières explosions de patrouilles brûlées sur le parking… Les manifestants étaient devenus complètement dingues et s’étaient transformés en émeutiers. Sean ne s’était pas affolé et avait laissé les officiers en uniformes barricader toute la maison, confiant en l’arrivée prochaine du SWAT ou de la garde nationale pour faire dégager ce tas de merde du bercail. Circulez y a rien à voir ! Toutefois quand l’info fut passée qu’aucun renforts ne seraient là avant deux heures, il avait commencé à ressentir une certaine pression allant avec les attaques de plus en plus pressantes perçues de l’extérieure du bâtiment assiégé. On entendait des pas sur le toit, des verres s’éclater contre les murs et encore quelques pierres heurter les fenêtres obstruées de planches ou autres meubles…

Incroyable… Cette putain de ville avait les plus grands moyens policiers de toute la côte Ouest et il fallait deux heures de délais pour sauver un commissariat pris d’assaut ! Soit. S’il fallait se défendre tous seuls, alors ils allaient le faire. Ce n’était pas quelques merdeux avec des barres de fer et des cailloux qui allaient le faire reculer. C’était eux la loi. Aussi, l’inspecteur finit-il par aller dans la réserve d’armes du bercail déjà bien vidée par les officiers postées au sas et devant quelques fenêtres et prit deux fusils à pompe qu’il chargea à bloc. Un pour lui et un pour Eddy. Il revint avec les deux armes près de la cage où était massée une bonne partie des effectifs et jeta un fusil à Eddie de manière à ce qu’il l’attrape au vol.

« S’ils veulent entrer, on va les recevoir… » glissa-t-il avant de se diriger vers une fenêtre où il guetta à travers un mince espace quelques émeutiers en train de s’agiter. « Venez petits enculés, venez… » se murmura-t-il à lui-même en se mordant les lèvres, tel un requin sentant l’odeur du sang et vibrant à cette adrénaline de feu imminent.

Sean finit par revenir près d’Eddie et du reste des flics autour de la cage, apercevant brièvement une tête bien connue à l’intérieure d’elle. Agent Coburn… Tiens, ça faisait longtemps… Ne sachant pas pourquoi elle était là, il fronça simplement les sourcils et eut un léger hochement de tête marquant sa surprise et sa réflexion. Il se plaça juste derrière une grille de la cage, dos aux suspects à l’intérieur avec elle de manière à ce qu’elle puisse s’approcher discrètement et qu’ils puissent parler sans être repérés ni entendus au risque de griller sa couverture. Si elle venait tant mieux, sinon tant pis… il avait d’autres préoccupations pour le moment et notamment tous ces flics et même visiteurs civils les dévisageant lui et Eddie comme s’ils étaient responsables de cette situation… Ce n’était pas eux qui leur avaient mis des cocktails molotofs en main putain de merde ! Peu importe, ces regards ne différaient au final pas beaucoup de ceux qu’ils avaient l’habitude de croiser, à la différence près que cette fois-ci, ils étaient devant le fait accompli et non devant des suspicions.

« Tu sens à quel point on est aimés ? Merde, ça fait peur… On est des vraies célébrités… » glissa-t-il discrètement à Eddy non sans un sourire ironique en se tournant légèrement pour balayer tout ce qui les entourait du regard, fusil toujours en main.

Vasquez apparue et cherchait visiblement son petit toutou, ses mêmes grands airs supérieurs et presque triomphant d’avoir enfin quelque chose de manifeste contre eux. Peu importe. Sean avait fait ce qu’il fallait. Il avait mis Matthew en congés et de toute façon, les emmerdait tous un par un à commencer par ces connards des affaires internes. S’ils ne voulaient pas voir que pour les deux heures qui venaient, ils étaient tous dans la même galère, il ferait sans.

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Eddie Harrison »


Messages : 45

Réputation : 16


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Sam 28 Mai - 17:57

Une belle journée. Bien chaude, bien ensoleillée, comme seule LA peut vous en offrir. Avec un réveil tout en douceur avec Kat, un petit déjeuner en famille, dans une bonne ambiance... Eddie était arrivé au bercail, le sourire aux lèvres, bien décidé à ne pas se laisser abattre par la sorte de mise à pied informelle à laquelle ils avaient droit pour colmater l'écart de conduite de Matthew. Quelques jours au bureau ? Soit ! Il ferait de la paperasse.

Pourtant, son programme n'eut pas le temps d'être appliqué. Même pas démarré. Très vite, la rumeur des émeutes traversa le bercail, et Eddie alla rejoindre ses collègues devant le poste de la salle de repos. Quand d'autres étaient vautrés sur les fauteuils, Eddie lui resta debout. Les bras croisés, les sourcils froncés, il suivait l'évolution d'un mauvais oeil : ces idiots risquaient de finir dans l'hopital de Kat, d'arriver excités et s'en prendre au personnel ; ces idiots pouvaient avoir l'idée débile d'aller faire un tour vers les écoles où Isaac et Lia étaient pour l'instant en sécurité... C'était cela qu'il craignait. Pour lui-même ? Il ne réalisa qu'ils étaient des cibles potentielles que lorsqu'il entendit le premier bruit de verre brisé.

Finalement, il préférait ca : tant que les émeutiers étaient ici, ils n'étaient pas ailleurs.

Eddie réagit au quart de tour : il fut un des premiers à déplacer les meubles pour barricader le chemin et ralentir autant que possible la progression des émeutiers. Il recula au fur et à mesure qu'il déplacait les bureaux jusqu'à rejoindre l'essentiel de l'effectif vers la cage.
Lorsque Sean revint avec les armes, Eddie releva le nez, à temps pour capter son geste et attraper le fusil à pompe au vol. Il lui fit un signe de tete de remerciement, et vérifia rapidement le mécanisme de chargement, enfila deux cartouches dans la culasse et arma son fusil.

Il avait vaguement entendu qu'il faudrait deux heures au SWAT, à la garde nationnale, ou peu importe qui viendrait les sortir de là, pour qu'ils débarquent... Service d'urgence ? Quelle blague...

« Tu sens à quel point on est aimés ? Merde, ça fait peur… On est des vraies célébrités… »

" Il nous reste plus qu'à vendre les droits à Spielberg... ca va faire rêver Hollywood... "

Il marqua un temps avant de poursuivre, sur le même ton d'ironie, et avec une grimace en prime.

" Tu sais ce qui me chagrine ? Deux heures pour une intervention ! Il y en a vraiment qui se la coulent douce, merde ! Tu veux mon avis ? C'est des branleurs de ce genre qui font la mauvaise réputation de la police ! "

Il aurait pu continuer comme ca un moment si le regard assassin de DL ne l'avait pas arrêté dans son élan. Il avait ignoré les autres jusque là, trop occupé à mettre autant d'obstacles que possible entre les émeutiers et la cage. Mais ce regard là... Il pointa DL du doigt dans son dos, les sourcils hauts.

" T'as vu ca ?! On lui a fait quoi pour mériter ca ?! On a rien demandé nous ! On est resté sagement ici ! "

Il regarda un peu mieux autours de lui, captant l'hostilité ambiante avec une acuité accrue, avant de grimacer en se tournant à nouveau vers Sean.

" J'aurais espéré plus de chaleur humaine dans une situation pareil... "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Jimmy Cutler »


Messages : 126

Réputation : 57


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Dim 29 Mai - 3:21

Jimmy est un peu traversé par quelques sentiments conflictuels. Il aimerait ne pas avoir peur de ce qui est en train de se passer, mais pour être honnête, il en est incapable. Jimmy ne l’avouera toutefois à personne, même à lui-même, c’est sûr. En même temps, il est loin d’être content que le C.R.A.S.H ait amené cette émeute, en même temps il sait que cela leur vaudra des problèmes avec la mairie. En même temps il ne peut s’empêcher de penser que ce qu’il se déroule dépasse largement la simple enquête des affaires internes. Des gens allaient être blessés par ce qui se passait.

L’inspecteur avait été chanceux de ne pas trop se faire varloper par les contestataires (il était venu plutôt quand les choses étaient plus contrôlables. D’où il était, il pouvait voir les choses s’empirer à la seconde et maintenant. Il regarda une seconde par la fenêtre. Il voulait une voiture se faire une voiture en train de se faire détruire. Cela lui prit un moment, mais quand il réalisa à qui elle était, une décharge d’adrénaline passa à travers l’ensemble de son corps. C’était celle de DL, il était probable maintenant qu’un bain de sang allait remplacer la foule.

Jimmy blaguait mentalement, mais il savait que c’était comme si une merde frappait le ventilateur.

Une chance qu’il avait eu le choc de la voiture avant puisqu’il attendu soudainement la patronne hurler son nom plutôt fort. Il sera les dents et sa colonne véritable se redresse comme une barre de fer. Il ne comprend pas pourquoi elle a eu une soudaine envie de l’appeler. Il pourrait voir ça comme une certaine dépendance de la chef envers lui (ce qu’il appréciait un peu plus si elle ne sonnait pas comme une banshee à qui on a marché sur le pied). En même temps, il pense un peu qu’elle se cherche un défouloir et qu’il serait probablement du genre à se laisser faire par elle.

Il sent comme si le sentiment de surprise revenait complètement pour lui hérisser les poils. Vraiment c’était loin d’être génial, tout ça et la journée étaient loin d’être terminé. Les choses allaient empirer en plus (encore une autre certitude). Il n’avait toujours pas considéré qu’il était maintenant prisonnier du même immeuble que les gens du C.R.A.S.H.

La seule pensée positive qu’il arrivait à avoir en ce moment était qu’il serait capable de survivre à cette journée de chienne. Au moins, il n’était pas en uniforme et donc les émeutiers ne le déchiraient pas en morceau. Quoi que de l’entendre il pouvait sentir que DL était parfaitement capable de le déchirer en petits morceaux mieux qu’une horde de gens également en colère. Il sent son cou rentré dans son torse et il essaie de rester calme malgré le fait qu’il voie sa patronne tenir une arme et qu’il sent que même si Sean Mourning est proche il serait probablement la première victime.

Malgré la terreur qui est présente dans son esprit (et dans son langage corporel) il essaie de calmer la patronne autant que possible après s’être précipité devant elle. IL a clairement plus peur de DL que de tout émeutier, mais c’est probablement parce qu’il essaie d’oublier que les choses sont en train de tourner au vinaigre dehors. Il sentait qu’elle voulait aller dehors pour casser tout ce beau monde en deux. Il alla quand même s’assurer que les ordres de la chef étaient bien obéis et bien exécutés, avant de revenir aux côtés de DL aussi tôt que possible. Il est assez clair qu’il veut être à ses côtés si les choses deviennent violentes.

- Restez calme patron, les excès de force c’est comme ça que tout ça a commencé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Dalia Lucientes »

Glamorous Beast


Messages : 262

Réputation : 101


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Dim 29 Mai - 13:01

Si Dalia avait eu de nouvelles responsabilités auprès de Vargas, elle continuait néanmoins de traîner avec d’anciens collègues et avec des Los Ojos. Sin l’avait présentée à pas mal de têtes et elle s’était constituée un petit cercle de connaissances. Bon, ce n’était pas des potes comme cochon au point de se taper dans le dos en se sortant des vannes graveleuses mais c’était quand même des connaissances sympathiques. Ca lui changeait des prostituées et autres nanas qui avaient entendaient le bruit qui courait qu’elle fréquentait Hector et qui ne manquaient jamais de lui adresser un délicieux regard plein de haine et de dédain. Il faudrait qu’elle pense un jour à en bastonner une ou deux si elles se permettaient de parler trop fort. Ou du moins de leur faire peur et de les provoquer pour pouvoir frapper et prétexter la légitime défense. Ce n’était pas un procédé terriblement honnête et juste mais en même temps, ces connasses avaient commençaient le jeu à la déloyal. Ainsi, Dalia ne se gênerait pas pour en faire autant, elle était très douée à ce jeu.

Malheureusement alors qu’elle traînait sommairement avec ses « amis », un petit groupe de flics leurs tombèrent dessus et les embarquèrent pour possession illégale d’armes… Le petit classique du coin en bref. Elle serait vite ressortie théoriquement mais c’était quand même son après-midi de gâcher. En même temps, si elle avait voulu se la couler douce avec les doigts de pieds en éventails elle aurait été au club Med et pas dans un gang hispanique. Ainsi, elle avait été embarquée jusqu’au commissariat qu’elle commençait peu à peu à connaître et qu’elle risquait encore de visiter une bonne paire de fois, ne serait-ce que pour renseigner ses chers collègues sur la situation chez les Los Ojos. Pour l’instant, elle n’avait pas énormément de choses à leurs dires. Elle n’avait pas envie de citer clairement le nom de Vargas pour le moment étant donné qu’elle n’était pas encore sure de l’impliquer totalement dans ce trafique. Cette pensée trottait dans sa tête depuis quelques jours déjà, et si sa réalisation lui semblait presque improbable au début, ses neurones s’activaient de plus en plus pour trouver des stratégies de contournement.

On l’enferma dans la cage qu’elle avait déjà visité une ou deux fois depuis son arrivée à Los Angeles avec 3 de ses compagnons du gang qui ne manquèrent pas de manifester leur mécontentement de manière bruyante. Dalia, elle, comme à son habitude, resta silencieuse, observant tout ça de loin et ayant déjà largement à faire avec d’autres problèmes autrement plus importants. Elle imaginait déjà qu’elle allait passer quelques heures là, qu’un glandu viendrait lui poser des questions ou alors l’inspecteur du Crash lui demanderait des nouvelles et puis basta, retour au bercail… Elle n’écoutait pas énormément la radio et regardait encore moins la télé ce qui faisait qu’elle n’était pas au courant de l’ampleur de la colère du peuple. Elle savait que la brigade se trimbalait une sale réputation et elle n’avait pas eu besoin d’attendre très longtemps pour le constater. De là à ce que les gens se rebellent à ce point, elle n’y avait jamais pensé.

Tranquillement assise sur un des bancs d’une des cellules de la grande cage, elle finit par entendre des cris lointains. Ce n’était pas choquant à première vue quand on savait à quel point les membres d’un gang pouvaient s’époumoner pour brailler leur mépris aux membres de la police. Mais au lieu de se calmer violemment ou doucement, les cris se firent plus forts. Elle se leva pour ainsi essayer d’en connaître la provenance et comprit assez vite que ça venait de dehors. Des vitres commencèrent à se briser et elle comprit vite qu’une véritable guerre se déclenchait devant le commissariat. Évidemment, quand elle était dedans ! Les policiers s’activèrent pour bloquer les vitres et les portes avec des meubles et tout ce qui leur tombait sous la main. Ça avait beau être des flics armés, face à une telle foule ils n’iraient pas bien loin. Quelques personnes débarquèrent alors dans le coin de la cage pour se protéger de toute cette agitation. Avec elle derrière les barreaux, les membres du gang commençaient à avoir le sang chaud avec tout ce bazar.

Finalement elle aperçu l’inspecteur de la dernière fois, Mourning, avec qui elle n’avait pas eu une superbe impression. Il semblait l’avoir repéré et s’approcha dos à la grille. Elle s’approcha aussi, de la même manière et s’y appuya avant de lui glisser discrètement « J’ai des infos concernant des braqueurs dans les rues d'Inglewood mais apparemment vous avez des problèmes autrement plus urgents. » C’était clair qu’un petit braqueur qui foutait à mal les rues et les dealers du coin était un soucis très éloigné et insignifiant à côté de la merde dans laquelle ils étaient. Ça pouvait aussi bien dégénéré à l’intérieur qu’à l’extérieur. Dalia repéra assez vite des sortes de tensions internes au sein même des policiers. Ils semblaient tous s’échanger des regards haineux. Tant mieux, ça faciliterait le boulot aux émeutiers et aux gangsters enfermés qui n’attendaient qu’une occasion pour prendre le dessus sur la situation. Et la jeune flic se sentait légèrement mal, ainsi dans cette cage, elle ne pourrait rien faire si les émeutiers venaient à rentrer et que les flics prenaient leurs jambes à leurs cous… Elle pouvait compter sur la volonté de faire chier des attaquants pour leur ouvrir les cellules et ainsi se barrer vite fait, mais il ne fallait pas rêver non plus.

_________________

I'm gonna fight 'em off
A seven nation army couldn't hold me back


Copyright gif : Livia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Lun 30 Mai - 11:33

"Rester calme" qu'il lui disait, le Jimmy. Oui mais DL n'était pas certaine de pouvoir rester calme bien longtemps. Et Jimmy n'aidait pas à rester lui-même, justement, très calme. Quant à devoir poireauter pendant deux heures l'arrivée des renforts, DL roula des yeux en se retenant de ne pas hurler pendant que sa voiture, elle, était sûrement en train de se faire carboniser sans n'avoir rien demandé à personne. Oui DL avait certaines priorités et sa voiture en faisait partie. Toujours est-il que ce n'était pas la seule chose qu'elle avait à penser. Notamment, mettre à l'abris les gardes à vue. Ce qui était déjà fait. Il y avait autre chose à vérifier aussi : que personne ne profite de l'émeute pour tenter de s'évader. Mais avant tout, quitte à se retrouver dans cette situation, elle aimerait autant savoir précisément pour quoi.

L'avantage de Jimmy, c'était son autonomie. Criez son nom et il sait immédiatement quoi faire, c'était le génie de ce bleu. Une raison aussi pour laquelle elle l'aimait bien : il faisait bien son job et présentement, elle en avait bien plus que besoin avec tous les "Qu'est-ce qu'on fait ?" Passant de téléphone en téléphone afin de demander des renforts plus rapides avant qu'ils ne finissent enfumés, elle ne sentit pas les premières minutes passer, cependant, elle sentit bien son agacement lui faire rosir les joues. Non. Pendant deux heures, ils seraient livrés à eux-mêmes bien que ce fut déjà le cas depuis un moment avec le CRASH agissant à leur convenance. Rien ne les arrêtait et visiblement, pas plus aujourd'hui.

Elle raccrocha à nouveau un téléphone et ce fut le moment qu'elle déclara comme être celui des réprimandes et des leçons de morales. Elle regarda Sean et Eddie et plissa les yeux avant de se laisser glisser du bureau sur lequel elle était assise. Ah ces deux là, cette fois, elle les épinglerait et haut ! D'un pas d'abord calme, elle vint à eux avec plus d'entrain et de détermination, faisant claquer ses talons sur le carrelage de l'immeuble. Son tailleur crème avec sa jupe et son veston par dessus un chemisier de soie la rendait peut-être encore plus cougar que ce qu'elle n'était vraiment. Comme ça, elle apparaissait plus comme une tueuse qui avait verrouillé sa cible.

Une fois à leur hauteur, elle porta ses mains à sa taille pour les dévisager l'un après l'autre, ses cheveux bouclés rebondissant sur ses épaules.

_ Qu'est-ce que vous avez encore fait ? Si ce merdier, là-dehors - elle pointa un index impérial vers la porte dans son dos - est votre faute, je vous promets de vous le faire regretter jusqu'à la fin de vos jours. Alors maintenant on arrête de jouer à qui aura la plus grosse crosse et on retourne ses jeux. je commence à en avoir marre de vos magouilles de faux flics ! Si vos bavures mettent en danger les témoins et les suspects, je vous fais suspendre, je vous jure que j'en serais capable. - Elle porta son index sur le nez de Sean - Et personne ne pense que j'exagère !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Lun 30 Mai - 15:22

A tous les regarder là, on aurait qu’Eddy et lui étaient des criminels pas enfermés dans la cage… Des erreurs, des tâches dans le paysage en somme. Cela faisait deux ans que ça durait et il ya bien longtemps que Sean comme les autres membres de sa brigade ne faisaient plus attention à ces regards et ses messes-basses sur leur compte. Des jaloux… Des tafioles… C’est tout. Aujourd’hui pourtant avec cette affaire, c’était encore plus manifeste et bien plus palpable avec cette affaire qui avait éclaté au grand jour dans le Times. Foutu junkie… Et foutu Matthew. Ils n’avaient même pas eu le temps de nettoyer cette merde qu’une bande d’émeutiers désaxés venaient tomber sur le bercail, comme s’ils y étaient pour quelque chose, eux. Heureusement, même à deux, ils feraient front et s’ils devaient se coltiner des flics abrutis en plus des émeutiers, cela ne lui posait aucun soucis. Sean ne répondit rien aux remarques de son collègue mais acquiesça en hocha lentement la tête pour signifier qu’il était d’accord avec lui sur toute la ligne, que ce soit sur cette garde nationale de merde ou sur les grands airs triomphant de Vasquez.

« Ca t’étonne ? Depuis le temps qu’elle nous fait chier, elle est trop contente là… Ils sont tous trop contents… Tas de fumiers de merde… » pesta-t-il dans sa barbe toujours aussi discrètement pour que cela reste entre lui et Eddy. « De la chaleur humaine ouai… Cette gonzesse est froide comme un glaçon. Rien dans le buffet, rien le ventre et rien dans le futal comme toutes les fiottes de son unité… Et ça se permet de donner des leçons putain… »

Sean les emmerdait tous. Il savait que n’importe quel flic de sa brigade valait mieux que tous ces pingouins ici présents. Le jour où ces branleurs ramèneraient les mêmes stats et que leurs enquêtes résulteraient en autant d’années d’incarcération que les leurs, ils viendraient parler avec eux. En attendant, les lions ne traînaient pas avec les hyènes et Sean préférait compter sur un seul gars comme Eddie sur le terrain et en dehors que sur tous les flics du bercail réunis. Allez trouver ça dans n’importe quelle division de police de cette ville de merde. Une voix finit par l’interpeller qu’il finit par reconnaître comme celle de l’agent Coburn derrière eux et qui s’était rapproché de la grille pour lui parler. Elle avait apparemment des infos sur des braqueurs de rue à Inglewood, ce qui le fit immédiatement penser à Lamar, bien connu de Sean et de la brigade comme à peu près de tout le monde ne serait-ce que de réputation ici. De toute il ne pouvait y avoir qu’un seul enfoiré suffisamment balèze pour braquer dans ses rues, et c’était bien ce type.

« Des braqueurs ? Ca doit être Lamar ça… » glissa-t-il en rigolant doucement en jetant un bref regard à Eddy avant d’apercevoir la duchesse des affaires internes s’approcher d’eux. « Mais oui, on en reparle tout à l’heure… J’ai justement un petit problème qui arrive là… » glissa-t-il avant de passer brièvement sa langue sur ses lèvres.

Là voilà repartie dans un procès sans jugement qui ne fit pas sourciller Sean d’un cil si ce n’est pour finir par esquisser un petit sourire jaune devant la nouvelle pièce de théâtre qu’elle lui jouait. Aucune surprise… Fidèle à elle-même en somme. Mais qu’est-ce qu’elle savait de cette putain d’affaire au juste à part ce que des milliers d’autres citoyens avaient lus dans les journaux ? Que dalle. Condamnés d’avance avant même d’avoir la moindre preuve. Quoi qu’il en soit, si elle s’imaginait qu’il allait la laisser partir dans sa vendetta aveugle, elle se mettait comme souvent le doigt dans l’œil… Pas dans le sien.

« Je te conseille de virer ces petits airs supérieurs de ta face de majorette et de pas venir me faire CHIER aujourd’hui ! C’est compris ? » pesta-t-il en s’avançant de deux pas d’elle pour lui faire un peu plus face et lui montrer qu’on intimidait pas un expert en intimidation.

« Toi et toute ta clique de ratons laveurs, retournez vous planquer dans vos gentils petits bureaux de baltringues, je crois qu’ici personne compte sur vous pour protégez ces témoins et ces suspects justement… » Ca c’était dit. Le jour où les affaires internes seraient une division de terrain et d’action, elle aurait la prétention de pouvoir se prétendre flic à son image. « Maintenant va chier Vasquez… Si t’es pas capable de comprendre que pour une fois, exceptionnellement et pour deux heures on est pareil toi et moi… Que si ces dizaines de lascars à l’extérieur rentrent ici, ils feront aucune différence et cogneront sur tous les flics venus… Bah, j’t’emmerde et chacun pour sa peau ! » conclut-il avant de se pencher légèrement sur le côté pour s’adresser à Jimmy derrière elle, comme souvent.

« Hey Jimbo ‘ tu ferais bien de venir tenir ta patronne et de lui faire entendre la voie de la raison, ou plutôt du dégonflage, que tu connais si bien si tu veux pas te retrouver avec Addaï comme patron la semaine prochaine ! » interpella-t-il avec véhémence l’inspecteur.

Sean revint ensuite près d’Eddie et eu un bref mouvement d’une épaule, arrogant et fier comme il était avant de balayer à nouveau tout le bercail témoin de leur accrochage du regard. « Bienvenue dans la solidarité des services de police d’Inglewood… » glissa-t-il a nouveau discrètement dans sa barbe et avec une ironie caractéristique à Eddy comme à Dalia. Mieux valait-il en plaisanter après tout…

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Jimmy Cutler »


Messages : 126

Réputation : 57


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Mar 31 Mai - 0:44

Jimmy serre son poing, habituellement de voir DL et Sean s’entredéchirer ne le dérangeait pas puisque c’était parfaitement normal. Il ne pouvait pas s’empêcher de penser que le débat habituel arrivait au pire des moments. Bien qu'il pouvait rationaliser que cela pouvait assurer qu’au moins un des deux chefs de clan finirait par avoir la tête durant cette crise. Il sentait que malgré qu’il ne doutait pas des talents de sa chef, le moindrement. L’argument éternel « d’état d’urgence » d’immédiat du C.R.A.S.H finirait probablement par triompher. Les gens préférés toujours la main forte en tant de crises, même si elle a l’air raisonnable, mais plus faible et moins capable de tout.

Son esprit est divisé comme d’habitude entre la nécessité à se placer derrière sa chef et bien sûre contre Sean. La solution semblait presque de jeter Sean et le reste de son unité en pâture aux émeutiers, mais bon ça c’est presque un fantasme personnel honteux plus qu’une solution. Il trouve étrange que son esprit rationnel le rassure en lui disant que de le faire ne ferait qu’empirer la situation avec les émeutiers. Il préféra mettre ses pensées à essayer de trouver la façon la plus rapide et la plus sûre de sortir de l’immeuble en partant du point le plus éloigné. Toutefois, son esprit refuse de penser un plan de fuite sans avoir réglé la situation avec les deux têtes dures. Partir seul était un scénario inacceptable.

Jimmy envoie ses ongles dans son point, voulant presque se retenir de faire une scène, si ce n'était que par un respect de la hiérarchie et qu’une supérieure est présente. Il doit s’engager pour quelques raisons qu’il sent le besoin d’exprimer aux deux chefs afin d’éviter que les divisions à l’intérieur de la police empirent une situation qui était déjà désastreuse.

Pour la première fois, Jimmy Cutler hausse le ton devant des officiers supérieurs. Preuve de l’urgence de la situation. Lui-même semble être surpris, au point où il semble se retenir après s'être lancé.

- Je sais que vous aimez avoir cette conversation chaque jour, mais je crois que nos habitudes doivent être ignorées par les circonstances plus que particulières d’aujourd’hui. Les émeutiers ne seront pas que très peu affectés par qui en sortira vainqueur et qui a raison. Il aura bien une enquête publique après que le saccage soit terminé où tous les deux serez invité et qui vous donnera une tribune spécialement faite pour écouter vos opinons. Je, je ne veux pas être irrespectueux, mais qu’est que ça change de vous disputer maintenant

Il sentait qu’il venait de réussir à amener une trêve entre les deux départements, si ce n’était que maintenant DL et Sean allaient joindre leur force pour le pulvériser. Son ton devient beaucoup plus incertain, comme s’il retenait pour ne pas commencer à fuir comme un poulet à qui on avait coupé la tête.

- Je…Je …je veux juste dire qu’il faudrait pour peut-être surtout garder notre attention sur la situation dehors et essayer de garder un état d’esprit pragmatique afin d’éviter le pire pour chacun de nous.

Jimmy sent qu’il n’a rien accompli si ce n’est que de faire une petite diversion. Son esprit lui donne la permission de battre en retraite tout seul maintenant. Jimmy sent qu’il a fait une petite erreur dans sa tentative. En même temps, il doit régler ce petit problème. L’inspecteur doit même suivre la suggestion et prouver qu’il croit même un peu en son plaidoyer de bonne volonté. Il semble être en train d’avoir une brise de parkinson tellement forte qu’il devient flou.

- Je me demande si les émeutiers ont la moindre chance de rentrer dans l’immeuble et si c’est le cas par où il le ferait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Eddie Harrison »


Messages : 45

Réputation : 16


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Mar 31 Mai - 15:27

Eddie sourit largement à la sortie de Sean. Surtout contre DL. En effet, l'inspecteur Vasquez n'avait rien de très engageant à voir comme cela - même si elle avait des fesses plutôt sympathiques... Il la regardait en l'occurence passer au pas de charge, et il se disait que celui qui arriverait à la réchauffer un peu passerait un excellent moment. Mais était-ce vraiment une heure pour penser à cela ? A la réflexion... non...

" Tous des fiottes, je ne sais pas... Mais il est clair qu'ils feraient mieux de mettre un peu plus souvent le nez dehors... "

Il continuait à surveiller les entrées, en réfléchissant au moyen de mieux se mettre à l'abri pour tout ceux qui étaient bloqués à l'intérieur... quand il entendit Dalia s'adresser à Sean.
Eddie lui avait alors jeté un regard curieux, les sourcils froncés. Il n'avait entendu qu'une part de ce qu'elle avait dit, mais le peu qu'il avait saisit l'intriguait, d'autant qu'habituellement, les personnes qui profitaient d'un séjour tout confort dans la cage utilisaient plutôt un langage qu'on pouvait qualifier d'ordurier, et non la promesse de renseignements gratuits. En prime, le fait que Sean lui réponde de la sorte était tout aussi piquant. Mais ils auraient le temps d'en parler plus tard. Normalement.

En attendant, ils avaient un autre problème : le fessier de DL se rapprochait rapidement, manquant de de traverser le carelage au passage. Eddie tapa Sean du dos de la main pour attirer son attention, l'air un poil anxieux. Il faut dire que la belle avait pour le coup l'air aussi commode qu'un varan affamé.

" Emmerdes à 12 h... "

Et ca n'avait pas loupé ; elle s'en prenait à eux comme à des gosses de 4 ans. Elle choisissait bien son moment la bougresse ! Eddie sentait la moutarde lui monter au nez, et connaissant Sean, il se doutait que la sortie de son chef ne serait pas emballée dans la soie.
Oh bien sur, Eddie aurait bien rétorqué aussi quelque chose, mais somme toute, Sean avait résumé leur facon de penser à tous les deux - quatre si Matthew et Gaby avaient été là. Qui plus est, il avait l'impression que la hargne de DL était surtout dirigée sur Sean, en témoignait l'index pointé sous son nez à lui. En même temps, Eddie avait bien assez d'Addai pour ne pas se soucier en plus de Vasquez. Elle, c'était plus la bête noire de Sean. Bref...

" Avant de parler de bavure, vous feriez mieux de vous demander si vous faites jamais d'erreur dans vos jolis bureaux d'emmerdeurs ! "

La question soulevée par Sean était intéressante : chacun pour sa gueule ou non ? Pour l'instant, les émeutiers étaient dehors. Mais s'ils entraient... bah, ils auraient le temps de voir...

Et puis voila que Jimmy s'y mettait aussi ? Eddie retint un sourire. Avec une sortie pareille, il risquait fort de se prendre un retour de flamme avec sa chef, une fois les choses tassées...

Il rejoint Sean vers Dalia, sans lacher DL et Jimmy du regard.

" Que veux-tu mon pote... La jalousie rend la critique facile... Et j'imagine que quand on est en plus une bimbo frigide, ca doit pas aider ! "

Dit-il au premier intéressé !

C'est alors qu'il entend la petite remarque de Jimmy. Ah bah quelle bonne idée tient ! Eddie se rapprocha de Cutler, l'air pas forcément commode. Y'a du bleu au diner ce soir ?

" Ah ca, Playskool, c'est une bonne question ! Tu sais quoi ? Tu devrais prendre ton protocole, un joli dossier comme vous savez les faire et nous pondre un rapport en trois exemplaires. Et commence tout de suite, tiens ! Va faire le tour des issues, mais compte pas sur moi pour te faire l'escorte ! "

[yé m'eskouze, c'est pourrave, c'est entre les clientes, je voulais vous la finir pour aujourd'hui ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Dalia Lucientes »

Glamorous Beast


Messages : 262

Réputation : 101


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Mar 31 Mai - 21:01

En fait, Dalia pensait que le principal souci de cette situation était à l’extérieur. Après tout, ils avaient beau avoir des armes et des gars entraînés au combat, ils n’allaient pas pouvoir contenir comme ça une telle foule si elle parvenait à entrer. En plus à vue de nez, tous les flics présents n’étaient pas forcément armés et ils auraient probablement aussi des soucis avec les gardés à vue. Dalia ne pensait pas faire de résistance, juste pour le principe devant les collègues mais elle n’allait pas en plus rajouter une évasion à leurs emmerdes. En plus, les flics étaient autorisés à tirer sur un fugitif alors elle n’allait pas tenter le diable juste pour une bête mise en scène devant des Los Ojos. En plus, elle n’était pas sure qu’elle voulait sortir tout de suite maintenant aux vues de l’énorme tension qui régnait dans la pièce.

En effet, Dalia pensait que les gens tiraient la gueule par principe envers les responsables de tout ce bazar. Mais apparemment non, leur réputation était donc bien réelle ils faisaient vraiment chier pas mal de monde avec leurs manières peu orthodoxes. En fait, une femme se mit à fusiller du regard les deux agents du Crash qu’elle avait déjà vu de loin ou de près et elle s’approcha pour les sermonner assez durement. Apparemment ça ne faisait pas seulement que quelques temps qu’elle était à leurs basques mais ils devaient bien être sous le coup de quelques enquêtes internes. Dalia espérait bien qu’elle n’allait pas remonter jusqu’à elle sinon ça irait probablement mal, ou alors elle espérait qu’elle n’aurait pas la stupidité de trop l’exposer. Mais elle paraissait relativement vive et intelligente bien que le fait de gueuler au milieu d’un lieu déjà bien étouffé par l’angoisse.

Les coups sur les murs et les meubles qui bloquaient les portes se firent de plus en plus fort. A croire que la frustration de ne pouvoir entrer motivait énormément la foule. Dalia s’éloigna un peu de la grille pour s’asseoir sur un banc de fortune. Elle aurait bien envie d’une cigarette là maintenant tout de suite. Cette situation semblait s’envenimer de plus en plus. Parce que bon, c’était pas le tout que deux flics s’engueulent entre eux, deux autres se mêlèrent à la dispute histoire de rajouter un peu d’huile encore sur le feu que semblait être l’inspecteur Mourning et l’autre nénette. Dalia eu un petit sourire amusé. En tout cas, si ils devaient se faire piétiner par une foule en délire, elle aurait un chouette spectacle du fond de sa cellule.

A mieux y regarder, l’inspecteur et l’autre des affaires internes ils ressemblaient à un vieux couple marié qui finir par se disputer à propos de tout, même de la manière de disposer les couverts sur une table. Si ils ne se hurlaient pas autant sur la gueule elle aurait presque juré qu’ils auraient peut être se trouver sympathiques… Non, non ils finiraient pas se buter et les émeutiers n’auraient plus de boulot une fois rentrés, c’était dommage quand même. En plus ils étaient carrément le genre à ne laisser de miettes pour personnes. Dalia tendit l’oreille pour écouter les bruits d’agitations de l’extérieur. Dans les autres cellules les membres de Los Ojos commençaient aussi à sentir la pression monter, l’idée de se faire bastonner ou d’assister à une bastonnade de flics sans pouvoir participer sembler les énerver quelque peu. Mais bientôt ils pourraient au moins achever le Crash et les services internes si ils continuaient de se charcuter comme ça. Au moins ça ferait une anecdote sympa à raconter à Hector la prochaine fois qu’ils se verraient.

_________________

I'm gonna fight 'em off
A seven nation army couldn't hold me back


Copyright gif : Livia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Mer 1 Juin - 5:09

Plus que n'importe qui, Sean avait toujours su comment la renverser qu'elle soit à son avantage ou non. Les expressions telles que "Tu es si belle quand tu t'énerves" avec un léger sourire énigmatique et moqueur en coin n'avait aucunement lieu d'être. En fait, même si Sean et elle se bagarraient depuis longtemps, comme des chiffonniers, des écoliers, ou des rivaux, jamais DL ne s'était sentie plus insultée et bizarrement, elle ne se sentait pas insultée dans son travail mais plus en sa qualité de femme à part entière. Alors bien que Sean s'était approché d'un pas, elle ne recula pas et au contraire, son propre visage se durcit et son regard se fit plus sombre au fur et à mesure qu'il parlait. Elle le suivait des yeux sans le quitter avec une envie de s'en prendre à lui si virulente qu'elle se sentit choquée par elle-même d'un tel accès de violence. Cependant, serrant les dents, elle l'écouta jusqu'au bout.

L'intervention de Jimmy, toute honorable qu'elle fut, aurait mérité plus de silence. Quand il s'agissait de Sean, DLeylah n'aimait pas trop qu'on s'en mêle. Alors elle tourna légèrement la tête vers lui pour froncer les sourcils et lui fait comprendre de ce simple regard que ce n'était pas la peine. Il venait tout bonnement de donner raison à Sean et sans que Jimmy ne puisse le voir, ça la rendait malade. Que Sean puisse gagner était inconcevable et elle sentait la moutarde lui monter au nez.

Quant à Eddie, elle se contenta de soupirer et de secouer la tête. Elle fronça les sourcils d'une inquiétude qui rendait Eddie l'homme le plus ennuyant et le plus emmerdant de toute la pièce comme s'il devait disparaître pour lui faire des vacances.

_ La ferme, Harrison. Et il s'appelle Jimmy, abruti congénital.

Ca, c'était dit. DL avait une sainte HORREUR qu'on s'attaque à ses subordonnés, SURTOUT quand elle les appréciait et qu'ils faisaient du bon travail. Il fit une très légère grimace de dégoût à Eddie et son impression qu'il serait facilement corrompu pour vendre Sean ne disparaissait pas. Elle était toujours dans la recherche d'une bonne tactique pour se débarrasser des membres du CRASH un à un. Mais il collait aux basques de Sean et elle serrait les dents car chaque jour elle le voyait se rapprocher un peu plus. Elle était sûrement la plus proche de tous réunis et aussi la seule à voir clair dans son jeu - ce qu'elle pensait.

Ce qui la ramenait à Sean sur qui elle releva ses yeux après être intervenue auprès des deux autres bonhommes. Là, tout de suite, elle avait envie d'être enfermée dans une pièce toute seule avec Sean. Elle voulait hurler, crier, le frapper à mort et peindre des hiéroglyphes sur les murs avec son sang. Il l'avait déjà énervée. Mais jamais à un tel niveau. Cependant, elle avait envie de suivre les conseils de Jimmy et de laisser tomber. Pour le moment. Alors elle fit un pas en arrière, abdiquant mais sans quitter Sean des yeux. En général, DL aimait faire ses sorties avec une citation, une remarque, un mot ! Quelque chose. Pour l'heure, elle se contenta de reculer légèrement avant de tourner les talons pour faire face à Jimmy.

Ce cher Jimmy, bon sous tout rapport, adorable au possible à qui il manquait une femme qui saurait lui faire rester ce sourire sur ces lèvres Une femme qu'il mériterait sans aucun doute. Elle se demandait toujours pourquoi il n'en avait pas, d'ailleurs. Mais elle n'avait pas lâché son mauvais regard ni son visage durci et fermé par la colère et un peu de dégoût. Jimmy aurait facilement pu le prendre pour lui mais s'il avait une once de confiance en elle, il saurait que quoi qu'il arrive, elle le défendrait et que s'il avait tort, elle le lui dirait APRÈS et non devant tout le monde. Pourtant, Sean avait vraiment réussi à l'énerver et elle sentait les pulsations de son coeur cogner contre ses tempes.

Qu'est-ce qui faisait que tout ça clochait ? Qu'est-ce qui faisait que cette relation étrange qu'elle entretenait avec Sean était indispensable pour elle ? Rien. Ni pour lui, ni pour elle. Lui avait besoin de respirer et elle se sentir quelqu'un la prendre dans ses bras. Mais elle aurait pu trouver quelqu'un d'autre pour ça ! Il n'y avait pas que Sean sur terre ! Pourtant, rien qu'à y penser, ça la rendait encore plus folle de rage et ça... il devait le savoir et s'en réjouir. Cette pensée la rendit plus que malade et alors qu'elle faisait toujours face à Jimmy, on aurait même pu croire que son visage virait au rouge vif.

D'un seul coup, elle se retourna, remontant les deux ou trois pas franchis jusqu'à Sean avant de lancer son poing directement sur sa mâchoire avec toute la force qu'elle venait d'emmagasiner par la colère qu'il avait suscité en elle. Tout de suite, elle agita sa main en se reculant, serrant les lèvres. On ne pouvait pas dire qu'elle avait une grande expérience dans la bagarre et elle se retenait de crier "Ma main ! Aie ! Ma main !!"

_ Toi et moi on ne sera JAMAIS pareil. Jamais !

Une violente réplique traversa son esprit mais elle n'osa aucunement la dire devant tout le monde. Cependant, elle n'était pas restée face à Sean. Non, celui-là il avait du répondant, valait mieux pas trop rester dans son champs. Aussi avait-elle reculé pour rejoindre Jimmy marquant une très nette frontière entre eux et les agents du bureau et le CRASH avec la cage. Elle grimaça légèrement et secoua la tête.

_ Va te faire foutre, Sean.

S'il y avait bien une chose qu'elle ne faisait pas au travail, c'était l'appeler par son prénom ! Mais puisqu'il l'attaquait facilement sur sa matière de femme, elle répondait. Se faire traiter de frigide alors que c'était chez elle qu'il venait précisément pour trouver son bonheur... Non ça ne passait absolument pas ! Pas du tout même ! Il lui faudrait plus qu'un rapport et une bouteille de vin pour se faire pardonner, cette fois même si c'était Eddie qui avait prononcé les mots, Sean l'avait quelque peu insinué dans ses insultes à son goût et de toute façon, c'était typiquement son genre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
avatar
« Jimmy Cutler »


Messages : 126

Réputation : 57


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Sam 4 Juin - 0:44

Jimmy sentait que même s’il avait essayé de temporairement enterrer la hache de guerre, le C.R.A.S.H venait tout juste de lui donner une claque en plein visage comme réponse. Comme toujours il essaie de ne pas être courroucé par ça ou quoi que ce soit d’autre. En même temps il se demandait comment cela pouvait-il que quelqu’un soit aussi bloqué sur le plan mental et ne pouvait pas comprendre la gravité de la situation. Une foutue émeute ne semble pas être assez pour être capable de les amener à être raisonnable avec qui ce soit. L’Idée de les jeter dans la fausse au lion semblait de plus en plus acceptable pour stopper les problèmes à Inglewood. Il serre la mâchoire discrètement. Il sent que Sean est mieux de dire quelque chose qui mettra ses troupes à l’ordre sinon même Jimmy sent qu’il pourrait passer à l’attaque plus directement, tant que le chef n’endosse pas la façon d’agir d’Eddie il veut bien leur laisser une chance. En même temps le jeune homme veut se calmer pour revenir à son zen habituel par lui même.

Il veut frapper Eddie Harrison pour son insolence, mais bien sûr il n’a guère de signe visible de cela. Il l'a envoyé promener parce qu’il est des affaires internes de façon complètement gratuite. Oui il est un gratte papier, mais il est quand même un flic, non? Cette scène lui fait quand même réaliser que toutes ses belles histoires sur la fraternité policières semblent être un beau mythe et que les rivalités interdépartementales ne sont qu’amplifiées durant les périodes de crise.

Jimmy est content que sa patronne prenne sa défense, en même temps, il sait que sa suggestion vient d’être royalement ignorée par les deux partis en conflit. Jimmy sait qu’il doit se placer au-dessus des rivalités, mais en même temps la stupidité (c’est la faute du C.R.A.S.H tout ça quand même) doit être punie d’une façon ou d’une autre.

Et puis Dleyah vient tout juste de donner un coup de poing à Sean… vraiment génial, pendant que d'autres voileraient ça comme la permission de venger son honneur auprès d’Eddie, lui se dit que son devoir est d’empêcher que la situation se dégrade encore plus. Il se dit rapidement qu’il se doit d’empêcher la mêlée générale d’éclater. Quand il aura des investigations sur l’émeute, il n’aimerait bien que nulle part soit mentionner la bagarre qui s’est déclarée au poste de police.

En même temps une partie de lui veut féliciter Dleylah pour un coup quand même très réussi que probablement plusieurs gangsters auraient hésité. Une partie de lui dit que c’est quand même un scénario qu’il n’avait pas vraiment planifié et qui probablement pouvait vraisemblablement dégénérer en des conséquences plus graves. Quoiqu’il pouvait imaginer que tout le monde autant les policiers que les émeutiers voudraient oublier qu’aujourd’hui était arrivé afin de faire oublier ses péchés. Toutefois, il sait que le C.R.A.S.H sont les genres de personne à rarement pardonner et oublier. En fait, ils étaient surtout du genre à utiliser la moindre petite erreur du passé contre vous et à leur avantage.

Il passa sa main autour du bras de la patronne et commença à tirer un peu doucement, surtout la retenir, mais aussi pour l’amener à reculer un peu.

Jimmy sur un ton plutôt bas, mais quand même il veut que le C.R.A.S.H puisse l’entendre un peu. L’inspecteur essaie d’avoir un ton plutôt doux, mais en même temps l’urgence qui l’habite le fait surtout sonner comme s’il était nerveux et qu’il faisait très attention autant avec les inspecteurs rivaux qu’avec son chef. Bien qu'il semble vouloir la retirer de la pièce, il doit admettre qu'il ne sait pas trop ou l'amener.

Encore une fois, il essaie autant que possible d’être la voie de la raison.

- Oublie-les pour l’instant Dleylah, ils veulent juste nous provoquer. Si la horde émeutiers dehors arrive pas à leur faire comprendre leurs stupides erreurs, je doute fort que l’on arrive à quoi que ce soit avec eux, autant ne pas se tirer dans le pied comme eux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Eddie Harrison »


Messages : 45

Réputation : 16


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Mer 8 Juin - 6:05

Comme si l'émeute n'était pas un soucis suffisant, ainsi que gérer l'hostilité latente de leurs collègues, il fallait qu'ils se tapent une guerre ouverte avec Vasquez et son protégé. C'était bien le moment pour le coup...

Evidemment, c'était à prévoir, elle n'apprécia guère qu'il s'en prenne à Cutler, un peu au dessous de la ceinture, il fallait bien le reconnaitre... Mais avec son côté moqueur, et la tension ambiante, Eddie n'avait guère envie de prendre des pincettes. Avec son tact légendaire - ahem - , Eddie lanca à Jimmy un regard goguenard en guise de provocation, histoire de le faire sortir de ses gonds, avant de revenir à Vasquez.

" C'est pas très gentil de s'en prendre à la famille... Est-ce que je prétends que votre père devait avoir des lèvres inexistantes pour contrebalancer l'héritage maternel ? Non... Donc faites de même ! "

Et nouveau sourire de provocation. Oui, il jouait avec le feu, mais comme on l'a dit, l'heure n'était pas à la réflexion. Et Eddie avait le sang un peu chaud. En prime, la situation lui mettait les nerfs à vif. Comme chacun ici, à dire vrai, mais certains le cachaient mieux que d'autres. Eddie était bien obligé de reconnaitre que Jimmy était doué pour cela. Un point pour le Bleu.

En attendant, Eddie s'était retourné vers Sean en secouant la tête et avec un vague sourire, et allait lui demander ce qu'ils allaient pouvoir faire. Parce qu'une question trottait néanmoins dans la tête de l'inspecteur : allaient ils tirer à vue sur les émeutiers si ceux-ci entraient dans le poste ? Ca, ca posait quelques problèmes à Eddie...

Mais il n'eut pas le temps de poser la question, le poing de Vasquez vola dans la tronche de Sean, avec une force assez innattendue. Apparemment d'ailleurs, Vasquez ne s'y attendait pas non plus, vu sa "danse de la main pétée". Aussi vivement, Eddie se placa légèrement en avant de Sean, prêt à le retenir si besoin. Il imaginait mal son supérieur frapper Vasquez devant tout le monde, mais il ne s'était pas attendu à l'inverse non plus. Alors avec l'ambiance actuelle, autant s'attendre à tout.
Et puis au besoin, ils avaient un nombre conséquent d'agents pour attester que c'était Vasquez qui avait frappé. Sean serait en position de force pour un moment, autant ne pas inverser les avantages. Il retiendrait Sean au besoin.
Pour le coup, il fut aussi d'accord avec Jimmy : il fallait que les choses en reste là, mais Eddie avait la langue plus rapide que le cerveau, des fois...

" Nan mais ca va pas ! Trouvez vous un mec, sérieux ! Ca vous détendra ! "

Il retint un "pétasse mal baisée" qui lui brûlait les lèvres - outrage à supérieur, ca le faisait pas trop, et il n'avait pas envie d'une nouvelle suspension.

" On fait peut être des conneries, mais pas à ce point ! Vous feriez mieux d'écouter Cutler, apparament, il en a plus dans le pantalon, et dans tous les cas, dans le cerveau ! "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Omar »

Hate me. And hate that you love me for the exact same reasons.


Messages : 109

Réputation : 5


MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   Lun 13 Juin - 21:44

INTERVENTION PNJ



La situation est loin de se décanter et les esprits encore plus loin de se calmer à l’extérieur. Les émeutiers sont plus enragés que jamais et les limites de leur folie collective ne cessent d’être repoussées, entraînant tous les autres dans le sillage de leurs attaques sur le commissariat. La quasi-totalité des voitures de patrouilles ont déjà brûlées sur le parking alors que de nombreux hommes sont montés sur le toit du poste à la recherche d’une faille pour toucher l’intérieur du bunker improvisé. Quelques uns finissent par en trouver une… Une fenêtre non barricadée et oubliée, vitrail de l’ancienne église que l’un d’eux casse en balançant un coup de pied dedans. Son complice à déjà préparé le cocktail molotof et l’envoie dans la foulée dans l’ouverture à l’intérieur. Le projectile vole à l’intérieur du poste et vient finir par s’exploser sur la cage et un détenu accolé à celle-ci. C’est la panique dans le poste alors que le suspect a pris feu et se met à hurler au milieu des autres dans la cage. Pendant que certains agents cherchent du regard à trouver d’où est venu le jet de ce cocktail molotof et répliquent en tirant en direction de la fenêtre brisée localisée, d’autres ont la présence d’esprit de s’intéresser à l’homme qui est en train de brûler vif.

Les flammes sur ses vêtements ne faiblissent pas malgré ses roulades au sol alors qu’un officier en uniforme fonce vers un extincteur pour revenir l’arroser à traverser les grilles de la cage. Mais l’homme est trop loin et hors de portée de la poudre de l’extincteur. Il n’y a qu’une seule solution : Ouvrir la cage. Et c’est ce à quoi se précipitent d’autres agents dans la panique avant de le voir complètement immolé par le feu. Erreur fatale… Les autres détenus en profitent pour s’échapper et sortent en masse de la cage dans un brouhaha terrible en bousculant tous les flics sur leurs passages. Ils ne sont qu’une petite vingtaine, mais guidés par la panique, ils s’éparpillent dans tous le poste à la recherche d’une issue. Certains essaient déjà de forcer les planches et de pousser les meubles entravant les ouvertures et les fenêtres pour s’évader et profiter de la distraction de l’incendie, sans se rendre compte qu’ils vont se heurter aux émeutiers et leur offrir le bercail sur un plateau.

Pour les policiers présents, il est temps d’agir et d’agir vite. Maitriser et arrêter ses suspects avant qu’ils ne foutent en l’air l’imperméabilité du bâtiment. Pour les criminels, il est temps de réaliser qu’ils ne sortiront pas d’ici vivant face à ses émeutiers aveugles et ivres de colère et que leur meilleure chance reste cette police qu’ils méprisent pourtant tant. Cela ne se fera pas sans calme et avec toute cette agitation.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://crash.forum-pro.fr
« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue #1 : Huis Clos {Indoor}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.R.A.S.H RPG :: RP's-