AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyDim 10 Avr - 2:10

An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 320050iconevadenzel

Deux jours étaient passés depuis sa dernière engueulade en date avec DLeylah sur le parking du bercail et Sean avait plus ou moins essayé de se rendre à l’évidence de sa conclusion. Finalement, il s’était dit que leur liaison n’avait pas - ou plus - lieu d’être , que leurs jobs respectifs et leurs trajectoires opposés les avaient logiquement bouffés et qu’il était donc somme toute normal d’en arriver à cette fin qui n’avait, au final, jamais vraiment eu de début. Oui… C’était comme ça. Il y avait toujours quelque chose à perdre… Seulement voilà, après deux jours durant lesquels il n’avait évidemment pas rendu le rapport de cette arrestation musclée réclamé par la tyrante des affaires internes, plus il essayait de ne pas y réfléchir, moins il y arrivait. Summum de la torture mentale cette nuit là alors qu’il était en planque de surveillance dans sa Navigator devant la maison d’un dealer important de Los Ojos. Sean avait pris son tour de planque plus celui d’Eddie pour permettre à celui-ci, seul chef d’une famille de la brigade, de rester toute la nuit sous les draps près de sa femme et éviter une crise de Kathleen.

Mais putain qu’est-ce qu’il foutait là, lui ? Pas de femme, pas de famille… Pas de vie tout simplement. Sean passait ses journées et ses nuits au boulot. En dehors de cela, il n’avait rien ni personne. Il pourrait prendre toute la planque de nuit à lui seul à ce compte là, à l’exception peut-être de Gaby qui ne semblait pas non plus avoir une vie personnelle très riche. Des phares apparurent dans le reflet de son rétroviseur intérieur… Justement, c’est la jeune femme qui arrivait à l’instant et se garait derrière sa Navigator pour prendre la relève. Sean regarda dans le rétro et attendit qu’elle lui fasse signe puis jeta un œil sur sa breitling de luxe pour voir l’heure. Minuit passé. L’heure de rentrer et de se coucher ? Pas du tout… L’homme mit le contact et démarra pour quitter son stationnement et Hillcrest Boulevard, direction le bercail pour la première étape de son plan… Arrivé là-bas, il s’enferma dans la salle de sa brigade avec une feuille de rapport et écrivit les fameuses circonstances de l’arrestation du cowboy d’il y a deux jours. Trois quart d’heure de paperasses au beau milieu de la nuit, ce qui n’était pas arrivé à Sean depuis… Il ne se rappelait même plus depuis quand. Cinq ans, six ans… Peut-être plus.

Quoi qu’il en soit, au moment d’écrire le dernier mot et de poser le dernier point de ce rapport, il était déjà une heure du matin passé. Un bref doute traversa son esprit avant d’être définitivement décidé. Il reprit son cuir du dossier de sa chaise, l’enfila et quitta le poste pour se rendre chez DL. Elle ne devait pas être rentrée depuis plus deux heures et Sean savait qu’elle aimait prendre son temps une fois chez elle, dans un bain ou devant un film avant de s’endormir… L’inspecteur monta dans son SUV avec son rapport en main et reprit la route vers Manchester Boulevard où se trouvait son appartement. Il aurait au moins le mérite de ne pas arriver les mains vide, et doublement… Dix minutes plus tard, la Navigator arrivait aux pieds de son immeuble où il se gara. Sean descendit et fit le tour du véhicule pour aller à l’arrière ouvrir son coffre. Dans tout le bazar qu’il contenait, quelques bouteilles de vin haut de gamme qu’il avait récupéré d’une caisse perquisitionnée sur les quais. Evidemment, ce n’est pas avec son simple salaire d’inspecteur qu’il pourrait se payer l’un de ses grands crus.

Sean en prit une et referma son coffre en le claquant avant de se diriger vers l’entrée du bâtiment. Le rapport pour lui faire ouvrir la porte et le vin pour le laisser entrer ? Un bon plan… Mais ce n’était pas tout à fait ça. L’homme voulait des réponses après ce qu’il s’était passé la dernière fois sur le parking et il procéderait de façon à les avoir... En montant les escaliers, il souleva sa chemise et planqua le dossier du rapport sous celle-ci, coincé à sa ceinture, pour ne se présenter qu’avec la seule bouteille de vin en main. Si elle l’envoyait se faire foutre, alors il saurait définitivement que cette liaison n’a plus d’âme et donc plus de raison d’être et repartirait une bonne fois pour toute d’où il venait en lui balançant son rapport, ou pas d’ailleurs. L’homme arriva enfin devant la porte et s’arrêta, passant brièvement sa langue sur ses lèvres avant de la pincer entre elles, puis baissa la tête vers le sol pour finalement lever le bras et frapper doucement… S’il pouvait éviter de déclencher une nouvelle scène de ménage sur le palier qui réveillerait des voisins, ce serait déjà pas mal...

_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
DLeylah M. Vasquez
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyDim 10 Avr - 7:34

[*sob sob sob sob* Et donc je disais : Evanescence ? Vraiment, cash, comme ça ? Hop hop ? Bon allez, c'est reparti... Pis après je file, j'ai faim moi ! Et j'ai encore du chemin.]

Nous disions donc que DL était frappée d'une insomnie. Elle avait eu beau prendre son bain, se lover sur son canapé et devant un film, rien n'y avait fait, elle était toujours là, les yeux grands ouverts à fixer un grand en mouvement qui ne l'intéressait absolument pas. Elle s'ennuyait presque. Elle avait déjà mangé un morceau de chocolat mais elle soupira dans sa lassitude. Elle finirait bien par s'endormir, non ?

Dans un accès de nostalgie, elle prit son téléphone pour appeler sa mère, quitte à la réveiller et celle-ci en fut alarmée. Pourquoi sa fille l'appelait-elle si tardivement ? Avec une si faible voix ! Elle s'inquiétait car il était plus fréquent de râler après DL pour son manque de nouvelle que l'inverse. Alors quand son père prit le combiné pour s'énerver, il lui fit comprendre que si elle était si "triste" - il employait des mots dont elle n'avait même pas eu idée - et que c'était à cause d'un homme, alors il allait lui faire la tête au carré !
DL rit à cette remarque, ne pouvant s'empêcher d'imaginer Sean face à son père, la confrontation presque totale Entre une baraque et... une autre baraque. Mais elle n'était pas sûre que son père gagnerait malgré l'âge et l'expérience.

Une fois ses parents rassurés, elle se rendit compte que ça n'avait pas allégé sa solitude. Malgré toutes les bonnes résolutions du monde, Sean lui manquait. Elle était "en manque". Chose incroyable s'il en était, Sean était devenu une drogue, comme celle qu'il chassait depuis des années. Pourtant, elle conservait un doute concernant sa consommation personnelle mais pour cela, elle avait un plan à mettre en route. Elle avait encore le temps, persuadée de gagner à la fin mais c'était un plan qui nécessitait de la préparation et une bonne préparation. Pendant ce temps, elle était là. Dans son appartement vide, avec un frigo vide et une chambre vide. Elle poussa un profond soupir. C'était fou mais quand Sean était là, c'était différent. Il y avait une présence, il y avait même quelque chose ! Il pouvait parfaitement être là sur le canapé devant un film débile pendant qu'elle rangeait son linge dans la salle de bain. Et quand il riait, elle se surprenait à rire également rien qu'en l'entendant à l'autre bout de l'appartement.

A nouveau elle reporta ses yeux sur le téléphone avec lequel elle jouait entre ses doigts. Ce serait vraiment bête. Elle qui avait tellement décidé d'en finir. Après tout, sa vie serait bien plus saine, pas vrai ? Elle pourrait aussi envisager un autre homme, plus droit dans ses baskets et qui la tirerait vers le haut et non vers le bas. Le chois était difficile mais après tout... Sean ne lui faisait aucun mal. Elle composa alors son numéro jusqu'à tomber sur le répondeur.

_ Sean. Sean, décroche...

Elle attendit sagement le "click" où Sean décrocherait d'une voix endormir pour pester contre elle - ce qui lui manquait tout autant, bizarrement - mais rien ne vint. Elle finit par raccrocher et jeter le téléphone plus loin sur le canapé dans un soupir abyssal. Elle tourna les yeux vers l'appareil, s'attendant à ce qu'il sonne dans la seconde mais rien ne vint non plus. Sauf un knock knock à la porte qui la fit sursauter. Elle pesta en silence et regarda sa montre. Il était bien tard et si c'était encore là sa logeuse ou une voisine ou peu importe, elle allait se faire entendre ! En aucun cas, Sean ne lui avait traversé l'esprit. Selon elle, il ne voulait pas répondre. Oui quand on est une femme, on pense plein de choses et parfois non.

Quand elle ouvrit la porte, ce fut de surprise. Elle baissa les yeux sur la bouteille de vin, les sourcils hauts. Si ça, ce n'était pas un signe ! Il n'avait peut-être pas décroché mais... C'était aussi peut-être parce qu'il n'était pas là.

_ Qu'est-ce que tu fais ici ?

Il venait faire un tennis, c'était évident !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyDim 10 Avr - 19:25

Est-ce qu’elle lui manquait ? Oui, il devait bien se rendre à l’évidence que oui… Même si Sean ne l’avouerait sans doute jamais, leurs moments lui apportaient ce qu’il ne trouvait nul part, ni dans son boulot, ni dans la rue, ni ailleurs. Dans l’intimité, DL avait à la fois cette douceur de femme qui contrastait avec la brutalité et la dureté de son quotidien de pourri et qu’il était toujours bon de retrouver le soir pour s’en évader, et cette force de caractère nécessaire à contenir le sien. Une flic qui plus est, capable de comprendre son temps au travail et les absences qui en découlaient. En fait, c’était exactement le modèle de femme susceptible d’atteindre l’inspecteur et de susciter un intérêt, réel et profond, chez lui. Seulement, comme le monde n’est jamais parfait, elle était des affaires internes et enquêtait sur lui… Mais après tout, il ne devait pas être le premier homme à avoir entrevu la femme la plus idéale à ses yeux dans une histoire impossible ou vouée à l’échec sur le long terme.

Cela ne l’avait pas empêché de ressentir l’envie, presque le besoin, de la retrouver et débarquer chez elle en plein milieu de la nuit. Sean ne s’attendait à ce qu’elle fasse le premier pas après ce qui s’était passé deux jours plus tôt et ne s’accrochait pas à son mobile dans l’attente d’un signe, n’y croyant lui-même plus beaucoup avant que le manque et l’incertitude ne se fassent trop forts ce soir... Le voilà donc devant sa porte à une heure de mat’, une bouteille de vin à la main et un rapport d’arrestation planqué sous sa chemise pour essayer de recoller les morceaux et voir ce qu’il restait à sauver de cette liaison, bien qu’il comptait évidemment à ce que ce soit sa seule présence et lui en tant qu’homme qui fassent le travail, pas ses deux accessoires artificiels. Si ça foirait… Alors il n’insisterait pas, ou plus, et tirerait un trait définitif sur tout ça. La porte finit par s’ouvrir et Sean releva doucement la tête pour la découvrir et afficher un large sourire empli de séduction qui s’estompa toutefois rapidement lorsqu’elle lui demanda qu’est-ce qu’il faisait ici….

Accueil glacial mais somme toute prévisible… Il ne s’attendait pas non plus à ce qu’elle lui saute au cou mais tout de même. En d’autres circonstances, plus propices à la complicité, il aurait certainement essayer de la faire rire en lui disant que le manque de sexe commençait à nuire gravement à son travail et qu’il se sentait de plus en plus nerveux au point de cogner sur des suspects, mais ce n’était pas vraiment le moment de faire de l’humour…

« Bah… Je suis tombé sur cette bonne bouteille de vin et j’ai pensé qu’il serait dommage d’en profiter seul sans la partager. Je sais, on dit que plus on attend avant de l’ouvrir, meilleur il devient… » glissa-t-il en observant la bouteille qu’il avait en main avec un air faussement sérieux les sourcils froncés avant de reporter un regard plus sincère sur la jeune femme à la porte. « Mais tu me connais… J’écoute jamais ce qu’on dit… »

Un moyen détourné, une façon de lui faire comprendre qu’il n’avait pas su attendre plus longtemps avant de revenir vers elle pour essayer d’arranger les choses. Sean n’était pourtant pas du genre à faire ça, surtout avec les femmes. Mais elle n’était pas vraiment « toutes les femmes », pas vrai? L’homme finit par glisser une main sous sa chemise pour attraper le volet de feuille du rapport et le tira pour le porter en évidence.

« La preuve, j’ai même écris ton rapport… Ouai ouai, je sais… J’aurais pu te le donner demain au bercail. Mais j’aurais plus eu de prétexte pour passer ce soir. Alors… » reprit-il avant de soupirer profondément et de laisser tomber ses mains avec le vin et le dossier le long de son corps « ... Je voulais juste te voir… » conclut-Sean en arquant les sourcils pour marquer l’authenticité de ses derniers mots.

Truth Time ? Oui, ça y ressemblait beaucoup en tout cas… Sean n’avait aucune envie de se manger une porte ou une nouvelle remarque dédaignante, plutôt de se jeter sur elle dans sa jolie robe qu’il ne pouvait s’empêcher de dévorer du regard, mais après tout en partant de zéro on ne pouvait pas perdre d’avantage et tomber plus bas non ?

_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
DLeylah M. Vasquez
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyDim 10 Avr - 21:48

[Ceci étant fait, je peux enfin finir ici]

Elle ne put s'empêcher de pouffer de rire quand même à sa blague sur le vin. Elle ne rit pas à gorge déployée mais elle en sourit et baissa la tête quelques secondes. Elle releva les yeux sur lui en posant sa main sur l'encadrement de la porte afin de l'écouter se défendre. Et il avait de bonnes excuses, ce qui la fit sourire un peu plus avant de secouer la tête. Amusée ? Intimidée ? Impressionnée ? Séduite. Elle lui prit la bouteille - mais pas le rapport - et lui attrapa la veste de sa main libre pour le faire rentrer. Elle referma la porte derrière lui et lui prit le rapport pour le jeter sur la table de l'entrée.

_ Je lirai ça demain. Tu connais ma règle ? Jamais ramener le travail à la maison. Tu devrais le savoir, pourtant. Surtout toi.

Elle le dévisagea avec un léger sourire alors qu'elle jouait avec la bouteille entre ses doigts.

_ Tu n'as jamais vraiment cherché d'excuse pour venir ici alors pourquoi ce soir ? Tu t'ennuyais je parie, hein tu t'ennuyais.

Elle fit une moue et acquiesça en plissant le nez. Elle inspira alors profondément et haussa les sourcils en regardant sa chemise qui comportait bien trop de boutons à son goût ! Elle tendit la main pour lui défaire les premiers du haut afin de le mettre plus à l'aise. Mais c'était sans compter son rapprochement bien que discret.

_ Et bien, dans ce cas, j'imagine... Fais comme chez toi ? Vu le nombre de jours par mois où je te retrouve avachi dans mon lit et à dévorer mes céréales le matin, je crois que je vais finir par te réclamer une pension.

Elle leva un peu plus le menton vers lui, pleine de malice, un sourire en coin qui en retenait un bien plus grand. Moqueuse ? Assurément. Joueuse ? Encore plus. Il avait beau avoir les yeux noirs, elle voyait presque aussi clair que dans de l'eau de roche. Elle le dévisagea pendant de longues secondes. Il voulait juste la voir ? Et bien, maintenant il la voyait. Elle ne l'avouerait pas mais elle était vraiment contente qu'il soit là. De plus, il n'était pas arrivé aussi agressif qu'il en avait l'habitude et chose encore plus agréable, il ne lui avait pas sauté dessus comme un accro sauvage. Rien que pour ça, elle avait envie de le féliciter. Elle ne devrait pas, cela étant, ça ne changeait rien à leur relation instable et pas forcément très saine. Mais après tout, dès qu'elle fermait la porte de chez elle, le travail n'existait plus et ici, il devenait toujours cet autre homme, probablement celui qu'il n'aurait pas à être s'il n'était pas au CRASH.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyLun 11 Avr - 6:44

Rassuré. Enfin. Lorsque DLeylah lui prit la bouteille de vin des mains puis le tira par la veste vers elle pour le faire entrer à l’intérieur de l’appartement, Sean se laissa entraîner tout seul non sans refreiner un petit sourire sur son visage. Est-ce que ses arguments l’avaient convaincue ? Il espérait au fond que non et qu’elle l’avait simplement fait entrer parce qu’elle était contente qu’il soit là. Quoi qu’il en soit les quelques signes qu’elle lui laissait entrevoir avec ce geste, ce sourire si ravageur qu’elle savait prendre et qui la rendait encore plus radieuse, puis enfin ce rapport dont elle les débarrassa pour le jeter sur une table non loin le lui laissa penser... Il connaissait la règle oui, et il y tenait certainement autant que la jeune femme. Le travail menait irrémédiablement au conflit comme ils l’avaient cruellement vérifiés deux jours plus tôt sur le parking, d’où ses excuses dissimulées du soir. S’il n’en avait jamais cherché avant, c’est tout simplement parce qu’elle n’avait jamais refusée qu’il ne la rejoigne.

S’il s’ennuyait ? D’elle oui… Mais c’est bien tout. Avec cette planque, il aurait pu en avoir pour la nuit mais ne pouvait que constater au final qu’il avait fait le bon choix en venant chez elle. L’homme mordit ses lèvres entre elles et pinça un sourire charmé et acquis de sa hauteur plus grande de laquelle il ancrait son regard au sien et devant cette moue littéralement irrésistible qui faisait toujours autant de ravages chez lui, puis posa ses mains sur ses hanches pour l’attirer un peu plus contre lui… DL défit ensuite quelques boutons de sa chemise noire, comme si elle cherchait à prendre de l’avance ? Il est vrai qu’entre sa lourde veste de cuir, le holster avec ses deux berettas qu’il portait en dessous, sa chemise, sans oublier sa batterie de bijoux et chaînes au cou, il valait mieux. Des signes extérieurs de richesse qu’il exhibait sans gêne avec sa démarche de cowboy et qui devaient certainement un peu plus énerver la jeune femme dans ses mauvais jours au boulot. Mais pas ici… Une pension oui… Bientôt elle allait se plaindre.

« Une pension hmm ? Ca ressemble beaucoup à une tentative de corruption ça, Suave mia… » glissa-t-il doucement en lui rendant ce même sourire empli de malice, détachant ensuite ses mains de sa taille pour venir les passer du bout des doigts dans quelques unes des mèches de ses cheveux autour de son visage. « Et puis… Pour l’instant, j’ai plutôt envie de dévorer autre chose… » reprit-il dans un murmure...

Sean finit par poser délicatement chacune de ses mains sur les tempes de la jeune femme pour l’inciter à basculer un peu plus la tête en arrière et lever son visage vers le sien qu’il pencha ensuite lentement sur le côté pour venir trouver ses lèvres et les capturer des siennes… Un baiser placide, emprunt de tendresse de longues secondes durant lesquelles ses paupières ne semblaient plus vouloir se rouvrir ni ses lèvres quitter leurs paires avant que ses mains ne redescendent lentement derrière elle pour se poser sur la chute de ses reins et prolonger alors leur échange avec un degré supplémentaire de passion et de douceur mêlées… L’homme finit par rompre ce bal enflammé et presque avide d’un manque bien trop consumé ces derniers jours pour venir nicher sa tête dans le creux de son cou et s’enivrer de son parfum, déposant un petit baiser sur sa peau au passage, apaisé de retrouver cet ensemble de sens qui faisait toujours que dans ces moments, il n’y avait ni police, ni enquêtes, rien qu’eux…

_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
DLeylah M. Vasquez
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyLun 11 Avr - 21:06

Il était très difficile pour elle d'imaginer que cette homme-là était celui qu'elle tentait de faire enfermer. Il était si loin de cet homme-là. Il était si dur à croire qu'en fait, elle oubliait dès l'instant où il posait une main sur elle. Il avait ses moments, parfois c'était un véritable peigne cul, insupportable, grognon, détestable, caractériel. Et des fois, il était... Juste comme ça, juste ce qu'elle voulait, et tout simplement. Elle ne le quitta pas des yeux lorsqu'il posa ses mains sur ses tempes pour encadrer son visage. De toute façon, elle n'avait pas envie d'aller ailleurs du tout. Elle n'était pas assez naïve pour s'imaginer dans un autre monde où il serait quelqu'un d'autre et elle une princesse, elle était loin de tout ça mais il lui arrivait de penser qu'un jour, peut-être, le travail cesserait de s'immiscer entre eux.

Mais pour l'heure, la question ne se posait pas. Et Sean n'était que ce qu'elle voulait depuis des jours : un peu de réconfort, de tendresse.. Ce qui était étonnant, c'est qu'ils soient autant en phase à ce sujet l'un que l'autre. Ils ne l'étaient pour rien d'autre que ça. Dans un sens, c'était rassurant, dans un autre... C'était comme se mentir à soi même. Après tout, ça ne pouvait pas faire une vie, pas vrai ? Pourtant, elle se sentit bizarre lorsqu'il lova sa tête dans son cou pour la serrer contre lui. Il avait toujours une blague bien sentie, une remarque un peu graveleuse, une réplique de film de série B qui ne comportait que des sous entendus bien entendus. mais là... Il était bien trop calme. Et bien trop tendre aussi. Ca la rendait curieuse mais elle n'en dit rien et se contenta de passer ses bras autour de ses épaules - qu'il avait nettement plus larges qu'elle - pour lover à son tour sa tête contre lui. Elle se sentait bizarre pour autre chose aussi. Il avait cette grosse veste, elle sentait le holster sous son étreinte ainsi que les armes, probablement chargées. Et elle se sentait profondément gênée par ce contact très peu rassurant. Beaucoup de personnes se sentaient en sécurité avec une arme, ce n'était pas son cas.

Mais DL était réticente à l'engagement et chaque jour qui avançait dans leur relation la rapprocher d'une évidence qu'elle continuait de réfuter. Non, ça il en était hors de question. Alors à chaque fois que leur relation devenait un peu plus "sérieuse", elle en brisait les violons comme garder le contrôle de sa propre vie.

_ Si tu n'enlèves pas ce qui te sert de faux abdos afin de te faire paraître plus gros aux yeux des femmes et donc plus musclé... Je les fais brûler en enfer dans les 5 prochaines minutes. Et tu sais que j'en suis capable.

Cette remarque, pleine de sarcasme, de cynisme et autant d'humour, elle l'avait dite sans même desserrer son étreinte ni même bouger de ses bras. Son appartement avait beau être un capharnaüm, elle aimait l'odeur qu'il dégageait. Mais elle avait ses limites. Pas d'armes à vue ni sur soi dans l'enceinte de son appartement. C'était la seule chose qui lui était privée, la seule chose qui était loin du travail et elle tenait à ce jardin protecteur.

[HJ : Yeaaaaaaaaaaaah j'ai enfin réussi à le finiiiir !!!]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyMar 12 Avr - 8:09

Depuis tout petit, Sean n’avait jamais vraiment eu de notion de lien ni d’attache à l’autre. Là où il était né, où il avait grandit, ça n’existait pas. A l’origine de ce mal en lui sans doute, une mère célibataire et trop défoncée au crack pour réussir à s’occuper de lui et lui apporter l’amour dont un enfant a besoin. Ses amis n’en avaient ensuite pas vraiment été non plus. Plus des compagnons de larcin dans la rue. Une fois rentré dans la police, ce fut définitivement perdu surtout après son passage dans la première version du C.R.A.S.H. Seul son passage dans les rangs universitaires aurait pu peut-être lui offrir une occasion de découvrir ce qu’était l’amitié ou l’amour, les vrais, encore aurait-il fallu pour ça qu’il ne soit pas toujours aussi ancré à ses origines et simplement là pour ses talents de footballer de l’époque. L’amour ? Il ne connaissait pas. Sean était plutôt du genre à se nourrir de haine et à carburer à ça pour avancer. A 35 ans, c’était plutôt triste mais lui considérait que c’est ce qui faisait qu’il était toujours en vie aujourd’hui.

Il finirait probablement seul avec un tel verrou dans la poitrine et le savait. Pas très vieux non plus étant donné son train de vie… Mais comme beaucoup de gens, il aimait croire de temps en temps qu’il était possible que cela change facilement et que cela n’appartient qu’à lui, en l’occurrence avec la seule femme dont il appréciait autant la présence, la beauté et le caractère. Dleylah. Qu’est-ce qu’il ferait ici cette nuit sinon, au beau milieu de la nuit et après deux jours une dispute où elle l’avait repoussé ? Sean n’y pensait plus, pas plus qu’à ses divagations d’horizons futurs différents. Il était simplement d’humeur à profiter de sa présence, de sa douceur de femme, loin du reste et surtout loin du boulot. Leur échange enflammé mis en veille, les bras de DL enlacés autour de son cou, elle finit par exiger qu’il retire le holster portant ses armes caché sous sa veste et l’homme redressa doucement la tête pour retrouver son regard avec un large sourire amusé.

« Je ne laisse jamais les armes, tu le sais ça… Je ne capitule pas… » lui glissa-t-il avant de se mordre les lèvres dans un air plein de malice avant d’ajouter « Tu veux me désarmer ? … Fais le toi-même… »

Joueur… Oui. Evidemment, DL aura compris qu’il s’agissait d’humour. Sean se fichait pas mal de retirer ses armes, il n’en avait aucun besoin ici et comprenait que cela n’était pas tout à fait l’accessoire indispensable à un contact physique agréable. Un contact qu’il recherchait autant qu’elle et bientôt plus activement lorsque ses lèvres revinrent saisir les siennes dans un nouveau baiser emprunt de d’avantage de langueur alors que l’homme avança de quelques pas pour inciter DLeylah à lentement reculer en arrière jusqu’à être collée dos à un mur… Lorsqu’il rompit à nouveau ce baiser, ses lèvres replongèrent dans le creux de son cou et remontèrent alors irrésistiblement le long de sa mâchoire et jusque sous son menton pour lui faire légèrement lever le visage et lui sussurer de nouveaux mots...

« Moi je te l’ai dis, je ne suis qu’un homme guidé par la faim… Avec ou sans armes, je pars à la chasse pour dévorer ce que je convoite… » murmura-t-il contre ses lèvres alors que ses mains quittèrent finalement le bas de son dos arqué contre le mur sur lequel elle reposait pour glisser lascivement le long de ses hanches et niveler lentement jusqu’à ces cuisses, venant s’arrêter sur le bas de sa robe où Sean crispa doucement le bout de ces doigts pour en froisser le tissu à l’intérieur de ses mains qui se fermèrent doucement en poings et finirent ensuite par remonter lentement ensemble le long de ses jambes pour la relever jusqu’à sa taille…

_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
DLeylah M. Vasquez
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyMar 12 Avr - 12:09

Elle l'avait trouvé bien calme, aussi, voilà qui avait été curieux. Ca l'avait presque inquiétée. Presque. Elle l'aimait bien aussi quand il était calme. Mais maintenant, ce qu'elle se disait c'était que demain matin, elle aurait de tout petits yeux. Mais sûrement que c'en vaudrait la peine. Le pouvoir de Sean, c'était d'entraîner les gens avec lui. Il avait cette assurance presque forcée, cet envoûtement certain qui faisait de lui un être sûr et confiant. Parfois, elle avait du mal à lui résister et parfois elle ne se rendait même pas compte qu'elle ne lui offrait aucune résistance. Comme maintenant. Elle aurait pu avoir mille excuses, être indisposée, remettre la dispute de l'autre jour sur le tapis, elle aurait pu simplement ne pas en avoir envie. Le fait qu'il ne demandait même pas - ou du moins à sa manière - était tout simplement une preuve qu'elle ne lui disait rien, qu'elle se laissait faire, sans résistance.

En fait, elle en appréciait chaque seconde et resserra un peu plus ses bras autour de son cou. Si jusque là elle avait été à peu près sage, c'était parce qu'elle se calquait sur son rythme à lui. De plus, cette très légère accalmie lui avait fait sentir quelque chose d'étrange et maintenant qu'il redevenait peu à peu celui qu'elle connaissait réellement, elle était comme rassurée. Elle glissa ses doigts de sa nuque à son cou pour le garder contre elle, qu'il continue autant qu'il voulait de lui embrasser le cou ou peu importe ce qui lui tombait sous les lèvres. C'est qu'il savait lui parler. Et non seulement il savait lui parler mais il savait aussi la toucher, c'était incroyable qu'il ne sache pas la cerner au travail alors qu'il pouvait tout deviner d'elle une fois qu'ils étaient seuls.

Notez que jusqu'à présent, c'était lui qui parlait le plus. Et que bizarrement, c'était elle qui était plus agacée par ça que l'inverse. Aussi chercha-t-elle à le faire taire. Elle tourna la tête pour retrouver ses lèvres et fondre sur ces dernières avec une passion dévorante. Ses mains glissèrent sur son torse alors qu'elles passaient sur ses épaules pour lui retirer sa veste et la laisser tomber en arrière. C'était comme si tout à coup, elle se réveillait alors qu'elle lui enlevait le holster et les armes en suivant. Le tout sans quitter ses lèvres qu'elle chérissait avec une grande application. Elle passa alors ses doigts sur les boutons de sa chemise pour continuer de la lui déboutonner.

Elle avait hâte de retrouver la forme de ses épaules et les muscles de son dos et ce ne fut qu'une fois débarrassé également de sa chemise qu'elle se cramponna à lui, l'entourant de ses bras. Lentement, elle fit glisser une jambe le long de celle de Sean, remontant comme si elle suivait le geste de ses mains. Pourtant, elle était rythmée par les battements de son coeur alors qu'elle serrait les épaules de Sean entre ses doigts. Elle l'avait prise au mot, elle l'avait déshabillé et désarmé. Elle profita d'un instant pour le regarder dans un sourire entendu et tout aussi malicieux que lui.

_ Et là, tu ne capitules toujours pas ?

Si elle n'avait pas eu cette part de malice en elle, sûrement que Sean ne l'aurait pas supportée bien longtemps. Ca faisait partie de leur jeu commun, de cette espace de jardin secret qu'ils partageaient une fois la nuit tombée loin des bureaux, des gangs et des armes. Sur ce point, ils s'entendaient, ça c'était certain.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyMar 12 Avr - 13:42

Joueur, oui. Coquin. Envoûté tout simplement par le charme que DL savait dégager sur lui et qui l’ensorcelait chaque fois avec la même force. Les sous-entendus de Sean étaient toutefois assez explicites, et d’avantage encore lorsqu’il y joint les gestes et enferma le tissu de sa robe à l’intérieur de ses mains refermées pour le faire lentement remonter le long de ses cuisses et jusqu’à sa taille… Douces entreprises auxquelles la jeune femme ne tarda pas à répondre en s’efforçant de faire tomber le cuir qu’il portait de ses épaules, puis son holster avec les armes avant de se repartir à l’attaque des boutons de sa chemise dans un baiser prolongé avec passion et effervescence par les lèvres charnues de l’homme… Le dernier vêtement du haut qui séparait la fièvre encore latente de son torse de sa poitrine finit par tomber à son tour avant que les bras de la jeune femme ne s’enroulent à nouveau autour de son cou et que sa jambe ne remonte lentement le long de la sienne… Capituler ?

« Jamais… » se contenta-t-il de souffler de manière à peine audible dans un nouveau sourire empli de malice et de complicité.

L’homme posa alors l’une de ses mains sur la jambe relevée de DLeylah et se mit à la parcourir de lascives caresses, l’envahissant de douceur sous son passage et glissant dans une lenteur folle le long de sa peau pour finir par arrêter cette sensuelle balade sous sa cuisse… Alors qu’il jouait à faire frôler leurs bouches comme si elles se cherchaient à nouveau, celles de Sean vinrent finalement saisir la lèvre inférieure de la latina pour la mordre délicatement… Sa seconde main, elle, ne tarda pas à imiter la première et se glissa à son tour sous son autre cuisse, laissant à peine le temps à DL de se cramponner plus fermement autour de son cou et se préparer à nouer ses jambes autour de sa taille, avant de raffermir sa prise et la soulever soudainement au dessus du sol pour la porter contre lui… Accrochée à lui, en apesanteur sous la puissance de ses bras soutenant son poids sous la courbe de ses fesses, Sean détacha alors son dos du mur contre lequel elle était collée et se dirigea ensuite avec la belle dans ses bras vers sa chambre dont il connaissait maintenant le chemin par cœur…

Arrivés à celle-ci où il marcha jusqu’au bord de son lit, il se pencha doucement en avant pour la déposer le plus délicatement possible allongée sur le dos… Ses mains en appuis de chaque côté de son corps laissant sa stature surplomber sa fine et voluptueuse silhouette, Sean se pencha à peine d’avantage sur elle et revint alors trouver un baiser plus languide que les précédents, plus passionné aussi… Un baiser qui ne laissait désormais planer aucun doute sur l’intensité et le degré de son désir consumé pour elle… Ses lèvres finirent par se détacher des siennes pour plonger dans son cou et y déposèrent la chaleur de ses souffles entre deux petits baisers avant de descendre le long de son buste jusqu’au décolleté de sa robe où elles traînèrent inlassablement sur les prémices de sa poitrine, bases de monts de plaisir qu’elles comptaient bien retrouver plus tard… Car son irrésistible descente ne s’arrêtait pas là…

Sean continua de niveler jusqu’à son ventre pour arrêter finalement son visage entre ses cuisses, posant alors chacune de ses mains sur ses hanches pour finir de remonter le bas de sa robe au dessus de sa taille pendant que ses lèvres glissaient sur le tissu de son sous-vêtement, l’attrapant même du bout des dents comme s’il voulait le retirer ainsi, avant de finalement relâcher la prise de ses mains sur sa robe pour venir les faire se saisir de cet ultime vêtement faisant encore obstacle au fruit de ses envies… L’homme tira doucement dessus pour le faire passer sous ses fesses puis l’accompagna le long de ses longues jambes avant de le jeter au sol… L’ultime regard qu'il lui adressa par la suite abritait déjà les foudres de luxure qu’il allait abattre sur elle et qui n’attendirent pas plus longtemps puisqu’il plongea à nouveau sa tête entre ses cuisses ouvertes qu’il enveloppa de chacun de ces avant-bras et de ses mains, comme pour anticiper les remous réactifs auquel son corps allait être soumis dans la cible qu’il cherchait…

L'homme trouva bientôt celle-ci lorsqu’il laissa ses lèvres frapper de leur langueur aux portes de son intimité pour y entamer un baiser torride et peu à peu plus invasif sous les premières agitations de sa bouche, puis bientôt de sa langue parcourant langoureusement ses lèvres intimes avant de s’immiscer doucement en elle pour s’activer avec plus de frénétisme… Appliqué à sa tâche, raffermissant l'étreinte de ses avant-bras autour de ses cuisses, rapidement ses lèvres se firent plus dévorantes sur cette entrée féminine, chaude et humide… Sa langue mêlée à ses tumultes s’agita alors avec plus d’ardeur à la recherche de toujours plus de points sensibles en elle pour l’immerger de ces vagues d’extase, véritables tsunamis de délices qui provoqueraient l’ultime avalanche de plaisir par laquelle il voulait passer dans cette ascension vers des sommets de liesse charnelle…

_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
DLeylah M. Vasquez
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyMar 12 Avr - 17:56

[Bon, donnons nous du courage.]

Elle se hissa naturellement dans ses bras dans un sourire avant de fondre à nouveau sur ses lèvres le temps qu'il les amène dans la chambre, s'accrochant à son cou et ses jambes autour de sa taille, bien ravie qu'on prenne soin d'elle ce soir. Elle se laissa installer en continuant de l'embrasser, sa main parcourant son dos d'une longue caresse alimentée par une légère pression dans les doigts, comme pour marquer son "territoire".

Elle leva légèrement le menton pour le laisser naviguer à sa guise dans son cou et sa gorge et remonta sa main dans sa nuque alors qu'il descendait plus bas. Il était si doux qu'elle se sentait comme dans un nuage, comme dans du coton. Elle était étrangement bien, à l'aise. Elle rouvrit les yeux pour le regarder dans un sourire, se mordant une lèvre de malice. Alors qu'il entreprenait de la soulager de ses sous vêtements, elle l'aida et leva lentement son genou pour lui caresser le visage au passage, sa jambe glissant contre son bras. Elle pouffa de rire alors qu'il entourait ses cuisses de ses bras et pencha la tête pour mieux le voir.

_ Qu'est-ce que tu fais ?

Mais elle eut très vite sa réponse et fut prise d'un hoquet de surprise. C'était la soirée des nouveautés ! Un rapport, il ne venait pas les mains vides, plus la douceur de ses mains, sans parler de sa manière d'abdiquer face à elle ? Il était vraiment curieux mais elle adorait ça. Elle sentit les battements de son coeur accélérer et ses muscles se tendre petit à petit. Elle sentit la chaleur remonter de son ventre jusqu'à sa poitrine et son genou remonta un peu plus près de son visage à lui. Sa voix n'était qu'un souffle, comme si sa gorge était trop serrée pour parler.

_ Sean ?

Il n'y pensait pas ! Sincèrement ? Il était vraiment incroyable ! Il n'avait absolument rien à y gagner et pourtant, il y mettait beaucoup d'énergie. Elle répéta son nom encore, comme si elle avait froid et qu'il lui manquait. Elle se serait bien débattue afin de le retrouver mais curieusement, elle n'y arrivait pas, elle se sentait comme piégée dans un nuage de guimauve et de shamallow, comme saoulée mais dans le bon sens du terme. Sa tête tournait mais elle ne se sentait absolument pas malade. En fait, elle était à la limite de planer.

Elle renversa sa tête en arrière en passant son pied dans son dos comme pour le coincer puis elle serra ses draps entre ses doigts, laissant échapper un "O Madre Dios". Elle sentit alors une vague déferler dans son ventre, se sentant tout à coup si bien qu'elle en poussa un soupir de soulagement et de bien être. Elle ignorait totalement ce qui l'avait motivé mais elle aimait beaucoup ce Sean là ! Elle espérait bien qu'il resterait dormir à la maison, il avait l'air rudement intéressant et... Et elle aimait beaucoup ce Sean là, oui. L'envie d'une remarque traversa sa gorge mais n'atteint pas ses lèvres, elle en était bien incapable. Elle laissa alors sa tête rouler sa tête sur le côté en poussant un nouveau soupir de contentement alors qu'un sourire illustrait de plus en plus son visage.

[C'est nul oui je sais mais bon... Fallait pas trop m'en demander non plus]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyMer 13 Avr - 5:19

Une improvisation ? Totalement. Sean se sentait d’humeur joueuse et innovante cette nuit, bien décidé à la refaire pleinement acquise à ses dons de mâle après cette courte période de troubles liée à leurs jobs. Sans compter que l’homme désirait décidemment beaucoup trop DL… Son application dans la délectation du fruit de ses envies les plus lubriques, exprimée dans quelques profonds soupirs et chauds souffles irradiant sur son bas ventre en témoignaient de même que l’ardeur avec laquelle sa langue et ses lèvres s’activaient en elle pour déclencher un véritable incendie de plaisirs sur cette entrée intime... Stimulé par les réactions de DLeylah à la gourmandise de son traitement, Sean fit durer sa tâche de longs instants durant avant que ces flammes impétueuses, prémices d’une nuit qui s’annonçait bien longue et définitivement torride, finirent par retourner à l’état de braises et stoppèrent les effusions exaltantes nourrie par ses gestes lorsqu’il abandonna son corps et redressa son buste entre ses cuisses…

Le sang de l’homme bouillait de mille besoins physiques plus grands, plus pressants… Désormais trop. Son corps la réclamait à présent toute entière, comme le développement bien visible de sa virilité sous le tissu du pantalon qu’il portait le révélait cruellement. Sean se pencha alors à nouveau sur le corps de sa sublime maitresse en appui sur l’une de ses mains à côté d’elle et s’enquit de se débarrasser de cet ultime vêtement qui leur faisait encore obstacle de l’autre pendant que ses lèvres s’occupaient de retrouver le gout parfumé des siennes dans un baiser avide et quelque peu anarchique dans son intensité un brin sauvage… Le pantalon descendit le long de ses jambes et finit par tomber au bord du lit après qu’il en ait joué de quelques mouvements, libérant alors un tout autre membre développé à l’apogée de sa puissance et flirtant avec sa cuisse, effleurant sa peau en remontant lentement et irrémédiablement le long de celle-ci jusqu’à se présenter à l’entrée de son intimité encore marquée par l’humidité de son traitement quelques instants plus tôt…

Son sexe brulant glissa doucement sur ses lèvres féminines avant de s’y fondre doucement et s’y engager progressivement de toute son ampleur au moment où leurs bouches se quittèrent pour laisser Sean expirer un profond soupir de soulagement. Sa tête plongea elle doucement vers la poitrine gonflée de DL, se soulevant dans sa respiration au dessus des muscles de son torse et de ses épaules… Ses premiers mouvements de bassin terriblement sensuels, encadrés entre la chaleur de ses cuisses, se voulaient inquisiteurs, tout en lenteur et en profondeur, redécouvrant cette galerie à plaisirs brulante dans laquelle il ne s’était pas sentit la posséder un moment… Sa mécanique devint peu à peu plus fluide et se débrida progressivement jusqu’à atteindre une cadence plus fournie dans ses allers et venus, commençant à créer de premiers spasmes d’extases dans le régime continue de ses oscillations…

La fréquence des passages de son membre en elle nourrit très vite plus d’intensité et de rythme dans son effort… Les souffles de Sean vinrent eux s’expirer dans le creux de son cou pour devenir plus haletants, expulsant de manière toujours plus audible une respiration visiblement éprise par la fièvre qui possédait son corps… La symphonie naissante de cet amalgame délia bientôt un cycle soutenu dans ses engagées en elle, véritable démence qui venait de se s’emparer de son esprit, et de son bassin dont les mouvements ne semblaient jamais avoir été autant vivifiés et stimulés par la magnitude des vagues viriles qu’il imprimait… Les mains de l’homme enveloppèrent alors chacune de ses cuisses entourant son bassin et y glissèrent en sensuelles caresses pour se joindre aux effets toujours plus saisissant et transportant tous leurs sens de cette union érotique…

_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
DLeylah M. Vasquez
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyMer 13 Avr - 6:44

[Non, plus sérieusement, c'est bien parce que c'est toi parce que je fais plus ce genre de choses depuis très longtemps. Mais parce que t'écris bien et que tu formules bien tes phrases, je fais l'effort]

Une question l'habitait. Une question qu'elle n'eut pas le temps de poser, toutefois. A peine revenait-il à la charge qu'elle rouvrait les yeux sur lui avec un air étonné. Ou presque. Tout ceci n'avait été qu'une mise en bouche - sans mauvais jeux de mot - un prologue. Et elle se rendit compte que cette chaleur au creux de son ventre était toujours là, bien vivace. Le fait simplement de porter son regard sur lui ravivait cette animation en son fort intérieur et aussitôt qu'il revenait contre elle, elle releva doucement un peu plus sa jambe dans le creux de ses reins dans un nouveau soupir de soulagement. Il lui tenait chaud et elle ne s'était pas encore rendue compte de combien il lui avait manqué.

Aussi cette prise de conscience naturelle s'exprima dans une étreinte forte et soignée où elle l'entoura gracieusement de ses jambes puis de ses bras dans son dos. Elle serra sa peau sous ses doigts, l'incitant à rester encore plus près d'elle. Cependant, si jusque là, il avait innové ou agi d'une façon un peu extraordinaire, il redevenait ce même Sean que tout homme habite. Elle en aurait été presque déçue ! Mais il faisait ça si bien que de toute façon, à l'endroit ou à l'envers, elle aurait été contente, naturellement.

Pourtant jusque là, il ne s'était contenté que de lui faire plaisir à elle, il ne s'était consacré à elle. S'il avait quelque chose à se faire pardonner alors elle n'était même plus capable de se souvenir de quoi ! Il avait comme effacé toute son ardoise. Elle cramponna ses jambes autour de lui avant de le faire rouler sur le dos. Elle se redressa légèrement sur ses bras pour le regarder d'en haut, ses cheveux tombant sur son visage. Elle plongea sur ses lèvres sans cesser d'accompagner Sean dans ses mouvements frénétiques puis elle se redressa de quelques centimètres, jouant avec la lèvre de Sean entre ses dents, ses mains se promenant sur son torse, épousant chaque forme de ses muscles sous ses doigts, peau qu'elle embrassait de son souffle enivré en remontant dans son cou. Elle mordilla ce dernier jusqu'à son oreille.

Il y avait des choses qu'un homme ne disait pas. Et d'autres qu'une femme ne pensait pas. Ou bien était-ce l'inverse ? cela dépendait des couples, au final. Mais il y avait des moments comme celui-ci où tout se passait quasiment à merveille, où tout allait bien, où tout était parfait, juste comme il fallait. Où le fait même de se sentir bien prenait toute sa définition en l'espace de quelques secondes ou quelques minutes. Et c'était e qui arrivait à DL. Comme si tout devenait subitement limpide dans sa tête tout comme dans son corps. Et il n'y avait pas qu'une union intime qui animait tout son ventre et ses mouvements, il y avait aussi tout à fait autre chose. C'est dans un souffle qu'elle murmura à son oreille, son nez caressant tendrement sa pommette : "Je t'aime."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyMer 13 Avr - 14:28

La ferveur de cette fusion où ils faisaient enfin corps - et peut-être même âmes – prenait un tout autre degré et grimpait de niveaux au fur et à mesure de la montée en régime des mouvements de Sean dominant pour un temps la fine silhouette de DL sous sa massive stature oscillante dans un rythme creshendo… Elle noua bientôt ses jambes autour de sa taille pour renverser la position et passer au dessus de lui sans que l’homme ne résiste outre mesure, l’accueillant en l’enveloppant autour de la chaleur de ses bras qui envahir ensuite sans plus attendre son dos de mille caresses glissant le long de ses reins jusqu’à s’arrêter sur ses hanches pour accompagner les premiers lents remous qu’elle réactiva… Redressée là où son regard surplomba le sien et s’y ancra avec toute l’intensité de désir et de plaisir mêlés qu’il abritait, les mains de Sean se déportèrent lascivement sur son fessier pour guider les mouvements de son bassin sur le sien où siégeait et s’activait la virilité dans les profondeurs de son coffre féminin à plus d’entrain…

Doucement transporté vers un nouvel état de grâce et d’acquisition charnelle, l’homme ressentit de nouveaux spasmes de plaisir prendre possession de tous ses sens, perceptibles dans les troubles de sa respiration et la sensualité pressantes de ses caresses sur sa peau, parcourant inlassablement toute la courbe de ses fesses pour accompagner ses suaves balancements… Après quelques instants, Sean finit par détacher ses mains de son corps pour venir prendre celles de DLeylah dans les siennes, entremêlant alors doucement leurs doigts les uns aux autres et la laissant prendre appui sur ces paumes ouvertes pour mieux se soulever et remuer son bassin sur lui… Ses mains imbriquées aux siennes se crispaient à chaque effusion de plaisir ressenti, ondes inédites d’extase alimentant ce séisme dévastateur qu’elle créait avec toute sa sensualité ravageuse de femme, et l’incitèrent à pousser et appuyer sur ses paumes faire grimper la cadence de ses allers et venus en elle…

Se délectant du spectacle de sa danse voluptueuse en la dévorant d’un regard abritant de nouvelles foudres de désir, les muscles de sa ceinture abdominales se contractaient et se creusaient par intermittence à chaque engagée de son bassin alors que les lèvres de l’homme se mordirent pulsionnellement entre elles jusqu’à ce qu’elle ne revienne s’en saisir en faisant fondre la douceur de son visage sur le sien… Les paupières de Sean se fermèrent lentement au contact des caresses de sa main sur son torse alors que ses lèvres libérées s’entrouvrirent légèrement pour laisser s’échapper un profond soupir réactif à la douce morsure qu’elle imprima dans son cou… L’évasion dans ces abysses de béatitude ne dura pourtant pas bien longtemps lorsqu’il perçu son murmure lui esquissant un « je t’aime » pour le moins inattendu et saisissant son esprit avec une brutalité soudaine…

Surpris, pris au dépourvu alors qu’il rouvrait les yeux comme pour tomber nez-à-nez avec une réalité qu’il ne soupçonnait pas, Sean ne su pas quelle réponse lui donner… Déjà parce qu’il n’était pas certain du véritable fond des mots de la latina et qu’il ne s’y attendait pas du tout. Ensuite parce que lui-même ne les avait jamais prononcé en 35 ans de sa vie. Est-ce qu’il les ressentait pour autant ? Peut-être… Lui-même n’était même pas sûr de savoir ce que c’était réellement mais savait qu’il était totalement incapable de l’exprimer… Sa seule réponse au final fut d’envelopper le corps de DL au dessus de lui antour de ses bras, se croisant alors lentement dans son dos avant de venir trouver un nouveau baiser sur ses lèvres pour dissimuler tant bien que mal le trouble qui le traversait à cet instant précis…

« Bébé… » murmura-t-il dans un souffle presque malgré lui, prêt à lui poser une question à laquelle il finit toutefois par renoncer pour se redresser de son buste avec elle et prolonger leur échange à la verticale de manière plus passionnée en laissant ses mains glisser dans le bas de son dos et jusque sur ses reins…


_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
DLeylah M. Vasquez
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyMer 13 Avr - 16:18

Lorsqu'elle réalisé que les mots étaient sortis de sa bouche, c'était déjà trop tard. Elle ferma les yeux en recevant son baiser un peu telle une automate, d'abord étonnée qu'il ne dise rien à ce sujet et d'autant plus lorsqu'il la serra contre lui pour se redresser sans la lâcher. Elle avait déjà imaginé cette situation et l'avait oubliée en se disant que ce n'était qu'un fantasme de petite fille ou de super héros. Comme si ces mots pouvaient faire changer Sean et lui faire comprendre ce qui n'allait pas dans sa manière de travailler. Mais elle était ni naïve, ni une héroïne aussi elle pensa que Sean ne réagissait pas tout simplement parce que cette nuit devait avoir quelque chose de particulier. Lui-même était particulier ! Elle eut un léger sursaut en pensant en elle-même que si ça se trouvait, il ressentait pareil ! Non, c'était absolument impossible ! Pourtant, rien que dans la façon qu'il avait de lui parler et de l'appeler. Elle en eut des frissons dans le dos. Et ce ne fut pas uniquement à cause de l'acte qu'ils étaient en train de commettre d'une manière très particulière. Il arrivait souvent à Sean d'être sage. Mais là, il était tout à fait tendre et doux et elle ne lui avait pas encore connu une telle constante du moment où elle ouvrait la porte au moment où ils fermaient les yeux pour dormir, enfin.

Redressée contre lui, elle l'enferma dans ses bras en portant ses lèvres sur son épaule et se laisser bercer par les mouvements enivrants de Sean. Elle finit par fermer à nouveau les yeux lentement afin de profiter pleinement de cette étreinte chaleureuse et presque aussi salvatrice qu'un bain moussant, ce qui n'était pas peu dire ! Reprenant le dessus sur son propre trouble, elle pressa ses doigts dans son dos et lui embrassa l'épaule puis le cou, laissant courir sur sa peau son souffle irradiant de chaleur et autant de désir. Un désir nouveau s'il en était et nettement plus ardent. Moins passionné et plus langoureux, plus expressif.

Son bassin suivait chaque demande de Sean, chaque vague qu'il commandait, elle lui offrait au centuple. Elle monta sa main sur sa nuque et lui encadra la mâchoire de ses doigts pour revenir l'embrasser, lui dévorant presque les lèvres de hâte. Elle serra ses jambes dans son dos afin de le ressentir d'autant plus profondément en elle alors qu'elle relevait le menton, le laissant aller explorer sa poitrine d'une caresse derrière sa tête. Peut-être sentirait-il les battements forts de son coeur. Sa main libre se retenait davantage à son dos dont elle parcourait chaque muscle et chaque courbe sous ses doigts, savourant sa force.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyJeu 14 Avr - 10:34

Pas sûr d’avoir bien compris ce qu’il venait de se passer et pas sûr non plus d’avoir bien envie de le comprendre, Sean s’efforça de dissiper le trouble qui s’était installé dans son esprit et de se reconcentrer sur le moment présent pour repartir à la poursuite de l’autoroute sur laquelle ils avançaient à grande vitesse vers des sommets de plaisir. Heureusement, le moindre des baisers de DL, le moindre de ses soupirs, la moindre de ses caresses suffisait à le faire replonger dans un océan de bien l’évadant corps et âme aux seules sensations extasiantes de leurs ébats. Redressé de son buste contre la jeune femme, ses lèvres revinrent se saisir des siennes plus intensément que jamais, sans aucun doute guidées dans leur faim par les mots qui venaient de précéder ce baiser enflammé, alors que les mains de Sean se glissèrent derrière elle pour s’arrêter sur la chute de ses reins là où il guida son bassin à de nouveaux mouvements…

Une nouvelle danse endiablée se créa progressivement entre leurs deux corps, nourrissant une ultime tempête de désir et de passion conjugués aux effets dévastateurs d’exaltation que les passages de sa virilité alimentaient dans les profondeurs de son antre. Les lèvres de l’homme revinrent couvrir le creux de son cou de languides baisers entre deux souffles brulants de sa respiration effrénée par l’intensité de ce bal avant de lentement niveler sur la poitrine de sa maitresse pour la couvrir des mêmes lascives attentions alors que les caresses de ses mains se réactivèrent avec plus de pression au bout de ses doigts sur ses fesses au moment où il sentit les longues jambes de DLeylah se croiser derrière lui… De stimulations en stimulations, d’effusions de plaisir en effusions de plaisir, Sean se sentit progressivement approcher du point de rupture et appuya d’avantage les caresses de ses mains guides pour provoquer un dernier entrain le menant tout droit à un orgasme vrombissant et ravageur de sens…

L’homme expira alors un puissant souffle contre sa poitrine, irradiant son sein de la chaleur expulsée sur tout son généreux volume avant de relâcher doucement l’étreinte de ses mains autour de sa taille… Son visage se pencha lentement en avant pour déposer son front emprunt de quelques bribes de transpiration, témoins de l’ardeur de leur fusion, contre son buste quelques secondes durant avant de se laisser doucement retomber en arrière pour allonger complètement son dos sur le lit et emporter Dl avec lui… Une nuit une fois de plus inoubliable, et d’avantage encore par ce qui s’était placé au centre de leurs ébats… Ce « je t’aime » murmuré de manière à peine audible mais qui résonnait encore bien dans l’esprit de Sean malgré les brumes d’extases qui le saturaient encore… Les mouvements de respiration de son torse, se gonflant et redescendant à haute fréquence peinait toujours à retrouver son calme malgré la pression d’ivresse qui commençait à doucement baisser autour de leurs corps brulants collés l’un à l’autre…

Ses bras repassèrent doucement derrière DLeylah pour l’envelopper autour de leur puissance et conserver cette chaleur les liant, laissant bientôt quelques caresses glisser du bout de ses doigts le long de son dos et jusqu’à sa frêle épaule…. Pas besoin de mots. Sean n’en avait pas de toute façon… Ce simple contact physique conservé suffisait à lui apporter le bien qu’il était venu chercher chez elle ce soir, et que DL était sans nul doute la seule à lui apporter avec autant de réussite.

_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
DLeylah M. Vasquez
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyJeu 14 Avr - 12:32

Le souffle chaud qu'expira Sean contre sa poitrine l'irradia d'une vague de frissons, comme si jusqu'à présent, elle avait eu si froid. Elle sentit cette vague jusque dans le bas de ses reins, amenant la chair de poule sur ses bras. Elle conserva sa main derrière sa tête pour le garder contre elle alors qu'elle se contractait de tous ses membres, tel l'enfant qui cherche à retrouver sa position foetale initiale. Ses jambes s'étaient alors resserrées dans son dos et elle avait d'autant plus enfermé les épaules de Sean dans sa main, comme si elle avait cherché à ne faire qu'un, totalement avec lui, ou qu'il la possède entièrement. Jusqu'à présent, il avait été le seul à lui faire ressentir ces choses-là de cette manière là. Et elle n'avait jamais vraiment trop compris pourquoi lui et pas un autre. Mais c'était comme ça. Elle ne lui dirait pas mais il lui arrivait assez fréquemment d'en profiter. C'était dans ces moments-là que Sean prenait le sens d'une drogue à ses yeux et d'une drogue dont elle avait plus que besoin. Ce n'est que quand la vague déferla dans le creux de son ventre qu'elle replia la tête pour plonger le nez dans son cou qu'elle mordilla délicieusement en laissant les frissons lui parcourir le corps jusqu'au bout des orteils.

Elle sentit alors chacun de ses muscles se détendre les uns après les autres et elle lui embrassa le cou avant de remonter vers son oreille, promenant sur le chemin de sa balade son souffle chaude de femme comblée dont elle lui faisait profiter. Elle chercha ses lèvres doucement pour lui embrasser furtivement avant de caler contre elle dans une étreinte protectrice presque. Elle lui caressa l'arrière de la tête et les épaules de ses doigts tout aussi tendres avant de se laisser suivre quand il se rallongea sur le dos.

Pas décidée encore à se séparer de lui, surtout dans ces moments là qu'elle chérissait bien plus que l'acte en lui-même, elle promena sa main sur son torse avant de revenir l'embrasser et promener son nez tendrement sur son visage dans un sourire aussi ravi que malicieux.

_ Où est-ce que tu as appris à faire ça ?

Elle promena ses lèvres dans son cou jusqu'à son torse. Un certain sujet à aborder ? Cela ne viendrait sûrement pas d'elle. Pour le moment, elle avait juste honte d'avoir laissé échapper une chose pareille. Sean devait être furieux, ce qu'elle trouvait étrange car il ne disait rien et semblait rester serein. Ou alors il le cachait bien. Quant à son hypothèse du "C'est réciproque", elle n'y songea pas un seul instant, c'est physiquement impossible. Sean n'était pas capable d'une chose pareille, selon elle. Sinon il ne serait pas devenu ce qu'il était devenu.

Elle continua de promener sa main sur son torse, jouant du bout de ses doigts sur sa peau chaude puis elle cala sa tête contre lui, profitant de ses bras autour d'elle. Elle ferma les yeux quelques secondes en remontant la jambe sur les cuisses de Sean et un sourire ne quittait pas ses lèvres. C'était comme affirmer qu'il lui appartenait à elle et à personne d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyVen 15 Avr - 14:10

Après cette décharge vive en sensations – et également en émotions – ressentie et partagée avec elle, l’esprit de Sean se troubla d’une sorte de nuages dans les cieux qu’il avait toujours l’habitude de côtoyer après ces moments passés avec la jeune femme… Son corps éprouvé par l’intense fusion à laquelle il avait pris part avait doucement relâché la contraction de ses muscles pour se laisser tomber sur le dos et s’allonger avec DL. Voilà où et comment il se sentait le mieux… Sa frêle silhouette blottie contre lui, la chaleur de sa peau contre la sienne, la douceur de ses mains… Et ce sourire puis cette voix cristalline qui finit par briser la symphonie des souffles de leur respiration ébranlées pour lui demander avec toute sa malice où avait-il appris à faire ça. Sur le thème de l’humour, il lui aurait bien raconté comment il avait perdu sa virginité à treize ans avec une fille qui en comptait six de plus et qui était passée sous la moitié des autres mecs de son quartier, mais il avait plus intéressante et surtout plus sincère comme réponse.

« Ca ? Comme ça ? Ici il me semble… » lui glissa-t-il dans un fin sourire complice avant de redresser légèrement la tête pour venir trouver ses lèvres des siennes dans un baiser furtif.

Vrai. Il n’y avait bien qu’avec elle et ici que Sean s’abandonnait et s’épanouissait autant physiquement et spirituellement et que la notion de faire l’amour prenait tout son sens, au contraire de la plupart des femmes avec qui il pouvait bien baiser. En tout cas, s’il n’avait pas répondu à ses mots quelques instants plus tôt et ce « je t’aime » qui l’avait pris au dépourvu, cette réponse allait bien dans ce sens… Sean n’avait pas envie d’y revenir, ni de lui demander le pourquoi du comment qui l’avait amené à dire ça. Pas crainte peut-être… Il préférait se dire que DLeylah avait lâché ces mots sans y penser et ne pas leur donner l’importance qu’ils pouvaient laisser présager dans le cas contraire. C’était plus sûr. Pour elle… Et pour lui aussi. Ne pas y croire revenait à ne pas être dans le doute et donc à ne pas réfléchir, à rester maitre des choses et donc à rester fort. Le jour où de vrais sentiments seraient mis en jeu dans leur relation, du moins de manière clairement exposés, il ne contrôlerait plus rien et ça… C’était bien l’une des rares choses que craignait Sean.

Les paupières légèrement plissées de fatigue et de réflexion mêlées, le regard perdu sur le plafond mais l’étreinte de ses bras toujours aussi chaude et protectrice autour du corps de la belle latina, Sean chercha de longues secondes un moyen de rester dans l’esprit sans mettre totalement les pieds dedans. En même temps, DL ne semblait pas plus préoccupée par ses fameux mots que cela pas plus que par son absence de réponse. Soit. Le sujet disparaitrait aussi vite qu’il n’était apparu sans prévenir. Dans dix minutes, il fumerait une clope et parlerait du dernier match des Lakers avec elle. Quoi que… Pas sûr. L’homme finit par expirer un profond souffle

« On est bien ensemble… D’une certaine façon… non ? » glissa-t-il dans un murmure, pas du tout à l'aise dans l'exercice...

_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
DLeylah M. Vasquez
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyVen 15 Avr - 16:49

[Puisque tu aimes mes vengeances... J'en ai une pour toi.]

Elle sourit en recevant son baiser plus qu'apprécié et se retint de rire, prenant sa réponse pour de l'humour. Elle ne pouvait croire qu'il venait d'improviser. Peu importait, s'il disait vrai, alors elle en rougissait. Elle reposa doucement sa tête contre son épaule, se calant dans un coin doucereux alors que le bout de ses doigts caressait distraitement son bras. Elle profita de ce calme après la tempête, laissant doucement son coeur reprendre un rythme plus régulier. Plus elle y réfléchissait et plus elle trouvait que cette avait quelque chose de vraiment particulière. Elle n'aurait pas su dire quoi précisément mais elle le sentait dans son ventre. Même après la déferlante, elle sentait toujours ces quelques orages lui tirailler l'intérieur et c'était quelque chose qu'elle ne ressentait que très rarement. Les jeunes collégiennes appelaient ça "des papillons." DL appelait ça plutôt un "doute". Et un doute qui ne la rassurait absolument pas pour plusieurs raisons.

Elle gardait les yeux ouverts dans le vague en réfléchissant silencieusement. Si elle était préoccupée ? Plus que jamais maintenant qu'elle prenait pleinement conscience de ce qui s'était si déloyalement échappé de ses lèvres. En son fort intérieur, elle commença à conclure le fait que Sean n'avait pas entendu. le pire étant à craindre : qu'il ressente la même chose pour elle. Mais dans ce cas, comment faisait-il pour rester aussi calme ? Elle n'aimait pas ça, ne pas savoir, devoir attendre que le sujet revienne. Elle en tremblait presque à l'idée de devoir en parler avec lui. Elle ne savait même pas quoi lui dire à part "C'est sorti tout seul, je sais pas d'où ça venait." et il se serait énervé et elle aurait soupiré, ils se seraient tourné le dos et adieu belle nuit étoilée si douce et tendre.

Elle poussa un profond soupir, ne s'étant pas rendue compte qu'elle avait immobilisé ses doigts sur le bras de Sean, hypnotisé par le vide dans lequel elle avait plongé son regard perdu. Par conséquent, quand il reprit la parole, elle sentit comme un vent glacial lui briser les côtes, mettant un terme à ces "papillons" dans le creux de son bas ventre. Il y avait quelque chose dans sa voix, un ton qui le rendait bien trop mielleux. Plus qu'il n'aurait dû l'être. Non, Sean était définitivement bizarre, ce qui rendait la nuit en elle-même très bizarre. Elle ne dit rien d'abord et attendit quelques secondes avant de redresser la tête pour le regarder, posant sa main à plat sur son torse, les sourcils légèrement froncés. Le mieux qu'elle pouvait deviner était son regard. Et elle avait cette impression qu'il s'écrasait depuis qu'il avait frappé à sa porte. D'abord le vin, puis le rapport et puis il y avait ces baisers qu'il lui donnait et puis cette improvisation, suivie de toutes ces effluves où il prenait soin d'elle, la gardant dans son étreinte masculine. Dans l'intimité, Sean n'était pas un monstre, ni une brute. En tout cas, pas avec elle. Mais il n'était pas...

Elle déglutit discrètement. Non, Sean ne "faisait pas l'amour". Sean prenait du plaisir, Sean s'amusait, Sean prenait son pied. Mais Sean ne s'écrasait pas face au sexe. Pas de son souvenir, en tout cas. Elle ne se souvenait même pas d'une seule fois où il l'avait embrassée comme ça et où il l'avait touchée de cette manière. Les caresses sur le bras, ça oui. Prendre soin d'elle dans certains moments, aussi. Mais maintenant ça ? Elle n'aurait su dire précisément ce qui l'avait faite réagir dans le ton qu'il avait employé pour lui dire ces quelques mots pourtant simples et ne nécessitant, au final, aucune réponse. Si elle ne répondait pas dans les secondes qui venaient, Sean allait se douter de quelque chose ou bien il allait s'énerver ou bien... En fait, elle n'en savait rien, elle ne connaissait pas ce Sean là.

Finalement, elle sourit. Doucement et faiblement mais elle sourit avant d'acquiescer. Ah ça oui, qu'ils étaient bien là ensemble. Elle ignorait ce que le "d'une certaine façon" voulait dire mais elle l'occulta volontairement. Elle porta sa main à sa joue pour lui caresser tendrement, son pouce glissant sur sa pommette saillante et épousant la forme inférieure de son oeil. Elle adorait la texture de sa peau sous ses doigts et les prémices de sa barbe. Pour certains, Sean n'était rien qu'une machine, un sac à nerfs. Pour elle, c'étaient deux grands yeux noirs expressifs, des lèvres généreuses dont elle aimait le contact sur son corps, un front intelligent qu'elle regardait avec admiration, sur lequel elle promenait à présent son pouce en penchant la tête. De toute façon, elle savait que lorsque Sean venait chez elle, plus qu'une partie de jambes en l'air, il cherchait aussi un peu de ça. C'est toujours ce qu'elle aimait penser. Un après coup calme, sans paroles, sans mots, juste des sensations. Car il était bien plus fréquent que Sean vienne à elle que l'inverse. Alors tout simplement, elle lui donnait ce qu'il voulait sans demander de merci.

Elle lui sourit un peu plus, baissant à nouveau les yeux dans les siens puis elle vint déposer ses lèvres sur les siennes en encerclant son oreille de ses doigts. Elle tendit son autre bras pour se permettre de se redresser, reprenant sa place sur Sean, à califourchon sur son ventre. Elle redressa la tête pour le regarder d'en haut avec un sourire et leva une main pour se passer les cheveux d'un seul côté de son épaule afin d'être moins gênée pour regarder ce visage qu'elle aimait tant. En fait, elle n'avait strictement aucune réponse à lui donner puisqu'elle faisait mieux : elle lui montrait.

Elle s'appuya sur ses coudes de part et d'autre de sa tête et lui sourit un peu plus en revenant l'embrasser, appuyant ses lèvres contre les siennes et sa poitrine contre son torse. Ah si Sean avait besoin de tendresse et de douceur, elle allait lui donner ! Au moins, peut-être que la pilule passerait mieux s'il était détendu. Elle avait plus qu'un doute et plus elle le retarderait, plus ça lui irait.

Tout ça faisait beaucoup pour une seule nuit et DL n'était pas certaine d'avoir envie d'en voir le bout. Elle était si bien qu'elle n'en revenait pas et il faisait tout pour. Elle promena son nez contre son visage et parcouru sa peau de ses lèvres jusqu'à son cou. Elle lui embrassa alors l'épaule, usant de toute sa part féminine pour le combler même dans les plus petits détails puis elle se laissa promener jusqu'à son torse sur lequel elle répandait son souffle chaud et ses lèvres chaleureuses. "D'une certaine façon", oui.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptySam 16 Avr - 15:51

[Petite joueuse tongue]

La pression retombait doucement à l’intérieur de cette chambre où la température autour de leurs deux corps serrés l’un contre l’autre, elle, restait. Sean commençait à doucement reprendre ses esprits et son souffle et profitait de la douce accalmie qui s’offrait à eux après ces moments de véritable passion. DL blottie contre lui, quelque chose empêchait toutefois l’homme de profiter pleinement de son contact, des quelques caresses qu’elle laissait glisser du bout des doigts sur son torse et e la chaleur de ses lèvres contre son cou… Ces fameux mots glissés pendant leurs ébats et avait réussis à installer un drôle de trouble qui ne voulait plus le quitter malgré le fait que Sean arrivait à très bien le dissimuler. Comme s’il n’avait rien entendu, oui. Pas comme s’il s’en fichait cependant. La réponse à sa question en témoigna de manière implicite, bien que Dleylah ne sembla pas le noter plus que ça… Pas plus qu’elle ne daigna répondre à sa question, certes maladroite, du moins pas avec des mots.

Un mince sourire puis une longue caresse le long de son visage avant qu’elle ne regrimpe sur son corps pour se mettre à califourchon sur lui et ne le regarde de sa hauteur. L’homme l’accueillit en posant ses mains sur chacune de ses cuisses chevauchant son corps et laissa alors glisser de lentes caresses se baladant de haut en bas sur sa peau sans perdre son regard du sien. Curieux, intrigué et charmé à la fois, il considéra que ce fut une sorte de réponse positive et cela lui convenait très bien. Certaines choses n’avaient pas besoin de mots. Sean prolongea l’échange que ses lèvres revinrent chercher sur les siennes au moment où ses paupières se fermèrent doucement pour ne plus se rouvrir… Le suave trajet des baisers de la jeune femme l’envahit de nouvelles sensations extasiantes qui le traversèrent de bien-être et confirmèrent l’hypothèse avancée quelques instants plus tôt… Il était bien avec elle oui… Terriblement.

Pas question pour autant de l’exprimer. Non… Le peu qu’il avait déjà dit et exprimé était de trop. Il n’était de toute façon pas du genre à être très à l’aise ni démonstratif dans le domaine. Sean était un solitaire de nature et qui la combattait ardemment chaque fois qu’il était en présence de Dleyla, avec plus ou moins de réussite. Parfois, il était détestable et littéralement outrageant dans son comportement macho et égocentrique. Mais il était également capable de se montrer attentionné et prévenant comme c’était le cas ce soir. Et c’est sans doute pour cette seconde raison que la belle latina devait encore le supporter. L’heure était simplement à profiter du temps présent et de laisser toutes ces réflexions liées à ce « je t’aime » s’évaporer sous les attentions de DL. L’homme ne savait pas vraiment ce qu’elle cherchait à faire mais en tout cas, elle réussissait très bien… Toutefois une certaine – mauvaise – idée commençait à naitre chez lui…

Est-ce qu’elle n’était pas en train d’essayer de l’endormir et de le piéger dans le but de s’attaquer au chef de brigade du C.R.A.S.H qu’elle traquait… Ce « je t’aime », cet air presque… « amoureuse » qu’elle avait… Tout ça pouvait bien se révéler être une manœuvre pleine de vice pour le confondre… Sean ne savait s’il devait espérer que ce soit bien le cas ou qu’elle soit réellement si proche du coffre fort sous la poitrine sur laquelle elle activait ses baisers… Qu’est-ce qui serait le pire pour lui ? S’attaquer au flic ou à l’homme ? Dans tous les cas, les perspectives n’avaient rien d’agréables et se remirent à troubler sa pleine acquisition au moment qu’ils passaient et aux délicieuses sorcelleries de DL sur lui, sans bien sûr qu'il ne laisse rien entrevoir de manière physique. Ses paupières clauses, ses lèvres à peine entrouvertes et ses mains glissant inlassablement sur le dessus des cuisses de la jeune femme n'avaient pas tremblées d'un pouce...

_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
DLeylah M. Vasquez
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptySam 16 Avr - 16:27

[J'ai pas non plus dit que mon précédent post était ma vengeance. Tu as beaucoup à apprendre moi, petit padawan... Je suis une traîtresse. Et pas forcément là où on m'attend mister red Mais tu m'aimes quand même, je le sais.]

Elle l'endormait, ça c'était certain. Mais bizarrement, le CRASH était très, très, très loin de son esprit. Mais elle l'endormait. Oui. Elle l'endormait de son nez contre sa peau, de ses caresses langoureuses et de la douceur de ses cheveux. Elle promena ses doigts sur son torse, répandant comme une chaleur de tendresse diffuse. Puis elle finit par remonter vers son visage pour lui sourire. Elle était un peu "amoureuse" oui, douce, tendre, lancinante. Mais il semblait également être tout à fait à son aise, ce qui l'arrangeait passablement. Elle aurait pu ne rien dire mais c'était quelque chose qu'elle portait depuis plusieurs jours, une des raisons pour lesquelles, d'ailleurs, elle l'avait repoussé sur le parking.

Non, elle voulait encore en profiter quelque peu et se rallongea contre lui, l'entourant d'un bras alors qu'elle venait lover sa tête contre son épaule en fermant les yeux. Elle promena alors le bout de ses doigts sur son bras en poussant un profond soupir de bien être. Il l'ignorait mais pour le coup, c'était lui qui l'endormait sans peut-être même s'en rendre compte. Elle avait toujours eu le contrôle d'elle-même mais ce soir, plus rien n'était contrôlé.

_ Sean...

Elle reporta sa main sur son torse pour l'inonder d'une douce chaleur en descendant vers le bas de son ventre.

_ Tu le referas un jour, tu crois ? Ou bien est-ce que c'était une récompense pour quelque chose que j'ai fait ? Ou que j'ai dit ?

Elle releva la tête et envoya ses cheveux valser derrière son épaule pour poser son menton sur sa main, à plat sur son torse. Elle lui offrit un sourire malicieux. S'il l'endormait, elle n'était pas sans oublier qui il était. Et Sean n'était PAS un "amoureux". Ca elle en était persuadée. Alors pour s'attirer ses faveurs ? Il fallait qu'elle agisse comme lui et en fonction de lui.

_ Tu n'as quand même pas fait ça gratuitement quand même, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyDim 17 Avr - 17:12

Le corps et l’esprit reposés, tout semblait aller pour le mieux et rien n’entravait le doux état de flottement dans lequel Sean nageait avec la jeune femme. Le trouble des mots de DL était désormais disparu et presque effacé des idées de l’homme, complètement acquises aux sensations des baisers et des caresses qu’elle opérait sur lui à cet instant. Il en avait conclu que ce n’était qu’un truc complètement vide de sens sortit machinalement dans la volupté du moment et cela lui convenait très bien. Pas besoin de discussion ni de réflexion ainsi. Rien que du physique pur et dur. Et le sien était bien trop réactif à ce que celui de sa maitresse le chevauchant activait au dessus de lui. Qu’elle essaye de l’endormir ou de le piéger n’avait aucune importance. Sean était toujours en alerte et, malgré l’ampleur des ses atouts et de ses arguments, elle n’arriverait à rien par ce biais ou par un autre d’ailleurs.

Elle finit par revenir s’allonger contre lui et l’homme passa son bras sous sa tête pour venir envelopper son corps contre le sien puis lui posa alors une question en trois temps à laquelle il ne comprit pas grand-chose. Est-ce qu’il referait un jour… Quoi ? Une récompense ? De la manière dont elle lui dit, il se cru revenu au temps de l’école où on distribuait des images aux plus sages des bambins et l’idée lui tira un fin sourire amusé. N’en restait qu’il ne voyait toujours pas de quoi elle était en train de parler, bien qu’il faisait beaucoup de choses gratuitement et sans aucun intérêt second lorsqu’il était avec DL, chez elle mais ça, elle devait déjà le savoir. La question l’intrigua donc sensiblement, aussi ses sourcils finirent-il par se froncer de curiosité au moment où il tourna à peine son visage vers le sien pour l’interpeller.

« De quoi tu parles là, cariña ? » lui demanda-t-il.

A moins qu’elle ne parle des prémices de leurs ébats du soir, il ne soupçonnait rien d’autre. Encore que la question était vraiment étrange de la façon dont elle l’avait posée si elle parlait vraiment de ça, comme si c’était quelque chose d’incroyable et d’exceptionnel. Pas de quoi en tirer toutes ces interrogations qui semblaient bien la préoccuper. Elle ne devait pas parler du rapport puisqu'ils avaient convenus qu'ils ne parlaient pas boulot, encore que la notion qu'il ne le refasse plus jamais pouvait être la plus plausible pour ça...

_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
DLeylah M. Vasquez
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyLun 18 Avr - 6:12

Elle soupçonnait Sean (j'allais écrire Denzel, j'ai dû m'arrêter deux secondes pour réfléchir, je te jure) de vouloir rester tranquille, aussi elle lui sourit, passant l'index de son revers sur sa joue. Elle avait voulu faire une pointe d'humour mais il devait être bien trop fatigué pour la percevoir. De toute façon, elle l'était autant que lui sinon plus. Elle pencha la tête pour lui sourire avant de revenir l'embrasser.

_ Rien...

Elle sourit un peu plus, avec toute sa tendresse.

_ Rien du tout, je voulais juste t'entendre rire un peu.

Elle encadra son visage de sa main avec douceur et lui embrassa alors la joue avant de revenir se lover contre lui, entourant son torse d'un bras. Elle promena sa main sur son bras dans une caresse remontant jusqu'à son épaule et finit par fermer les yeux. Elle cala sa tête contre lui dans un geste rapide pour écarter ses cheveux dans son dos puis elle lui embrassa le torse délicatement. S'il fallait dormir à présent, elle en était très ravie, elle-même sentait la masse du sommeil commencer à frapper sa tête.

_ Mais c'est rien, tu peux dormir et je veille sur toi.

Elle devait être rudement fatiguée également pour prononcer ces quelques mots-là. Peut-être que ce qu'elle avait dit pendant leur intime étreinte n'était pas si innocent, au final. Elle savait que Sean n'apprécierait que très peu de se sentir "protégé" par une femme, qui plus est, celle qui n'hésiterait pas à lui tirer dessus pour lui faire cesser ses activités - elle l'avait déjà fait mais lui avait-elle déjà dit ? Et puis, depuis quand elle voulait veiller sur lui, après tout. Il était assez grand, non ?

Elle poussa un profond soupir de bien être, se sentant parfaitement à son aise puis elle continua de caresser sa peau du bout des doigts, distraitement, comme une berceuse, simplement pour l'apaiser - en espérant ne pas opérer le contraire. Il y avait aussi cette chose, le fait qu'elle se sentait tellement mieux quand il était là, une impression de vide comblé, un fantôme vivant, comme dire, elle ne se sentait plus aussi seule. Et elle dormait bien quand il était là, dans ses bras. Pour cette raison qu'elle ne dit rien de plus pour ce soir, le "je t'aime" ayant déjà été bien de trop. Mais elle soupirait sans relâche de soulagement qu'il n'ait pas entendu ou pas relevé - ce qui était absolument étrange - et elle verrait pour le reste le lendemain. Elle n'avait que de hâte de se réveiller auprès de lui avec le soleil d'où ils venaient initialement tous les deux. Elle adorait le regarder dormir quelques minutes avant de le réveiller tendrement. Parfois il n'en était rien, elle le poussait du lit mais c'était souvent en cas de dispute ou simplement parce qu'elle n'avait pas envie. Ce soir, c'était différent et elle était elle-même différente. Elle voulait encore en profiter. Peut-être même qu'elle lui ferait un plateau de petit déjeuner... Avec le café au lit ? DL avait vraiment hâte d'une vraie vie de couple et d'une vie normale pour fantasmer sur ce genre de détails...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyMar 19 Avr - 15:28

Une incompréhension ? Certainement. Sean ne voyait pas du tout ce dont elle avait bien pu vouloir parler et DL n’insista pas. Ce ne devait pas être plus important que ça. Qu’importe après tout. L’homme n’était pas amateur de grandes discussion abstraites et ce soir, encore moins que les autres après les mots qui s’étaient échappés des lèvres de la jeune femme durant leurs ébats. Elle lui apportait de la douceur et de la chaleur, et c’était déjà pas mal pour un type au quotidien aussi abrupt et dur que lui. Son bras l’enveloppa d’avantage et blottit un peu plus sa fine silhouette contre lui au moment où elle lui dit de dormir et qu’elle veillait sur lui, ce qui dessina un fin sourire mi-amusé mi-charmé sur ses lèvres. Si elle veillait sur lui alors… De toute façon, la fatigue commençait à l’emporter doucement. Sean pencha légèrement son visage vers elle et déposa un long baiser sur ses cheveux avant de la laisser reposer sa tête sur son torse, glissant de lentes caresses se baladant du bout des doigts le long de son bras pour les guider un peu plus rapidement vers un sommeil bien mérité au vu de la soirée agitée qu’il venait de passer.


☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽ * ☽


Sept heures plus tard, l’homme sortit de son sommeil et ouvrit les paupières pour se repérer dans une position différente de celle dans laquelle ils s’étaient endormis. Allongés sur le côté, DL blottie dos contre son torse, il releva à peine la tête pour la passer par-dessus son épaule et voir les doux traits de son visage toujours dans les bras de Morphée. Pas besoin de la réveiller, il était encore tôt même si l’un comme l’autre n’avaient pas vraiment d’horaires en tant que chef de divisions. Sean détacha doucement sa main posée sur le ventre de la jeune femme et retira délicatement son bras enveloppant sa taille pour se défaire doucement de son dos et glisser au bord du matelas. Il attrapa ensuite avec la même discrétion son boxer et le débardeur blanc dans ses vêtements laissés en pagaille aux pieds du lit et les enfila avant de se lever et quitter lentement la chambre, direction la salle de bain où il fit une pause au lavabo pour se passer un peu d’eau sur le visage.

Attrapa une serviette pour se tamponner et se sécher, il prit ensuite appuis sur ses mains, bras tendus de chaque côté du rebord du lavabo et se regarda un moment dans le miroir avec les mêmes questions qui revenaient chaque lendemain matin où il était ici… Qu’est-ce qu’il faisait ici au juste ? Combien de temps cela allait-il durer ? D’ici quelques heures, DL et lui s’enverraient peut-être de nouvelles joutes verbales et feraient le spectacle au bercail sur leurs différents de boulot. Peut-être même qu’un jour ils se braqueraient leurs flingues l’un sur l’autre. Quelle connerie… Un bruit venant de l’extérieur de la salle de bain l’interpella et le sortit toutefois de ces pensées et réflexions alors que Sean tourna légèrement la tête vers la porte. Dleylah s’était réveillée ? Il avait été assez discret pourtant…

_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
DLeylah M. Vasquez
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyMar 19 Avr - 16:26

En le sentant gigoter, elle avait simplement poussé un soupir de sommeil en resserrant l'oreiller dans ses bras. Si elle commençait à se réveillait, elle n'en montra pourtant pas l'allure. Elle l'entendit aller dans la salle de bain d'une oreille distraite et remonta l'épaule contre son visage se cacher du frais qui envahissait l'air maintenant qu'il s'était éloigné en vidant le lit de sa chaleur naturelle. Lentement, elle ouvrit les yeux, resituant la veille au soir comblée d'insomnie et la nuit chaleureuse qu'ils venaient de passer. Si Sean était hanté par ce qu'elle avait dit, le souvenir ne lui parvint pas aussi vivement. Elle était à nouveau curieuse de la douceur avec laquelle il l'avait embrassée et elle cligna des yeux, son esprit se réveillant lentement.

Sean fit résonner les bruits habituels de la salle de bain, un robinet d'eau, quelques froissements de vêtements, des pas lourds... Elle referma les yeux dans un sourire comme rassurée de le savoir pas loin, au quotidien, loin du travail et de cet homme bourru qu'elle détestait. Elle projetait de se rendormir et de lui laisser le soin de venir la réveiller une fois qu'il serait prêt à partir. Ou même s'il souhaitait un réveil aussi tendre et doux que ce qu'il lui avait offert pendant la nuit, elle ne dirait pas non, au contraire. Elle était fatiguée en ce moment et le moindre ton haussé lui donnait la migraine.

Cependant, l'idée de préparer un petit déjeuner ou du moins un café pour Sean comme il l'aimait la força à sortir un peu plus de son sommeil dans un étirement félin. Elle poussa un nouveau soupir en étirant loin ses bras et se passa une main dans les cheveux en se redressant. Allons remercier Sean de s'être montré si "homme" durant la nuit. Elle traîna les pieds jusqu'à la porte de la chambre pour en attraper son peignoir de soie beige, toujours un sourire sur les lèvres. Se dirigeant vers la cuisine, elle passa devant la salle de bain sans s'en préoccuper. S'il n'était pas vraiment du soir, elle n'était pas trop du matin en terme de palabre. Faisant chauffer l'eau, elle sortit les mugs sur un plateau qu'elle posa sur le comptoir dans un bâillement de femme encore endormie qui luttait pour ne pas retourner se coucher.

Ce qu'elle avait oublié pour de bon, par contre, c'était ce qui traînait dans sa salle de bain et dépassait de sa petite poubelle en osier. Une petite boîte blanche et bleu rectangulaire dont l'emballage faisait penser à une boîte de dentifrice bien qu'il n'en fut rien. Ouverte, il était par contre possible de voir qu'elle était vide. Pourtant, son contenu ne semblait aucunement se trouver dans le reste de la poubelle. Et le dentifrice posé sur la petite étagère de verre au dessus du lavabo n'était pas neuf.

DL alluma la petite télé de sa cuisine, et servit les mugs de café en regardant les informations du matin. Elle sortit le pain du grilloir et ouvrit le réfrigérateur pour prendre de quoi les tartiner avec amour et calme. Paix, silence, aucune voix s'élevant, aucun cri. Que du calme, du reposant, de la joie, de la bonne humeur. Qui aurait pu croire que ces deux-là travaillaient ensemble pour se disputer la journée et s'unir la nuit ? Rien de plus qu'un couple passablement normal qui se réveille et qui va ouvrir un oeil lentement pour déjeuner avant de partir au travail. Quoique de plus anormal ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
Sean Mourning
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] EmptyJeu 21 Avr - 18:38

Les lendemains matin étaient toujours plus difficiles que les nuits magiques qu’ils pouvaient bien passer ensemble. Le lendemain, c’était le boulot et donc le conflit irrémédiable à venir, les chemins qui se séparaient pour partir dans des directions opposés. Sean n’aimait donc pas ces réveils qui s’avéraient toujours difficile, en tout cas pour lui. Echappé du lit qu’ils avaient partagés et de la chambre théâtre de leur chaude nuit, l’homme s’isola dans la salle de bain pour se rafraichir les idées lorsqu’il entendit du bruit venant du reste d l’appartement. DL devait être réveillée, et lui, pas si discret… Aucun signe de la jeune femme pourtant qui n’apparu pas. Sean entendit bientôt des tasses puis les sons de la télévision, signes qu’elle devait être en train de préparer le petit déjeuner et soupira profondément avant de retirer son débardeur puis son boxer pour ensuite rentrer dans la baignoire prendre une douche qui lui ferait le plus grand bien.

Il resta bien dix bonnes minutes sous celle-ci, laissant l’eau chaude couler sur sa nuque, les paupières fermées pour essayer de faire le vide de toutes les questions lui encombrant trop l’esprit depuis qu’il était debout. Et puis au vu de ce qu’il anticipait de faire, il valait mieux se détendre et prendre le temps de décompresser un bon coup…. Une fois sorti, il attrapa une serviette et se sécha avant de l’enrouler autour de sa taille pour revenir dans la chambre où était le reste de ses vêtements en pagaille aux pieds du lit. Sean s’habilla sans se presser et prit le temps de s’arranger correctement avant de sortir enfin de la chambre pour aller récupérer le reste de ses affaires restées dans le couloir de l’entrée. Chemise, holster, veste en cuir puis bijoux qu’il revêtit avant d’enfin entrer dans la cuisine où se trouvait DLeylah. Il avança jusqu’à la jeune femme en peignoir beige, arrivant dans son dos où il posa chacune de ses mains sur ses hanches puis pencha son visage sur le côté pour venir déposer un bref baiser sur sa joue.

« Bien dormie ? Je dois me sauver, j’ai une intervention ce matin et je suis déjà à la bourre… » glissa-t-il rapidement avant de se détacher de derrière elle.

Mensonge éhonté dont elle serait certainement au courant dans la journée. Il n’avait en réalité aucune idée de s’attarder ici et d’en venir à la journée de travail à venir. A vrai dire, il préférait encore aller prendre son petit déjeuner dans un grill sur la route en lisant le journal, au moins il n’aurait pas à réfléchir sur cette relation. Sean attrapa un mug de café qu’il porta à ses lèvres pour en boire deux bonne gorgées puis une tartine dans laquelle il croqua une fois sans jamais s’asseoir puis reposa le tout sur la table.

« A tout à l’heure. On se voit au bercail. » reprit-il avant de remettre correctement sa veste en cuir pour s’arranger quelque peu avant de quitter la pièce direction l’entrée pour partir au plus vite.

Après tout, ils n’étaient pas un couple. Sean ne savait même pas ce que c’était. Il n’y avait aucune notion de sentiments entre eux jusqu’à preuve du contraire. De simples amants nocturnes… Et la nuit était terminée. Il était donc temps pour elle comme pour lui de repartir chacun de son côté. Le jour où DL voudrait d’autre chose entre eux, elle le lui ferait savoir mais cela faisait pratiquement deux ans que c’était ainsi.

_________________
An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] 268751tumblrll0lhuQHHc1qbencko1400
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »



An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] _
MessageSujet: Re: An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]   An open door to this thing we call "Us" [DLeylah] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

An open door to this thing we call "Us" [DLeylah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.R.A.S.H RPG :: RP's-