AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Dalia Lucientes [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
« Dalia Lucientes »

Glamorous Beast


Messages : 262

Réputation : 101


MessageSujet: Dalia Lucientes [Terminé]   Jeu 24 Mar - 18:47


Dalia Lucientes



ID Card

© Cristalline
Feat. Kristin Kreuk

    Nom : Lucientes
    Prénom(s) : Dalia
    Surnom(s) : Dalila
    Âge : 26ans
    Date et lieu de naissance : 12 Juillet 1984
    Etat Civil : Célibataire
    Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
    Profession / Activité : policier sous couverture dans le gang Los Ojos. Au sein du gang : trafiquante d'armes.
    Groupe : Los Ojos (sous couverture pour Law & Disorder)





It's just me against the World


Dans sa gorge, la fumée âcre s’écoulait, la réchauffait et lui brûlait les poumons. La dernière cigarette en tant que citoyenne américaine officielle. Il fallait en profiter. De chaque gramme de nicotine qui allait lui couler dans les veines, elle ne voulait en oublier aucune. Elle pencha sa tête en arrière et l’appuya contre le mur. Ainsi installée sur son balcon, elle avait vue sur la rue bondée dans le centre-ville d’Austen. Il faisait chaud, étouffant même… D’ailleurs, elle ne portait qu’un short léger et une chemise ouverte en haut. Elle laissa tranquillement la cigarette se consumer au bout de ses doigts avant de la terminer d’une aspiration. Une fois le petit tube inutilisable, elle l’écrasa sur le rebord avant de le jeter dans la rue. Elle tourna sa tête vers les feuilles qui reposaient à présent sur sa table basse. Des simples feuilles, du papier, quelque chose de tellement banal mais si on y réfléchissait bien, la plus part des grandes nouvelles qui bouleversent notre vies sont accompagnées de papiers. Celui-la était particulièrement important et acide. Mais elle l’avait voulu. Après tout, elle avait suivit une formation, elle n’était pas la meilleure mais elle n’était pas non plus un boulet, elle n’avait pas d’attaches et voulait aider… Ca semblait terriblement simple vu comme ça, mais le processus avait duré longtemps.

Ca c’était sur qu’on choisissait pas n’importe quel gugus à envoyer dans la gueule du loup histoire de virer ses vilaines caries. L’avantage de Dalia était certainement qu’elle s’y connaissait bien en arme. Vous savez, dans les écoles de police, y a les bons et les mauvais élèves, comme partout. Elle, s’était la bonne élève, la première de la classe, la petite fille apparemment sage. En fait, les gens prenaient son calme olympien à toute épreuve pour de la sagesse et de la timidité. Mais Dalia était juste quelqu’un de calme. C’était aussi simple que ça et nettement moins valorisant. Elle s’était dirigée d’elle-même vers le terrain et les armes, comme pour lancer un gros majeur levé dans la figure de ceux qui l’appelaient « petite ». Car oui, Dalia n’est pas une femme très grande. C’est peut être pour ça aussi que ses supérieurs avaient acceptés de la mettre « là dedans »… C’est peut être pour ça qu’elle s’appelle aujourd’hui comme une fleur exotique. Car au départ Dalia Lucientes n’est pas son vrai nom. Au tout début, elle s’appelait Samantha Coburn. Mais elle devait oublier ce nom là et le jeter par la fenêtre comme le mégot quelques minutes plus tôt.

Mais ne pensez pas qu’on jette n’importe quel policier dans n’importe quel gang. D’abord, il faut une équipe solide, une équipe inébranlable. Depuis qu’elle est rentrée dans la police d’Austen, elle a fait équipe avec deux collègues en particulier avec lesquels le courant est très bien passé. Ils bossaient sur les trafics qui circulaient entre les frontières mexicaines et la Floride et se sont beaucoup épaulés à travers les diverses missions. Ce fut d’ailleurs suite à la réussite de l’interception d’un convoi de rockets que le petit groupe fut repéré. Après un stage assez complet, une place leur fut offerte.

-----------------------------------

- Vous comprenez bien ce que ça signifie officier Coburn ?
- Dites moi tout de suite votre petit speech qu’on en finisse.


L’homme haussa un sourcil et soupira. Il avait oublié que sous ses airs incroyablement angéliques et calmes, elle était quand même un officier de police et qu’elle en avait coincé plus d’un dans le trafique d’arme. Il joint ses mains dans une pose solennelle avant de continuer.

- Vous ne reverrez plus vos amis, vos proches et vous n’existerez plus à partir du moment où vous accepterez ce poste.

La jeune femme hocha la tête. On lui avait déjà fait le discours quelques jours plutôt, son responsable de section les avait prit à part pour leur parler des demandes qu’ils avaient fait. C’était toujours tout un bordel ce genre de truc, ils devaient certainement voir pas mal de gens se défiler au dernier moment et le plus rapidement serait le mieux au niveau de leur papiers. Mais le petit groupe était prêt à passer au niveau supérieur après quelques années de routine.

- Oui, j’ai bien tout comprit Lieutenant.

L’homme hocha la tête. Il sortit ensuite de son bureau quelques feuilles. Il les tendit à la jeune femme qui les prit et les observa. Encore des papiers à signer. Finalement, elle aurait presque était découragée par la tonne de paperasse qu’il y avait à remplir. Le vieil officier reprit encore une fois la parole, convaincue que c’était la dernière fois qu’il voyait son agent en vie.

- Vous aurez le détail de vos nouvelles identités une fois là bas. L’agent de liaison vous appellera. En attendant, bonne chance.

La jeune femme lui sourit et le remercia avant de s’en aller. Sur la route du retour elle reçu un coup de téléphone, ses deux collègues l’attendaient dans un café histoire de fêter leurs dernières heures en tant que policiers américains officiels.

-----------------------------------

Elle se réveilla en sursaut. Elle saisit le Beretta qu’elle avait sous son oreiller et visa l’origine du bruit. La fenêtre qui donnait sur le petit balcon. Elle se leva, en nuisette, et s’approcha, de la main droite, elle ouvrit le volet brusquement et manqua de tirer… Un chat. Elle soupira en baissant son arme. Elle était à cran depuis leur arrivée à Los Angeles. Ils attendaient péniblement l’occasion de se mettre sur le devant de la scène et arriver à intégrer les Los Ojos. On n’y entrait pas comme dans un moulin et ça s’était révélé beaucoup plus compliqué que ce qu’ils avaient prévus.

Elle reposa son pistolet sous le fameux oreiller et s’assit sur le lit. Il était très tôt, Toni et Leticia (de leurs nouveaux prénoms) devaient encore dormir profondément. Ils avaient eu vent d’une opération de transfert dans la nuit, au port. Ils avaient tout un arsenal pour détourner le convoi. Le plan était simple : obtenir la marchandise et arriver à trouver un acheteur intéressé et effectuer la vente sans problème. Evidement, le groupe visé était les Los Ojos et ils comptaient bien s’imposer comme des membres de choix. Entre ses lèvres, la jeune femme répéta encore le couplet qu’elle se répétait depuis des jours. Elle était Dalia Lucientes, née à Cancun, arrêtée en 1999 pour vol aggravé et trafique de stupéfiant. Elle est envoyée pendant 3ans à la prison de Mérida où elle rencontre Leticia Blancon (sa collègue) qui lui propose de reprendre du service à leur sortie de prison avec son (dit) cousin Toni Calderon qui a des contacts avec quelques douaniers pourris, ils peuvent ainsi faire passer de la marchandise illégale dans le pays. Un parcours somme toute assez banal pour des trafiquants sur le sol américain.

Elle se leva, elle n’avait pas la tête à dormir. La jeune femme avait beau être une calme et une patiente, elle pouvait assez vite angoisser et s’embuer la tête avec pleins de questions. Elle était la championne des raisonnements compliqués et des questionnements sans fin. Pourquoi tout ne pouvait pas être aussi simple comme lorsqu’elle avait accepté de se mettre dans ce genre de draps boueux ? Elle se fit chauffer de l’eau à la bouilloire. Elle sursauta lorsqu’elle entendit des bruits de pas derrière elle. En tournant la tête elle croisa la mine fatiguée et renfrognée de Leticia. Elle sourit.

- Je t’ai réveillé niña ?

Elle fit une moue avant de s’asseoir sur la table et de s’étirer. Elle répondit d’une voix encore pâteuse de la nuit encore fraîche.

- Je t’ai entendu te lever ouai… Ca va pas ?

Dalia dosa ses grains de cafés pour les mettre dans sa tasse. La jeune femme aurait pu être sa sœur tellement elles se complétaient bien. Elles étaient incroyablement fusionnelles, même avant cette opération. Le calme de Dalia ne lui attirait que rarement beaucoup d’amis. Elle était une solitaire dans l’âme et même si elle appréciait ses compagnons de route, elle avait besoin de moments pour se retrouver et pour souffler un peu. Leticia était au contraire très extravertie et incroyablement vive. Elle était aussi très impulsive, ce qui manquait parfois beaucoup à Dalia. Elle avait sans doute un sang froid assez légendaire lorsque les situations se corsées mais sans Toni et Leticia, elle n’aurait jamais pu monter tout ça toute seule, elle était bien trop organisée et posée pour se faire remarquer dans un tel milieu. Elle contrebalancer la fougue presque juvénile de Leticia et la hargne violente de l’homme. Un trio équilibré, un trio presque parfait. Dalia répondit de sa voix basse.

- T’inquiètes pas pour moi… Tu sais que ce genre d’opération me stress un peu.
- Essayes pas de tout contrôler Dalila…


La jeune femme se tourna vers sa collègue toujours assise sur la table. Oui, c’était ça son problème aussi, tout contrôler… Depuis tellement longtemps elle était habituée à tout contrôler. Vous savez, c’est le genre de vestiges de l’enfance qu’on garde toute sa vie.

-----------------------------------

- Sam, c’est pas comme ça.
- Si c’est comme ça maman.
- Non. C’est pas comme ça, met comme ça doit être. Tout de suite.


La jeune fille soupira. Elle reprit l’assiette de sa maternelle qui trépignait sur sa chaise. Elle remit les œufs et le morceau de viande dans le plat avant de reprendre un œuf parfait et de le mettre dans l’assiette lorsque la voix de sa maternelle s’éleva encore.

- Non Sam, l’assiette est sale, tu sais que j’aime pas.

Samantha soupira et du prendre une petite seconde pour soupirer et se convaincre que lancer l’assiette dans la tête de sa mère n’était pas du tout une solution et que c’était sa maladie qui parlait et qui l’emmerdait. Elle lava l’assiette, remit la nourriture exactement comme la vielle le voulait, au millimètre près et la reposa devant elle. Ce jour là, Madame Coburn mangea bien, heureuse, mais pour Sam, le moral n’y était pas du tout. Dans deux jours, Isabelle Coburn partirait dans une clinique spécialisée pour les jeunes malades d’Alzheimer. A 50ans, ça restait incroyablement jeune et perdre la boule à ce point sans savoir si la jeune fille en face de soi est sa fille ou sa mère, c’était pathétique et Sam le supportait d’autant moins qu’elle prenait part à ce tableau surréaliste et décevant. C’était sans cesse le même manège, même en étant totalement folle sa mère n’était pas originale. Elle la prenait immanquablement pour sa mère et à force, la jeune femme tout juste sortie de son école de police n’arrivait plus à concilier cette vielle folle avec son boulot.

Au moins, on pouvait dire que sa mère qui avait déjà des antécédents assez lourds au niveau psychologiques lui avait bien apprit à être patiente et calme. Quand à 16ans on doit aller chercher sa mère dans un terrain vague parce qu’elle était convaincue que des agents secrets voulaient lui laver le cerveau, ça forge le caractère. Ainsi, pour énerver Sam, il fallait y aller… Par contre, elle avait très vite découvert les crampes d’estomacs dus à l’angoisse. Elle ne dormait toujours que d’une oreille, reste de ses nuits passées à se demander si sa mère dormait ou essayer de voler en sautant par le balcon. Même aujourd’hui qu’elle n’avait plus à s’occuper de ça, elle avait ce réflexe stupide d’écouter longuement le monde qui l’entourait quand elle était dans son lit…

-----------------------------------

Dans le lit, allongé sur le côté, il dormait paisiblement. Tout était calme. Tout était silencieux. Enfin, presque. Dehors, à l’extérieur du petit pavillon, deux chats se miaulaient dessus d’une manière menaçante. Mais c’était lointain. Et pourtant, ça semblait lui hurler dans les oreilles. Dalia n’arrivait pas à dormir. Les brumes d’alcool avaient à présent totalement quittés son corps et son esprit et elle se rendait bien compte de ce qui s’était passé. Elle voulut se redresser mais le bras de Toni lui entourait le ventre et la maintenait contre son torse. Si elle voulait se lever, elle le réveillerait sûrement. La poisse. L’angoisse montait. Elle venait de coucher avec un collègue et dans sa tête, c’était la panique. Et demain ? Elle lui dirait quoi ? Elle était amoureuse ? Non. Peut être ? Elle ne savait même pas, ça, ça voulait sûrement dire non du coup. Elle inspira, il lui fallait un remontant, peut être bien deux, ou trois… Repenser à tout ça, calmement… Non pas calmement, en angoissant.

Elle prit le poignet de l’homme et le leva doucement. Ca c’était sur, il n’était pas léger. Elle se glissa hors du lit en reposant délicatement le bras de Toni sur le matelas. Elle cru une seconde qu’il allait se réveiller mais il inspira avant de se mettre sur le dos et continuer de dormir. Elle ramassa ses sous-vêtements qui jonchaient le sol et vu qu’elle ne trouvait pas d’habit lui appartenant, elle saisit la chemise qu’avait laissé tomber son acolyte quelques heures plus tôt. Elle l’enfila et sortit de sa chambre avant de refermer derrière elle. Elle descendit les marches légèrement grinçantes en vérifiant que Leticia dormait encore dans la sienne. Elle trébucha sur une de ses chaussures qu’elle avait laissées dans les escaliers et manqua de s’étaler sur le sol. Mais elle se rattrapa et parvint enfin au rez-de-chaussée. Elle avait encore du mal à se repérer dans la maison, elle qui avait l’habitude de se déplacer dans le noir chez elle à Austen. Elle tâtonna le mur et trouva l’interrupteur. Ses yeux croisèrent l’horloge qui affichait 5 heures du matin. Elle chercha des yeux son manteau qu’elle trouva par terre près de la porte d’entrée à côté de la veste que devait avoir porté Toni dans la soirée. Elle accrocha les deux vêtements au portemanteau et sortit du sien ses cigarettes. Elle en porta une à sa bouche avant de se souvenir que Leticia lui avait sauté dessus quelques jours plus tôt pour lui interdire d’imprégner la maison de l’odeur de ses tubes à cancer. Elle se dirigea vers la cuisine et ouvrit la porte de derrière pour s’arrêter sur le petit perron.

Elle alluma sa cigarette et inspira longuement la première bouffée avant de lâcher un gémissement de soulagement. Comment ça avait commencé déjà ? Ha oui, ça faisait déjà deux mois qu’ils étaient rentrés dans les Los Ojos, ils avaient fait un boulot impeccable et l’efficacité du trio avait été remercié quelques jours plut tôt. Ils n’étaient plus les petits nouveaux qu’il fallait garder à l’œil, ils avaient été finalement intégrés. Ils cherchaient majoritairement des noms à faire tomber et des gros trafics qui pourraient impliquer plusieurs autres gangs et organisations. Mais pour l’instant, il ne fallait pas faire de vagues. Ouai, pas faire de vagues… Hier, ils en avaient fait apparemment. Ils avaient été mangés à l’extérieur avec quelques autres « collègues » des Los O et ils s’étaient quittés à l’heure indécente de minuit. Alors que Leticia était rentrée, fatiguée, Dalia et Toni avaient décidés d’aller boire un coup autre part. Ensuite, c’était un peu flou. Ils avaient papotés, ils avaient rigolés et ils s’étaient retrouvés dans le même lit. C’était une erreur, une grosse erreur, ça ne devait être que ça. Ca ne pouvait pas marcher, pas pendant l’opération…

La porte du perron s’ouvrit sur le loup à qui elle pensait… Toni, les cheveux en pagaille, le torse nu, ne portant qu’un caleçon (heureusement qu’il n’avait pas confondu avec un des sous-vêtements de la jeune femme), il se passa une main sur le visage pour dégager les mèches qui lui entravaient la vue.

- Tu m’en files une ?

Dalia était un peu décontenancée et apparemment ça se vit légèrement car l’homme fronça les sourcils. La jeune femme sortit son paquet de cigarette et en tendit une à son collègue avant de l’allumer (la cigarette). Toni saisit la cigarette sans quitter la femme du regard. Elle leva ses yeux vers lui, étant petite… Comme apparemment elle n’était pas décidée à dire quoi que ce soit, l’homme prit la parole.

- Qu’est ce qu’il y a ?

Elle considéra un instant l’homme avant de détourner le regard pour observer l’arrière de la maison et les ruelles peu fréquentées. Comment se sortir de ce genre de situation déjà ? Ha oui, elle pouvait pas trop. Elle se racla la gorge.

- Écoutes Toni, je pense pas que ce soit compatible avec… Ce qu’on fait.

L’homme hocha la tête en observant Dalia intensément. Il avait des yeux tellement intimidants qui même sur ses collègues le connaissant doux comme un agneaux, intimidaient. La jeune femme s’apprêta à rentrer à l’intérieur après avoir jeté sa cigarette mais la main de fer de Toni la retint. Il la regarda, à quelques centimètres de son visage.

- Arrêtes de te prendre la tête Dalia… Vis un peu.

Facile à dire quand on était un policier sous couverture, et aussi facile à dire pour une jeune femme qui n’avait jamais eu d’adolescence pour glousser avec ses amis. Sur ce, elle se dégagea et retourna dans sa chambre pour essayer de dormir. Ses relations avec Toni ne se dégradèrent pas, heureusement, mais ils étaient toujours empreints d’une certaine tension étrange. Mais La jeune femme était tellement handicapée de ce côté-là dans ses échanges sociaux, qu’elle n’arrivait à l’expliquer. Mais de toute façon, elle ne cessait de se dire qu’elle n’avait pas le temps pour tout ça.

-----------------------------------

- 3000 ? Tu te fous de nous ? On a des têtes à les prendre pour 3000 ?

La jeune femme croisa ses bras sur sa poitrine. Elle était en ce moment chargée de renflouer les stocks d’arme du gang. Il faisait nuit, ils étaient en dehors de la ville, dans une zone vide où ils avaient placés plusieurs tireurs à des points stratégiques au cas ou la discussion ne se passe pas correctement. A ses côtés, Toni attendait, appuyé contre le capot de la voiture. Leticia était à l’intérieur du véhicule, prête à sortir les fusils et à gueuler comme elle avait l’habitude de le faire quand ça commençait à devenir délicat. Le petit bonhomme envoyé par le fournisseur au-delà de la frontière laissa planer un moment de silence avant de considérer chaque personne. Il eu un tic à l’œil avant de dire.

- 2500 alors.

Dalia eu un sourire en coin.

- C’est des kalachs… Les kalachs c’est 2000 sur le marché.

Le petit finit par soupirer. De toute façon, avec le gabarit du « garde du corps » qu’elle se trimbalait, il n’allait pas faire le malin. Les groupuscules qui faisaient passer la marchandise, ça venait et sa partait constamment, si il refusait de faire passer les armes, ils en trouveraient bien d’autres qui accepteraient. Il finit par hocher la tête pour conclure le marché. Dalia afficha un sourire calme.

- On vous contactera pour le lieu de la livraison.

Puis, sans même attendre qu’il réponde, elle se retourna, monta dans la voiture et ils retournèrent vers la ville. Encore une magouille de faite, pour des flics, c’était un comble, mais heureusement que c’était pour la bonne cause…





Behind the screen





Pseudo : Yumi
Âge : 20ans
Comment as-tu connu le forum? : Sur PRD
Une remarque? : Très joli forum, y a pas à dire, ça sent le travail sérieux ! J'ai vraiment hâte de commencer à jouer et je compte finir mon histoire très vite. J'espère que mon personnage ira bien, même si il manque un peu d'originalité^^
Présence : 7/7
Double Compte : Non
Code du règlement :


Icones : © Miss Victory


Dernière édition par Dalia Lucientes le Sam 16 Avr - 9:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   Jeu 24 Mar - 18:48

Bienvenue belle brune Cool
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   Jeu 24 Mar - 19:28

Bienvenuuuuuuue! yeah (Oui oui c'est moi qui suis allé faire mon rabatteur sors )

Content de t'accueillir sur le forum! Et puis ton personnage est bien original puisqu'il est le seul du genre de ce que je sais déjà sur lui. Hâte d'en découvrir plus et de te lire en tout cas bounce

Bon courage pour ta fiche et n'hésites pas si tu as des question à poser Smile

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Dalia Lucientes »

Glamorous Beast


Messages : 262

Réputation : 101


MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   Jeu 24 Mar - 21:31

Merci à vous deux !! Very Happy

J'ai finis ma fiche je crois, si il y a le moindre problème du point de vue de la procédure ou de quoi que ce soit, pas de soucis.

_________________

I'm gonna fight 'em off
A seven nation army couldn't hold me back


Copyright gif : Livia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   Jeu 24 Mar - 21:57

Procédure ? Je crois pas que ça fasse partie du vocabulaire du C.R.A.S.H. mister red


dehors
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   Jeu 24 Mar - 22:03

Bien sûr que si on a une procédure Cool C'est moi même qui l'ait rédigée:
1) On cogne ; 2) On pose les questions ensuite ; et 3) On ramasse le fric à la fin mister red

Bref!

Très belle fiche! *___* J'adore ton style et la façon avec laquelle tu as présentée Dalia, on voit que tu maitrises déjà le personnage et le contexte criminel. Les relations avec ses deux acolytes sont particulièrement intéressantes, j'ai bien aimé. J'ai apprécié te lire dans l'ensemble de toute façon, c'est très bien écrit Smile

Si je dois faire le tatillon, je dirais qu'il manque juste un brin d'informations sur son passé plus lointain, un repère de temps pour savoir depuis combien de temps est-elle infiltrée dans Los O et surtout la notion du C.R.A.S.H car sa couverture est forcément sous la supervision de la brigade à Inglewood. On aimerait aussi savoir jusqu'à quel point elle se mouille. (N'y voyez rien de pervers Arrow ) S'arrête-t-elle au trafic ou a-t-elle par exemple déjà tuer pour le gang, coucher avec un membre de Los O? On sait comment sont considérées les femmes dans les gangs et ce qu'ils demandent aussi pour accepter quelqu'un parmi les leurs... Mais tout ça sera sans doute développé en RP et dans tes liens, à moins que tu ne désires compléter ta fiche de ces informations.

Bref tu es validée Very Happy Tu peux d'ores et déjà aller créer tes fiches de liens et de sujets ICI, faire tes demandes ICI et bien sûr passer faire un tour dans le flood ICI pour mieux faire connaissance si l'envie t'en dit.

Au plaisir de croiser ta plume très vite Smile

Much love

Sean

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   Jeu 24 Mar - 22:05

Sean Mourning a écrit:
Bien sûr que si on a une procédure Cool C'est moi même qui l'ait rédigée:
1) On cogne ; 2) On pose les questions ensuite ; et 3) On ramasse le fric à la fin mister red

Tes gars ils ont confondu "on cogne" avec "on tire" ? mister red
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   Jeu 24 Mar - 22:09

On cogne, on tire, on vole, on nique... Tout ce qui passe par l'action mister red

Bon stop le flood dans la jolie fiche de l'agent Coburn flic sors

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   Jeu 24 Mar - 22:11

D'accord chef mister red
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Dalia Lucientes »

Glamorous Beast


Messages : 262

Réputation : 101


MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   Jeu 24 Mar - 22:18

XD he ben vous êtes de sacrés tarés !

Ensuite pour le temps depuis lequel ils sont là c'est 4 mois environs, et pour la supervisation, vu que je savais pas trop comment ça se faisait, j'ai laissé flou ou cas où, pour pas faire de bourdes, au pire je vois ça avec la personne qui gère le PNJ tout ça.

Et pour l'implication pour l'instant c'est assez "léger" vu qu'ils sont "nouveaux", mais ça pourra changer en RP Cool

En tout cas, merci beaucoup et je me charge de ça ce soir ou demain^^

_________________

I'm gonna fight 'em off
A seven nation army couldn't hold me back


Copyright gif : Livia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   Jeu 24 Mar - 22:22

Dalia Lucientes a écrit:
je vois ça avec la personne qui gère le PNJ tout ça.

Présent mister red

* à zut j'avais dit que je floodais plus ici Razz - c'est loupé mister red *
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   Sam 26 Mar - 0:54

bienvenue miss et bon jeu parmi nous !!!
très jolie fiche =D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Dalia Lucientes »

Glamorous Beast


Messages : 262

Réputation : 101


MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   Sam 26 Mar - 14:50

Hihi merci beaucoup I love you
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Dalia Lucientes [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dalia Lucientes [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.R.A.S.H RPG :: The very beginning :: CRIMINAL RECORDS :: COLD CASES-