AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Feel the heat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
« Eddie Harrison »


Messages : 45

Réputation : 16


MessageSujet: Feel the heat   Dim 22 Mai - 15:29


La journée n'avait pas commencé sous les meilleurs auspices. Levé tôt, il avait reveillé Isaac et Lia, les avait fait prendre leur petit déjeuner, et les avait emmené à l'école. Il avait même trouvé le temps pour une dispute avec Kat. En quoi le fait d'ajouter une barre de chocolat en plus de leurs sandwichs pour le déjeuner avait-il quelque chose de répréhensible ?
En étant honnête, Eddie devait admettre que cela n'avait sans doute été qu'un prétexte. Mais dans tout les cas, cela avait suffit pour lui ruiner l'humeur.

Plutôt que de se rendre directement au bercail, il avait décidé de prendre le temps de souffler. Habituellement, il aurait été décompresser dans un café, ou prendre une pâtisserie. Mais pour le coup, il s'était contenté d'une virée en voiture. Au volant de sa Shelby GT 500 de 1967, il avait sillonné Queenstreet et Hillcrest. Presque autant que la Navigator rutilante de Sean, sa Shelby jaune passé était connue comme le loup gris dans ces quartiers. En plus, il était difficile de la louper : elle ressemblait à une épave. Il aurait fallut un bon 25 000 $ pour lui rendre une seconde jeunesse, mais Eddie ne s'en serait séparé pour rien au monde. Et puis le moteur était sain, et c'était ce qui comptait le plus.
Eddie s'était fait lui aussi une petite réputation dans les quartiers. Bien sur, il n'impressionnait pas autant que le seigneur des lieux : il avait une moindre propention à avoir recours à des méthodes musclées pour obtenir ce dont il avait besoin. En général, il endormait les méfiances à coup d'humour raté et de sourires charmeurs. Mais néanmoins la vue de la Shelby jaune faisait disparaitre comme par enchantement ceux dont la conscience n'était pas complètement tranquille.
L'air de rien, Eddie avait noté les noms des visages connus qui faisaient profil un peu trop bas, se promettant de repasser plus tard dans la journée pour faire le ménage.

De retour au bercail, ses plans avaient été largement modifiés. Sean les avait mis sur les rails pour procéder à l'arrestation de Reggie Bell. Une belle prise à réaliser qui apportait un piment bienvenu pour cette journée qui s'annoncait donc longue et chargée.
Le plan ? Le cueillir au Richy's. Ils avaient donc pris position dans la Navigator, attendant que Bell se manifeste.

Le ravitaillement avait été assuré à tour de rôle, et pour le coup, c'était à celui d'Eddie de rapporter le café. Un gobelet dans chaque main, il ouvrit la porte du véhicule, tendit les boissons à son partenaire et se hissa à bord du SUV.

" Toujours rien ? "

Il prit une gorgée de café, fixant la porte d'entrée du club, guettant leur cible.

Pour l'observateur extérieur, il semblait aller parfaitement bien. Mais qui le connaissait pouvait remarquer qu'il avait forcément quelque chose qui le travaillait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Feel the heat   Dim 22 Mai - 19:51



Dans cette putain de ville, il y a parfois des trucs qui vous tombent du ciel sur le coin de tronche sans que vous ne l’ayez vu venir. Cela était arrivé à la brigade il y a quatre jours. Un drive-by signé des One Niners sur Florence Avenue qui avait pris pour cible un bar à putes des russes tenu par Ivanov avait fait un mort et quatre blessés. Une affaire évidemment confié au C.R.A.S.H et que Sean allait devoir régler avec les concernés à savoir Sergueï et Trevor qui semblaient sur le point de lancer une guerre dans les rues. Problème lorsqu’il découvrit qu’un des clients touché par le raid devant la boite était le fils d’un grand juge du tribunal de la ville… Sean reçu évidemment un coup fil de son honneur qui lui mit une certaine pression afin de retrouver les auteurs du drive-by au plus vite, et bien sûr, de ne pas révéler que son fiston fréquentait un bar à prostituées SM… Il était donc face à un dilemme… Ses accords avec les têtes dirigeantes russes et niners et sa hiérarchie qui voulait à tout prix en faire tomber pour ce drive-by meurtier.

Sean avait d’abord pensé à s’arranger avec Trevor pour trouver quelques uns de ses gars en disgrâce dans le gang et les sacrifier en leur faisant porter le chapeau. Ils les auraient arrêtés, fait croire à Sergueï et à sa hiérarchie qu’il s’agissait vraiment des auteurs du drive-by et se serait débrouiller pour que les russes ne les flinguent avant le procès pour se faire vengeance… Seulement voilà, avant même qu’il n’ait eu le temps de mettre son plan en route, un témoin venait désigner le numéro deux des Niners, Reggie Bell, comme le conducteur de 4x4 qui avait tiré. Grosse merde… Mais là, Sean n’avait plus le choix. De toute façon, coincer un gros poisson comme lui pour meurtre n’était pas totalement contre ses intérêts et lui vaudrait un peu plus de reconnaissance dans ses résultats. Tant pis pour Trevor et leurs bons rapports, ils allaient coffrer son numéro deux et bras droit et l’inculper. Il n’y avait pas d’autres solutions, surtout que le juge avait déjà eu vent de ce témoin oculaire reconnaissant formellement Bell…

L’opération était prévue pour ce soir, au Richy’s Club où Bell serait probablement avec d’autres lieutenants niners et des pétasses du gang, mais n’était pas officielle… Sean avait obtenu le mandat d’arrêt après un coup de fil en un temps record par le juge en question mais n’avait pas de renforts prévus. Matthew était en congé forcés par lui-même après ses récentes conneries et Gaby était en stand-by au cas où… C’est Eddie et lui qui se chargeraient d’aller dénicher le numéro deux et lui mettre les menottes aux poignets. Garé en planque dans sa Navigator devant le club depuis une bonne heure en attendant son collègue et ami, Sean finit par voir la Shelby d’Ed’ arriver et l’inspecteur venir le rejoindre à l’intérieur du SUV avec des cafés pour tenir les quelques heures qu’ils avaient à attendre, le temps que la boite ne se vide un peu pour intervenir. Il baissa à peine sa vitre teintée opaque à travers laquelle on ne pouvait pas les voir de l’extérieur et jeta la cigarette qu’il était en train de fumer avant de la remonter puis prit les boissons qu’Eddie lui donna.

« Non… Bell est là. Il y a son 4x4 et il correspond bien à la description du drive-by au Kalinka… » lui répondit-il en pointant le véhicule en question sur le trottoir d’en face.

Sean bu une gorgée de son gobelet de café les yeux rivés sur l’entrée du Richy’s avant de détourner son attention sur Eddie à côté de lui… Il le connaissait beaucoup trop maintenant pour sentir chez lui que quelque chose clochait et qui n’avait rien à voir avec le boulot… Comme s’il l’avait fait. Et ça, ça n’allait pas le faire… Déjà parce qu’ils s’apprêtaient à intervenir et donc à mettre leurs vies en jeu dans les mains de l’autre et surtout parce que c’était son pote et qu’il n’aimait pas le sentir travaillé ou perturbé par quelque chose. Sean remarqua aussi l’alliance à son doigt… Chose qu’il avait formellement défendu de porter pendant le boulot pour ne pas donner l’information qu’il avait une femme à toutes les ordures qu’ils traquaient et qui pourraient s’en prendre à elle pour se venger de lui ou l’atteindre… Mais étant donné l’état d’esprit dans lequel il le sentait, il choisit de ne pas l’emmerder avec son règlement personnel au sein de la brigade… Surtout qu’il présentait bien que cela avait peut-être quelque chose à avoir avec Kathleen étant donné qu’il avait connaissance de leurs engueulades récentes.

« … Ca va toi ? » lui demanda-t-il simplement en reportant son gobelet de café devant ses lèvres pour souffler un peu dessus et refroidir la boisson. Ils avaient un peu de temps pour parler avant l’opération et de toutes façons, Sean serait aussi là pour lui après si Eddie voulait aller s’évader un peu l’esprit ou simplement discuter. Il n’était pas le meilleur conseiller qui soit en matière de ménage et de couple, mais il était un ami sincère et fidèle.

_________________
Your streets...
My Rules



Dernière édition par Sean Mourning le Mer 25 Mai - 4:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Eddie Harrison »


Messages : 45

Réputation : 16


MessageSujet: Re: Feel the heat   Lun 23 Mai - 18:09

Eddie se réinstalla confortablement sur le siège passager de la Navigator. C'était l'aspect sans doute des plus sympas dans le fait de faire des planques avec Sean : sa voiture avait tout le confort rêvé. Eddie se disait qu'il pourrait passer deux jours en planque comme ca, et ne pas craindre une sciatique derrière. Bon en l'occurence, la planque se limiterait sans doute à la fermeture du Richy's, donc le risque d'effets secondaires était limité. Mais n'empêche.

Il suivit le geste de Sean du regard et hocha la tête, les sourcils froncés, l'air bien concentré. Arrêter Reggie ne serait pas de la tarte. Même armés d'un mandat d'arrêt, il y avait fort à parier que sa cours allait protester plus ou moins violemment.
Eddie savait aussi ce que cela impliquait pour l'équilibre précaire des relations entre l'unité et les Niners : des mois de négociations fichus en l'air parce qu'un témoin avait apparament eu assez de cran pour se présenter au poste. Dans un petit coin, Eddie en était profondément satisfait : au moins, personne ne pourrait se dérober, et tout le monde avait une bonne excuse pour faire son travail. Car après tout, on ne pourrait pas reprocher à Sean et son équipe qu'un témoin ait parlé. Mais il était cependant à parier que cela allait leur compliquer le travail dans Queen Street pendant un temps indéfini...

Il but une gorgée de café, faisant la grimace parce que c'était trop chaud, et en fit une nouvelle quand Sean lui demanda comment cela allait. Il jeta un regard en coin à Sean, puis tripota le couvercle de son gobelet.
Comment il allait ? Au poil. Juste envie de postuler pour un poste d'uniforme dans un patelin paumé du Wisconsin histoire que Kat arrête de se montrer suspicieuse, et qu'ils reprennent leur vie là où elle était avant la réouverture du CRASH.
Pourtant, Eddie n'avait guère envie de renoncer à son poste : d'abord parce qu'il était intéressant en lui-même, ensuite parce que les perspectives pour sa famille, s'il y faisait attention, étaient inespérées.

" Comme une olive sur une pizza. Tu sais, celle que tout le monde regarde mais que personne n'ose manger pour pas passer pour un morfal... "

Il jeta un nouveau regard en coin à Sean, l'innocence même. Avant de lui servir un sourire d'excuse.

" Ok, elle est mauvaise... "

Il rit doucement de sa propre bêtise avant de regard Sean plus franchement.

" A toi de me le dire. J'ai l'air mal ? "

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Feel the heat   Mer 25 Mai - 6:49

Ce boulot ne vous laissait parfois pas le choix. Que ce soit pour le meilleur ou pour le pire. Là en l’occurrence, avec ce témoin oculaire, Sean n’avait pas d’autres options que d’arrêter Bell et de l’inculper avant que ce juge ne lui fasse dessus. Et puis l’opportunité d’une prise comme celle là ne se présentait pas tous les jours. Coffrer un gros poisson comme Bell ne pouvait que servir les résultats de la brigade et son image indispensable. Tout était donc prévu pour ce soir et une opération qu’Eddie et lui mèneraient au Richy’s Club, repère des One Niners bien connu par leurs services. En planque devant la boite depuis une bonne heure à fumer clope sur clope, Sean attendait son collègue tout en observant les allers et venus à l’entrée. Il avait déjà repéré la Cadillac signalée par le témoin du drive-by et tout s’annonçait plutôt bien en attendant qu’une bonne partie des clients aient désertés les lieux avant qu’ils n’interviennent. Toutes les précautions seraient prises pour éviter un échange de coup de feu de toute façon.

Eddie finit par arriver et Sean sortit très vite que quelque chose clochait chez lui. Il fallait bien le connaître pour sentir ça et c’était son cas. Il n’était pas du genre à prendre la tête à ses hommes sur leur vie privée quand elle n’influençait pas leur boulot mais restait très proche d’eux et particulièrement d’Eddie et sa situation particulière. Il était le seul gars marié du C.R.A.S.H, le seul à avoir femme et enfants à perdre et pour qui être présent. Le reste de l’équipe correspondait d’avantage à l’archétype du cowboy célibataire endurci, mais lui était différent. D’ailleurs c’est bien parce qu’il était un excellent flic et qu’il n’avait pas de problème à prendre des voies détournées voir crapuleuses pour arriver à ses fins que Sean l’avait recruté. Sa situation familiale était, selon Sean, son seul défaut. Mais qui sait, peut-être que dans un an, deux ans, cinq ans peut-être Matthew se marierait lui aussi ou bien Gabriella ou même lui… Encore que les Clippers avaient plus de chances d’être champions cette année.

Quoi qu’il en soit, Eddie répondit à sa question avec une image qui eu au moins le don de lui tirer un sourire amusé mais ne l’informa pas vraiment. Répondre à une question par une autre question : C’était sa spécialité ça. A croire que Sean avait trop déteint sur ses hommes… Bref ses simples non-réponses étaient une réponse en elle-même sinon Ed’ lui aurait simplement dit que ça roulait et point barre. Il n’insisterait pas s’il n’avait pas envie de parler, lui mieux que quiconque pouvait le comprendre même s’il restait là au cas où son pote ait besoin. Pour discuter ou pour autre chose.

« J’en sais rien mon pote… Si tu me dis que ça va, c’est cool, on peut parler du dernier match des Dodgers… » lui répondit-il en prenant une nouvelle gorgée de son café. « Mais non... Si tu veux mon avis, t’as pas la gueule d’un mec qui vient de passer la meilleure soirée de sa vie… » ajouta-t-il tout de même l’air de rien en replongeant une main dans sa poche de blouson.

L’homme se sortit une cigarette et lui en proposa une également comme un nouveau révélateur, au cas où. Eddie ne fumait pas mais il lui arrivait de s’en griller une notamment lorsqu’il était tourmenté par quelque chose. Cela lui en dirait un peu plus avant qu’il ne le fasse peut-être de lui-même… Ou pas. Les cartes étaient entre ses mains de toutes façon, s’il ne disait rien, alors Sean lui parlerait de la pluie et du beau temps ou du boulot comme il en avait l’habitude. Le tout en espérant que ce ne soit pas trop grave au point de les mettre en danger tout à l’heure lorsqu’ils rentreront armes aux poings dans le club. Lui n’avait personne à perdre, sa gueule et son nom dans les journaux comme officier abattu dans l’exercice de ses fonctions ne ferait pleurer personne, plutôt sourire certains même, mais il ne tenait pas à ce que cela arrive… En attendant de mettre les deux pieds dans le plat, Sean alluma sa cigarette et plia son bras contre le bord de sa fenêtre pour poser sa main contre son visage et prendre une pose un peu plus à l’aise.

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Eddie Harrison »


Messages : 45

Réputation : 16


MessageSujet: Re: Feel the heat   Ven 27 Mai - 17:48

Eddie avait regardé Sean lui tendre une cigarette. Il marqua une hésitation. En général, il gardait cela pour les grandes occasions. Et principalement celles où il était à peu prêt sur de ne pas rentrer tout de suite : Kat n'aimait pas ca, et en reniflait l'odeur à 15 m, même trois jours après. Bon d'accord, c'était exagérer un peu le trait, mais tout de même.
En même temps... On était sur une grand occasion, non ? Une engeulade, une arretation dantesque... Que demander de plus ? Et puis Eddie était tellement tendu... pourquoi ne pas tenter l'apaisement ?

" Kat va me flinguer... Enfin tu me diras... ca changera pas trop, hein ? "

Il eut un nouveau petit rire, il tendit la main en soupirant et attrapa une cigarette dans le paquet de Sean.

" Merci. "

Il se pencha pour attraper le briquet et allumer ladite cigarette. Il tira longuement avant de bloquer sa respiration un moment, et expira dans un soupir, la tête renversée contre l'appui-tête, le bras callé sur la portière.
Non bien sur que ca n'allait pas vraiment. Il était même content d'être au travail, histoire de se focaliser sur autre chose, se vider la tête sur du concret, quelque chose qu'il pouvait contrôler au moins un peu. Bref il était mieux au travail, vraiment. Un comble pour lui qui jusque là avait toujours trouvé le bonheur dans sa famille. Mais quand le mensonge ou les non-dits commencaient à prendre une part trop importante dans une vie, il fallait s'attendre à des problemes...

" Les Dodgers auraient mieux fait de rester chez eux, je crois... j'ai perdu 50$ avec leurs conneries. "

Mais en même temps, il n'avait pas spécialement envie de faire la petite conversation. Il ne pouvait pas cacher qu'il avait quelque chose en tête de nettement plus présent. En tout cas, il ne le cacherait pas à Sean, qui en savait suffisament sur lui pour savoir ce qu'il pouvait lui cacher.
Eddie poussa donc un nouveau soupir. Tourner autours du pot ? Aucun intérêt. Autant donc rentrer dans le vif du sujet, et crever l'abces. Reggie risquait de toute facon d'y passer la nuit, au Richy's. Alors...

" Depuis qu'Addai est passé chez nous, c'est plus que tendu avec Kat. Hier elle m'a de nouveau demandé comment je payais les courses... Elle est pas idiote, elle se doute bien de ce qu'il se passe... "

Il fit une nouvelle grimace. Il préférait lui mentir à elle plutôt que lui expliquer la situation, et l'obliger à mentir elle-même. En simplifiant sa propre vie, il compliquerait la sienne. Et ca, il ne pouvait s'y résoudre.
Mais finalement, il en resultait une situation qui mettait tout le monde mal à l'aise chez les Harrison.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Feel the heat   Sam 28 Mai - 8:23

Sean était au courant des récents problèmes d’Eddie avec sa femme et sa famille en général. Il avait d’ailleurs essayé de lui libérer un maximum d’heures pour au moins aider à sa présence auprès d’eux, mais visiblement c’était bien plus grave que cela puisqu’il ne voyait rien s’arranger sur la mine de son collègue au fil des jours. Quelque chose clochait, c’était certain… Il ne savait pas quoi et ne voulait pas forcément le savoir si Eddie ne voulait pas en parler et garder ça pour lui. Mais s’il pouvait l’aider ou être de bons conseils d’une quelconque façon, il essaierait. En tout cas, Eddie prit bien une cigarette et lui donna une première indication ou plutôt une confirmation sur ce que Sean pressentait depuis qu’il était rentré dans la Navigator. Un petit sourire se dessina sur son visage avant qu’il ne se mette à rire doucement à la remarque de son ami sur le fait que Kathleen allait le flinguer si elle l’apprenait. Le temps qu’ils allument leurs clopes et que Sean reporte un bref coup d’œil sur l’entrée, il finit par acquiescer de la tête.

« Et encore… C’est plus comme si on te sortait tous les soirs au Woody’s pour enchaîner les bières jusqu’à pas d’heure… » lui glissa-t-il dans ce même rire, s’estompant progressivement jusqu’à sa remarque sur les Dodgers.

Enfin, il termina par en venir au fait et lui parla bien de sa relation avec Kathleen et le fait que ses soupçons concernant le fric qu’il ramenait à la maison étaient de plus en plus forts. Aucune surprise… Eddie n’était pas stupide, et il n’avait pas à lui rappeler qu’il valait mieux dans l’intérêt de Kat comme dans le leur de ne rien lui dire sur ces petits bonus de salaire et leur nature. Aussi grandes puissent être la loyauté et l’attache d’une femme à homme, les choses pouvaient parfois être plus compliquées, surtout lorsqu’il y avait des enfants en jeux. Ce qu’il devait faire ? Merde, il n’en savait rien lui… La même chose qu’avec Addaï et les affaires internes. Lui mentir, ou en tout cas dissimuler la vérité. Il est vrai que ce devait être moins facile avec quelqu’un qu’on aime et avec lequel on vit tous les jours, mais qu’est-ce qu’il pouvait bien faire d’autre ? Sauf s’il voulait ne plus être dans les coups les plus pourris de la brigade, mais dans ce cas là Eddie comme lui savaient que les problèmes viendraient tôt ou tard se semer à l’intérieur du C.R.A.S.H entre lui et les autres.

Valait-il mieux avoir un bon ménage et aller tous les jours au boulot en traînant les pieds ou l’inverse ? L’une comme l’autre situation n’était de toute façon pas destinée à durer. Si sa femme ne lui faisait plus confiance et ne se faisait pas à ces zones d’ombres, leur mariage prendrait l’eau… Et si les membres de la brigade ne lui faisaient plus confiance parce qu’ils décidaient de ne plus être de leurs magouilles, il ne pourrait plus rester. Alors que faire ? Concilier les deux. Sean pouvait l’y aider du mieux qu’il pouvait pour que ce surplus de fric qu’il ramenait chez lui se voit encore moins, mais cela l’embrigaderait dans d’autres magouilles avec des banques et comptes à l’étranger… Ce qui n’était pas forcément la meilleure des choses non plus.

« Les femmes… Elles te font la gueule quand elles n’ont pas assez de diamants ou de belles voitures, de belles robes… Et c’est seulement quand elles en ont un peu trop qu’elles commencent à avoir un problème de conscience putain… » reprit-il finalement en se remettant à rire doucement.

Trêve de plaisanterie d’un célibataire endurci comme lui, il retira sur sa clope et en recracha la fumée d’un trait sec, réfléchissant quelques instants à quelque chose de rassurant à lui dire. Lui conseiller un avocat ? Non, non… Déjà ils n’en étaient pas là et puis ce n’était pas très délicat comme suggestion, à l’image de la nature de Sean.

« Et elle est pas contente que tu fasses les courses ? De tout ce que t’achètes aux petits, des études que tu vas pouvoir leur payer… Dis lui… Elle préfèrerait que vous soyez à la rue ou alors dans un appartement avec pas assez de chambre et de place pour quatre ? » lui demanda-t-il comme une évidence en arquant les sourcils. « Je vais te dire un truc… Tu fais ce qu’il faut pour ta famille. C’est tout. Et t’as pas à avoir de remords pour ça. »

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Eddie Harrison »


Messages : 45

Réputation : 16


MessageSujet: Re: Feel the heat   Lun 30 Mai - 6:08

Eddie continuait de tirer lentement sur sa cigarette. Il n'en fumait pas souvent, alors quand ca lui arrivait, il en profitait un peu. La remarque de Sean sur leur ancien rythme de vie lui tira un nouveau sourire. Les retours du Woody's à trois ou quatre heures du matin, alors que Kat campait dans le salon et qu'Eddie titubait légèrement étaient d'autres souvenirs épiques de sa vie de couple et de flic. Pourtant, ils généraient en leur temps beaucoup moins de tension que la situation actuelle. De même lorsqu'il était à l'armée. Alors pourquoi cette fois Kat lui mettait-elle autant de pression ?

* Parce qu'elle n'est pas complètement idiote * lui souffla une petite voix. Bien sur. Il fallait une bonne raison pour ramener autant d'argent, et Kat n'était pas du genre à se voiler la face et à se laisser vivre. Elle avait du caractère et de la force. Ce n'était pas la petite chose fragile que l'on pouvait croire.

A nouveau il sourit à la remarque de Sean. Il n'avait pas tort : les femmes étaient rarement satisfaites à 100 %. En tout cas, pour ce qu'il en savait. Et pour cause : s'il faisait la vaisselle, il aurait fallu y ajouter le linge, et s'il étendait le linge, elle aurait préféré qu'il fasse la poussière. Il n'y avait guère que lorsqu'il s'occupait des enfants qu'elle ne trouvait rien à redire. Et encore... Quand il fallait encore changer les couches, ces dernières n'étaient pas souvent bien mises au goût de la maitresse de maison. Mais qu'importe... ce sont les désagréments normaux d'une vie de couple, d'une vie de famille. Il n'y avait rien à critiquer. Et après tout, c'était elle qui tenait la maison, alors autant accepter ses remarques.

Enfin, à la dernière réplique de Sean, il secoua vaguement la tête à la négative, les yeux dans le vague.

" Si seulement... Je le lui ai deja dit. Plus ou moins... Mais elle s'entête à penser que cette argent n'a pas une origine très nette... " Il tourna la tête avec une grimace ironique pour Sean. " ... Alors elle veut des explications. Des détails. La vérité, en résumé. Et je peux raconter ce que je veux... Tu ne restes pas aussi longtemps avec quelqu'un sans qu'elle ne soit capable de te lire comme un livre ouvert... Elle sait que je lui raconte des bobards aussi surement que si je commencais mes phrases par "il était une fois" ! " Nouveau silence. " C'est ca, plus que l'argent en lui-même, qui la met hors d'elle, je crois : que je lui cache quelque chose et que je lui mente pour ca... "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Feel the heat   Jeu 2 Juin - 10:54

Les problèmes de couple… Voilà quelque chose que Sean s’était toujours épargné. Ces conneries pouvaient être plus fatales à un homme qu’un désaxé armé. Lorsqu’on lui avait confié les clefs du C.R.A.S.H, il s’était fixé comme ligne de ne recruter que des célibataires plus ou moins endurcis et avait recalé pas mal de candidatures pour cette simple raison de statut civil. Mais pas Eddy… Non, il était un trop bon flic qui correspondait exactement au profil qu’il recherchait, sa situation familiale mise à part. La situation dans laquelle il était ne l’était donc qu’à moitié. Les magouilles, les profits illégaux, c’était aussi ce qui faisait ce job. Sean comprenait que cela puisse devenir pesant, surtout s’il était attaché à cette femme, encore que sa compréhension s’arrêtait bien là, et qu’il avait des difficultés à lui mentir ou en tout cas à lui mentir correctement… Mais l’esprit de son ami et collègue devait rester clair. Ce qui n’était pas toujours facile avec des émotions ou des sentiments en jeux.

Il l’écoutait… Tout en fumant sa clope et descendant son café, attentif à ses mots mais aussi son langage non-verbal, et plus il l’écoutait plus il commençait à croire qu’il voulait tout lui dire… Et ça, ce n’était vraiment pas bon. Sean n’était pas prêt à parier sur une quelconque personne dans la confidence de leurs magouilles. Il pariait sur ses gars, et c’était déjà pas mal. Trop de risques… Et il était hors de questions qu’ils se retrouvent un jour en blouse orange de détenus pour une femme qui n’aurait pas su passer outre son mariage. Même si une personne ne pouvait pas légalement témoigner contre son époux devant un tribunal, cela finirait pas les enterrer. Il n’y avait donc qu’une seule alternative au mensonge : La séparation. Sean espérait qu’Eddy puisse éviter ça et que les choses s’arrangent mais en attendant, il ne voyait comment il pouvait faire autrement que ce qu’il faisait déjà.

« Tu sais que tu ne peux pas faire autrement… Elle ne doit rien savoir. Personne. Surtout que si un jour on est emmerdés, elle le sera aussi pour complicité. Naaah, ne lui donne rien... C’est mieux pour tout le monde. » lui glissa-t-il en baissant sa vitre électrique en tirant une dernière fois sur sa clope avant de la jeter dehors avec son gobelet de café fini.

Mais alors qu’il s’apprêtait un nouveau plaidoyer sur ces soucis, le boulot le rappelait au moment où il vu toute une masse de blacks sortir du Richy’s à l’entrée. Il y avait toujours ce fond de basses au rythme hip hop à réveiller les morts venant de l’intérieur mais visiblement, la soirée était en train de s’achever et la boite de se vider. Sean se figea net un moment en regardant ce groupe visiblement bien éméché « Ca bouge… » glissa-t-il avant de regarder sa breitling de luxe à son poignet. Quatre heures moins le quart… Ce devait être la fin de la soirée officielle. Les niners et autres proches du gang devaient certainement restés encore un peu, Bell en tête. Bien… Plus le Richy’s se vidait, mieux ce serait. Déjà pour éviter des balles perdues sur des civils au cas où cela tournerait mal, ensuite parce qu’ils seraient tout de suite identifiées comme des flics€n entrant, ce qui, dans ce cas précis était presque vital pour éviter de se faire allumer aveuglement. Mine de rien, ce statut les protégeaient presque autant qu’un gilet pare-balles avec la plupart des gangsters puisqu’il fallait bien y réfléchir à deux fois avant de risquer la chaise électrique pour avoir tué un officier.

« Ok... On attend encore un peu que ça sorte et on le tape à l'intérieur… Tiens, sors moi une bière dans la boite à gants, il va falloir faire le plein avant… Prends en une si tu veux. » lui glissa-t-il avant de désigner de la main la boite devant Eddie qui contenait toute sorte de choses plus ou moins officielles parmi lesquelles ces canettes.

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Eddie Harrison »


Messages : 45

Réputation : 16


MessageSujet: Re: Feel the heat   Ven 3 Juin - 5:59

Des fois, il se disait qu'à son retour d'Afghanistan, il aurait du ecouter sa mère et accepter le job qu'on lui proposait chez un paysagiste. Il aurait passé son temps dehors, à planter des palmiers pour les riches idiots de Beverly Hills et n'aurait pas eu à se poser ce genre de questions... Mais voila, il avait ce métier dans le sang. Protéger et servir, c'est ce qu'il avait appris à l'armée, quoique pas de facon aussi formelle, et rejoindre la police avait été la suite évidente. Et cela lui procurait beaucoup de satisfaction personnelle. Mais du point de vue familiale...

Il prit une nouvelle gorgée de café en haussant un sourcil dubitatif. Comme s'il allait tout raconter à Kat...

" Hééé oui... C'est ce qui rend la chose tellement fun... Nan, ne te fait pas de soucis pour ca, il n'est pas question que je lui en parle... Même si là, ca la rend dingue, je crois qu'elle serait capable de me planter si elle savait la vérité... "

L'image du gentil flic incorruptible qui lui collait à la peau... ce qu'il était, quelque part. Il ne prenait que le strict nécessaire pour ne pas passer pour un faux-frère - Sean lui avait mis tout de suite les choses au point. Mais c'était un moindre mal. L'équipe était une fabuleuse opportunité de carrière. Et l'ambiance... Rien qu'à l'idée, il sourit. Ils formaient une équipe solide, tous les quatre, et il comptait bien que cela dur.

Le mouvement du côté de la boite le ramena à la réalité. Il redevint sérieux et se redressa quelque peu sur son siège. Ils étaient là pour bosser après tout.

" Ok. "

Il se pencha pour prendre la bière demandée par Sean, fouillant dans le bric à brac qui s'y trouvait.

" Merci, j'en prendrai une à l'intérieur. Le patron va bien m'en offrir une, si on demande gentiment... " Il poussa un soupir faussement agacé. " Sérieux Sean, faudra penser à ranger un jour ! J'ai l'impression d'être dans le placard d'Isaac ! "

Qui était un bordel inommable, il va sans dire. Comme tous les petits garcons, il entassait ses figurines et ses véhicules de plastique dans un ordre connu de lui seul - et encore, l'idée d'ordre était difficile à concevoir. Et malgré les injonctions parentales, il persistait à refuser de faire les choses proprement.

Eddie tendit la bière à Sean, puis sortit son arme de service, en vérifia une nouvelle fois le chargeur et l'amorce - il l'avait deja fait avant de quitter le bercail, mais c'était un geste qu'il faisait toujours lorsque les choses devenaient sérieuses : une sorte de superstition.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Feel the heat   Jeu 9 Juin - 18:38

Le C.R.A.S.H était une équipe et même d’avantage, une famille. Tous les membres de la brigade avaient appris à se connaître, à se solidariser et à s’apprécier depuis le début de la reformation par Sean. Unis dans les choses les plus dures et les affaires les plus sordides, cela les avaient forcément et naturellement rapprochés les uns des autres. D’ailleurs, tous connaissaient et parlaient ensemble de leurs vies privées comme à des amis proches qu’ils étaient. Bien sûr, il y avait toujours des affinités plus grandes que d’autres. Sean par exemple était beaucoup plus proche d’Eddy que de Gabriella, et pas seulement pour son côté macho et son arrivée chaotique dans l’unité. Quoi qu’il en soit, l’inspecteur tenait à cette cohésion à l’intérieur du C.R.A.S.H et ne pouvait de toute façon pas imaginer une autre alternative étant donné les magouilles et les bavures dans lesquelles ils trempaient consciemment chaque jour. Un électron libre, un officier émancipé et c’est toutes les autres têtes, la sienne en première qui risquaient d’être en jeu.

Quoi qu’il en soit, les choses commençaient à bouger devant le club et un bon nombre de clients quittaient peu à peu les lieux. Le moment d’intervenir se rapprochait et une bonne bière lui donnerait un bon de fouet avant de passer à l’action. Sean rigola doucement à la remarque d’Eddy qui en commanderait une à l’intérieur et attrapa la canette qu’il lui sortit pour l’ouvrir. L’homme bu une première bonne gorgée alors que son ami lui dit qu’il ferait mieux de ranger la Navigator avant qu’elle ne ressemble au placard de son môme. Il est vrai que le rangement n’était pas son fort et il faut aussi dire qu’il vivait presque dans cette bagnole. En tout cas plus que dans son appartement qui ne lui servait que d’adresse civile. Mais Sean était déjà concentré sur le Richy’s et l’imminence de leur intervention. Bell n’était pas réputé pour être violent. C’était une tête qui dirigeait et ordonnait. Pas un chien fou qui tirait sur tout ce qui l’approchait, plaques ou non bien qu’on ne savait jamais vraiment avec ce genre de types.

Un sourire se dessina sur son visage lorsqu’il vit Eddy sortir son flingue et vérifier qu’il était bien chargé comme il faisait toujours… Mais ce soir n’état pas toujours... Ils n’allaient pas cravater n’importe quel dealer en civil dans la rue. Un gros poisson justifiait de gros moyens et surtout de grosses précautions.

« Range ça mon pote, on en aura pas besoin ce soir… » lui glissa-t-il en mordant son sourire entre ses lèvres avec cet air vile qu’il affichait souvent.

Evidemment, il ne voulait pas dire qu’il n’aurait pas besoin d’armes et qu’il suffisait de se présenter gentiment et de demander à Bell de bien vouloir les suivre. Non. Seulement ils n’auraient pas besoin de ses armes de poings en particulier. Sean descendit sa bière en à peine trois minutes, ce qui le mit plus que d’équerre , et observa de nouveaux groupes de clients sortir de l’entrée et le décider par la même occasion. C’était le moment. Dans un quart d’heure, il aurait de toute façon trop envie de pisser.

« Allez… Envoyez la musique… » soupira-t-il pour donner le feu vert à Eddy avant d’ouvrir sa portière pour sortir à l’extérieur sur le trottoir.

L’inspecteur fit le tour de la Navigator et se dirigea à l’arrière pour ouvrir le coffre. Fusils, gilets et impers L.A.P.D. Ce soir et pour une des rares fois, il ne devait pas se fondre dans les civils mais bien être reconnus et identifiés tout de suite comme des flics pour ne pas se faire tirer comme des lapins et de vulgaires braqueurs qui viendraient emmerder les Niners. Sean retira sa veste en cuir qu’il mit sur le côté et attrapa un gilet qu’il passa à Eddy en lui posant sur le torse. « Enfile ça… ». Pas de gilet pour lui, mais pour son collègue, oui. Sean n’aimait pas en porter, mais n’avait pas envie de faire courir le moindre risque à l’un de ses hommes, surtout celui qu’une femme et que des enfants attendaient ce soir. Encore et toujours ce côté protecteur et paternel qu’il avait avec eux entant que chef. Pas de gilet mais un imper bleu nuit avec les lettres blanches L.A.P.D dans le dos qu’il enfila en en mettant un autre en évidence devant Ed’ pour lui laisser l’enfiler aussi. Enfin les fusils à pompe, un chacun. Sean en prit un et le chargea à bloc avec Eddy une fois habillé avant de finalement claquer le coffre pour le refermer, fin prêts. Encore invisibles derrière le grand SUV, une dernière mise au point stratégiques et ils partiraient à l’assaut ?

« Combien d’entrées d’après-toi ? Il est pas question que ce fils de pute nous glissent entre les doigts... Nan nan, pas ce soir... » lui demanda-t-il le fusil caché derrière le long de jambe.

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Eddie Harrison »


Messages : 45

Réputation : 16


MessageSujet: Re: Feel the heat   Sam 11 Juin - 15:11

Pendant que Sean profitait de sa bière, Eddie finissait de vérifier son arme, et son partenaire avait beau lui dire qu'il n'en aurait pas besoin - évidemment pour un calibre plus conséquent - , il ne l'en rangea pas moins dans son holster : elle faisait partie de sa panoplie de policier au même titre que son insigne. Sortir sans lui aurait paru étrange.

" On verra bien. " dit-il avec un large sourire. " En attendant, vaut mieux être sur, nan ? "

Eddie se tortilla sur son siège. Il avait hate de passer à l'action : une bonne opération, bien menée, avec un peu d'action et pas trop de risques, voila ce qui l'aiderait à coup sur à se remettre les idées d'aplomb. Ou en tout cas, de laisser de côté pendant quelques dizaines de minutes ses problèmes, le regard accusateur de Kat et les questions qu'elle lui posait.
Finalement, Sean donna le signal de départ.

" Ok la musique, mais promet moi de ne pas chanter... " Il lui lanca un regard, avec une sourire espiègle, la main sur la poignée de la porte, puis un hochement de tête en guise d'excuse." D'accord, elle est nulle... En avant alors ! "

A son tour Eddie descendit du Navigator et contourna le véhicule pour rejoindre Sean à l'arrière. Le temps de faire ces quelques pas et il avait pris tout son sérieux. Il se tenait à côté de son partenaire, surveillant l'entrée, quand Sean lui plaqua un gilet pare-balle sur le torse. Il haussa les sourcils d'un air de pas y croire.

" Tu déconnes ? " Lui lanca-t-il en constatant que son vis à vis, lui, avait visiblement décidé de se passer de bouclier. Eddie n'aimait guère faire l'objet de soins particuliers, ni les traitements de faveur. Mais il savait aussi qu'il ne servirait pas à grand chose de discuter, Sean ne changerait sans doute pas d'avis. Ni pour lui, ni pour Eddie.
Avec un soupir et levant les yeux au ciel, Eddie se défit de son précieux cuir qu'il jeta au fond du coffre, puis ajusta le gilet, dégageant son holster pour pouvoir se saisir aisément de son arme de fonction. Il enfila ensuite l'imper LAPD en jetant un coup d'oeil à l'entrée pour s'assurer qu'il ne s'y passait rien d'imprévu - plus que probable en même temps - et susceptible de ruiner leur plan. Finalement, il se saisit du fusil que Sean lui tendait avec un "merci" et entreprit lui aussi de le charger à bloc.

Bien servi, il se recula pour permettre à Sean de refermer le coffre, referma son fusil et le balanca sur son épaule avant de lever le nez pour évaluer les lieux avant de répondre à Sean. Une boîte de nuit, ca voulait dire pas de fenêtre... Il fit une petite moue avant de répondre.

" Deux. Une entrée principale, et une issue de secours. Ce genre d'endroit est toujours concu de la même façon. Et de toute facon... " il lanca un sourire en coin à Sean, chargé d'ironie. " ... ca vaudrait mieux, vu qu'on est que deux... " Il désigna enfin la boîte du menton. " Je passe par derrière et je te laisse la grande porte ? Histoire de nous faire une entrée à la Mariah Carey... " Il tripota le col de l'imper de Sean pendant une fraction de seconde, trop rapide pour que Sean puisse lui broyer la main en représaille. " ouuuh je suis sur que sa minirobe à paillettes dorée t'irait comme un gant... " et son sourire s'élargit en imaginant Sean dans ladite tenue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Feel the heat   Lun 20 Juin - 18:10

[ HJ : Bon, je vais donc parler en MES noms… LoL ! Schizophrénie quand tu nous tiens. ]

Après des heures d’attente en planque dans cette voiture, il était temps de se dégourdir les jambes et d’agir. Botter quelques culs de petits merdeux et ressortir de ce club avec la plus grosse arrestation des six derniers mois pour la brigade. Une descente qui n’avait rien d’anodine en plein repère des One Niners mais moins dangereuse dans le sens où Eddie et lui savaient où ils allaient entrés et chez qui, ce qui n’était pas toujours le cas. C’est chez les anonymes inconnus qu’il y avait paradoxalement le plus de grabuges. Bell était loin d’être un enfant et l’un des plus gros enfoirés de cette ville, mais il était loin d’être con au point de faire feu sur deux inspecteurs. Un homme avertit en valait quand même deux et il n’y avait trop de précautions à prendre, aussi Sean ne fit pas l’impasse sur le port du gilet pare-balles, au moins pour Eddy qui avait bien plus à perdre que lui.

« Pas du tout. T’as la classe avec tu sais ? Tu vas attirer toutes les poulettes du club comme ça et on ressortira pas seuls avec nos queues entre les jambes. » lui répondit-il dans un esprit encore léger et propice à l’humour.

Esprit qu’Eddie garda jusqu’à ce qu’ils ne se tracent un plan d’action derrière la Navigator pour l’interpellation. Deux sorties. Une chacun. Pas de porte de sortie pour Bell. Sean frapperait à l’entrée et laisserait Eddie les prendre à revers au cas où ils aient la mauvaise idée de se faire la malle. Une dernière raillerie, de derniers rires et l’opération était lancée. « Allez c’est partit. On fait ça bien et on pourra rentrer tringler nos femmes et nos petites amies à la maison ce soir. » glissa-t-il en joignant une tape à l’épaule à ses mots avant qu’ils ne se séparent. Sean passa le SUV et fila d’un pas vif et hâté avec son fusil en main jusqu’à l’entrée, bien attentif aux fenêtres et à une éventuelle sortie à la porte devant laquelle il arriva bientôt. Collé au mur adjacent, il attendit de voir Eddie disparaitre en direction de l’impasse menant à la sortie de derrière avant d’enfin ouvrir la porte en fracas et braquer son fusil sur les premières têtes à vue, chargeant son fusil à pompe d’un recul de garde.

« Police ! Mains en l’air ! Mains en l’air fils de putes, je veux voir vos mains ! En l’air ! Tes mains enfoirés, lève tes mains où j’te jure que je t’explose la cervelle ! » vociféra-t-il en avançant le fusil tenu en joue sur une bande de Niners parmi lesquels il reconnu tout de suite Bubba Bell au milieu de quelques putes sur une banquette. Un petit malin qui devait servir de garde du corps, debout à quelques mètres d’eux regardait Sean de haut l’air patibulaire comme pour le défier, ce qui eu le don de faire un peu plus monter l’adrénaline déjà en implosion dans le sang de l’inspecteur. « Qu’est-ce que tu mates comme ça toi ? Hein ?! Tu veux jouer aux durs ? » le toisa-t-il en avançant vers lui jusqu’à être à distance de lui envoyer un violent coup de crosse dans la mâchoire qui l’envoya au sol, la bouche ensanglantée. « Bon appétit ! » pesta-t-il avant de repointer le canon de son pompe sur la bande de niners présents. Bien… Maintenant il les tenait. Pas de résistance, pas de tirs. Tout roulait comme prévu. Ou presque puisque son coéquipier n’avait toujours pas fait le tour par l’arrière pour le rejoindre…

« Eddie ?! Yo Ed’ ! C’est clair de ton côté?! » l’appela-t-il à travers les couloirs en espérant qu’il apparaitrait bientôt pour lui confirmer, qu’il n’y avait rien ni personne de dangereux de son côté.

« Tu t’es perdu inspecteur ? Tu sais ce que t’es en train de faire au moins ? Trevor va sûrement apprécié ton petit délire… » lui glissa-t-il Bell.
« - C’est ça… On va en parler enfoiré… Parce que je suis là pour toi figure toi… » lui répondit-il avec un sourire amusé. « Vous, les branleurs… Déposez tous vos flingues sur la table… Allez… Lentement… Comme ça… » reprit-il à l’attention des quelques types autour de lui.

Bell acquiesça d’un signe de tête, leur faisant signe de faire ce que Sean disait sans entourloupe. Preuve qu’il n’était en effet pas si con… Sean ne quitta toutefois pas des yeux chacun de leurs gestes et veilla à ce qu’aucun ne soit suspect ou dangereux pendant qu’il déposait un tas d’armes de poing en pagaille sur la table. Eddie arriva ensuite finalement et les rejoint dans la salle.

« Ca roule pour toi mon pote ? » lui lança-t-il. « Tiens éloigne moi tous ses joujous de leurs propriétaires et reconduis les jusqu’à la sortie qu’on puisse parler tranquillement à notre ami. »

A nouveau, et comme si c’était lui qui donnait les ordres et pas les deux flics avec les flingues qui les braquaient, les niners attendirent que Bell leur donne son feu vert, ce qui eu le don d’un peu plus agacer Sean.

« Allez-y… Mettez Trevor au parfum et dites lui de réveiller le baveux… »
« - Oh... Alors tu sais que tu vas avoir besoin d’un avocat ?! Je suis sûr que t’as plein de choses à nous dire… Allez dehors tas d’clowns j’ai dis ! »

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Eddie Harrison »


Messages : 45

Réputation : 16


MessageSujet: Re: Feel the heat   Sam 25 Juin - 16:20

[ok... Alors je m'excuse d'avance si c'est tout pourrave, mais mon post s'est perdu avec une mauvaise manip, et sérieux, ca plombe... ]

Eddie eu une grimace dubitative. "Tringler leurs femmes" ... à la limite, s'ils ne font pas de saisies... Kat est toujours plus coulante lorsqu'il revient de planque. Mais s'il ramène des extras, la soirée, que dis-je... la nuit finirait dans une discussion qui elle, serait interminable. Mais en attendant, ils avaient un boulot à finir.

Eddie fit un signe de tête à Sean. Eh oui, pour lui la porte de derrière... Il n'aimait pas vraiment ca... En général, elles se trouvaient dans des ruelles glauques, et celle-ci ne faisait pas exception. Il longea quelques bennes géantes qui renfermaient les restes des soirées précédentes, le tout habité par une troupe de rats qui coururent se planquer dans un coin, des chats errants sur les talons.
Eddie aurait parié qu'il y avait moyen de retrouver de la dope dans ces fichues bennes : de la poudre tombant au sol ramassée par un balai trop zélé, le tout finissant à la poubelle... Mais ce n'était pas l'objet de la soirée.

En s'approchant de la porte, il entendit du bruit à l'intérieur. De quoi lui faire comprendre qu'il avait un temps de retard sur son partenaire. Il défonca donc la porte de secours d'un coup de pied et déboula dans la réserve, au milieu des stocks de champagne, de biere, et autres alcools forts. Mais personne en vue. Il remonta la pièce pour se diriger vers la sortie, quand des pas précipités le firent s'arrêter. Soit il s'agissait d'un homme de main zélé venu protéger les arrières de son boss, soit un couard prenait la poudre d'escampette pour échapper à une éventuelle rafle. En tout cas, Eddie l'accueillit avec un coup de coude dans le nez. L'homme ne comprendrait sans doute jamais comment il avait fini sur le sol de la réserve.

Constatant que la voie était libre, il rejoingnit Sean au moment où celui-ci l'appelait.

" Me voila ! Je taillais le bout de gras avec la femme de ménage. Elle est en train de nettoyer le sol, là... " En clair, rien à signaler...

Il balaya la pièce du regard, passant successivement chacun des comparses de Bell dans sa ligne de mire.

A nouveau il aquiesca et alla ramasser les armes, les jetant dans le coin le plus éloigné, avant de pointer de nouveau la petite troupe.

" Vous avez entendu ? Allez la fête est finie, allez prendre l'air ! DEBOUT ! " A regret, ils se levèrent l'un après l'autre et Eddie les raccompagna à la sortie, avant de se poster devant la porte, prêt à couvrir Sean.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Feel the heat   Mar 5 Juil - 16:40

La descente avait été réussie. L’effet de surprise total et les lieux rapidement maitrisés et nettoyés. Ils les tenaient et Bell allait très vite perdre ses grands airs assurés. De dernières précautions à prendre, tous ses sous-fifres à désarmer et à dégager de la boite et ils allaient enfin pouvoir tranquillement passer aux choses sérieuses avec monsieur le gros bras niner. Enfin tranquillement, pas trop quand même… Il ne faudrait pas trop tarder à l’embarquer et à l’emmener au bercail au cas où Trevor décidait d’envoyer un petit raid visant à libérer son numéro deux avant même qu’il ne soit arrêté. Peu probable… Il serait certainement fou de rage contre Sean et ses hommes, mais se calmerait très vite étant donné les affaires et les accords qu’il avait avec la brigade. On ne sait jamais… Pendant qu’Eddy est en train de s’improviser videur et fait sortir ce tas d’enfoirés dehors, il finit par baisser son fusil tenant Bell en joue jusque là et va paisiblement s’asseoir sur un fauteuil face à lui. Il ne dit rien, se contentant d’afficher un large sourire triomphant pour provoquer le niner à réagir en premier. Gagné…

« Je peux savoir ce qui te fait marrer comme ça ? Trevor va tous vous le mettre dans le cul mon frère, tu le sais ça ? »
« - Naaaah, Trevor peut rien pour toi mon pote… T’es seul sur ce coup là. J’espère que t’as bien profité de ta soirée, bien bu, bien baiser, parce que c’est ta dernière d’homme libre avant un long… un très lonnng moment. »
« - Tssss... Tu bluffes. Tu veux m’arrêter? Pour quoi? Tapage nocturne de la boite ? T’as que dalle sur moi… »

Sean se contente de rire doucement de plus belle en secouant la tête de manière négative. Il ne s’attendait donc vraiment pas à ce qui allait lui tomber sur la tronche ? Pas étonnant… Les témoins acceptant de témoigner contre des membres de gang étaient plus rares que des pucelles sur Queen Street… Il entend Eddy revenir et tourna la tête vers lui avec ses mêmes airs amusés. « T’entends ça Ed’ ?! Monsieur Bell croit qu’on s’est déplacé spécialement sans rien avoir contre lui… » lance-t-il à son ami avant de se relever et se diriger vers le bar pour attraper une bouteille de scotch, sa boisson favorite, et trois verres. « Ahlalalalaaa… C’est pas croyable… » soupire sur un ton qui traduit autant de fatigue que de résignation face à la stupidité des types du genre de Bell. Alors qu’il remplit les verres les uns à la suite des autres sur le comptoir dos à eux, il finit par se retourner l’espace d’un instant « Je t’en sers un Eddy ? Reggie ? Le dernier verre du condamné… Hein ? ». Puis il se met à éclater de rire de sa propre connerie et revient avec les verres en mains les distribuer et reprendre place sur son fauteuil face à Bell. Bon… Il allait falloir en venir aux choses concrètes.

Sean plonge alors une main à l’intérieur de son imper’ L.A.P.D et en sort une feuille chiffonnée qu’il défroisse sous les yeux du gangster pour se mettre à la lire pendant quelques secondes de silence.

« Reggie… Bubba… Bell… T’es officiellement en état d’arrestation pour quatre charges de meurtre au premier degré. Je suppose que tu connais tes droits, t’es pas con… »
« - Conneries… Meurtre de qui ? »
« - Le drive-by sur Florence il y a une semaine… »
« - Vous avez aucune preuves bande de nazes… »
« - Bah non, t’as raison… Le juge nous a délivré ce mandat fédéral juste parce qu’il était mal luné aujourd’hui… »

Il adresse un regard à Eddy. Il valait mieux ne pas parler du témoin oculaire qui l’avait formellement identifié. Bell serait de toute façon au courant bien assez tôt par le biais de son avocat, et repousser l’échéance repoussait du même coup les risques d’attaque ou d’intimidation à son encontre que les Niners pourraient lancer pour faire tomber l’affaire à l’eau et obtenir le non-lieu. Le procureur n’aurait que ça car en effet, il n’y avait aucunes autres preuve set tout reposait sur ce témoignage… En revanche, il pouvait enfoncer le clou en lui disant que l'une des balles perdues de son raid en voiture avait mortellement touché le fils d'un juge... L'inspecteur prend finalement son verre et le tend à son coéquipier pour trinquer avec lui avant de le lever vers Bell.

« - A la tienne… mon frère. » lance-t-il avec un clin d’œil avant de descendre le liquide ambrée d’une traite.

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Eddie Harrison »


Messages : 45

Réputation : 16


MessageSujet: Re: Feel the heat   Lun 11 Juil - 6:22

Eddie avait racompagné sans trop d'encombre les hommes de main de Bell. Oh bien sur, il y avait eu le lot de menaces et de tentatives d'intimidation. L'un d'eux notamment avait tenté de faire plier Eddie. Sauf que ce dernier n'était pas du genre à lacher le morceau de cette facon. Nez à nez, à un cm l'un de l'autre, chacun avait tenté de faire reculer l'autre juste par l'intimidation. Et puis finalement Eddie en a eu marre : il a décroché un coup de la crosse de son fusil dans l'estomac du Niner, le pliant en deux pour le coup. " Ca va t'as eu ton compte ? Maintenant dégage ! " Propre, efficace, rapide. Les Niners avaient déguerpi sans plus de remou, mais le regard du plié en deux qu'il jeta à Eddie avant de sortir était lourd de sens.
Eddie avait noté la menace implicite dans un coin de sa tête. Il lui faudrait sortir couvert pendant quelques temps...

Lentement, il fit demi-tour et retrouva Sean et Bell installés à une table, et Sean qui l'interpellait. Il sortait le grand jeu, c'était pour cela qu'ils étaient venus après tout. Et Sean aimait mettre les formes lors des arrestations majeures. Ca manquait de public, mais c'en était pas moins amusant.
Eddie décrocha donc un sourire, un peu crispé néanmoins, à Sean, avant de se tourner vers Bell.

" Sérieux ? Bell, c'est pas sympa de nous prendre pour des crétins... " Avant de se tourner vers Sean. " Bien sur, je t'avais dit que je comptais sur l'hospitalité de Bell pour me payer un verre... "

Posté prêt de la porte, Eddie attendait que les choses se terminent pour faire son boulot d'escorte. Le cas était plié. Ils avaient tout ce qu'il fallait, TOUT pour le faire tomber. Le meilleur avocat du monde ne pourrait rien pour Bell. A la condition de ne pas foirer l'arrestation. Un vice de procédure et Di Marzio les ferait revenir à l'huile d'olive avant de faire d'eux une sauce spaghetti. Donc on ne touche pas à Bell. Tant qu'il ne fait pas obstruction... Eddie savourait le moment en tout cas.
Il rendit son regard à Sean : bien sur qu'ils ne parleraient pas du témoin. Ils savaient tout les deux que dès lors que son identité serait connue, il y aurait un contrat sur la tete dudit témoin. Ils auraient peut être tout intérêt à le coller sous la protection des US Marshall, mais ce n'était pas à eux de décider, au final. Et de toute facon, Bell n'était pas idiot : s'il y avait un mandat d'arrêt, cela voulait dire preuves solides. Et Bell savait que matériellement, ils n'avaient rien. C'était donc nécessairement un témoin direct qui avait parlé. La situation à venir allait être explosive...

Eddie s'approcha en tout cas, l'air détendu, pour prendre son verre des mains de Sean. Il s'appuya au comptoir et leva lui aussi son verre en direction de Bell.

" Santé... " Et lui aussi vida son verre. Avant de grimacer. " Par contre, va falloir changer de fournisseur... Pouaaa... on dirait de l'huile de vidange... "
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Feel the heat   

Revenir en haut Aller en bas
 

Feel the heat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.R.A.S.H RPG :: RP's-