AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
« Sin Moreno »


Messages : 121

Réputation : 45


MessageSujet: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Ven 20 Mai - 18:01

Sin Lilia Moreno


Quick overview...
Je suis une missionnaire qui œuvre pour la liberté et la justice de mon peuple … Non, j’déconne. Je crois que c’est parce que je vis à LA, j’ai fini par faire de ma vie un film, à moins que ce soit le contraire, j’en sais trop rien. Tout ce que je sais, c’est que j’en veux à la terre entière, je suis une casse couilles de naissance et je ne compte pas me soigner de sitôt, j’ai toujours une combat à mener. Véritable révoltée, il en faut beaucoup pour m’arrêter en plein vol. Caractérielle, je ne supporte pas qu’on me manque de respect et qu’on doute de mes capacités à cause de mon sexe, j’estime avoir assez prouvé que j’étais au-dessus de tout ça et de pas mal de mecs réunis. Outre ça, je suis une sociopathe professionnelle qui a largement de quoi tenir de ses deux grands frères, la seule famille qu’il me reste depuis la mort tragique de nos parents. Si t’es venu lire l’histoire toute rose bonbon d’une pétasse péroxydée, tu t’es gourée d’adresse. Ici, on ne fait que dans le brut de décoffrage.
Âge : 26 ans
Origine : Americano mexicaine
Groupe : Los Ojos
Date de naissance : 15 Juin 1985Lieu de naissance : Long Beach, California

Informations supplémentaires

Etat Civil
Je suis la fille cadette d’une fratrie de trois et surtout la seule et unique fille. J’ai deux frères, Cruz et Gabriel qui sont ma seule et unique famille depuis la mort de nos parents. Gabriel, mon frère aîné, est celui dont je suis le plus proche mais surtout celui qui a donné le plus pour mon éducation, il est comme un deuxième père pour moi. Cruz est probablement la personne qui me comprend le plus au monde, on partage le même genre de caractère, tous deux têtes brûlées, il ne faut pas grand-chose pour qu’on se prenne la tête et que ça se termine à coups de poings. Ce qui ne nous empêche pas de nous aimer, disons simplement qu’on a parfois du mal à communiquer. Pour ce qui est de ma vie personnelle, il n’y a rien de bien passionnant à raconter, je suis célibataire depuis six mois, pour être exacte, depuis la mort de Rafael et je ne compte rien faire pour changer cet état de fait, s’attacher, c’est s’assurer de souffrir et ça j’ai assez donné ! Je n’ai pas d’enfants et ne compte pas en faire, qui pourrait avoir réellement envie de pondre des gamins dans un monde pareil ?
Activité
Mon boulot ? Au sens propre du terme et pour l’état américain, je n’en ai pas. Pour ma communauté, mes frères et le reste du quartier, je suis connue comme étant homme de main, je n’aime pas ce terme mais il qualifie pourtant bien ce que je fais. Je suis de toutes les opérations frauduleuses à encadrer, je tabasse et bute sans poser de questions. Ce brin de folie m’a d’ailleurs permis de monter en grade puisque je suis désormais plus occupée à honorer des contrats qu’à m’occuper de la protection de dope. Je suis celle qu’on envoie quand une dette doit être payée par un dernier soupir, une sorte de tueuse à gages. Et je n’ai jamais autant travaillé que ces six derniers mois.
Inglewood
Je ne me souviens pas réellement de l’endroit où je suis née, on m’a seulement raconté qu’après que mon père ait perdu son super boulot dans un bureau, on a échoué dans un des quartiers les plus pauvres de Los Angeles. Plutôt sévère la régression sociale ! J’ai donc grandi ici, aux côtés de ces types tatoués, armés et amateurs de joints et de violence. En fait, je ne me souviens même pas avoir connu autre chose que cet environnement parfois tellement étouffant lorsque l’on est une femme et dans lequel j’ai su me débrouiller. J’aurais sûrement fait des études si mes parents n’avaient pas quitté le navire à mes 7 ans et que mon frère n’avait pas dû se mettre à vendre de la drogue après s’être aperçu que cela lui rapportait bien plus que de cumuler trois boulots et d’arrêter de dormir. Inglewood, c’est chez moi et un paradis sur terre quand on sait où aller et à qui parler. Je suis ici comme un poisson dans l’eau, sûrement parce que j’ai la chance d’être du bon côté de la barrière. Du moins dans un certain sens car je ne compte plus les descentes matinales de flics chez nous, oui je vis encore avec mes frères, ou encore les arrestations et les gardes à vue interminables. Les flics ne sont pas les personnes que je porte le plus dans mon cœur mais ceux qui les devancent aisément dans la course pour ma haine la plus sincère sont les Niners. Ce sont ces fils de pute qui ont abattu de sang-froid mon petit ami et j’ai encore le visage de l’enfoiré qui a pressé la détente, gravée dans mon esprit. Le tout est de trouver un moyen de régler mes comptes sans déclencher un conflit généralisé, mes frères ne me le pardonneraient pas. Mes frères, ce ne sont pas uniquement ceux qui portent le même nom que moi mais également tous ceux qui font en sorte que je reste en vie et que je supporte le mieux possible la mort de Raf’. Ils sont ma deuxième famille et ceux qui me font tenir. Leur respect a été compliqué à acquérir mais aujourd’hui je peux affirmer qu’ils donnerait leur vie pour moi et l’inverse est également vrai.


What about you ?



Calquant mon attitude sur celle de mes grands frères, je devins un véritable garçon manqué à 10 ans à peine, me battant continuellement avec mes camarades et leur collant surtout des raclées monumentales, principalement aux garçons, c’était bien plus drôle de cette façon. Mais tout ça, c’était la faute de Gabriel, lui qui avait eu la fantastique idée de m’inscrire à des tas de cours d’arts martiaux pour des raisons qu’il avait catégoriquement refusé de partager avec moi bien que Cruz me confia plus tard que m’inscrire à ce genre de cours fut une manière pour Gab de s’assurer que personne dans le quartier ne me ferait du mal, à un moment ou à un autre. Il ne pensait pas si bien dire puisque c’était moi qui castagnais tout le monde sans peine. J’avais même ma petite bande, formée de moi, bien entendu et de mes meilleurs amis, Rafael et Emilio, deux petits caïds qui frappaient aussi fort que moi et qui n’avaient pas plus de pitié pour les malheureux que je ne pouvais en avoir à cette époque. Ils devinrent mes plus fidèles alliés et surtout mes meilleurs amis, les années n’eurent pas le moindre effet sur notre amitié qui semblait être à l’épreuve de tout. Du moins était-ce ce que nous pensions, Raf et moi, sans doute naïvement. Emilio venait d’une famille encore plus pauvre que les nôtres et avait en lui une incroyable volonté de réussite mais différente de la nôtre. Alors que Raf et moi rêvions de rentrer dans le gang des Los Ojos afin d’obtenir une fulgurante promotion sociale, lui, se voyait médecin ou avocat, procureur même, quelque chose qui pourrait lui faire gagner du pognon légalement mais surtout rendre fière sa famille. On le charriait constamment avec cette histoire, du moins jusqu’à ce que nous arrêtions l’école et qu’il refuse de nous suivre, pour la première fois de toute sa vie. J’avais alors 16 ans et Raf 17 et on avait fait notre choix, sans doute le plus difficile de toute notre existence mais ça importait peu, on voulait à tout prix rentrer chez les Los Ojos, quitte à tout brader, de toute façon, on ne peut pas réellement dire que ce fut un véritable sacrifice pour moi, au contraire. Bien qu’intelligente, j’ai toujours été une énorme fainéante et ce fut donc une délivrance de quitter l’école et ce contre l’avis de mon frère aîné. Après cette décision, rien ne fut plus comme avant et même si on appréciait toujours autant la compagnie d'Emilio, ses blagues vaseuses, on savait pertinemment qu’il ne faisait déjà plus partie de la communauté, du quartier même. Il avait choisi son camp et je ne le blâmai pas pour cela, chacun avait le droit à son petit bout de bonheur mais la réaction de Rafael fut beaucoup plus violente que la mienne, il vécut tout ça comme une trahison et ne pardonna jamais à son meilleur ami de nous avoir abandonné. Car en effet, la route fut longue, principalement pour moi. Je partais mal tout simplement parce que j’étais née avec le mauvais sexe et s’il suffit à Raf de se faire tabasser et de buter un type pour être accepté, de mon côté, les choses furent plus ardues.

« Tu me fais chier Sin, je t’ai déjà dit d’aller voir Martha pour que tu rentres avec les filles. »
« Et je t’ai déjà répondu d’aller te faire foutre Juan, j’ai une gueule à aller traîner avec les chulas ?! Tu déconnes ou quoi ? »
« Et pourtant c’est que t’es, une gonzesse. Tu penses franchement pouvoir faire le poids contre l’un d’entre nous ? Tu connais les règles de toute façon, si tu veux rentrer dans le gang, soit tu te fais tabasser, soit c’est nous qui nous occupons de toi. »

Il esquissa un petit sourire plein de perversité avant de venir caresser ma joue du bout de ses doigts. Je n’avais que 16 ans mais j’avais déjà tous les attributs d’une femme, des têtes, j’en faisais tourner un sacré paquet et pourtant, personne ne m’avait vu fréquenter un mec ou même batifoler avec l’un d’entre eux. La première raison était plutôt simple, il était hors de question qu’on m’assimile à ces pouffiasses qui se contentaient des tâches annexes, deuxièmement, j’avais bien assez à faire avec mes frères et Raf pour avoir envie de me caser avec qui que ce soit, me faire faire un gamin et passer toute ma vie à m’occuper de gosses. Mais surtout, je savais pertinemment qu’il faudrait que l’heureux élu ait le cœur bien accroché pour supporter l’interrogatoire de mes frères et leur rituel d’acceptation. Ils n’étaient pas d’accord de me laisser au premier abruti. Pour en revenir à ce sale enfoiré de Juan, je savais très bien où il voulait en venir. Si on voulait rentrer dans le gang en tant que femme, on n’avait pas beaucoup d’options et celle de se faire violer par 10 types les uns à la suite des autres, ça ne m’emballait pas plus que ça. D’ailleurs, cette proposition me mit particulièrement en colère puisque j’attrapai sa main puis son bras et fit en sorte de lui péter en deux endroits différents, une fois qu’il fut à genoux, je ne pus m’empêcher de pencher pour lui murmurer :

« Je t’ai déjà dit que je n’étais pas une de ces filles, la prochaine fois que tu me touches, je serai beaucoup moins sympathique ! »

Je savais pertinemment que les quinze autres avaient les yeux rivés sur nous et je pense que ma réaction n’était que la réponse au feu de leurs regards, de toute façon, même s’ils l’avaient voulu, ils ne m’auraient rien fait, mon frère avait une place suffisamment importante pour tous les refroidir s’ils avaient le malheur de me faire le moindre mal, pourtant, je lui avais bien fait comprendre que je voulais me démerder toute seule. Il m’entendit, sinon je ne pense pas qu’on m’aurait autant compliqué les choses. Je fus assignée aux tâches les plus ingrates pendant quelques semaines avant qu’on décide que je devais me battre avec un des gars les plus redoutables du groupe. J’en sortis victorieuse, avec des côtes cassées, le nez également et d’autres parties de mon corps dont je n’avais jamais entendu parler de toute ma vie. Ce qui avait fait la différence ? Ma ténacité, ma hargne et cette folie qui m’empêcha de ressentir la douleur avant plusieurs heures. J’étais faite pour cette vie, je le sentais jusque dans mes tripes, dans mon âme et personne n’aurait le droit de me refuser ça. Le fait de rester debout alors que j’avais mis KO ce type fut suffisant pour en convaincre certains mais pas tous, ce fut eux qui décidèrent de la dernière épreuve que je devais endurer pour enfin faire partie de leurs rangs. Je me sentais un peu comme Hercule à l’époque, moi et mes douze travaux impossibles. Le dernier fut de loin le plus colossal. Si je voulais enfin qu’on m’ouvre les portes du gang partie messieurs, il fallait que je me charge du cas d’un procureur et d’un flic véreux et ce sans laisser de trace pouvant ramener les flics directement aux Los Ojos. Ce fut ce qui me prit le plus de temps, des semaines d’enquête pour observer leurs habitudes et savoir quel serait le meilleur moment pour réussir mon coup, il ne s’agissait pas de frapper au hasard en tirant avec un flingue dans une ruelle sombre, c’était un gros coup et malgré mon jeune âge, j’en avais parfaitement conscience.


***

C’était le grand soir, je venais tout juste de parler à Emilio au téléphone, déblatérant sur des sujets sans intérêt, comme tout adolescent de notre âge. Il voulait absolument qu’on bouge pour mon anniversaire, me payer un cinéma ou bien un fast food, sans Raf bien sûr. A l’époque, je ne compris pas réellement qu’il n’y avait pas que la décision d'Hector qui avait jeté un froid entre lui et son meilleur ami, j’étais également leur plus gros sujet de discorde. Moi et mes œillères ! Je n’ai jamais rien compris aux hommes de toute façon, que ce soit hier ou maintenant, je sais seulement comment les amener dans mon lit et m’en débarrasser mais pas comment les aimer. On ne peut pas tout avoir après tout ! J’enfilai mon gilet pare-balle, rangeai mon revolver dans la poche arrière de mon jean, accrochai mon couteau à ma ceinture et passai ma veste par-dessus. J’eus un dernier regard pour ma chambre avant de la quitter, percutant de plein fouet le torse de mon frère.

« Gab, tu dors pas ? »
« Non mais toi tu devrais retourner te coucher ! »
« Ecoute, on en a discuté une centaine de fois, tu sais que c’est important pour moi ! »
« J’aurais préféré que tu continues l’école, que tu ailles à l’université et que tu continues à voir Emilio plutôt que Raf. Tu sais que j’adore Raf mais il n’a pas une bonne influence sur toi. Qu’est-ce que tu crois qu’il va t’offrir comme vie ? Hein ? Et où tu crois finir en massacrant des gens ? »
« Premièrement, Raf n’est qu’un ami et je prends mes décisions en concertation avec moi-même et personne d’autre, ensuite, je ne vois pas quelle différence il y a entre rentrer dans le gang ou bien aller à la fac pour suivre des études financées par l’argent de la drogue. Drogue qui bute des gens qui paient pour ça ! T’es mal placé pour me faire la morale Gabriel ! »
« Je suis ton tuteur légal et je cherche seulement à te protéger Lilia, c’est pas ce que papa et maman auraient voulu. »
« Papa et maman ne sont plus là ok ?! Alors maintenant tu dégages de mon chemin et tu me laisses sortir. »

Il ne bougea pas d’un cil pourtant, se contentant de tendre le bras pour attraper sa veste avant de me dire le plus calmement du monde :

« Je viens avec toi ! »

J’eus beau tout essayer, il n’en démordit pas et me suivit coûte que coûte, me regardant exécuter mon tout premier ordre officiel, me regardant devenir une femme indépendante ou presque. J’étais sa plus grande déception et aujourd’hui je m’en rends compte. Il n’avait pas été capable d’empêcher Cruz de rentrer dans le gang et il pensait sans doute pouvoir me tenir loin de tout ça, résultat, il nous avait vu nous condamner tous les deux, nous qui pensions emprunter la voie de la gloire et de la réussite alors que lui emprunta celle de la nécessité. Si je regrette à présent ? Probablement un peu mais s’appesantir sur les remords et les regrets n’a jamais été mon truc, bien au contraire.


***

Mine de rien, en près de deux ans, j’étais parvenue à m’imposer parmi les hommes, certains d’entre eux m’admiraient pour ma détermination alors que pas mal de femmes me craignaient et me respectaient. Elles savaient que pour en arriver là, je n’avais pas offert mon cul au plus offrant, d’ailleurs, je ne l’avais encore offert à personne, ce qui relevait du miracle pour une fille du quartier. Petit à petit, j’avais laissé mes cheveux bruns pousser davantage ce qui me faisait ressembler à une amazone implacable, mes yeux d’un bleu perçant ne laissaient jamais personne indifférent alors que mes tatouages en laissaient beaucoup sceptiques. J’avais opté pour des choses élégantes et plutôt féminines, même si ça restait quand même de grosses pièces. C’était bien le but du tatouage non ? Pendant tout ce temps, je voyais régulièrement Emilio, l’encourageais dans ses études et ses choix de vie et me débrouillant pour lui trouver de l’argent dès qu’il avait besoin d’un livre ou bien de matériel de dessin, sa passion cachée. Ca ne me coûtait rien et me faisait plaisir de lui venir en aide, ses choix étaient honorables et au fond, je le jalousais d’être aussi doué, j’aurais voulu, quelques fois, être à sa place. J’étais surtout secrètement amoureuse de lui et ses yeux en amande, son teint halé et surtout son sourire ravageur. Ca n’avait jamais été mon genre de balancer des trucs comme ça et si je n’étais pas d’un naturel timide, je n’avais pas trouvé la manière de le lui faire comprendre et puis il y avait Raf, celui qui était là à chaque moment important de ma vie, qui ne me laissa pas une seule fois tomber. J’avais l’impression que mes sentiments pour Emilio étaient la pire des trahisons envers lui et je m’en voulais terriblement. Mais je compris bien vite que contre ça, on ne pouvait rien faire. Assise sur son lit, je le regardais dessiner avec application cet air concentré sur le visage. Le dessin était l’une de nos passions communes même s’il me devançait et de loin.

« Tu dessines quoi ? »
« J’essaie de te dessiner. »
« Oh non ! Ca va être une catastrophe, surtout si tu fixes ton mur. » dis-je en ricanant
« J’ai pas besoin de te voir, je connais ton visage par cœur. »

Mon cœur manqua un battement avant que je ne me fige pour de bon. Ca sonnait sûrement la fin de notre entrevue. Je fis de mon mieux pour descendre du lit sans le faire bouger ni le bousculer avant d’attendre le sol sans encombre et d’enfiler mes chaussures tout en ne le lâchant pas des yeux. Plus je le fixais et plus je me disais que si je ne tentais rien, je le regretterais toute ma vie. Comme souvent pour les grandes décisions, je fus portée par l’adrénaline, l’excitation de l’instant. Je franchis la distance qui nous séparait et m’agenouillai près de lui, suffisamment proche pour qu’il relève la tête que je vienne lui dérober un baiser. Ce fut, semble-t-il, assez intense pour qu’il en lâche ce qu’il tenait et m’attrape pour m’installer sur lui, ne quittant pas mes lèvres une seule seconde, comme si sa vie en dépendait. Combien de temps cela dura ? Je n’en sais trop rien, pas plus que je ne sais comment nous nous retrouvâmes allongés sur son lit, moi sur lui, mes mains accrochées à son visage alors qu’il faisait glisser ses doigts le long de mon dos. Ca aurait pu dégénérer si sa mère n’avait pas eu la merveilleuse idée de nous interrompre, ce qui calma toutes nos ardeurs et principalement les miennes. Honteuse comme jamais, je baissai les yeux et me confondis en excuse en attrapant mon sac et ma veste sous le regard bienveillant de sa mère qui m’avait toujours adoré.

« Attends Sin, je te raccompagne. » me lança-t-il avant de me suivre jusqu’à la porte puis sur le palier
« Je … Désolée. » fut tout ce qui me vint en tête
« De quoi ? T’as pas à être désolée de quoi que ce soit, j’aurais dû le faire avant, c’est tout. Je regrette d’avoir perdu autant de temps. Je pars dans une semaine pour l’université, tu m’attendras ? »

L’université ou les années de toutes les expériences, le lieu où les plus belles filles étaient réunies. Il ne lui faudrait que quelques jours pour oublier jusqu’à mon prénom et je ne voulais pas me faire jeter la seule et unique fois où je trouvais le courage d’assumer le fait que je pouvais moi aussi ressentir quelque chose. Une colère incommensurable m’envahit et quand il tenta de me saisir la main, je me dégageai violemment.

« Tu … Connard ! »

Puis sans lui laisser la possibilité de s’expliquer, je dévalai les escaliers à une vitesse folle pour trouver refuge chez la seule et unique personne qui m’apportait du réconfort : Raf. Le lendemain, une lettre m’attendait, je reconnus immédiatement l’écriture d'Hector et j’hésitai un moment à l’ouvrir avant de me secouer et de déchirer l’enveloppe, dedans, il y avait un portrait parfait de moi et une lettre. Chaque mot resta gravé en moi, comme un poème que j’aurais appris par cœur. Puis la vie nous fait oublier les peines et les souffrances, aide les plaies à cicatriser pour de bon.


***

« C’est quoi ce dessin ? » s’enquit- Rafael, complètement nu et agitant la feuille son mon nez

Il vivait les trois quarts du temps chez nous désormais, depuis qu’on avait décidé qu’on serait plus que des amis et qu’on s’aimait assez pour partager plus. Non, je vois déjà ce que vous vous imaginez, il n’était pas une roue de secours, au contraire, avec le recul, je m’étais aperçue que lui, était toujours là pour moi, peu importait l’heure ou bien le jour, si je l’appelais, il rappliquait pour me remonter le moral. Il était le bon. Je me levai pour la lui prendre des mains, agacée avant de la ranger dans le tiroir où il l’avait pris.

« T’es chiant de fouiller dans mes affaires, tu cherches quoi, des preuves ? »
« Je n’ai pas besoin de preuves, je sais très bien que tu allais le voir toutes les semaines quand il vivait encore dans le quartier. »
« Et alors ? Il était mon ami ! »
« Il voulait plus qu’être ton ami, tu sais pourquoi je ne voulais plus le voir ? »
« Ecoute, c’est du passé, laisse tomber Raf, il est trois heures du matin, on retourne se pieuter ! »
« Tu sais pourquoi ? »
« Non je ne sais pas pourquoi ! »
« Parce qu’il voulait t’inviter à sortir rien que lui et toi et ça m’a rendu fou, alors on s’est battu. »
« Vous avez … ? Mais vous êtes complètement abrutis ! »
« Il s’est passé quelque chose entre vous ? »
« On était des gamins et y a rien eu de bien méchant. Tu as été le premier ! Maintenant, si tu comptes remettre en doute ma parole, tu peux ramasser tes fringues et aller te taper cette fille dont tu avais l’air très proche hier ! Je suis sûre que ça lui fera plaisir ! » lui envoyai-je en me renfrognant et en me glissant sous mes couvertures

Comme toujours, j’arrivai à faire tourner mon petit monde et à mener les trois hommes de ma vie par le bout du nez et Raf était le premier sur la liste, il ne tarda pas à se glisser à mes côtés et à me serrer contre son torse, déposant ses lèvres sur ma nuque.

« J’aime bien quand tu fais ta teigne. »
« Méfies toi que je ne fasse pas ma teigne en te mettant à la porte ! »
« Tu n’oserais pas, tu m’aimes trop pour ça ! » lança-t-il tout en nichant son visage dans mes cheveux

Le lendemain, une balle traversait son abdomen et il s’effondrait dans mes bras, ayant tout juste le temps de prononcer mon prénom et de tenter de me dire qu’il m’aimait, comme au premier jour, comme des années plus tôt. J’ai passé des jours entiers enfermée dans ma chambre, balancée entre colère, rage et tristesse. Puis je suis sortie et j’ai repris ma vie d’avant, essayant de combler ce vide qu’il avait laissé par la compagnie d’autres hommes et la drogue, beaucoup de drogue, sans doute trop. Si je n’avais jamais été une grande bavarde, cela ne s’arrangea pas et mes propres frères peinaient à tirer quoi que ce soit de moi. Six mois, ce n’est clairement pas assez pour oublier et pour aller de l’avant, je ne pense pas en être capable de toute façon.







Behind the screen...

      Hey I'm Datura and I'm 21...
Avatar : Megan Fox
Où avez-vous connu le forum ? : Par un partenariat
Une remarque à faire ? : Non, pour le moment tout va bien
Disponibilités : 7/7
Double compte : Non
Code du règlement : Code validé par Dalia


Dernière édition par Sin Moreno le Sam 21 Mai - 19:47, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Ven 20 Mai - 18:16

Bienviendu !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Dalia Lucientes »

Glamorous Beast


Messages : 262

Réputation : 101


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Ven 20 Mai - 18:19

Bienvenuuue !! J'ai validé ton code Cocotte Wink

_________________

I'm gonna fight 'em off
A seven nation army couldn't hold me back


Copyright gif : Livia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Ven 20 Mai - 18:22

Hello et bienvenue parmi nous Very Happy Megan Foooooox *_*

Hum...

Content de t'accueillir (finalement? Tu avais posté partie invité je crois) parmi nous cheers

Une petite chose avant d'aller plus loin:

L'origine porto-ricaine n'est pas compatible avec le groupe Los Ojos. Faut des origines strictement mexicaines pour être dans le gang mexique


Voilà voilà, bon courage pour ta fiche et n'hésite pas si tu as d'autres questions, je suis à ta disposition 536843

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Ven 20 Mai - 20:24

Bienvenue ma jolie Cool
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sin Moreno »


Messages : 121

Réputation : 45


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Ven 20 Mai - 20:57

Merci tout le monde

Sean > Oui oui c'est bien moi, je suis en partiels en ce moment donc j'ai hésité à m'inscrire mais là il m'en reste peu XD Donc j'ai foncé et puis j'ai réfléchis au fait de jouer un gars ou une fille, parce qu'il y a l'air d'y avoir pas mal de filles, bref, bienvenue dans les méandres de mon cerveau MDRRR

Alors j'ai eu un gros moment d'hésitation sur les origines mais tu m'ôtes mes doutes, merci Wink
En fait oui j'aurais une question, je n'aime pas trop décrire le physique de mes persos bêtement en 20 lignes XD Et je voulais savoir si avec l'autre format de fiche, je pouvais le faire sous forme d'anecdotes? Je veux dire mon histoire quoi, tout sous forme d'anecdotes, je m'exprime mal bon sang!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Ven 20 Mai - 21:10

8 lignes XD Mais oui, si tu préfères le glisser sous forme de plusieurs détails à l'intérieur d'une seule histoire, tu peux prendre le second modèle de fiche Smile

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Tia Okland »


Messages : 102

Réputation : 14


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Ven 20 Mai - 21:14

Bienvenue. Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Jimmy Cutler »


Messages : 126

Réputation : 57


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Ven 20 Mai - 21:17

Bienvenu

Est-ce que c'est moi où les Los Ojos sont pratiquement un gang de belle amazone si ce n'était que de leur chef

Quoi que c'est loin d'être un mauvais truc Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sin Moreno »


Messages : 121

Réputation : 45


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Ven 20 Mai - 21:23

Sean Mourning a écrit:
8 lignes XD Mais oui, si tu préfères le glisser sous forme de plusieurs détails à l'intérieur d'une seule histoire, tu peux prendre le second modèle de fiche Smile

Je vais faire ça, je suis plus habituée et je me sens plus libre Very Happy
Oui tout le monde s'en fout MDR


Merci Tia Very Happy

Jimmy > Oui, tu fais bien de le dire, j'avais remarqué aussi, ça veut dire qu'il va falloir surveillez votre derrière messieurs Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sin Moreno »


Messages : 121

Réputation : 45


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Sam 21 Mai - 13:00

j'ai terminé ma fiche, m'en voulez pas pour la qualité de l'écriture mais je débute dans l'utilisation de la première personne du singulier Very Happy

Voilà!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Sam 21 Mai - 15:03

Well... Très belle fiche, bien écrite, tout se tient et reste à peu près cohérent mise à part peut-être le fait qu'elle ait dû tuer flic et procureur. Enfin on en apprend très peu là dessus, on aurait bien aimer connaitre les conséquences de ce coup parce que parce que quand un flic se fait tuer, c'est la vendetta dans les rues. Ils envoient tous leurs effectifs à la chasse et n'y vont pas pour capturer les tueurs vivant en général... Enfin tu vois le truc, donc un flic et un procureur, j'imagine même pas ce que les flics ont du foutre comme bordel pour te retrouver. Bref dans un sens, t'as bien fait de pas détailler ce point parce que je pense que tu serais partis dans des choses pas trop crédibles. Tout ça pour dire que Sin tuera pas des flics et des procureurs tous les jours, c'est quand même des "coups" délicats et très exceptionnels, sans compter que l'ordre doit venir de tout en haut et que ça se décide pas comme ça.

Bref, tu es validée Very Happy Tu peux désormais aller créer tes fiches de liens et de sujets ICI, faire tes demandes ICI et bien sûr passer faire un tour dans le flood ICI pour mieux faire connaissance si l'envie t'en dit. N'oublie pas d'aller faire recenser ton métier ICI non plus.

Bon jeu parmi nous Smile

Much Love,

Sean

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sin Moreno »


Messages : 121

Réputation : 45


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Sam 21 Mai - 18:14

Je n'ai pas précisé parce qu'en fait je n'ai pas réussi à me mettre d'accord avec moi-même sur le fait qu'elle ait ou non réussi, si ça avait à voir avec un autre comté et où, pourquoi comment. Dans mon esprit, Sin est très minutieuse et discrète lorsqu'elle est impliquée dans ce genre de trucs mais comme à l'époque elle n'était qu'une gamine, je pense qu'ils l'ont plus envoyé au casse pipe qu'autre chose et pour pas que ça leur retombe sur la gueule, ils ont décidé de l'envoyer dans un autre endroit pour servir le gang mais au sens large. Ils s'attendaient pas à ce qu'elle s'en sorte en fait Very Happy Je sais pas si c'est plus clair -_-
Mais t'en fais pas, j'ai pas fait de mon personnage un super héros ou quoi que ce soit, je me doute bien que les choses ne se font pas si facilement Very Happy Mais bon tu sais, un procureur avec un gros penchant pour les putes, un flic véreux, des preuves que les autres trouvent et le meurtres tombent sur le dos d'un malheureux qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. Les choses étaient faites de manière réfléchie, c'est pour ça que j'ai précisé qu'elle avait observé leurs habitudes, pour que ce ne soit pas trop gros et elle ne les a pas buté en même temps, le même soir, elle a fait les choses plus subtilement mais il est vrai que j'aurais sûrement mieux fait de le décrire plus clairement, désolée -_- J'étais concentrée sur l'idée de ne pas faire de fautes pour la première personne MDRR

Si tu veux que j'ajoute quelque chose, y a aucun souci Smile De plus, j'ai oublié de dire qu'une fille, avec un rôle comme le sien et qui en prime n'est pas une chula à savoir une gangsta féminine dans le gang féminin des Los Ojos, c'est plutôt rare, du coup il a forcément fallu qu'on demande à des hauts placés si elle avait ou non le droit et comment elle devait faire ses preuves Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Sam 21 Mai - 18:25

Oui, je serais toi j'admettrais qu'elle a pas réussie quand même, parce qu'un meurtre de flic se classe jamais vraiment mais tu peux en effet avoir fait les choses subtilement, même si bon... Elle était jeune et aucun crime n'est jamais parfait surtout à ce stade là. Tu peux le rajouter si tu veux mais moi sinon ça me va comme fiche de présentation. Après tu pourras développer tout ça en RP ou dans des chroniques par exemple, voir avec des liens avec Hector ou Eduardo quand il sera là. Smile

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sin Moreno »


Messages : 121

Réputation : 45


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Sam 21 Mai - 18:30

Moi j'aurais penché pour l'idée qu'elle n'avait eu que le flic et avec l'aide de son frère Very Happy Mais ça, ça reste dans le vague MDRR
Ouki ça roule, désolée, j'ai pas pour habitude d'oublier un truc comme ça -_- Mais toute façon je vais régler ce petit impair en rp Very Happy Promis !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Sam 28 Mai - 14:07

Bienvenue. Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sin Moreno »


Messages : 121

Réputation : 45


MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   Sam 28 Mai - 14:51

merci Wink
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sin Moreno ¤ The outlaw had no mercy, remember this !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.R.A.S.H RPG :: The very beginning :: CRIMINAL RECORDS :: COLD CASES-