AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 La théorie du pot-pourri [PV Amnesia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
« Dalia Lucientes »

Glamorous Beast


Messages : 262

Réputation : 101


MessageSujet: La théorie du pot-pourri [PV Amnesia]   Dim 1 Mai - 20:57

❝ La théorie du pot-pourri

La nuit était lourde et encombrante ce jour là. En fait, Dalia se sentait encombrante depuis le matin. Elle aurait bien été jusqu’à aller mendier du boulot à la con à Vargas comme un inventaire, même inutile, pour s’occuper l’esprit et oublier son corps pesant. Déjà, elle se heurta le coude en se levant, contre son armoire, ensuite elle s’était fait tomber des goûtes de café brûlant sur ses pieds nues, elle s’était fait surprendre par de l’eau glacée sous la douche et en sortant, sa voiture s’était faite attendre pour démarrer. Elle avait connue largement mieux comme journée depuis son arrivée ici. Il fallait aussi dire qu’elle avait connue pire. Relativisons, ça vaudrait largement mieux. Ou pas. Pour une fois… Enfin non, plutôt : une fois de plus, elle n’avait pas envie d’être raisonnable.

Il fallait dire que Dalia c’était la voix raisonnable auprès des gens qu’elle fréquentait. Tout le temps, on comptait sur elle pour sortir la phrase raisonnable et donc terriblement ennuyeuse et moralisatrice. C’était cool quand on en a besoin mais bien souvent elle se heurtait à des regards blasés et des soupirs agacés. Oui c’était une bonne élève élevée au grain par toutes les structures morales qu’on puisse trouver si on met à part sa mère. Au bout d’un moment plus rien n’avait de sens mais elle n’avait pas perdu son sens du devoir et de ce qui était juste pour autant. Souvent volontaire pour faire ce que les gens exécraient elle n’aidait les autres que parce que c’était moral. Même si elle abhorrait certaines tâches et qu’elle n’en tirait aucun profit personnel, elle ne pouvait même pas se targuer qu’elle aimait faire plaisir car c’était faux. Il lui était déjà arrivé de faire son devoir et de le regretter amèrement.

C’est le genre de secret qu’on ne divulgue généralement pas. On essaye de se dorer en disant que oui, on était des héros on l’a fait car ça nous a fait plaisir de savoir que justice avait été rendue. Mais ça, c’était que les héros barbants des films qui le faisaient. En réalité les gens cherchaient des intérêts et ne se rapprochaient des causes morales que lorsque leurs intérêts coïncidaient avec celles-ci. Même le fait d’aider parce qu’on aimait aider c’était égoïste. Ca voulait dire que lorsqu’on aimerait plus aider on arrêterait de le faire ? Dalia préferait ne pas aimer certains aspects de son boulot et le faire quand même que finir par mesurer ses actions au prix subjectif des avantages qu’elle pourrait glaner. Trop peu pour elle. Elle préférait faire bêtement ce que la loi lui demandait de faire… Enfin… Ca c’était avant.

Aujourd’hui la loi lui demandait de ne pas la respecter pour finalement arriver à coincer un gang important de LA. Et bizarrement elle s’en était bien sortie. Trop même. En tout cas, après la nuit avec Vargas elle s’était posée la question de savoir si elle l’avait fait par obligation pour conserver sa couverture ou parce qu’elle en avait envie ? Elle savait qu’elle avait un goût particulier pour tout ce qui était mal, même si on ne l’en soupçonnait pas. Avec son visage sage et réfléchi on ne penserait pas. Pourtant la perversion n’était pas exclusivement réservée aux gens impulsifs. On s’imagine toujours un mec taré avec des tonnes de tics, un rire de débile et une tendance à bondir à chaque truc qui ne va pas. Mais les plus dangereux sont encore les prédateurs patients.

Elle était d’une patience à toute épreuve. Il y a très peu de gens qui pouvaient se targuer de l’avoir vue vraiment hors d’elle, et encore, souvent, ils ne faisaient pas les malins. Elle manifestait son mécontentement de manière souvent inquiétante mais elle n’avait dans sa vie que pété son câble une ou deux fois. Mais depuis qu’elle était arrivée à Los Angeles elle avait de plus en plus de maux de ventres à cause du stress. Elle pouvait combattre ça avec de l’alcool, de la nicotine et, sa dernière trouvaille : la coke. Elle n’était pas dépendante mais depuis la soirée qu’elle avait passée chez Vargas, elle se gardait une dose chez elle histoire d’en avoir en cas de gros coups durs.

Ce soir, elle était sur le chemin pour aller en chercher. Un gars du gang qu’elle avait croisé une ou deux fois, pas franchement désagréable mais plutôt speed comme mec ce qui avait tendance à l’irriter quelques peu, ainsi, elle minimisait légèrement ses contacts avec ce type. Elle arriva ainsi dans la ruelle où il était habituellement, l’argent en poche et déjà compté histoire que l’échange se passe le plus vite possible. Une fois à sa hauteur le gars leva les yeux et la reconnu vite. Réglée comme une pendule, elle voulait toujours la même quantité, et de la bonne « Comme d’hab. ». Maintenant qu’elle avait goûté celle d’Hector, elle savait quand le gars lui vendait de la lessive. Elle sortit l’argent et il lui fila la coke. Elle ouvrit le sachet et y goutta vite fait histoire de ne pas se faire arnaquer sur la qualité. Parce que bon, elle avait beau le voir régulièrement, elle n’allait pas se gêner pour vérifier qu’il ne la tournait pas en bourrique. Une fois fait, elle tourna les talons et repartit dans la direction par laquelle elle était arrivée. Programme de la soirée ? Glandouille sauf si elle recevait un appel important… Donc en bref, elle allait larver bêtement comme ça ne lui était pas arrivé depuis longtemps.

_________________

I'm gonna fight 'em off
A seven nation army couldn't hold me back


Copyright gif : Livia
Revenir en haut Aller en bas
 

La théorie du pot-pourri [PV Amnesia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.R.A.S.H RPG :: RP's-