AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Hasard (Sergueï Ivanov)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
« Jill Osaka »


Messages : 11

Réputation : 6


MessageSujet: Hasard (Sergueï Ivanov)   Mer 27 Avr - 13:28

    « Hasard : [‘azar] n.m. – hasart XIIe, de l’arabe az-zahr « le doigts de dieu ou encore la chance, le destin .

    Cause fictive de ce qui arrive sans raison apparente ou explicable, souvent personnifiée au même titre que le sort, la fortune, etc. « Cette cause nécessaire et inconnue que l’on nomme hasard » Condorcet. - « Tout ce qui existe est le fruit du hasard et de la nécessité » J. Monod. - « Un coup de dés jamais n’abolira le hasard », poème de Mallarmé. Le hasard fait bien les choses, se dit à l’occasion d’un heureux concours de circonstances. Les caprices du hasard. Destin, fatalité, fortune, sort. « L’organisation du monde exige que la matière s’abandonne aux jeux de hasard » H. Reeves. Ne rien laisser au hasard : tout organiser, dans les moindres détails. Faire la part du hasard dans une prévision. Faire confiance, s’en remettre au hasard. Ne rien devoir au hasard. Cas fortuit. Caractère de ce qui arrive en dehors de normes objectives ou subjectives, de ce qui est moralement non délibéré. »


    Même un assassin peut parfois avoir du temps libre. Bien qu’elle eut pu passer toutes ses journées en entrainement drastiques, en méditation ou à chasser le dragon, Jill s’obligeait parfois à entrer en contact avec le monde ne serait-ce que pour prendre la température puisqu’elle n’avait ni télévision, ni accès internet. Son appartement était la propriété de la triade, tout comme ses armes à l’exception de son sabre qui trônait sur un autel dans un angle de la pièce dévoué à la fortune. On y voyait un gros chat bedonnant dont la pâte faisait un mouvement de balancier d’avant en arrière avec un sourire bonhomme. Son téléphone portable était un modèle tombé du camion muni de cartes prépayées achetée en liquide dans une boutique de souvenir chinoise. Bref, Jill Osaka n’existait pour ainsi dire pas. L’adresse inscrite sur son passeport était une boite aux lettres au Nevada. Sa moto était un emprunt. Ses vêtements étaient offerts par la triade en l’échange de ses services. Elle n’avait aucun compte en banque. Bref… Elle était un fantôme.

    En poussant la porte du café d’un pas souple et félin, la jeune femme consulta son entourage de son œil unique avant de se placer dans la file d’attente le long des vitrines réfrigérées remplies de douceurs aux noms extravaguant quand il aurait suffit d’appeler un chat un chat. Le serveur prit sa commande qu’elle régla en liquide. Un moyen moka à emporter. Les yeux baissés, elle tendait l’oreille, écoutant les conversations autour d’elle et plus loin le son de la télé que couvrait en parti le brouhaha incessant de la foule. Des guerres, des attentats, des crises financières, des fusillades, des critiques politiques, bref rien de bien neuf sous le soleil Californie.
    Elle s’apprêtait à sortir lorsqu’elle trempa les lèvres dans son café qu’elle faillit recracher. Avec un soupire agacé elle fit demi-tour jusqu’à la borne où les commandes étaient servies.

    « Excusez-moi, j’ai demandé un moyen moka pas un américano, dit-elle d’une voix neutre. »


Dernière édition par Jill Osaka le Mar 3 Mai - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sergueï Ivanov »

Honorable Citoyen


Messages : 51

Réputation : 31


MessageSujet: Re: Hasard (Sergueï Ivanov)   Ven 29 Avr - 8:01

Se détendre, faire une pause. Ce n'était pas là dans l'habitude de Sergueï, cela n'avait jamais été dans ces habitudes. Vous pourriez rétorquer qu'il le faisait bien quand il était pêcheur en Russie. Il vous répondrait sans ambages que c'était de la détente forcé, qu'il n'y avait rien d'autre à faire qu'attendre par moins 10 dehors. Attendre qu'il y ait vraiment quelque chose d'important à faire pour sortir comme relever les filets ou haler le poisson.

Mais ici, en Amérique, il avait découvert un travail plus stressant, plus oppressant, ici les gens n'étaient jamais ralenti par le froid et la glace, ici les gens étaient à fond en permanence et au fil des décennies, Sergueï avait appris mine de rien l'intérêt d'une bonne pause café, un petit moment tranquille pour retrouver ces esprits au milieu de cette fourmilière. Et c'était de toutes manières un bon endroit pour discute tranquillement avec ces hommes et ces contacts quand on réfléchissait bien. Quoiqu'il en soit, la vie américaine, le American Way of Life, le American Dream avait convertit le brave Sergueï à cet instant sacré que tout bon travailleur américain respecte entre tous, au point d'avoir très certainement songé à l'inclure dans la Constitution des Etats-Unis entre le droit de dire des conneries et de transporter un arsenal à même de renverser un petit pays d'Afrique Sub-Saharienne dans le coffre de sa voiture. Oui, dés fois même il laissait ces propres Streltsy prendre une pause café ou une pause clope. Il était profondément humain comme tout Pakhan Vor V Zakone, pas comme les Communistes.

C'était donc comme chaque mercredi matin qu'il avait donné l'ordre à Dimitri Petrov son chauffeur et garde du corps l'ordre de le conduire à la cafeteria habituel, celle a l'angle où le plus de gens pourraient le voir car au-delà du côté sympathique de la pause café, c'était aussi le fait que cela permettait de renforcer son statut de Citoyen Honorable, les gens pouvaient le voir prendre un café, presque songer à venir l'aborder. Ce n'était pas là le genre d'un mafieux non ? Et puis, cela le rendait finalement plus humain car, avec Dimitri il se comportait à la fois en patron mais aussi en ami car il l'avait pris sous son aile et fait de lui son bras gauche aussi discutaient-ils souvent des derniers résultats d'European Soccer et notamment de la Ligue Russe autour de leur café.

Dimitri apporta les commandes à son patron qui se trouvait non loin avec les journaux sous le bras, un costume classique gris anthracite, chemise noire et cravate du même acabit, un habit d'homme d'affaires fait sur mesure par de petites mains originaires d'Ukraine. Un travail de tailleurs. Sergueï lui prend son café des mains prêt à aller s'asseoir lorsqu'en ouvrant le couvercle pour respirer la bonne odeur d'un Americano il sent cette odeur caractéristique de Mokka...

Le café Mokka... de la lavasse pour Sicilien. On avait osé le comparer à l'un de ces mangeurs de tortellini. Sergueï tendit le gobelet à Dimitri qui le renifla et tourna aussitôt la tête vers le comptoir du célèbre café à l'enseigne verte et suivit docilement Sergueï lorsqu'ils entendirent une exclamation qui leur tira un sourire. Un sourire mauvais à l'intention des cafetiers.

Sergueï s'avança au comptoir et fit un beau sourire à la jeune asiatique, faisant mine de ne pas relever la blancheur de sa pupille gauche pour ne pas la gêner et lui tendit le Mokka encore chaud.

-"Ceci vous appartient mademoiselle. Avec toutes mes confusions."

Puis il fait un discret signe à Dimitri en lui touchant le revers de la main, signe qu'il devait gérer ça seul. Le Pakhan venait de lui donner le droit de "parler" en son nom.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Jill Osaka »


Messages : 11

Réputation : 6


MessageSujet: Re: Hasard (Sergueï Ivanov)   Sam 30 Avr - 20:43

    D’abord il y eut cette main, Osaka y avait baissé les yeux pour observer cette pogne puissante et ravagée qui lui tendait visiblement l’objet d’un échange d’infortune. Probablement un homme de chantier, au vue des marques qu’il portait et ce que lui racontaient ses mains. Remontant vers son épaule, elle découvrit un costume coupé sur mesure qui tranchait cruellement avec la première assertion. La pupille de son unique œil valide s’étrécit alors que son cœur prenait une brusque impulsion en découvrant ce visage buriné et la marque qu’elle avait laissée quelques jours plus tôt sur sa joue. Son regard se porta tour à tour sur lui puis sur l’homme au visage aquilin qui lui adressa la parole à la place de ce qui devait-être sans nul doute son patron.
    Un instant, elle réprima un recul. Pour sa part, elle ne croyait pas aux coïncidences, ni aux rencontres fortuites et s’il avait fallu que sa commande atterrisse entre ses mains ce n’était probablement pas du aux hasards. Mais un lieu comme celui-ci était peut-être le meilleur et le pire qui soit pour ce genre de discussions, tout dépendait de la notion de conscience chez les deux hommes qui lui faisaient face. Et il restait toujours une possibilité qu’il ne sache rien… La convention voulait qu’il lance lui-même les hostilités pour peu qu’elle lui en donne l’opportunité légèrement en retrait des oreilles indiscrètes. Délicatement, elle se fendit d’un sourire charmeur en lui tendant le gobelet qu’elle tenait elle-même dans l’autre main.

    « Alors je crois que ceci est à vous, répondit-elle en s’adressant directement à l’homme d’une cinquantaine d’année qui lui faisait face. Avec tous mes remerciements… Peut-être, si vous n’avez d’autre projet, pourrions-nous profiter de l’opportunité de la fortune pour échanger quelques mots. »

    Se disant, elle observait son visage, scrutant la moindre de ses réactions qui auraient pu la guider sur ce qu’il savait ou non avant de se trahir. Dans ce genre de jeu mieux valait marcher sur des œufs sans faire d’omelettes, c’était le genre d’impair qui pouvait fort bien s’avérer fatal à l’imprudent qui s’y attarderait. Son échine se hérissa d’un frisson délicieux qui donna un accent de vérité à son sourire. Quelque soit l’issu de cette rencontre au moins pourrait-elle dire qu’il avait donné un peu de piquant à cette journée somme toute assez morne.


Dernière édition par Jill Osaka le Mar 3 Mai - 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sergueï Ivanov »

Honorable Citoyen


Messages : 51

Réputation : 31


MessageSujet: Re: Hasard (Sergueï Ivanov)   Mar 3 Mai - 9:55

Il était vrai que le spectacle de Sergueï et de son ombre Dimitri dans les rues d'Inglewood était encore surprenant et peu familier. Les Russes n'avaient jamais beaucoup fait partie du paysage de la côte ouest américaine ou alors uniquement dans des endroits bien localisés comme Portland ou encore Los Angeles, beaucoup moins dans les villes de la banlieue Angelinas comme Inglewood. Surtout que par ici, c'était gangsta et streetwear et donc rarement beau costume taillé et mocassins cirés parce que contrairement aux Siciliens, lui il ne venait pas prendre son petit déjeuner dans un survêtement de sport moche avec un bouledogue en laisse, non Sergueï avait des manières, certes parfois un peu cavalière mais du moins sa vieille grand-mère lui avait donnée de l'éducation. Il vit son oeil ciller, comme si une image fugitive lui était passée par la tête. Comme si elle l'avait déjà vue, lui ou bien Dimitri. En tout cas, lui ne s'en souvenait pas aussi ce devait être une erreur.

Puis elle lui tend le gobelet avec un sourire charmeur, un joli sourire qui illumine d'avantage ces traits asiatique et adoucit de beaucoup la froideur de cet oeil borgne et aussitôt, il oublie sa réaction ou plutôt la remet dans son contexte : habillé comme un mafieux dans le Parrain (mais avec des vêtements bien plus chics) et surtout avec la figure en fond sonore de Dimitri qui avait tout du tueur au sang froid, en train d'expliquer à un manager que certaines erreurs ne doivent pas arriver et qu'il n'en a rien à foutre d'être dans un Starquelque chose. Que le manager allait devoir faire gaffe si il voulait pas se changer en Kebab Ukrainien. Sa clientèle n'apprécierait pas.

Quoiqu'il en soit, comprenant que son attitude et celle de son lieutenant étaient en cause, il lui prend son café des mains avec un sourire tout aussi charmant avant de lui présenter l'un des fauteuils de bars tout proche.


-"J'ai, je pense, encore du temps à accorder aux coïncidences de la vie"

Puis il va lui-même s'asseoir après s'être retourné vers Dimitri pour lui poser la main sur l'épaule, signe que l'incident était clos et que le Pakhan était fier de son intervention. Puis il lui murmura à l'oreille d'aller l'attendre dans la voiture, qu'il avait finalement autre chose à faire, ce à quoi Dimitri ne répondit rien. On ne répondait ni ne discutait les décisions du Pakhan. Sergueï s'assit donc en haut d'un des tabourets en attendant que Jill fasse de même et posa son journal sur la table ainsi que son Américano dont il ouvre l'opercule pour vérifier.

-"Bien mademoiselle, encore toutes mes excuses pour cet incident et la brusquerie de mon chauffeur. C'est une personne très brave mais parfois soupe-au-lait"

Il affiche un sourire, un air paternel et calme.


-"Qu'est-ce qui vous amène ici ? Nouvelle venue à Inglewood ?"

L'art de discuter à bâton rompus de manière utile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Jill Osaka »


Messages : 11

Réputation : 6


MessageSujet: Re: Hasard (Sergueï Ivanov)   Mar 3 Mai - 13:11

    Il était vrai qu'il ne serait pas passé inaperçu même si Jill n'avait rien eu à se reprocher cela lui aurait mit la puce à l'oreille. Ce qui était véritablement troublant c'était ses réactions… La première chose qui la surprit fut de le voir renvoyer son garde du corps. Bon de trois choses l'une soit il était éminemment sur de lui, soit il n'était pas venu là régler ses comptes, soit il n'avait absolument aucune idée de qui elle était ou de ce qu'elle était. La seconde fut son sourire à la fois sincère, calme et inébranlable qui la conforta dans la perspective qu'il y avait peut-être une chance que ce n'était qu'une coïncidence ou qu'elle se trompait de personnage… Non peu probable, elle était quelqu'un d'éminemment physionomiste c'était une qualité indispensable dans son métier. Et enfin le ton badin de ses répliques alors qu'il s'installait tranquillement à une table haute où elle le rejoignit comme si de rien était. Peut-être en discutant un peu en apprendrait-elle plus sur ses intentions.

    « Ce sont des choses qui arrivent, répondit-elle philosophe. A vrai dire oui, je ne suis arrivée que depuis quelques mois, après avoir quitté un poste d'assistante aux ressources humaines pour dirons nous trouver un peu de soleil. Du coup je suis actuellement en recherche d'emploi »

    Elle mentait avec aplomb et naturel, ce rôle elle l'avait exercé plus d'une fois. Elle souleva doucement le couvercle de son café et en huma le contenu. Elle doutait de pouvoir réellement sentir si on avait glissé une drogue dans son verre au vu de l'odeur forte du café et décida finalement de ne pas le boire. Elle fit mine de prendre une gorgée sans le frôler des lèvres et referma le couvercle pour, selon toute apparence, le garder au chaud. Comme toujours elle l'observait du coin de l'œil cherchant une réaction qui aurait pu le trahir ou quelque chose qui aurait pu la mettre sur la voie.

    « Et vous-même, qu'est ce qui vous a amené dans cette charmante et paisible banlieue de la cité des anges ?»
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Hasard (Sergueï Ivanov)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hasard (Sergueï Ivanov)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.R.A.S.H RPG :: RP's-