AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
« Sergueï Ivanov »

Honorable Citoyen


Messages : 51

Réputation : 31


MessageSujet: Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)   Mar 12 Avr - 14:27

[Traduction : Bonjour Inspecteur Mourning]

Inglewood, côte ouest des Etats-Unis, Etat de Californie, 09:16 du matin
Petit café russe sur Manchester Boulevard, Le Vostock.


La Russie, la Grande et Sainte Russie sorte de contrée mythique que rien ni jamais n'avait pût conquérir. Les plus grands s'y étaient cassés les dents. Napoléon, Hitler et bien d'autres.

Voilà ce que retenait l'Histoire, mais ce que retenait Sergueï de ce pays, sa patrie, son sang, qui même si il l'avait quitté pour des raisons de divergences politiques et d'opportunité professionnelle restait sa terre natale, ce qu'il retenait donc c'était le vieux samovar dans le salon, les vieilles babouchka à la coopérative du quartier et le Bortsch. Le Bortsch, l'arme du Russe face aux attaques de Grand Père Hiver. Et surtout, surtout, les longues soirées d'Hiver et les heures d'attente à jouer aux échecs avec les anciens du quartier. On jouait pour tuer le temps, on jouait pour oublier les défaut de l'U.R.S.S., on jouait pour ne plus ressentir le froid.

Arrivé aux États-Unis, à la poursuite de son rêve américain, Sergueï avait alors mis en pause ces origines russes pour se concentrer sur le business, faire sa place au soleil avec ces hommes. Ce n'était que depuis Los Angeles et son retour dans des affaires plus calmes qu'il avait repris goût au petit folklore russe, au petit thé chaud au beurre autour d'un plat de charcuterie ou bien un petit verre tout en discutant des nouvelles du jour. Des attitudes de petit vieux dans une Amérique trépidante et pourtant. Pourtant, tellement agréable de pouvoir enfin en profiter. C'était peut-être ça le Rêve Américain. Pouvoir se sentir chez soi à des milliers de kilomètres de distance.

Et enfin, il y avait la joie de la petite partie d'échec autour d'un thé ou d'une vodka et c'était ce que proposais le Vostock du Boulevard du Vieux Pétia. Un petit café Russe monté avec l'argent de la mafia sans commerce illicite hormis d'employer de temps à autres des clandestins du pays à la recherche d'un peu de sous. Financé par les maîtres de l'Organysatsia, ce café n'avait d'autres buts que d'être ouverts à des heures décentes et de permettre aux expatriés de retrouver un bout de leur Russie. Pétia qui avait été l'homme de main d'un grand ponte de Philadelphie en avait obtenu la gérance et s'en acquittait à merveille.
On venait donc ici pour les vieux chants russes, rarement les chœurs soviétiques, pour la décoration à coup de blanc et de bleu, de porcelaine et d'une multitudes de petites photos et de petites peintures à l'huile et de quelques icônes orthodoxes.

Sergueï était assis à une table, portant un costume bon marché classique bleu sombre, une paire de baskets blanche et une cravate uni noire. Devant lui, un jeu d'échec et un adversaire, un vieux russkof de soixante-dix ans en pull bleu ciel un peu sénile. Un homme qui avait autrefois été un grand mathématicien puis un ouvrier dans le pétrole. Aujourd'hui, une image du passé plein de vieilles histoires. Sergueï sirotait son thé russe avec distraction, concentrant son attention sur le jeu et le prochain coup. Son cavalier était en bien mauvaise posture face aux Gardes Blancs de son adversaire et surtout un fou judicieusement placé...

Une belle journée de repos en perspective.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)   Mer 13 Avr - 6:08

Depuis qu’il avait eu vent d’un trafic d’armes entre Los O et la mafia russe, Sean devait maintenant surveiller de près une troisième famille d’enfoirés qui pourrait bien venir mettre un peu plus de bordel qu’il n’y en avait déjà à Inglewood. Comme s’il n’avait pas déjà assez à faire avec les Niners et les mexicains, voilà que des ruskovs émergeaient de nulle part pour venir mettre leur nez dans le paysage criminel du coin. L’inspecteur aurait pu laisser couler et transmettre cela aux fédéraux ou à la répression du banditisme, mais s’il y avait une opportunité de s’entendre avec ses amis venus de l’est et d’en tirer quelques profits, autant prendre la température d’abord… Sean n’était pas stupide pour autant. La mafia russe n’avait rien à voir avec ses guignols sauvages des rues. C’était une organisation solide et sérieuse qui ne plaisantait pas. Il prendrait donc beaucoup de précautions avec les communistes.

L’un de ses indics du côté du quartier latino était parvenu à lui trouver un nom et une adresse où il pourrait trouver une tête de la mafia, un certain Sergueï Ivanov qui se faisait passer pour un entrepreneur derrière la couverture un club SM et qui avaient ses habitudes dans un bar russe sur Manchester Boulevard. Pas de visage encore ni d’autre informations sur son âge ou son passé par exemple, Sean allait devoir jouer de son badge pour trouver ce type et en savoir plus. Ce jour là, l’homme débarqua au fameux bar/café « Le Vostock » dès sept heures du matin et se présenta à l’une des serveuses en montrant immédiatement la plaque d’inspecteur accroché au bout de l’une des chaînes autour de son cou. Il commanda une vodka (oui dès le matin) et lui posa des questions sur ce fameux Sergueï, non sans préciser qu’elle avait tout intérêt à se montrer coopérative si elle ne voulait pas qu’il vérifie son visa et ou celui de sa famille et se débrouille pour enlever son droit de résidence sur le sol américain.

La serveuse, prénommé « Irina » lui confirma bien qu’Ivanov était un habitué de l’établissement et venait régulièrement un peu plus tard dans la matinée. Parfait… Sean attendrait donc un petit peu. Une heure plus tard, les yeux de la serveuse de l’autre côté du comptoir lui désignèrent du regard un homme assez âgé poussant la porte du café. Sean détourna discrètement la tête pour découvrir un type à l’apparence très noble et respectable… L’inspecteur savait pourtant mieux que personne que dans ce milieu, il ne fallait jamais se fier aux apparences et que derrière ces airs de paisible homme dans la force de l’âge pouvait se cacher pas mal de saloperies… Ivanov partit s’installer à une table où il rejoignit un vieillard bien plus âgé que lui, et les deux hommes commencèrent bientôt une partie d’échec autour de thés qu’Irina partit leur servir. Sean, lui, les laissa entamer leur partie le temps de terminer son troisième verre de vodka avant de quitter le tabouret sur lequel il était installé au comptoir pour se diriger vers leur table et les interrompre.

« Bonjour messieurs » les interpella-t-il une fois arrivé devant la table avant de prendre la plaque sur son torse et leur mettre en évidence pour annoncer la couleur d’entrée. « Allez dégage vieil homme. Va jouer aux dames… Je prends le relais. » glissa-t-il ensuite à l’adversaire d’Ivanov dans un bref hochement de tête lui indiquant de quitter sa place.

Le vieillard n’opposa aucune réticence et quitta sa chaise pour passer à côté de Sean, qui prit ensuite sa place et s’installa en face de l’homme pour lequel il était là et qui l’intéressait. Un large sourire aux lèvres et un profond soupire de fatigue en s’asseyant, Sean se frotta alors les mains, excité en rivant ses yeux sur les positions des pièces sur l’échiquier avant de reporter son attention sur Ivanov.

« Oh pardon... J’en oublie la politesse. Inspecteur Mourning. Brigade C.R.A.S.H d’Inglewood, enchanté. » lui glissa-t-il en tendant sa main par dessus le jeu pour une poignée de mains de présentation en bonne et dûe forme.

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sergueï Ivanov »

Honorable Citoyen


Messages : 51

Réputation : 31


MessageSujet: Re: Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)   Ven 15 Avr - 15:36

Loin d'être raciste, il faut tout de même faire remarquer qu'un afro-américain passait rarement inaperçu dans un bar russe d'anciens combattants de la Volga. Encore moins lorsque faisant preuve de manières de Yankee il s'invite à une partie d'échecs dominical très importante. Quel manque de bonnes manières. C'était décevant. Mais bon, cela faisait partie du charme des policiers américains.

Quoiqu'il en soit, notre cher Sergueï n'avait alors rien à se reprocher et ce n'est pas le port de basket en même temps qu'un costume qui va être interdit par le code civil Californien et la Constitution des États-Unis d'Amérique. Sergueï jeta un coup d'oeil à son précédent partenaire qui se levait sans broncher de sa chaise, ayant été habitué à bien pire autrefois sous le joug de la police politique du régime soviétique. Au moins, les Américansky avaient la décence de vous demandez de vous lever avant de vous frapper à même la chaise. Le regard en disait long sur la lassitude du vieil homme et l'espoir de reprendre un autre jour cette partie, ce que lui assura Sergueï d'un léger sourire affable puis dans un second temps reporta son attention sur l'homme face à lui.
Un afro-américain, bien charpenté, bonne carrure et faciès de bouledogue, peu amène, un homme de la rue qui a appris à se faire respecter et qui à bien compris que dans un milieu aussi sauvage, il fallait en imposer, rouler des mécaniques et c'était ce qu'il faisait. Après tout, la seule véritable différence fondamental entre le C.R.A.S.H et un gang de rue, c'est la couleur du foulard et le cri de ralliement. Des manières abruptes, un phrasé simple, c'est un homme qui veut et aime être obéis, pas de grandes études, une expérience de la rue, une expérience de la vie mais aussi une expérience des échecs palpable dans le regard, dans la manière de se frotter les mans. Cet homme aime ce jeu pour tout un tas de raison mais ne dois pas avoir souvent l'occasion de jouer contre autre chose qu'un ordinateur. Sergueï lui fait alors signe comme si il avait demandé poliment de prendre le tour de jeu du vieillard avant de tendre le bras aussi et de lui serrer la main avec normalité, assez chaleureux pour paraître amical, pas assez pour lui rappeler qu'un échiquier les séparait.


-"Enchanté de faire votre connaissance Officier Mourning"

Son accent russe de circonstance, un accent du nord mais ce genre de subtilités échappait très souvent aux novices.

-"Sergueï Ivanov, gérant du Kalinka sur Florence Avenue. Que me vaut le plaisir de vous rencontrez Inspecteur Mourning ? Aurais-je commis une infraction quelconque ? Ou bien recherchez-vous un partenaire d'échec ?"


Le ton de sa voix était sérieux, nullement l'envie de rire pour le moment. Seulement, il avait bien l'intention de montrer qu'il n'était pas impressionné. Juste curieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)   Sam 16 Avr - 8:51

Une simple visite. Histoire de se présenter et de faire comprendre à cet Ivanov que le C.R.A.S.H était bien là et qu’il faudrait compter sur lui et la brigade dans les activités criminelles que les russes pouvaient avoir dans le coin. Sean n’était pas là pour arrêter qui que ce soit, ni même cuisiner l’homme ou lui parler d’une quelconque notion de loi ou de crime. Non. A vrai dire, au moment où il prit place à cette table face à lui, l’inspecteur avait déjà fait ce pour quoi il était là à savoir montrer sa plaquer et annoncer la couleur C.R.A.S.H. Il n’avait rien contre lui, du moins pour le moment, et ne comptez même pas enquêter sur la mafia. Ivanov était simplement un élément étranger à ses affaires avec les gangs puisque les russes faisaient du business d’armes avec Los Ojos. Une petite partie d’échec et une bonne discussion n’étaient désormais qu’un bonus sur lequel Sean ne crachait pas.

Ivanov lui rendit sa poignée de main avant de se présenter très courtoisement à lui. Sean manqua de le reprendre sur le fait qu’il était inspecteur et non pas officier avant qu’il ne le fasse de lui-même. Le Kalinka ? Il n’en avait encore jamais entendu parler mais retenait déjà précieusement le nom de cet laverie automatique… ou de ce bar… ou de ce fast-food… Il n’en savait encore rien. Un fast-food russe… Ce devait être plutôt comique à voir et surtout dégueulasse à goûter. Quoi qu’il en soit après cet échange de bons précédés, Sean se reconcentra tout de suite sur l’échiquier et riva ses yeux sur les pièces en analysant leurs positions comme un fauve excité devant le gibier et sentant l’odeur du sang. Il adorait ce jeu, bien que pas expert du tout dans le domaine. C’est donc d’une oreille un peu distraite qu’il écouta les questions d’Ivanov et mit quelques secondes avant de reporter son attention sur lui et répondre.

« Une infraction ? Naaaan… A part si vous considérez que stimuler les neurones de petits vieillards au lieu de les envoyer en maison de retraite pour remplir les caisses de l’Etat est une infraction. » lui glissa-t-il dans un rire crapuleux, amusé. « Et je ne suis pas vraiment un grand joueur d’échec. Non, je suis plus… Un fan. »

Il ne connaissait pas le niveau de Sergueï mais s’en fichait après tout tant qu’il ne lui mettait pas math en quatre coups et qu’ils aient le temps de discuter un petit peu. Le champion du monde n’était pas russe d’ailleurs ? Il lui semblait bien que si. Qu’importe.

« Le Kalinka hein ? C’est quoi ça ? Jamais entendu parler. » lui glissa-t-il avant de se reconcentrer sur le jeu d’échec pour passer du coq à l'âne. « C’est à qui de jouer ? »

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sergueï Ivanov »

Honorable Citoyen


Messages : 51

Réputation : 31


MessageSujet: Re: Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)   Lun 18 Avr - 8:10

Qu'importe la ville, qu'importe le pays, les cultures, les traditions, de tout temps, les grands chefs des hommes avaient éprouvés le besoin de se mesurer aux autres, de s'imposer aux autres, de montrer qui commande. Et la loi de la rue n'a jamais dérogé à cette règle. Lorsque vous y êtes, dans la rue, c'est à celui qui aura la plus grosse. Attention, je vous parle pas nécessairement d'intelligence encore que naviguer à vue entre les forces de l'ordre tout en faisant sa thune, il fallait de l'intelligence et de la perversité, de la ruse quoi, non il fallait aussi les plus gros bras, les plus gros flingues. Et Sergueï lui, il avait un gros compte en banque.

Visiblement, Sean en avait de grosses lui aussi, il n'avait pas peur de venir voir des hommes comme Sergueï dans des lieux qui ne sont pas neutres, venir mettre carte sur table. Et ça, le vieux russe le respectait. Il aimait les hommes capables de ce genre de choses, ceux qui assument et surtout, qui font les choses. Et son attrait manifeste pour le noble sport qu'étaient les échecs apportaient finalement un peu plus de profondeur à la face de bouledogue qu'il présentait. Mais l'attrait pour ce jeu n'est pas rare pour les meneurs. On ne parle pas d'excellence, juste de passion, de plaisir pour ce jeu. L'excellence c'était une affaire de matheux sans envergure qui criaient comme des fillettes lorsqu'une belle batte en aluminium leur faisait sauter une rotule.


-" Monsieur Mourning, les experts à ce jeu sont des gens qui ne font rien de leurs journées. Vous et moi, nous sommes des hommes occupés, nous jouons déjà aux échecs toute la journée à notre façon. Vous avec les criminels, moi en affaire. Le faire autour de ce plateau, c'est juste une forme de récréation. "

Et c'était vrai, Sergueï n'était pas le meilleur joueur du monde, il avait juste de l'expérience et plus de trente ans de parties derrière lui. Les échecs avaient souvent été un passe-temps pratique dans les coups durs, quand il faut patienter en attendant que la roue tourne.

-"C'est à vous de jouer M. Mourning. Et concernant le Kalinka, il ne s'agit que de mon bar à strip-tease sur Florence. Un petit coin tranquille pour assurer mes vieux jours. Moi non plus je ne compte pas finir à l'hospice. Passez donc à l'occasion, je vous offrirais un verre."

Sergueï regarde les pièces, l'échiquier, la partie.

-"Inspecteur Mourning, la ville est aujourd'hui si calme que vous avez du temps à perdre avec moi ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)   Mar 19 Avr - 13:20

Une partie d’échecs oui. L’image était juste pour décrire le travail de Sean et surtout la façon les méthodes avec lesquelles il le faisait. Pouvoir jouer sur tous les tableaux, celui du crime et celui de la justice, et en tirer son propre profit. Voilà ce avec quoi il jonglait à merveille depuis des années. Il pourrait peut-être également trouver un accord avec le russe si celui-ci avait quelque chose d’intéressant, ou de lucratif, à lui proposer en échange de tous les services que peuvent rendre un inspecteur de la brigade antigang du coin. Mais ils n’en étaient encore pas là. Pour l’instant, Sean n’était là qu’en visite non-officielle, de courtoisie si on peut dire. Maintenant qu’Ivanov savait qui il était, il n’avait plus rien à faire ni à chercher. Il aurait pu jouer aux échecs ou boire un verre avec un parfait inconnu pour faire la discussion, cela aurait pareil, ou presque.

« Absolument... » répondit-il à sa juste métaphore. « Et dans quelles genres d’affaires êtes vous ? »

Le vieil homme lui indiqua ensuite que c’était à lui de jouer, aussi Sean se pencha sur ces coudes au bord de la table pour mieux surplomber le jeu et porta l’une de ses mains devant sa bouche pour commencer à réfléchir où et comment jouer au moment où Ivanov lui expliqua que le Kalinka était un bar à strip-tease tranquille. Il l‘invita même à venir y faire un tour mais l’inspecteur n’émit aucune réaction, focalisé sur la partie d’échec durant de longs instants avant de prendre l’un de ces cavaliers l’avancer de deux cases. Sean se réinstalla ensuite au fond du dossier de sa chaise et se mit plus à l’aise pour revenir sur ce que le russe venait de lui dire.

« Un club de strip-tease, hein ? De la chatte russe, hmm ? Je passerais un de ces quatre, ouai… » glissa-t-il dans un léger rire de crapule, un large sourire amusé aux lèvres. « A vous de jouer… »

Pourquoi pas après tout. Sean emmenait souvent les membres de son unité dans le même club depuis deux ans, avec les mêmes filles. Cela pourrait le changer… Sauf si bien sur, il venait à s’y rendre dans le cadre d’une opération de police. La question qui vint ensuite du russe attira son attention. Du temps à perdre ? Qui a dit qu’il le perdait ? Sean travaillait là. Son boulot ne reposait pas uniquement sur des portes à défoncer et des taquets à mettre à des enfoirés. La brigade était une brigade d’action – pour ne pas dire de bourrins – mais une brigade d’enquêteurs également. L’observation, l’analyse et le traitement de l’information faisaient partie intégrante des journées de Sean et de ses inspecteurs.

« Vous ne lisez pas la presse? Inglewood n’est plus la jungle qu’elle était… On fait le ménage, vous voyez… Les petits malins qui faisaient leur lois dans les rues, c’est fini tout ça… » reprit l’homme en penchant légèrement la tête en avant les sourcils arqués. Une façon d’appuyer à nouveau sur le fait qu’il était bien là et que n’importe qui ne pouvait pas s’imposer dans la ville comme ça, au risque de se faire balayer par le C.R.A.S.H.

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sergueï Ivanov »

Honorable Citoyen


Messages : 51

Réputation : 31


MessageSujet: Re: Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)   Ven 22 Avr - 20:14

Sergueï était amusé, mais il n'était pas dupes. Il se doutait de pourquoi un inspecteur du CRASH pouvait se présenter ici. Il savait qu'immanquablement, quoiqu'à mots couverts, il viendrait sur la table autre chose que de belles stratégie d'échecs. Sous peu ne tarderont pas soit les petites menaces, soit les petits arrangements, tout dépendrait de la personnalité de ce cher monsieur Mourning.

Sergueï sourit en considérant le jeu d'échecs et ces pièces en ordre de bataille.


-"Mes affaires Inspecteur Mourning ? Je ne suis qu'un simple gérant. Certes, je possède un certain nombre d'affaires mais elles sont toutes légales si c'est ce qui vous inquiètes. Et je puis vous rassurez : je ne suis victime d'aucun racket ni d'aucun chantage de la part de ces gangs qui traînent dans nos rues. Quand au Kalinka, je vous le redit : il est ouvert à ceux qui veulent y passer un bon moment"


Sergueï joue un nouveau coup, assurant ces arrières par le recours au dernier cavalier, comme autrefois les Messager du Tsar requéraient les services des nomades de Sibérie orientale pour assurer la défense des Courriers. Attaquez moi et alors, je vous montrerais de quoi est faite la terre de Russie. De la chair et des os de ceux qui se sont levés contre elle. Mais si Sean Mourning et ces hommes venaient en visiteurs ou en amis, les choses seraient différentes. Si ils venaient fêter un succès au Kalinka, il réquisitionnerait ces meilleures filles. C'était ainsi que fonctionnait la loi. Le meilleur aux amis, le pire aux ennemis.

-"Bien sûr que je lis les journaux Inspecteur. Mais aussi fort que vous soyez, vous ne les ferez jamais disparaître. Ils seront toujours là, juste moins présent. Ils ne feront plus la loi dans la rue car vous y patrouillez. Mais il reste les caves, les cages d'escaliers. Enfin, si vous tenez votre promesse, les honnêtes commerçants pourront travailler au calme..."

Il lui sourit, un sourire franc et calme, somme toute, il dit vrai, une rue nettoyée est une rue plus agréable à vivre.

-"Ce travail doit être particulièrement difficile Inspecteur Mourning. Les gangs sont anciens et puissants, ils doivent vous opposer quelques problèmes non ? J'espère que votre administration met la main à la poche pour vous obtenir les crédits qui vous sont nécessaires..."

L'argent est le nerfs de la guerre, y compris dans le cas de la guerre des gangs et les flics comme les gangs avaient besoin de fonds pour mener leur campagne. Et tout le monde sait que les flics n'ont pas les moyens de s'offrir une Bob Marley on Wheels (B.M.W.), les dealers, oui...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)   Dim 1 Mai - 12:40

Un simple gérant oui. C’est ce que beaucoup de grands pontes étaient en apparence. L’Amérique n’avait pas attendu les russes pour voir des commerces légaux maquiller en réalité des activités criminelles derrière et en blanchir l’argent. Dans le même genre, il y avait ce Bubba Bell qui se faisait passer pour un saint socialiste avec ses projets sociaux visant à reloger les habitants les plus démunis de Queen Street mais à travers lesquels il faisait passer l’argent du crack. Sean ne savait pas encore si Ivanov baignait aussi dans la drogue, mais il savait par contre qu’il était bien dans les armes avec les mexicains. Il se doutait donc qu’il ne risquait pas d’être victime de racket, surtout sur Florence où les criminels ne courraient pas autant les rues que dans les zones de gangs. Observant le jeu d’échecs et le coup du russe assurant ses arrières, ce qui tira un fin sourire à Sean. Déjà concentré sur le sien à venir, la discussion se poursuit sur la capacité de la police locale à endiguer les criminels.

Sergueï n’avait pas tord. Mais lui non plus. Les affaires criminelles liées aux gangs avaient été divisées par cinq depuis le retour de la brigade C.R.A.S.H à Inglewood. S’ils ne pouvaient pas tout faire disparaitre, ils pouvaient aussi paralyser une bonne partie de la machine et même en tirer profit parfois… Après quelques instants de réflexion silencieuse, l’inspecteur finit par prendre l’un de ses fous et le faire avancer en diagonales vers un coin de l’échiquier avant de relever la tête avec un nouveau sourire amusé.

« Les promesses c’est pour nos politiques... Nous on est sur le terrain. Mais vous avez raison… Personnellement, j’en ai rien à foutre que des connards de gangsters fassent leurs saloperies dans leur trou tant qu’ils y restent et y crèvent. Ce qui m’intéresse, c’est de ne pas ramasser de cadavre de lycéens morts d’overdoses, ou de mères de famille tuées de balles perdues dans un règlement de compte dans la rue. Et ça… Ca part pas des cages d’escaliers… Je chasse les gros poissons. Je joue aux échecs, pas aux dames. » glissa-t-il.

Plutôt choquant pour beaucoup de personnes. Laisser les petits dealers et autres voleurs opérer en toute impunité pour ne se concentrer que sur les têtes tirant les ficelles, ce qui pouvait prendre des mois, des années même parfois pendant lesquelles les petits poissons avaient le temps de faire le mal. C’est ainsi que le C.R.A.S.H opérait, tirant même profit de ces pantins articulés. Quant au moyen…

« Y a ce qu’il faut... L’argent va avec les promesses de ces messieurs de la municipalité. Je sais pas comment ça se passe en Russie, mais ici à Los Angeles aucun maire n’a jamais été élu en faisant de la baisse de la criminalité un des piliers de son programme. Vous votez au moins Sergueï ? » lui demanda-t-il en arquant les sourcils.

A moins qu’il n’ait pas le droit en tant qu’immigré récent ou qu’il soit trop communiste pour cela. Quoi qu’il en soit, Sean ne tarda pas à se décider à en venir aux choses sérieuses.

« Mais vous savez notre boulot ne repose pas uniquement sur ça… Le C.R.A.S.H est une unité spéciale c’est vrai, mais sur notre plaque est toujours écrit « Protéger et servir »… Et c’est aussi ce qu’on fait, on protège les honnêtes citoyens, les gérant… Comme vous. Bien sûr tout ça reste aussi une question de moyens, et comme ce n’est pas la priorité du département, il faut parfois trouver des arrangements pour protégez les braves personnes qui se montrent les plus généreuses… » glissa-t-il implicitement.

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sergueï Ivanov »

Honorable Citoyen


Messages : 51

Réputation : 31


MessageSujet: Re: Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)   Mer 4 Mai - 14:40

Spoiler:
 

Les Russes comme les Italiens et les Irlandais appartenaient aux plus vieilles vagues d'immigrés sur le continent américain, et comme toutes vagues d'immigrés, ils avaient apportés avec eux un peu de leur pays, un peu de leur culture. Cela se retrouvait beaucoup dans la cuisine et les commerce. Les Italiens avaient leurs pasta à la con, les Irlandais leur Irish Coffee et du colorant vert plein Chicago. Et les Russes, ils avaient apportés la vodka et la peur du Bolchévisme. Une grande réussite ça la peur du Communisme. Merci McCarthy. Mais outre les petites spécificités locales, les immigrants avaient amenés avec eux une autre part de leur civilisation. La criminalité. Car il faut de tout pour faire un monde, les Italiens avaient apporté la Mafia, la Camora, les bandes de mafieux catholiques qui ont terrorisées New York et Chicago durant la Prohibition. Les Irlandais quand à eux ont d'abord apportés des gangs puis très vite de nouveaux effectifs en masse pour les forces de police, notamment à New York. Et puis plus tard, des terroristes, mais ça n'a rien à voir avec les tours, c'est plutôt une affaire d'insulaire ce truc là.Et les Russes, et bien, l'arrivée au pouvoir des Soviétiques à poussées certaines catégories de gens à quitter leur Russie natale pour s'expatrier et en premier, bien évidemment, on pense aux Russes Blancs, aux Tsaristes, ce qui est juste mais bien souvent, on oublie les Vor V Zakhone, les bandits de grands chemins et les associations mafieuses pluriséculaires de Russie traquées par le Communisme. Les Vory se sont réfugiés où ils le pouvaient et en partie aux Etats-Unis. Et comme beaucoup de groupes criminels du type mafieux, ils ont au fil des années évolués. §Ils sont passés de petites structures à grosses structures et ont commencés à pérenniser des activités légales en plus du reste. Et pour Sergueï, c'est le cas. Les trois-quarts de ces revenus sont absolument légaux et sont redistribués entre son entreprise et les membres du "gangs", de la famille : pensions, salaires, cadeaux et œuvres de charités comme le veut la loi des Vor V Zakhone. Le chef n'a droit qu'à ce qu'il vole en son nom. Et en l'occurrence, le trafic d'armes était la source de revenu du Pakhan ainsi que la prostitution semi-licite des call gril du Katrina. Elles ne couchaient pas sauf si le client en faisait la demande et acceptait de payer plein pots. Bref, on pouvait en effet dire que Sergueï était un simple gérant.

Et le genre de gérant que l'on ne rackette pas. Dans son secteur, pas de drogues, c'est mauvais pour la santé des filles et des fils. Une fille qui sniffe c'est une gagneuse qui **** mal et un fils qui se pique ne tire plus droit. Et ça c'est mal. Et le racket, c'était lui. Et encore, on appelait ça les charges salariales et c'était au profit de l'État de Californie et de la municipalité d'Inglewood.

Sergueï se saisit alors de l'une de ces Tour qu'il fit négligemment avancer... protéger par un pion en embuscade au cas où une contre-attaque serait nécessaire.


-"Et vous faites un travail admirable sur ce terrain. En Russie, pour qu'un policier mette un PV, il faut lui donner un pourboire. Pour qu'il vous l'enlève aussi ceci dit"

Sergueï rigola d'un rire un peu brusque mais franc. Cette blague le faisait toujours rire. De l'humour de Rouge à n'en pas douter. Puis il cessa de rire lorsqu'arriva un vieil homme avec un plateau portant deux tasses de thé russe au citron qu'il déposa sur une desserte proche de Sergueï qui déposa un billet de 10 sur le plateau que le vieux empocha sans rien dire.


-"Sdachi ne nado" **Gardez la monnaie**

-"Et nous sommes d'accords, les faits divers sont mauvais pour vos statistiques et très mauvais pour mon commerce. Les gens veulent se détendre dans mon club, pas avoir peur d'y prendre une balle à cause d'un petit gang trop excité. Mais pour ça, il faut faire plonger le mal à la source. Même si cela implique de se salir les mains"

Sergueï à toujours été un partisan de ce genre de choses et il se retrouve quelque part dans Sean. C'était des loups au milieu des chevreaux. Ils manipulaient les pièces à leurs avantages, cette ville était un jeu, un joli terrain de jeu.

-"Bien sûr Inspecteur Mourning. Je suis un brave citoyen américain et j'aime la démocratie. Je vote depuis l'élection de George Bush Senior. Un bon président celui-là..."

Oh que oui, un excellent président dont la politique intérieure désastreuse avait permis à pas mal d'affaires de se négocier à l'époque à commencer par du transport d'armement sur le territoire entre milices fascistes et terroristes de l'I.R.A et une explosion des clubs de strip-tease boîtes à putes pour blanchir le cash. Un excellent président ce Républicain. Et qui avait été copié par le fils au passage. Une bonne cuvée les Texans.

Et enfin, on en vient au fait. Les policiers font un dur travail pour protéger leur prochain. Certes, ce sont des gens altruistes et tout le tremblement, mais l'altruisme, ça ne paye pas une Ferrari et ça n'entretient pas une maîtresse. Sergueï connaît très bien la chanson et pour une fois, cela lui tire un sourire de ne pas traiter avec le simple petit flic de quartier mais avec le chef de la section. C'est comme ça que ça fonctionnait réellement. Les chefs traitaient avec les chefs. C'était plus rapide, plus sain aussi. Comme ça, on se souvenait beaucoup plus vite de qui était dans le camp de qui.


-"Je comprend parfaitement votre problème cher Inspecteur. Et je pense que nous parlons le même langage. Disons que je suis quelqu'un de très attaché à ce pays qui m'a offert ma bonne fortune et aux forces de police de cette bonne ville qui me protège moi et mes amis. C'est normal en échange que nous aidions de notre mieux les braves policiers."

Sergueï souri derrière sa tasse de thé sur laquelle il souffla encore un peu.

-"Alors soyons clair Monsieur Mourning. Mes hommes ne font pas de vagues, ils n'approchent pas des rues et vous y faites régner votre loi. Et tant que ce statu quo se maintien, je ferais chaque mois une généreuse donation à votre fond de solidarité. En liquide et dans une enveloppe dans une boîte à lettre anonyme. Et à l'occasion, la note est pour moi si vous venez fêter votre anniversaire au Kalinka..."

Il boit lentement et calmement son thé russe à présent qu'il est moins chaud.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)   Lun 9 Mai - 18:53

A la base, les russes, comme toutes les mafias en général, ne dépendaient pas des enquêtes du C.R.A.S.H. Normalement, la brigade de répression du banditisme voir les fédéraux, le FBI ou l’ATF se chargeaient des grosses organisations comme ça. Et à choisir, Sean aurait bien préféré leur laisser, ayant suffisamment de pain sur la planche avec les Niners et Los Ojos. Seulement voilà, ils étaient là et impliqué dans « le jeu ». L’inspecteur préférait voir les opportunités que les européens lui offraient et pas les ennuis potentiels d’un troisième pôle qui chercherait le trône des rues d’Inglewood. Ils n’en étaient pas là, bien que le trafic d’armes ne laisse présager rien de bon. Concentré sur le jeu, il ne prêta pas la moindre attention au serveur qui vint à leur table et ne le regard même pas, les yeux rivés sur l’échiquier sur lequel Sergueï venait d’exposer l’une de ses tours. Un piège dans lequel il ne tomberait pas…

La discussion sur son travail de flic dans laquelle ils s’étaient lancés étaient somme toute intéressante bien que peu honnête, en tout cas du côté du russe, aussi Sean décida-t-il de corriger les choses et d’aller plus moins droit au but en lui faisant comprendre qu’il pouvait assurer la protection et la pérennité de certains personnes et commerces en échange de rémunérations… Il était évident que l’offre devait venir de lui de lui et d’ailleurs un vétéran comme l’était Ivanov ne devait pas s’y tromper puisque si cela venait de lui, il se plaçait en situation potentielle de tentative de corruption d’un officier. La chose étant maintenant posée par Sean, il sembla bien le comprendre et s’entendre avec cela comme il le lui confirma. Une enveloppe de cash dans une boite à lettre anonyme. Il semblait être coutumier de ce genre de pratiques… Qui sait, peut-être avait-il déjà des accords avec d’autres divisions de police de la ville ou bien en avait déjà eu avec ceux de Russie… Quoi qu’il en soit le large sourire qui se dessina sur le visage de Sean traduit bien sa satisfaction quant à cette affaire conclue.

« Je crois qu’on a un deal… » lui glissa-t-il en hochant positivement la tête avant de se mettre à rire doucement. « On va pas fêter ça avec du thé ! Je croyais que vous carburiez tous à la vodka là-bas ! Laisser moi vous inviter, j’insiste… » reprit-il en faisant signe au serveur de revenir en claquant des doigts au dessus de son épaule.

Dans tous les cas, lui prendrait un verre avec le thé de Sergueï s’il décidait de rester à ça. Ce serait pour la prochaine fois dans son club. « Bon, alors, où on en était… » finit-il par dire en se reconcentrant sur le jeu et le piège tendu ne lui laissant que peu de solutions. Après quelques instants la main devant la bouche, Sean finit par avancer l’une de ses tours pour la mettre en position de prise, soigneusement protégée par deux pions autour. L’inspecteur se réinstalla ensuite tranquillement au fond de son siège et écarta les bras pour les étaler sur le dossier dans l’attente du serveur à qui il commanda un verre de vodka

« Dites moi Sergueï… Il a une question que je me pose. Je me suis toujours demandé si la vie sur notre saint sol américain était plus difficile aujourd’hui pour un noir ou pour un européen et un russe particulièrement. Bien sûr pas pour vous… Ni pour moi… Mais pour tous les autres, petits citoyens… Qu’est-ce que vous en pensez, hein ?! » lui demanda-t-il en arquant les sourcils pour marquer le sérieux de sa question en apparence tout à fait anodine.

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dobryï den Inspecteur Mourning (PV Sean Mourning)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.R.A.S.H RPG :: RP's-