AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Terminé ▬ KENNETH ANDERSON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
« Kenneth Anderson »


Messages : 76

Réputation : 9


MessageSujet: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 0:39


Kenneth Anderson



ID Card

© catsoon
Feat. Robert Downey Jr.

    Nom : Anderson
    Prénom(s) : Kenneth
    Surnom(s) : Pour la plupart de ses collègues il est " Anderson ", point barre. Pour les pauvres filles qui ont eu le malheur de subir ses talents de dragueur, il est " Ken " (" Hey poupée ! Approche un peu, ça devrait te plaire : Je ferai Ken et tu feras Barbie ... ")
    Âge : 40 ans.
    Date et lieu de naissance : Né le 1er Janvier 1971 à Chicago
    État Civil : Célibataire
    Orientation sexuelle : Hétérosexuel (jusqu'à preuve du contraire, ne jamais dire jamais !)
    Profession / Activité : Légiste
    Groupe : Law & Disorder ?





Nobody Knows my soul


D'aucuns vous diront que l'élément Anderson est un peu barge et qu'il fait bien de passer ses journées entouré de morts car les vivants, pour la plupart, peinent à le cerner où à apprécier toute l'originalité du personnage qu'il incarne. S'il est parfaitement impossible de définir aujourd'hui qui est vraiment Kenneth Anderson, les mots qui reviennent le plus souvent dans les descriptions que l'on vous fera de lui sont : Extravagant, désinvolte, prédisposé à l'insubordination, étrange, râleur, distrait et drôle (dans une certaine mesure). En effet, l'humour du légiste laisse parfois à désirer ... A croire que de passer la plupart de son temps en compagnie de cadavres a fortement influencé sur son humour noir, voire même grinçant quand il est de mauvais poil. A cela vient s'ajouter une capacité plus que réduite en terme de compassion ou de réconfort. Sachant qu'il côtoie l'horreur et la violence dans tout ce qu'elle a de plus morbide chaque jour que Dieu fait, son sens du drame et de l'exaspération n'entre pas dans la norme lambda. Aussi n'hésitera-t-il pas à vous répondre (si vous avez la mauvaise idée de venir vous plaindre à lui) quelque chose comme un : " Je comprends ... 200 dollars en note de teinturier, c'est tout un drame. Tiens, aujourd'hui j'ai ouvert le corps d'un gamin sur lequel une voiture à réussi l'exploit de lui briser quasi tous les os du squelette en le percutant ! C'est fou hein ? " qui aura vite fait soit de vous remettre à votre place (et de vous faire comprendre qu'il se fout royalement de vos préoccupations financières), soit de vous donner la preuve que vous attendiez peut-être encore avant de l'étiqueter " grossier personnage ! ". Quoiqu'il en soit - et même s'il abuse d'ironie et de sarcasme sans nécessairement s'en rendre compte - Ken n'en reste pas moins un ami agréable et sur lequel on peut compter (dans certains domaines plus que dans d'autres ...). Déluré, excentrique et n'ayant aucune notion du ridicule, il vous fera passer des soirées inoubliables pour le peu que vous acceptiez de vous lâcher autant que lui. A contrario, il pourrait vous pourrir la vie si vous étiez amené à le réveiller trop tôt le matin ou à l'interrompre pendant qu'il écoute l'un de ses morceaux d'opéra préférés ... Séducteur, il parvient assez bien à séduire les femmes mais rarement sur le long terme et enchaine les paires de claques pour un mot ou une expression de travers qui ne sera pas passée auprès de la belle. Cependant, pas fataliste pour un sou, il ne se décourage pas et n'en retire aucune fêlure à son amour propre (l'amour relevant plus de l'amusement que de la nécessité chez lui).

Quelque peu en marge et dans son monde, vous l'aurez compris, Ken détonne aussi bien professionnellement et dans la vie quotidienne. Roi de l'excuse à deux balles, il ment comme un arracheur de dents si cela peut l'aider à se sortir d'une situation délicate (à savoir qu'il a le chic pour se retrouver dans des situations invraisemblables sans forcément lui-même savoir exactement comment il en est arrivé là ...). Relativement égoïste, il a tendance à ne voir les choses que du côté qui lui est profitable, c'est d'ailleurs pour ça que falsifier des autopsies ne le fait pas se sentir coupable outre-mesure. Enfin, et pour finir, on ajoutera pêle-mêle que Kenneth est aussi : friand de farces qu'il est le seul à trouver drôles ; grand amateur de grimaces ; golfeur du dimanche ; gaga aussi bien de classique que de métal ; convaincu d'avoir un charme animal ; en parfaite harmonie avec lui-même ; bien incapable de comprendre ce qu'un bébé a de prétendument " mignon " ; fêtard, beaucoup trop fêtard ... (manière détournée de le qualifier d'alcool en devenir ^^) ; persuadé que les extraterrestres existent (et que Cher en est la reine) ; perplexe quant au bien fondé de la réputation en or de la gastronomie française (" Des escargots ... Des escargots ! Tu vas pas me dire que t'as envie de te taper un L.A. / Paris et 100 dollars dans un restaurant où plane une musique d'ascenseur dont les français seuls ont le secret pour t'enfourner des trucs plus baveux qu'une moule en chaleur ! Faut pas déconner non plus les mecs, arrêtez le délire ... ") ; vite agacé de ne rien faire ; fumeur confirmé ; danseur expérimenté ; amant un peu rustre ; collègue agaçant ; tête brulée ; mauvais perdant ; vacciné à vie de l'idée de famille et de bonheur à l'américaine (cliché " 4 gosses, un chien, une femme, deux crédits et une maison ") ... etc.





How good I'm lookin'


Les premières choses que l'on remarque chez Kenneth, avant même de s'arrêter sur ses cheveux indomptables couleur poivre et sel ou sur son style vestimentaire parfois étrange, ce sont ses expressions du visage. En plus de parler avec les mains et de jouer d'extravagances verbales, Ken a prit l'habitude de faire vivre son phrasé à travers son faciès. Aussi vous servira-t-il son air le plus pervers pour vous demander ce qui se cache sous votre jupe, ou, au contraire, se parera-t-il d'une tronche du 10 pieds de long s'il est amené à vous demander de baisser d'un ton parce qu'il souffre encore de sa gueule de bois de la veille. Grimace, sifflements, clins d'œil et autres fantaisies jugées comme étant parfois un poil trop familières sont autant de tics gestuels qu'il contrôle plus ou moins ; tout comme il contrôle plus ou moins (plutôt moins que plus, il faut bien avouer qu'il ne fait pas tellement d'efforts) ses grandes envolées lyriques lorsque, par exemple, poussé par un surplus de bonne humeur ou de folie douce, il se met en tête de faire un rapport chanté au dictaphone ... Aussi démonstratif qu'il peut se montrer stoïque dès lors qu'il fait un effort de concentration, vous l'aurez compris, Kenneth relève plus de l'OVNI que du légiste tel qu'on se l'imagine. Négligé, il cache sous ses blouses des tenues insoupçonnés chez un homme de son âge. Des t-shirt rock de son adolescence aux jeans troués en passant par les pantalons à pinces tout droit sortis d'une autre époque, le moins que l'on puisse dire c'est que l'anticonventionnalisme de Anderson se traduit jusque dans le choix de son style vestimentaire. Un style vestimentaire qui, soit dit en passant, n'est pas si étudié que ça (et la preuve en fut faite plus d'une fois quand, mal réveillé, il se rendit en kilt ou en pantalon disco à la morgue [" Ce n'est pas ce que vous croyez Boss, il s'agit en fait d'un déguisement que j'avais prévu d'offrir à ma mère et que ... comment ? Ma mère est morte oui, en effet, je n'y avais pas pensé ..."]). Pour ce qui est de sa corpulence, on la qualifiera de somme toute raisonnable : 1m75 pour approximativement 75 kilos, notre légiste attaque l'âge mûr sans rien avoir à envier aux petits jeunes si ce n'est leur forme olympique qui, il faut bien l'avouer, commence à battre un peu de l'aile chez lui. Les lendemains de fête se font de plus en plus difficile, ce qui induit qu'on le voit de plus en plus souvent débarquer à la morgue lunettes de soleil sur le nez pour cacher cerne et autres yeux à peine ouverts sur iris couleur whisky.






Where I'm From


L'histoire de Ken commence comme commencerait n'importe quelle histoire racontant l'enfance d'un gamin né dans les bas quartiers de Chicago. Ajoutez à cela une touche d'intellectualité mal appréciée par ses camarades de classe et vous obtiendrez le tableau tristement banal du mioche passablement malmené durant la première partie de sa scolarité. Jusqu'à l'obtention de son diplôme de légiste, Ken a d'ailleurs souvent dit (non sans une certaine acidité vis à vis de sa ville natale et des quartiers crasseux de son enfance) qu'il avait toujours refusé de se plier à la loi selon laquelle la médiocrité appelle à la médiocrité. Victime d'avoir pour seule différence celle de l'ambition, il n'a jamais pardonné à ses parents et à ce qui constituèrent son environnement de jeunesse de ne pas l'avoir soutenu dans ses études ni même dans quoique ce soit d'autre (le fait étant, apparemment, que lorsqu'on nait loser, il faut le rester quoiqu'il arrive).

FLASHBACK

Chicago, automne 1986

« Hey Anderson ! Encore en train d'écouter ta musique de pédé ? » Assis seul à l'une des nombreuses tables de la cafétéria, Ken releva les yeux d'un air indifférent vers cet adolescent qui prenait plaisir à l'emmerder depuis la 6ème mais dont il n'avait jamais pris la peine de retenir le nom. Retirant le casque de son Walkman flambant neuf de ses oreilles, il fit taire Vivaldi d'une pression du pouce sur la touche " pause ". Il lui avait fallu économiser 3 mois de jardinage chez cette vieille folle de voisine pour pouvoir se payer ce petit bijou de technologie qui - bien des années plus tard - serait considéré comme l'ancêtre de l'i-pod et compagnie. Très bien, c'était donc sur sa sexualité que le sujet du jour allait porter. Intérieurement, Ken se fit la réflexion que ce type qui lui faisait face était un cliché à lui tout seul et que ses attaques verbales étaient le parfait reflet de l'évolution humaine. En 6ème il parlait de cartables de marque, en 5ème il parlait de vélo de course, en 4ème il parlait de téléviseur couelur et désormais il parlait de sexe. A croire qu'à 18 ans il parlerait d'aller aux putes pour sa première fois faute de parvenir à trouver une fille qui veuille bien de lui, qu'à 25 ans il ferait honte à l'humanité en ayant l'audace de penser à procréer et qu'à 35 ans il en serait réduit à causer match du foot autour d'un barbecue du dimanche avec ses potes crasseux et son ventre à bière. Non, vraiment, le cas d'école par excellence. Et persuadé d'être tellement mieux que les autres par dessus le marché, sinon ce n'était évidemment pas drôle. « Toujours, nous autres les tafioles raffolons de classique. » Répliqua-t-il calmement et en faisant preuve d'un désintérêt déjà palpable pour ce début de conversation tellement prévisible. Par expérience, il avait appris qu'il ne servait strictement à rien de se vexer des insinuations d'un crétin congénital tel que l'était son interlocuteur et que - mieux - pour s'en débarrasser, il n'y avait rien de plus facile que d'entrer dans le jeu. « Ca me fout la gerbe que tu puisses m'avouer ça en me regardant dans les yeux, saloperie ! » « Ce que t'as l'air crispé ... Tu sais, nous autres les tafioles savons très bien comment détendre les types dans ton genre ... » Agrémentant sa réponse d'un sourire tendancieux, Ken poussa le vice jusqu'à s'humecter les lèvres avec provocation. La réaction ne se fit pas attendre : l'autre adolescent recula d'un pas, comme horrifié par cette proposition indécente à peine dissimulée et le pointa du doigt comme pour le dissuader d'agir. « Ne t'avises jamais de te coller à moi Anderson, sinon je te la coupe ! » Ravalant un sourire méprisant, Kenneth lui accorda un clin d'œil enjôleur avant d'en rajouter une couche, histoire d'être certain cette fois-ci que cet idiot ne reviendrait plus l'embêter de si tôt. « Ohhhhh ! » S'exclama-t-il d'un air faussement intéressé, « c'est pas vrai ! Toi aussi t'aimes le SM ? On pourrait peut-être ... » Il n'eut pas besoin de finir sa phrase : l'intrus s'était enfuit dès lors qu'il l'avait vu plonger la main la première dans son pantalon ... Retirant de sa poche le chewing gum qu'il y cherchait, Ken l'enfourna et reposa son casque sur ses oreilles. Comme si de rien n'était, Vivaldi reprit son concerto et Anderson, lui, replongea dans son bouquin de chimie. En tout et pour tout, depuis qu'il était arrivé dans ce collège, il avait d'abord été autiste, puis intello, puis hypothétiquement membre d'une secte inconnue pour finir par se faire qualifié d'homosexuel en ce jour. Quelle court qu'elle court la rumeur, il n'en avait que faire. Peut-être même qu'avec un peu de chance, d'ici la Fac, quelqu'un allait avoir le bon goût de lui soupçonner un patrimoine génétique extraterrestre ou quelque chose de tout aussi palpitant ... Pour tout dire, il était à chaque fois déçu par les explications simplistes ou bêtes et méchantes que ses camarades de classe offraient comme solution au problème qui semblait en chambouler plus d'un au sein de l'établissement : " mais qu'est ce qui fait que cet Anderson ne se mélange jamais aux autres élèves ? ".

FIN DU FLASHBACK

Brillant élève bien que - vous l'aurez compris - peu trop refermé sur lui-même et pas tellement doué en relation social, Kenneth n'éprouva cependant aucune difficulté à décrocher une bourse d'études qui lui permit de parer à la pauvreté familiale pour partir étudier la médecine dans une université Californienne. Là bas, il fut conforté dans son choix que la médecine et la science en terme plus général étaient faites pour lui. En parallèle (et contre toute attente), le fait d'arriver en terre inconnue sans souffrir des préjugés qui l'avaient accompagné jusqu'alors lui permit de se faire des amis. Des amis qui le trouvèrent tout aussi étrange que pouvait le trouver ses ennemis de Chicago mais qui, à force de patience, parvinrent à l'accepter dans toutes l'ampleur de sa bizarrerie. Mieux, ces derniers réussir même l'exploit de l'ouvrir aux autres et de lui faire se rendre compte que le monde n'était pas seulement peuplé de cons finis. Au final, Ken eut une seconde partie de scolarité beaucoup plus épanouie et fleurissante que ne le fut sa première partie ...

FLASHBACK

Sacramento - Printemps 1997

« Kenneth je te présente Nelly, Nelly, voici Kenneth » Bâclée en deux coups de cuillère à pot dans l'ambiance survoltée de la boîte de nuit, les présentations se résumèrent à cette seule phrase avant que leur ami commun ne se fasse happé par la foule des étudiants en délire maintenant que chacun d'entre eux avait reçu son diplôme. « Salut ! » « Salut ... » « Alors, toi aussi t'as été diplômé aujourd'hui ? » « Ouaip ... » « Extraaaa ! J'ai tellement hâte d'obtenir mon diplôme moi aussi ! J'étudie les médias à l'université du Nord, j'accompagne mon frère qui m'a clairement fait comprendre qu'il ne serait pas en état de conduire ce soir ... » Lui cria-t-elle dans l'oreille pour couvrir le bruit de la musique. « Et toi alors, t'es diplômé de quoi ? Chirurgie aussi ? » « Ouais, plus ou moins ... » Répondit-il en se penchant à son tour vers elle et en constatant - via une vue de premier choix sur son décolleté - que son tour de poitrine valait la peine qu'il enrobe un peu la réalité pour ne pas avoir à essuyer le froid sibérien que l'énumération complète du titre de son diplôme fraichement acquis risquait de provoquer. « Je suis un pro du bistouri en fait. » Éluda-t-il alors avec un sourire volontairement mystérieux. « C'est pas vrai ! Esthétique ? CHIIIIIRURGIIIIE ESTHÉTIIIIQUE ? » Il y avait dans la façon qu'elle avait de s'extasier sur les " i " des mots " chirurgie esthétique " quelque chose qui laissait clairement deviner qu'il était en bonne position pour conclure avant la fin de la demi heure. Ken se mit alors à sourire en opinant du chef, décidément plus qu'atterré par la naïveté des filles de son âge. « J'ai toujours rêvé de me faire refaire les fesses ! Attends, je te montre ! ... Là, regarde, tu les trouves pas un peu trop plates ? » Trop plates ? Le nez à 2 centimètres du postérieur de cette fille qui - debout - le regardait par dessus son épaule, Ken se voyait très largement compromis dans le jeu parfait et stoïque de son rôle de chirurgie prétendument spécialisé dans la chirurgie esthétique. Pour tout dire, il les trouvait très bien telles qu'elles étaient ses fesses, il n'aurait pas dit non à les toucher d'ailleurs ... « N'exagère pas, elles sont pas mal du tout. Cela dit, si tu me demandes mon avis d'expert (tu permets, je te montre du bout des doigts ...) on pourrait peut-être revoir cette courbe là et peut-être même gonfler un peu à ce niveau ... » Au fur et à mesure qu'il parlait, Ken s'en donnait à cœur joie pour lui palper la pêche. C'était jouissif, bénit soit l'étiquette de médecin ! « AH BAH VOILA ! On savait bien que t'étais pas nécrophile Ken ! Et les mecs, regardez ça, y'a le légiste qui pelote la sœur de Ted ! Raboulez le fric, je vous l'avais bien dis qu'il les préférait chaudes et non pas froides ! » Les mains encore posées sur les fesses de la jeune femme, Kenneth se figea et n'eut pas le temps de se protéger le visage que la claque du siècle lui tombait déjà sur le coin de la gueule. A moitié assommé, il s'enfonça - seul - dans le moelleux de la banquette et entreprit de siroter son verre d'un air blasé avec toute la dignité dont il était encore capable après s'être prit un râteau aussi monstrueux ... A croire que la mort n'était pas glamour aux yeux des femmes.

FIN DU FLASHBACK

La carrière de Kenneth en tant que légiste commença à la morgue d'un hôpital publique de Sacramento. Longues et uniformes, les journées se suivaient et se ressemblaient toutes les unes les autres, imperméables aux extravagances de Ken qui - à l'époque - n'étaient pas encore aussi développées qu'à l'heure actuelle car il ne jouissait alors pas du statu d'ancien et d'excellent élément pour compenser la part de folie douce sans laquelle il s'ennuyait (et s'ennuie toujours) ferme au bout de 2 minutes d'inactivité. De jours en semaines et de mois en années, il atteignit l'âge de 32 ans avant que l'une de ses conquêtes laborantines ne lui fasse découvrir l'extraordinaire potentiel de surprise et d'amusement que représentait l'évolution professionnelle au sein de la police scientifique. Intrigué, il se renseigna et se sentit naître l'âme d'un Sherlock Holmes qui le poussa à postuler au job de légiste de référence auprès du procureur de Palm Spring, dans le sud de l'état. Son peu d'expérience étant compensé par son dossier professionnel solide comme la roche, il fut retenu et devint dès lors un expert judiciaire prenant son rôle très à cœur. Le contact avec les inspecteurs, procureurs et autres membres relatifs aux enquêtes concernant les corps qu'on lui demandait d'autopsier sut stimuler son esprit aventurier et le faire s'impliquer sans réserve dans chacune des enquêtes qu'il était amené à suivre. En 2006 cependant, lassé de voir que tout revenait tout le temps du pareil au même et commençant à perdre le goût de son travail d'investigation sur les corps qu'on lui confiait, il accepta - au grand damne de ses collègues qui s'étaient finalement habitués à ses délires sans noms - de répondre à une offre d'emploi restée vacante des semaines durant. Et pour cause, cette offre recherchait un légiste prêt à ne pas compter ses heures supplémentaires dans la ville voisine, Los Angeles, haut lieu de la criminalité, et à Inglewood plus précisément, coin pourri et craignos par excellence. Inutile de préciser qu'on lui déroula le tapis rouge dès lors qu'il se porta volontaire pour le poste ...

En œuvre depuis 5 ans en ville, mais avec une carrière professionnelle qui compte presque 13 années de découpages morbides appliqué, Ken a beaucoup changé. Aussi certainement que l'âge l'a fait s'assumer et devenir un électron libre de plus en plus affirmé, la routine, elle, lui a fait perdre bon nombre de valeurs qu'il avait en tête lorsqu'il a prêté serment ...

FLASHBACK

Inglewood - hiver 2010

Sur un fond de Beethoven dont le volume affreusement élevé aurait presque suffit à réveiller tous les morts de la pièce, Ken dansait autour de sa table d'autopsie. « Ta-ta-ta-tam ! Ta-ta-ta-tam ! » S'exclama-t-il soudain en brandissant son scalpel qui fit gicler quelque goutes de sang presque totalement coagulé contre le mur. Mêlant moonwalk et limbo (on vous laisse imaginer le résultat ...), il entreprit alors de scier les côtes du cadavre avec une désinvolture déconcertante. L'opération traina en longueur, ses mains allant et farfouillant sans dégoût apparent jusque dans les entrailles de la victime. Enfin, dès qu'il eut trouvé ce qu'il cherchait et qu'il eut effectué les prélèvements nécessaires, il s'empara d'un outil à la forme inquiétante et transperça le corps tel un porc en broche. « Lala-la lala-la lala-LA ! » Fredonna-t-il en se détournant de la dépouille pour venir baisser le son de la chaine stéréo et dégainer son portable de façon à composer un numéro pré-enregistré. « Allo monsieur Lackley ? Je vous informe que vous êtes officiellement mort et que vos plombages ainsi que votre fausse emprunte dentaire seront envoyés au labo dès demain matin. J'attends, comme convenu, le virement dont nous avions discuté. Au plaisir ... » Et il raccrocha avant de retourner vers le corps qui était arrivé " X " à la morgue et qui en ressortirait " Lackley ", conformément aux informations que son interlocuteur lui avait fourni contre forte rémunération. Peu scrupuleux quant à l'idée de faire passer ce corps non identifié pour celui d'un truand qui cherchait très certainement à brouiller les pistes, Ken se pencha par dessus la dépouille éventrée et lui pinça affectueusement la joue. « Eh bah voilà, on l'a retrouvé ta maman, fallait pas te tirer une balle comme ça mon coco ! » Gazouilla-t-il joyeusement en prévoyant dors et déjà que l'argent engendré par cette fraude immorale lui servirait à se payer un jetski ou une autre merde du genre qu'il prendrait plaisir à chevaucher le dimanche, après sa partie de golf.

FIN DU FLASHBACK

Il y a peu, l'un des membres du CRASH a découvert à quel point les méthodes de Kenneth n'étaient pas conformes à celles d'un légiste lambda. Y voyant très certainement un moyen d'appuyer encore un peu plus la position de la cellule anti gang au sein des autorités, cet agent - au lieu de le balancer aux affaires internes - se chargea de faire entrer Anderson dans les combines plus ou moins nettes des crash. A partir de ce jour - et ce dans le plus grand des secrets - un nombre incalculable de cadavres abattus de sang froid devinrent les victimes de " morts accidentelles " au même titre que bon nombre de voyous ayant déjà payé notre légiste pour qu'il trafique des autopsies se virent arrêter par la suite pour tentative de corruption sur expert médical ... Avoir le beurre et l'argent du beurre c'est tout un art !






It is what it is


Un poil nombriliste et n'ayant foi qu'en lui-même ainsi qu'en ses propres capacités, Ken n'a pour ainsi dire que faire des tensions qui animent la ville aussi bien que de celles qui animent le système policier tentant de juguler la criminalité toujours plus envahissante. Mieux que ça, il en profite sur bien des points puisque ce sont ces mêmes tensions qui lui assurent un emploi du temps professionnel blindé du premier janvier au 31 décembre ! La pluie de cadavres que provoquent les rivalités entre malfrats lui assure un salaire raisonnable tandis que les extras et les corruptions qu'il s'accorde en parallèle agrémentent son confort financier en plus de casser la routine de son quotidien sinistre (autant le reconnaitre). Peu scrupuleux dès qu'il s'agit de se donner les moyens d'accomplir toutes les folies qu'il chérit tant (saut en parachute, croisières de rêves, technologie dernier cri pour son intérieur etc.), il n'a d'allégeance pour personne si ce n'est éventuellement envers le CRASH qui lui a permis de décrocher une augmentation au vu du nombre d'enquêtes " miraculeusement " bouclées grâce à ses analyses, déductions et prélèvements sur les corps rattachés aux investigations ... En définitive, s'il n'estime pas grand monde dans son univers professionnel, il faut reconnaître que les personnes qui souffrent le plus de son mépris et de son manque de conscience professionnelle sont les victimes qu'il découpe et bafoue à la manière d'un boucher sans affection aucune pour la viande qu'il charcute.






Behind the screen




Pseudo : Marion ira très bien.
Âge : 21 ans.
Comment as-tu connu le forum? : Sur un top site il me semble.
Une remarque? : Je pense avoir déjà tout dit et bien assez vous avoir tenu la jambe dans la section invités ^^' Cela dit je me répète et vous félicite une fois de plus pour ce contexte intéressant. Par ailleurs, serait-il possible de réserver l'avatar le temps que je rédige ma fiche ?
Présence : 5/7 ou 6/7
Double Compte : /
Code du règlement :


Dernière édition par Kenneth Anderson le Dim 10 Avr - 5:31, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 1:24

bienvenue monsieur le fou
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 1:28

Bienvenue "Ken" Razz .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Kenneth Anderson »


Messages : 76

Réputation : 9


MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 1:55

Je vous remercie Smile

EDIT : Je pense avoir terminé ma fiche. Cela dit, vu l'heure, je ne garantis pas que ma relecture ait permis de traquer toutes les fautes. Je peux donc la relire " demain " (disons plutôt " tout à l'heure ") si vous en décelez un trop grand nombre. Bonne journée à tous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 6:04

Bonjouuuuuuuuuuuuuuuuuuur Very Happy Que vous avez de beaux yeuuuuuuuuuuuuuuuuux Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
avatar
« Sean Mourning »


Messages : 541

Réputation : 92


MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 7:05

Bien... Euh... exdr exdr exdr Je sais même pas par quoi commencer, j'en ai perdu mon latin dans la lecture Razz

Euh tiens, commencer par dire que c'est une très très belle fiche, complète et efficace. J'aime beaucoup ton style, c'était un vrai plaisir de découvrir ce Personnage avec un grand P. Mais alors... Surtout...

Je crois que j'ai jamais autant rigoler en lisant une fiche, c'est juste ENORME! exdr Le caractère notamment est littéralement un monument. Je surkiffe déjà le personnage, même plus atypique, carrément extraterrestre à ce niveau là! Bref... J'ai presque envie de passer une annonce en suggérant à tout les membres qui souhaitent démarrer un bon dimanche de lire cette fiche tellement elle m'a enchantée et surtout fait rire. C'est dément XD

Bref, tout ça pour dire que tu es évidemment validé Very Happy Tu peux désormais aller créer tes fiches de liens et de sujets ICI, faire tes demandes ICI et bien sûr passer faire un tour dans le flood ICI pour mieux faire connaissance si l'envie t'en dit.

Au très grand plaisir de croiser ce dégénéré en RP Razz

Much Love Laughs

Sean

_________________
Your streets...
My Rules

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 8:50

Bienvenue man

Il faudra qu'on se croise au cours d'un congrès de médecine ou un truc du genre Razz
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Dalia Lucientes »

Glamorous Beast


Messages : 262

Réputation : 101


MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 9:06

Bienvenue !!!

_________________

I'm gonna fight 'em off
A seven nation army couldn't hold me back


Copyright gif : Livia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Sarah B. Lake »

SWANNever lose hope.


Messages : 91

Réputation : 19


MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 12:30

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 12:52

Bienvenue

Je kiffe aussi ^^ j'imagine assez bien les rencontres au sommet... Avec Ornella qu'est un vrai sphinx, ca peut être épique ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Kenneth Anderson »


Messages : 76

Réputation : 9


MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 14:35

Merciiiiii, quel accueil * sort un smiley niais pour l'occasion * :

Je m'attendais pas à faire sourire autant, allez hop hop hop je vais venir dérider tous ces malabars sérieux et ces mégères frigides Very Happy (si s'avère qu'on essaye d'attenter à mon intégrité physique à cause de cette remarque je nierai en être l'auteur XD)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« DLeylah M. Vasquez »

Al Capone Old Lady


Messages : 311

Réputation : 42


MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 14:39

*narines qui papillotent*

Tu vois Sean !!!! Prends de la graine Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bittersweet-art.net
avatar
« Tia Okland »


Messages : 102

Réputation : 14


MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 14:47

Bienvenue parmi nous. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 14:49

omg ta fiche est superbe !!!!

bienvenue et surtout bon jeu !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Kenneth Anderson »


Messages : 76

Réputation : 9


MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 14:50

953843 Merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 15:04

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   Dim 10 Avr - 15:28

Kenneth Anderson a écrit:
Merciiiiii, quel accueil * sort un smiley niais pour l'occasion * :

Je m'attendais pas à faire sourire autant, allez hop hop hop je vais venir dérider tous ces malabars sérieux et ces mégères frigides Very Happy (si s'avère qu'on essaye d'attenter à mon intégrité physique à cause de cette remarque je nierai en être l'auteur XD)

flic

La mégère n'est pas frigide namého !







Elle cache bien son jeu gniagnia
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Terminé ▬ KENNETH ANDERSON   

Revenir en haut Aller en bas
 

Terminé ▬ KENNETH ANDERSON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.R.A.S.H RPG :: The very beginning :: CRIMINAL RECORDS :: COLD CASES-