AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Café matinal [free]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Café matinal [free]   Lun 4 Avr - 12:19


    Mat sort tout juste de la clinique. Il y a passé une nuit somme toute facile malgré la quantité de dossier à traiter, pas de coup de bourre comme cela arrive de temps en temps à cause d'évènements tous plus invraisemblables les uns que les autres qui peuvent arriver en week-end.
    La nuit avait été calme, mais ce n'est pas pour autant qu'elle n'a pas été pénible à vivre. Mat a du passer la nuit à aller d'une salle à l'autre, et finalement le manque d'activité l'avait un peu déstabilisé. Il passe donc à son bar habituel pour boire un café. Il n'est pas question qu'il s'endorme en entrant chez lui, il a bien d'autres choses à faire. Un bon café bien serré sera donc de bon aloi pour résister à l'endormissement et à la fatigue qui s'accumulent.
    Cela fait à vrai dire presque 48h qu'il n'a pas réellement dormi de tout son saoul. La veille Dawn était arrivée à l'improviste, sans qu'il n'ait eut le moindre contact auparavant, et il a profité de sa sœur quasiment toute la journée, se permettant juste un petit somme de deux heures pendant qu'elle était allée chercher son bonheur dans les magasins de la zone commerciale. C'est en ressassant ses dernières heures que Mat arrive au bar. Il fait un rapide tour d'inspection de la salle et de la terrasse.

    * Pas foule ce matin ici ! *

    Il s'approche du comptoir et appelle le serveur qui prend son service et nettoie son comptoir avec minutie. En quelques mots brefs, ils échangent les banalités de chaque matinée quand ils se voient, parlant du match de la veille ou bien des touristes qui commencent à affluer et qui se font des frayeurs en s'aventurant trop loin des sentiers balisés.
    Mat commande donc son café, serré pour tenir le choc toute la journée, et remercie poliment le serveur avant de se diriger vers une table prise.
    Pourquoi une table prise ? Parce que Mat n'a pas envie de ruminer tout seul dans son coin, et qu'il lui est difficile de ne pas résister à partager son café matinal avec une jolie femme. C'est ainsi qu'il se dirige vers une jolie brune qui s'est attablée. Elle parait plus jeune que lui, mais qu'importe. Elle ne l'a peut-être pas vu arriver, plongée dans son journal et n'a pas encore touché à son café qui est encore fumant et posé au milieu de la table de marbre blanc.
    Arrivée à sa hauteur, il pose sa tasse et sa sous-tasse sur la table, presque comme s'il s'y invitait et demande tout de même d'une voix douce et accueillante :

    « Ca vous embête si je me joint à vous pour ce petit café matinal ? »

    Elle peut toujours refuser si elle le désire, Mat ne lui en tiendrait pas rigueur. On est au tout début de la journée, et les gens n'aiment pas toujours être dérangés à une heure aussi matinale, alors qu'ils sont encore en phase de réveil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Mer 6 Avr - 14:07


[I'm game !!]

Un nouveau jour à Inglewood était toujours un jour plein de défis. Du moins pour Ornella. Le barreau, les papiers, les entretiens, les récriminations... Autant d'occasions de risquer de s'énerver et de finir comme son père à hurler toutes les deux minutes. Fichu caractère italien... Elle avait travaillé dur pour ne plus s'émouvoir à la moindre contrariété, mais le résultat était là.

Cependant la journée n'avait pas encore vraiment commencé : tant qu'elle n'avait pas gravit les marches du palais de justice, elle était juste elle-même, sans les contraintes de son travail. Encore que "contraintes" ne soit pas le mot exact... mais hors du palais, elle n'était pas tenue d'être en perpétuelle représentation, le stylo et le verbe levés pour défendre la veuve et l'orphelin contre les gangs de la pire espèce. A y bien réfléchir, les justiciers avaient changé d'armes... Dans ses moments les plus sombres, Ornella regrettait amèrement la douce époque où il suffisait de pendre un criminel pour n'en plus jamais souffrir. Cela lui aurait évité de revoir cinq fois sur le banc des accusés certains des habitants d'Inglewood...
Ce n'était pas un jour sombre, néanmoins. Elle s'était levée à 5 h, comme d'habitude. Le temps d'un jogging et elle s'était douchée et habillée. Un tailleur pantalon gris anthracite sur un chemisier blanc immaculé. Un maquillage discret soulignait son regard qui était si habile à déstabiliser quiconque posait ses fesses sur le banc des témoins.
Ce matin là, elle avait décidé de prendre son café à l'extérieur. Ses pas l'avaient conduite dans ce café, où elle avait commandé sa boisson, et un muffin au citron. En attendant sa commande, elle s'était installée à une table, prêt de la fenêtre. Jambes croisées, le dos droit, elle aimait regarder les gens au-dehors, voir la ville s'éveiller doucement, sortir de sa léthargie avant l'activité frénétique de la journée. Bientôt, on ne s'entendrait plus parler dans certaines rues, a cause des camions de livraison et des sirènes de police... Mais il était encore tôt.

La serveuse était arrivée avec sa commande, Ornella l'avait remerciée d'un sourire fugitif, alors que la porte s'ouvrit et qu'entrait un homme. Ornella n'y attacha pas plus d'importance que cela. Elle prit le pot de lait et en versa un nuage dans son café. Elle prit la cuillère de sa coupelle et commenca à remuer doucement sa boisson lorsque le nouvel arrivé déposa sa tasse sur sa table.

Elle s'arrêta de touiller son café et son regard alla de la tasse importune à celui qui l'avait posée là. Juste le regard, comme si ses yeux étaient la seule partie mobile de son corps.
Après avoir rapidement inspecté le visage somme toute avenant du nouveau venu, elle tapota le bord de sa tasse avec sa cuillère et la reposa sur sa soucoupe avec un sourire Mona Lisa. Ornella croisa les mains négligemment sur ses genoux et leva cette fois un peu la tête vers lui.

" Tout dépend de la nature de l'embêtement. Comptez-vous boire votre café en silence, ou allez-vous entretenir la discussion ? "

Sans parler d'accent, sa voix avec gardé un timbre particulier, rémanence de sa langue maternelle : bien qu'elle soit née aux Etats Unis, ses parents, son père surtout, lui avait surtout parlé italien dans sa prime enfance.
Elle le fixait avec une lueur amusée dans le regard. Question piège ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Mer 6 Avr - 20:59




    Un petit accent italien s'il ne s'y trompe pas. Voilà la deuxième chose qu'il remarque chez cette femme. Car il ne faut pas s'y tromper, la première ça reste sa sculpturale beauté. Une beauté toute en charme et en détermination. Mat n'a pas eu beaucoup de temps pour l'observer avant de l'aborder et il doit bien avouer qu'elle correspond à ce qu'il s'est imaginé d'elle : compétente et dominatrice, sûre d'elle. Un peu trop peut-être. Mais suffisamment pour que cela se dégage de sa personne.
    aussi n'est-il pas surpris par sa réponse en forme d'interrogation. Mais Mat n'est pas du genre à se laisser démonter par ce genre de répartie cinglante. Au contraire même, parfois les joutes verbales lui manquent. Attention, pas de ces joutes verbales qui sont faites pour rabaisser l'autre ou pour l'inonder de bassesses dont il n'est pas coutumier? Non, des joutes verbales qui vont déterminer lequel des deux en premier lâchera un peu de son territoire pour laisser l'autre y pénétrer. Un jeu de connivence, d'échanges et de respect même s'il en est. Comme une partie d'échec où il faut avancer ses pions sans penser qu'il peuvent prendre ou être pris, mais dans le but que le coup final vous appartienne. La réponse qu'il lui fait est donc toute en interrogation elle aussi :

    « L'inconvénient de vous apporter une réponse aussi directement c'est que nécessairement je vais vous décevoir d'un côté ou de l'autre ... »

    Car le voilà en train de poursuivre une conversation qu'elle a engagée mais à laquelle il ne peut pas déroger par la moindre des politesses. La jolie brune l'écoute, le juge peut-être, l'évalue sans doute, il en est quasiment certain. Pourtant cela ne le gêne pas le moins du monde, il est habitué à cela. Il rencontre chaque jour des dizaines et des dizaines de patients qui se demandent s'ils peuvent ou non lui confier leur corps. Il doit gagner cette confiance, et il sait le faire. Malgré ses apparences parfois froide et distantes, Mat reste un beau parleur. Pas un baratineur, mais un beau parleur : celui qui sait ce qu'il dit et qui le dit de manière juste.
    Le timbre de sa voix aide aussi à cela. Une voix profonde, chaude et sonore. C'est avec cette même voix qu'il reprend avec un sourire aux lèvres.

    « ... Mais il serait un calvaire pour moi de ne pas pouvoir profiter à nouveau de ce petit accent ... italien si je ne me trompe pas ! »

    Voilà donc la balle dans le camp de la belle italienne. La suite de la conversation peut tout à fait être muette et sans doute terriblement dérangeante pour les deux parties. Mais si finement amenée il leur serait plus juste de poursuivre de la sorte. Le regard amusé de Mat en dit long sur l'importance qu'il apporte à ce premier contact. Dragueur invétéré, c'est aussi là qu'il détermine si le jeu en vaut la chandelle. Pourtant il n'est pas forcément sur un plan drague à chaque fois qu'il rencontre une personne, mais il est toujours dans son esprit dans une tentative de séduction vis à vis de l'autre. Il a un besoin impératif de plaire et d'en être assuré.
    A tel point que ça en est maladif chez lui. Mais il est un peu tard pour vouloir suivre une analyse ... à moins que l'analyste en question soit terriblement sexy. Mais que voulez vous, on n se refait pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Jeu 7 Avr - 8:51

L'expression auparavant subtilement avenante d'Ornella se modifia de facon surprenante, sans pourtant qu'elle se départisse de son sourire enigmatique. Tout se passait au niveau du regard : il se durcit, perdant un peu de sa chaleur. A la limite du regard assassin, à vrai dire. Le contraste entre son regard désormais plus froid et son sourire poli pouvait être déroutant.
Cela dit, Ornella se reprit. Le nouveau venu ne pouvait pas deviner le soin qu'elle avait pris à effacer l'héritage paternel de son langage. Il lui fallait donc faire abstraction de cette remarque. D'un clignement des paupières, elle baissa le regard.

" Vous avez de l'oreille. Nombre de mes collègues n'ont jamais rien remarqué... "

Nouveau clignement, et ses yeux se posèrent à nouveau sur Mat. Ils avaient repris leur lueur amusée. Ils sondaient son vis à vis, tentant de deviner ses intentions réelles. Un jeu qui s'appuyait moins sur le hasard qu'il n'y paraissait : le corps exprimait au moins autant de choses que les mots. Elle l'avait largement expérimenté dans les salles d'interrogatoires et les cours de justice. Et si elle n'avait pas la virtuosité de ces mentalistes à la mode, elle se flattait d'avoir de bonnes notions du langage corporel.

" Mais si le compliment est plaisant, je pense que vous exagérez un peu... Je crois que, éconduit, vous trouveriez rapidement un autre accent à flatter..."

La commissure de ses lèvres se plissèrent un peu plus, goûtant son plaisir. Il était sans aucun doute habitué à plaire, et à sa réponse, elle devinait qu'il appréciait autant les préliminaires que leur conclusion. Elle ne pouvait que lui donner raison. Même lorsque cela ne menait à rien, les premiers échanges étaient toujours stimulants.
Qui plus est, elle aussi était habituée à plaire - sans prétention, il suffisait de faire le compte de ceux qui l'abordaient, malgré sa froideur apparente - et de fait, elle avait pris l'habitude de faire le tri de ses prétendants sur les premiers mots échangés. Ceux qui n'étaient pas capables d'aligner trois mots n'avaient aucun intérêt. Et puis ce mode de sélection était nettement plus stimulant que de se baser uniquement sur le physique.
En l'occurence, il semblait que Mat était bien pourvu sur les deux tableaux.

" Pas nécessairement... Si mon choix est déja fait, il y a une réponse satisfaisante. Par contre, éluder la question vous sera préjudiciable... "

Cette fois, son regard se fit taquin.

" Ne pas choisir pour ne pas perdre... mmh... c'est renoncer en fait... "

Bon nombre d'hommes avaient tendance à lui laisser la main en toute occasion, espérant lui plaire. Pourtant, la confrontation était stimulante, et un homme avec du caractère était nettement plus intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Ven 8 Avr - 20:40



    Répartie cinglante !
    Prends ça dans ta face Gregan. Le bon docteur accuse le coup. il essaie de ne pas trop le faire remarquer, mais elle vient de marquer un point. Toutefois, il n'est pas homme à renoncer. Au contraire même. Professionnellement il a eu des choix à faire et sans que ces derniers ne prêtent à conséquences, il les a toujours assumés. Mais si ce ne sont pas toujours des choix de vie ou de mort, il s'est agit tout de même de choix cruciaux pour la vie des gens. Il l'embarque alors là-dedans histoire de se dédouaner, d'avoir le dernier mot, comme il aime le faire souvent. Pourquoi pas se faire plaindre tant qu'on y est ou même se montrer sous un jour scintillant. Si elle peut le vénérer, il n'en ressentira que plus d'orgueil.
    Un sentiment qui n'est pourtant pas le sien, mais qu'il aime éprouver. A moins qu'il ne s'agisse d'une fierté déplacée, mais le résultat est le même au final.

    « Non, je ne renonce jamais ... Mais parfois un choix se doit de murir pour être le meilleur. »

    Mais lui ne veut ni perdre ni gagner. Il veut mener le jeu et la discussion à son compte. Laisser vaincre en faisant croire qu'il n'a toujours eu la mainmise sur la chose ou tout bonnement l'inverse. Voilà qui torture inconsciemment son esprit afin de parvenir à ses fins.

    « ... Et quoi de mieux que de laisser la main pour faire fructifier ce choix ? »

    A la manière d'une partie de poker ou d'une partie d'échec même. Les dés ne sont jamais jetés avant la dernière prise, ou la dernière carte, celle qui fait passer les moments de détente et de plaisir dans une sphère bien au delà, presque inaccessible. Celle de la jubilation ! Il connait de nombreux dictons et adages qui montrent combien il est délicat de montrer son jeu bille en tête ... il en connait tout autant qui expriment que cacher son jeu est dangereux. Il tente donc de se trouver entre ces deux eaux. Honnête et franc, mais mystérieux sur de nombreuses choses.

    « ... mais dans tout ça peut-être que mon choix et déjà fait ! »

    Ou comment parler pour ne rien dire. Voilà où le mène ses insinuassions et ses discussions parfois stériles. Il n'est jamais sûr de trouver ce qu'il cherche, mais il est sûr que ce qu'il ne recherche pas ne s'attarde pas sur lui de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Sam 9 Avr - 14:19

Elle plissa légèrement les yeux. Ainsi il jouait à ca ? Il venait de perdre une part de son intérêt.

"Ou laisser du temps pour laisser maturer un choix donne toute latitude à sa variation... Mon choix déja fait, ne vaut-il pas mieux prendre le risque de vous tromper plutôt que de me laisser celui de changer d'avis ?"

Elle secoua vaguement la tête en haussant un sourcil, avec une trace de scepticisme à son encontre. Elle n'avait pas encore changé d'avis, mais elle se demandait néanmoins si elle ne ferait pas mieux.

"Beaucoup d'hommes croient que les femmes n'aiment pas qu'ils imposent leur volonté. Ils croient marquer des points en passant tous leurs caprices. Ca marche sans doute avec les écervelées que vous rencontrez autours de quelques flutes de champagne..."

Elle l'imaginait bien entouré de groupies, toutes plus blondes les unes que les autres, et trop heureuses de l'attention réelle ou supposée qu'il pourrait leur accorder.

"Pourtant cela revient de nouveau à instaurer une inégalité dans la relation. Si l'homme renonce à tout ses plaisirs pour ceux de la femme, et que celle ci a tout pouvoir, dites moi où se trouve le respect ?"

Elle marqua un silence, le regard à nouveau acéré, la tête légèrement penchée.

"Je me demande si vous renoncez à vos... plaisirs avec toujours autant de désinvolture ?"

Le double sens était volontairement clair.
Son sourire s'élargit à nouveau et elle se redressa. Elle aurait pu poursuivre et lui renvoyer la balle une nouvelle fois, mais elle avait un horaire à respecter, tout comme lui, sans doute. Et elle ne comptait pas passer son petit déjeuner à se dévisser la nuque pour pouvoir le regarder en face.

"Quoi qu'il en soit, dans le cas qui nous préoccupe, je pense que votre choix a été fait dès l'instant où vous avez fait un pas un direction de cette table, tout comme le mien à la seconde où j'ai ouvert la bouche : vous ne comptiez pas venir jusqu'ici pour rester coi, tout comme je n'allais pas vous poser cette question pour ensuite vous renvoyer à votre bar."

Elle désigna la banquette en face d'elle.

"Aussi allez jusqu'au bout de votre intention et asseyez vous avant que nos cafés ne soient imbuvables."

Cela permettrait aussi sans doute de mener la discussion sur d'autres domaines, et continuer de le jauger. Même s'il avait perdu quelques points, il était peut être quand même digne d'intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Dim 10 Avr - 12:58



    Mais que fait-il encore debout ? En temps normal ça aurait fait des lustres qu'il se serait assis aux côté de la jeune femme à sa table. Sans chercher à obtenir une réelle permission. Mais voilà, la place n'est pas disponible. Un sac de cuir et une liasse de documents se trouvent sur la chaise qu'il aimerait tout à fait occuper. Mais il sait trop bien combien le sac d'une femme est précieux à ses yeux. Le genre d'objet qu'un homme n'a pas le droit de toucher. Sans doute moins qu'à sa virginité s'il en croit son expérience, et cette dernière est à ce point rodée qu'il sait de quoi il parle. Il se renfrogne un peu et s'adresse finalement à elle en lui montrant du menton la place qui n'est finalement pas tout à fait disponible.

    « C'est que la place me parait occupée ... »

    Devant les yeux incrédules de la jeune italienne, il comprend alors son mépris et se demande s'il n'y a pas quelque chose qu'il aurait raté dans cette conversation. Il se peut que ces affaires là ne lui appartiennent pas et qu'en fin de compte elle ait mal interprété la plupart de ses propos ... hésitation ou recul, il s'agissait tout simplement d'un concours de circonstances.

    * Défavorable *

    Mais Mat n'y peut plus rien faire. Il attend une réponse plausible ou pas, une réaction qui pourrait venir d'elle. ou de lui si elle lui affirme que ces affaires ne lui appartiennent pas le moins du monde

    « ... Je pourrais alors avoir le loisir et le plaisir de partager des moments moins équivoques en bonne compagnie ... »

    Il regarde son café une dernière fois, une petite vapeur s'en échappe encore, signe qu'il est encore chaud. Pourtant, il est du style à le préférer très chaud ou alors froid frappé, mais entre les deux cela ne lui convient pas. Voilà toute la contradiction d'un homme qui sait ce qu'il veut mais qui sait aussi laisser à l'autre la place qu'il mérite. S'il la mérite bien entendu. Mais il n'a aucun doute sur le mérite de la jolie brune dont il ne connait le nom pour l'instant. Mais cela ne saurait tarder.

    « ... je m'appelle Mat »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Dim 10 Avr - 13:25

[han le fourbe ^^ soit, je prends :p ]

Ornella coula un regard en coin à ses affaires. En bon avocate, elle avait tendance à emmener avec elle tout son bureau soigneusement rangé dans sa sacoche en cuir offerte par son grand-père - le sénateur, pas le mafieux - lorsqu'elle obtint son diplome, une demi-douzaine de dossiers en cours pour poursuivre son travail dans le confort de son appartement et bien sur son sac à main.
L'argument était valable, en effet. Il était vrai néanmoins que cet empilement avait une vertu protectrice : il empêchait l'incrustation inopportune d'un quelconque soudard qu'elle n'arriverait pas à faire décoller de sa chaise. La preuve en était. Vu l'aplomb de... Mat donc, elle avait l'intuition qu'il n'aurait pas hésité à s'installer avec la même désinvolture qu'un chat cherchant un endroit confortable. Mais il méritait une petite chance, elle l'avait déja décidé et Ornella était d'humeur à bavarder.

Avec un sourire amusé, elle se leva pour mieux ramasser ses affaires, et déposa le tout par terre, à ses côtés, le plus loin de Mat. Cordiale, mais pas idiote non plus.

Elle se réinstalla, lissant son pantalon pour ne pas le froisser - ce n'était pas le jour : une plaidoirie difficile l'attendait, il n'était pas question d'ajouter à la difficulté en étant mal mise. Elle reprit sa position préférée : jambes croisées, les mains croisées posées sur ses cuisses et le dos droit. Et elle avait repris à la fois son sourire en coin et une expression avenante. Une présentation remettait les compteurs à zéro, d'une certaine manière. Elle inclina légèrement la tête.

" Je m'appelle Ornella Di Marzio. "

Elle estimait que séparer son prénom de son nom donnait une certaine familiarité, lors d'une premiere rencontre, qui n'était pas toujours souhaitable. Et puis pour pouvoir revoir - ou éviter - une personne, autant connaitre son identité dans son entier. Cela faisait partie d'un tout.

Elle porta sa tasse à ses lèvres et bu une gorgée de café sans lacher Mat du regard. Elle baissa néanmoins les yeux pour remettre la tasse dans sa soucoupe. Elle aurait aimé pouvoir lui donner du M Quelque-chose, mais puisqu'il ne lui en avait pas donné l'occasion...

" Alors dites-moi... Mat... "

Elle leva un sourcil, amusée.

" Aurez vous le plaisir d'ouvrir le feu ? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Dim 10 Avr - 13:54



    Ouvrir le feu ? Mais c'est déjà fait !
    Sans qu'il n'y paraisse ou que cela soit trop visible, Mat brûle déjà d'une excitation tout à fait extraordinaire de cette rencontre. La rencontre en elle-même est banale, mais la femme qui lui fait face, qui semble disposer d'un aplomb et d'une retenue à tout point remarquable l'a déjà fait entrée dans la catégorie des inaccessibles pour Mat. Mais ce mot là il l'a rayé de son vocabulaire de dragueur depuis bien longtemps déjà. Tant qu'il n'a pas pris de façon équivoque son râteau dans la poire notre séducteur s’évertuera à trouver la faille qui lui permet d'envisager une seconde fois ou même une suite logique à ses envies. Même un sourire de connivence peut lui suffire à condition qu'il en décèle parfaitement les intentions.
    Plus la rencontre avance et plus il parvient à la discerner. Jambe croisées, mains croisées, langage corporel évident de celle qui refuse de s'ouvrir à l'autre. Mais il peut peut-être essayer de déverrouiller cela. Il sent qu'il en est capable, en avançant doucement et sûrement. Il a déjà pris quelques mauvais point en omettant de préciser son nom de famille, il s'en est aperçu à la manière dont elle laissa la phrase en suspens en s'adressant à lui, mais il ne daigne toutefois pas compléter son patronyme. De toute façon, elle l'aura oublié lorsque ce café matinal sera fini, à n'en pas douter.

    * Arrête ton défaitisme Gregan ! *

    Oui, pour passer de l'autre côté d'un mur, il n'est pas toujours nécessaire de le détruire ou de tenter de l'enjamber. Parfois le contourner peut s'avérer plus simple. Détour qu'il essaie de prendre sans chercher outre mesure à se mettre en avant. Pourtant, cela le démange !

    « Bien entendu Ornella ... je me demandais si ma présence était vraiment inopportune ou si c'était juste une façon de me tester ... mais je pense avoir ma réponse. »

    Réponse qu'il évite soigneusement de lui donner. Restant dans sa propre logique de mystère et d'inconnu. On ne change pas une technique et un caractère rodés depuis de multiples années.
    Il porte alors son café à ses lèvres et en hume l'arôme intense avant d'en vider la moitié avec délectation. Plaisir sensible et émotif, recherche imminente de la spontanéité et de l'intensité de ce breuvage si mystérieux.

    « Voilà un plaisir que l'attente permet de savourer à son juste titre ... N'est-ce pas ? »

    Il se doute que ses possibles origines Italienne font d'elle une experte en café. Surtout que le rapide coup d’œil qu'il avait lancé à sa tasse lorsqu'elle l'avait remise en place sur sa soucoupe lui avait appris que la blancheur du lait avait rendu le breuvage légèrement marron.

    * Capuccino italiano ! *
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Dim 10 Avr - 16:04

Ornella baissa les yeux sur sa tasse d'un air dubitatif. Sans atteindre le niveau de pauvreté de certains cafés américains, le contenu de sa tasse ne pouvait pas rivaliser avec ce qu'on pouvait servir dans le quartier italien. Ou mieux encore, dans le salon de sa mère : elle avait une authentique machine à expresso d'importation, le genre de chose introuvable sur ce continent, et achetait son café en grain dans les meilleures épiceries de la ville. Ceux là seuls méritaient de ne pas être altérés par une touche de lait. A voir la vitesse avec laquelle Mat avait vidé la moitié de sa tasse, il trouvait visiblement celui-ci à son goût.

"Je dirais que c'est une question de point de vue... je n'attendais pas ce café précis avec impatience, mais il est certain que le chemin à faire pour déguster un bon cru en décuple le plaisir... "

Elle lui lanca un regard entendu : elle connaissait de meilleures adresses, s'il était vraiment amateur. De café.

Elle prit le temps de détacher un morceau de son muffin et d'en avaler cette bouchée avant de répondre. Bien sur que la réponse n'était pas difficile à trouver : si elle n'avait effectivement pas voulu de sa compagnie, elle n'aurait pas manqué de le lui faire savoir. Et vertement qui plus est. Il était évident qu'elle avait voulu le tester.

Elle sentait que derriere cette apparente légèreté, Mat placait ses pions. Ornella n'était pas sûre qu'il ait un but précis, mais plutôt qu'il préparait toute éventualité.
Elle soupconnait d'ailleurs qu'il l'évaluait avec le même soin. Elle avait une bonne idée de la facon dont les autres la percevait - elle prenait d'ailleurs beaucoup de soin pour entretenir son image -, mais elle se demandait ce qu'il en déduisait. Ce genre de considérations futiles ne menaient généralement à rien, mais elle savait d'expérience que tenter de deviner les conclusions de l'autre le rendait souvent plus intéressant qu'il ne l'était vraiment. En l'occurence, il ne semblait pas démonté outre mesure par sa réserve...

Pour ce qui était de sa question, elle ne risquait pas grand chose à une réponse directe. Effectivement, la réponse avait quelque chose d'évident.

" Je ne crois pas qu'on vienne seul dans un café sans accepter l'éventualité d'une rencontre. Mais vous conviendrez que toutes les rencontres n'ont pas la même... saveur... Et c'est sans doute le domaine où les dégustations sont faciles à faire. "

Non, qu'il l'ait abordée n'était pas un problème, et bien sûr qu'elle avait cherché à le tester.

Elle reprit une gorgée de son café, gardant sa tasse en main.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Mer 13 Avr - 15:25



    La jolie italienne maîtrise son sujet, c'est évident. Et Mat comprend combien d'hommes ont du se casser les dents sur sa répartie facile et de haute volée. Mais bien entendu pour lui rien n'est plus intéressant que de se frotter à ce genre de personne. Bien sûr cela ne sera jamais à la hauteur de ce qu'il a pu connaitre avec la belle Clara par le passé. Rien n'égalera jamais cela d'ailleurs. On n'a peut-être qu'une âme soeur en ce bas monde et Mat l'avait trouvé. Il s'étaient quittés. En bon terme certes, mais l'attirance qu'ils éprouvaient ne pouvait être surfaite. Si elle l'avait été, ils se seraient fourvoyés. Mais ni l'un ni l'autre n'avait eu l'occasion de se l'avouer. Sans doute trop enfermés dans leur propre réalité. C'est ainsi que vont les choses. Et si Clara n'est plus là, il arrive encore à Mat d'y penser.
    Mais Ornella n'est pas Clara même si elle se refuse à lui céder le moindre morceau de terrain. Alors il cherche à aller de son côté, sans aller à l'affrontement qui a déjà eu lieu quelque part dans son esprit et qui s'est à présent apaisé.

    « Je ne suis pas amateur de café ... Mais les rencontres m'intéressent au plus haut point. »

    Il ne précise pas "les rencontres féminines", mais cela peut aller de soi pour qui connait un peu notre homme. Pourtant, rien ne l'empêche jamais d'être quelqu'un de social et de volontiers aimable en société. D'ailleurs, il n'a pas choisi la voie de la médecine pour rien. Mat est un homme d'échange et de construction de lien social. A ce titre, il prétend donc pourvoir trouver quelque chose d'intéressant dans chacune de ses rencontres, aussi courte soit-elle.

    « Discuter, disserter, échanger, communiquer argumenter ou même polémiquer ... voilà de nombreuses choses qui me permettent d'aller de l'avant. »

    Mat aurait pu être avocat. Enfin presque. Il ne voit tout de même pas d'un bon œil les avocats qui tentent par tous les moyens d'aboutir à une contre vérité. Lui, il est plutôt pour la justice même si paradoxalement dans son cabinet, il soignera aussi bien un tueur en série qu'un enfant accidenté. Question de conscience professionnelle !
    Il rajoute alors pour confirmer son propos :

    « Au risque même de paraitre parfois totalement désorientant pour mes interlocuteurs ... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Jeu 14 Avr - 14:10

Alors qu'il parlait, Ornella prit un nouveau morceau de son muffin. Il n'était pas mauvais, bien que cela n'égale pas ceux de la boulangerie située au palais de justice. Les muffins y étaient savoureux, c'était notoirement connu. Il était aussi de notoriété publique que tout nouvel employé du palais, et plus encore les nouvelles prenaient facilement 5 kg dans les premiers mois de leur embauche à cause de cette même boulangerie. La rancon du succès, sans doute... Les juristes du palais étaient un vivier inépuisable pour les spécialistes de la liposucion. elle pensa notamment à Kirsten Silvers, une des greffieres les plus anciennes du batiment... une espèce de cargo qui croisait dans les couloirs du palais, toujours vêtue de couleurs criarde, avec une choucroute sur la tête en guise de coiffure. Kirsten consommait son pesant en muffins chaque mois et affichait une cholesterolemie dramatique. Ornella aurait pu avoir de la sympathie pour elle si elle n'avait pas en prime la facheuse manie de jouer avec les agrapheuses et n'avait pas tendance à se poser en victime à tout bout de champ.

Quoi qu'il en soit, donc, le petit déjeuner se passait bien, d'autant mieux que la compagnie était intéressante. Jusque là, elle ne regrettait pas. Elle ne se génait pas pour détailler Mat. Force était de constater qu'il était beau garcon. Il prenait soin de lui, et elle soupconnait qu'il devait cacher sous sa chemise un corps sympathique. Le meilleur était que s'il était conscient de son charme, il n'en faisait pas non plus toute une histoire. Un point pour lui ; les bellatres qui en rajoutaient la rendaient hargneuse.

Elle écouta sa réponse et sourit un peu plus largement.

" Ca c'est intéressant... "

Elle prit sa tasse pour boire une nouvelle gorgée de café. Elle garda sa tasse en l'air, la tête légèrement penchée sur le côté. Elle avait bien envie de le provoquer sur ce domaine.
Bien sur elle aussi aimait bien les échanges, c'était presque une nécessité professionnelle. Et plus ils étaient houleux, plus elle appréciait. Une discussion où tout le monde est d'accord est d'un ennui mortel.

" Désorientant jusqu'à quel point ? "

Autant voir de suite à quel point il pouvait être intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Jeu 14 Avr - 20:51


    Désorientant !
    On peut le prendre dans le sens qu'on veut. Et dans un tel cas, on peut même le prendre dans tous les sens, le plaisir n'en est que décuplé. Le tout étant de rester maître de la situation et de doser les efforts pour parvenir exactement là où il voulait en venir. Rien n'est plus jouissif à ses yeux que d'atteindre le moment le plus opportun avec un timing parfait. Être en phase avec ses émotion et son ressenti. C'est ça le crédo de Mat. Et pour jouer sur les émotions et sur les sensations, il peut presque se targuer sans vantardise d'être un des meilleurs dans son registre. Peut-il cependant se permettre de lui dire cela de la sorte. C'est équivoque certes, mais c'est aussi ce qui fait le charme d'une telle réponse. Le fait qu'il puisse jouer sur deux tableaux est à la fois excitant et parfaitement déroutant. Il s'expose mais il aime ça. Vivre dangereusement ou mourir d'ennui. Le choix et vite fait à son esprit.

    « Désorientant jusqu'au point de non retour. Il existe des situations déroutantes qui nous invitent à partager et à communiquer certains choses. C'est quelque chose que j'adore emmener en douceur et insinuer de façon subtile. Le rentre dedans c'est pas franchement ma tasse de thé ni mon style, et il est tellement plus facile de s'imposer dans une ambiance apaisée ... »

    Mat la regarde, l’œil vif et attentif. Elle ne semble pas sourciller, mais un sourire s'affiche sur ses lèvres. Est-ce un sourire entendu ou bien intrigué par cette réponse évasive et tout à fait désorienté ? A moins que son esprit en face une réponse orientée ! Dans les deux cas Mat se demande comment poursuivre en toute légèreté. Faire retomber un peu la pression avant de reprendre les ébats. voilà qui est intéressant.

    * J'ai pensé ébats ? *

    Et oui, on ne se refait pas Doc ! Esprit mal placé ou lapsus révélateur, il semble tout à fait en peine de devoir se justifier. Sauf que sa pensée est restée en l'état. Et il valait peut-être mieux.

    « Mais j'aime bien prendre mon monde à revers et chercher la petite bête qui dérange parfois. Je titille là où ça dérange ... et j'avoue que ça me plait réellement. »

    Titiller oui. C'est ça son truc titiller jusqu'à faire exploser l'autre. De colère ou de plaisir, ça dépend des cas, mais dans les deux cas, il en éprouve une satisfaction personnelle intense et profonde. Un plaisir que peu comprennent, mais qu'il ne boude pas, au contraire même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Ven 15 Avr - 14:15

[Bon je m'excuse, suite à un plantage de connexion, j'ai perdu une partie de ma réponse... Ca démotive du coup, donc ca risque d'être pas gégé...]

Ornella savourait le moment en connaisseuse. Elle appréciait cette discussion impromptue, qui démarrait sous de bons auspices. Il savait ce qu'il voulait, et surtout, il n'avait pas peur de s'exposer et de se mettre en porte-à-faux. Moins mouton que loup, caché sous un emballage séduisant. Un mélange sympathique... Elle sourit à nouveau plus largement, le regard pétillant d'intérêt. Il avait réussi à la harponner. Un point pour lui. Et puis, déformation professionnelle, elle ne manqua pas de relever une sorte d'incohérence.

" Pour quelqu'un qui dit ne pas aimer le rentre-dedans, vous ne manquez pas d'aplomb... pour beaucoup, s'inviter ainsi à une table équivaut déja une approche agressive. Habituellement, ce sont plutôt d'abord des échanges de regards langoureux au dessus d'un verre, en attendant une invitation subtile à s'approcher, et ca finit en rires nerveux... La plupart des femmes qualifierait ce genre d'approche comme quelque chose de subtil et délicat, comparé à votre facon de faire... "

Elle n'avait pas forcément le romantisme en haute estime. A dire vrai, d'ailleurs, elle préférait qu'un homme l'aborde franchement comme Mat l'avait fait. Les oeuillades et roucoulades qui s'éternisaient, très peu pour elle.
Mais une discussion qui se voulait intéressante demandait deux partis, et elle n'avait aucun scrupule à prendre à son compte même les arguments auxquels elle ne croyait pas. Déformation professionnelle, je vous le dis ! D'ailleurs, par réflexe, elle était sortie de sa réserve et avait quitté le dossier de sa chaise pour mieux souligner son discours et ... s'imposer un peu plus. En gros, elle s'était enflammée, ornellement parlant. Elle n'avait pas levé la voix ni changé de débit, mais ce simple changement de posture prouvait qu'elle avait quitté son attitude passive.

Parallèlement, elle se demanda s'il faisait preuve de la même subtilité dans tous les aspects de sa vie... Elle avait éludé d'éventuels sous-entendus et réprimé bien vite les arrières pensées - quoi que la dernière fois commencait à remonter - et se demanda ce qu'il pouvait bien faire comme métier, car après tout, être le plus souvent à contre-pied n'était pas pour s'attirer les meilleures amitiés sur son lieu de travail, et s'il avait une clientèle, il devait forcément mettre de l'eau dans son vin. Elle-même ne pouvait décemment pas se comporter avec les juges et les victimes comme elle traitait son équipe et ses collègues. Elle eut une pensée fugitive pour ses deux souffre-douleur préférés, Clorissa et Kenneth et eut un sourire en coin. Très différents, mais le "problème" était le même : elle ne les prenait pas dans le sens du poil. Encore que Kenneth devait aimer passer pour une choucroute.

" N'allez pas me faire croire que vous passez votre temps à contredire votre entourage juste pour le plaisir, sinon vous seriez bien isolé... "

Triple question : famille, collègues, métier. Ou comment faire dans l'efficace en une phrase, et avec élégance, je vous prie !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Mar 19 Avr - 13:58

Ornella Di Marzio a écrit:
Encore que Kenneth devait aimer passer pour une choucroute.

Phénoménal !!! cheers 235259 mister red



    Oui, c'est paradoxal et Mat l'est à plus d'un titre.
    Mais il est ainsi fait, même pris la main dans le sac, il trouvera toujours une pirouette plus ou moins habile pour s'en sortir. On pourrait presque appeler ça de la mauvaise foi c'est vrai. Mais il trouve surtout que ça rajoute un peu de mystère et d'humour à son caractère. Pourtant pas tout le monde peut aimer ça. Certains y trouvent à redire, pensent de lui qu'il est arrogant et fier. Il n'en est rien réellement, mais si c'est cette image qu'on veut lui coller, il n'ira certainement pas s'en décoller au risque de perdre son temps dans des paroles inutiles.
    Pourtant, il existe bien quelques personnes vers qui il n'hésitera pas à faire ce chemin et Ornella fait partie de ces personnes là. A priori inaccessibles, pleines d'une autonomie et d'un détachement qu'il sacralise de façon un peu trop importante. Oui, le type de personne qu'il aime rencontrer et à qui il aime prouver qui il est réellement. Ni foncièrement bon ni mauvais. Lui tout simplement.

    « Heureusement, je ne contredis pas tout, seulement ce sur quoi j'ai des convictions tout à fait ancrées. Ou si je suis certain de montrer à quelqu'un qu'il existe une faille dans son raisonnement ... Mon métier ... »

    Il ne lui a pas encore parlé de son métier, et il s’apprête à le faire de façon tout à fait honnête et droite. Dans son métier, il lui arrive de faire des concessions, mais très rarement. Il se souvient que lorsqu'il était aux urgences, il lui arrivait de prescrire des placebos pour aider certains patients qui attendaient une réponse de sa part, un traitement efficace qui les sortirait de leur misère. Et parfois ça marchait. Mais il savait aussi dire non et orienter de façon tout à fait sincère un patient qui cherchait à lui prouver qu'il était malade. Est-ce que ça faisait de lui quelqu'un de complaisant ou d'antipathique ? Pas qu'il sache.
    Mais dans sa nouvelle branche il doit bien concéder qu'a début il a peu été regardant sur les raisons de certaines personnes, préférant largement les émoluments qu'on lui faisait miroiter que la déontologie pure. Mais il en revient peu à peu.

    « Je suis médecin ... et dans ma profession, il est important d'écouter le patient et de comprendre ce qu'il a a dire. Mais il est aussi important de diagnostiquer et de faire la part des choses. Peser le pour et le contre, se remettre en question fréquemment ... C'est un peu ce que j'applique au jour le jour dans ma façon d'être. Je cherche toujours à savoir s'il n'y a pas une alternative quitte à pousser le bouchon un peu loin ... quitte à rester sur ma première impression aussi ... pas girouette, mais recherchant la perfection !»

    Voilà une dernière phrase qu'il peut méditer car la perfection n'existe pas. Ou peu. Ou alors mériterait un débat. La perfection du physique quant à elle il s'évertue à la trouver chez certaines clientes. Mais ce n'est qu'un leurre après lequel il court et courra longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Mer 20 Avr - 20:34

[ Merci, je l'aime bien aussi, celui ci ^^ ]

Ornella avait posé son coude sur sa jambe croisée, légèrement penchée en avant. Elle prit une nouvelle gorgée de café avant de jeter un coup d'oeil sur sa montre ; il lui restait encore un peu de temps avant de rejoindre son bureau au tribunal, et d'oeuvre sur un dossier sans doute sordide qui l'attendait au milieu d'une dizaine d'autre tout aussi peu reluisants. Cependant, elle était de moins en moins pressée.

" Je vois parfaitement ce que vous voulez dire... "

Chercher la faille, l'exploiter et prouver à la partie adverse qu'elle a tort ? Hellooo, on est completement dans son champ de compétence ! Elle s'autorise donc un regard entendu à celui qui s'avérait donc être médecin. Encore plus intéressant. Au moins était-il plus cultivé que le dernier abruti soi disant modèle pour une grande marque de chaussures et tellement imbu de lui-même qu'il ne passait pas les portes... ou du moins n'aurait-il pas du, cela aurait évité à Ornella le désagrément de sa compagnie : il lui avait tenu la jambe pendant plus d'une demi heure, jusqu'à ce qu'agacée, elle lui broie un doigt.
En l'occurence, elle avait rarement été aussi éloignée des envies de mutilation pour cause de balourdise.

Elle comprenait parfaitement son point de vue. A peu de choses prêt, elle aurait pu transposer son discours à son propre métier. Peser chacune de ses décisions, qui peuvent mettre en jeu la vie d'une personne... Oh bien sur, elle ne tiendrait jamais littéralement la vie d'une victime ou d'un accusé entre ses mains mais lorsque cela peut entrainer une peine de prison à vie, voire la peine de mort dans certains Etats, n'était-ce pas tout aussi capital ?

Elle nota aussi qu'il n'avait pas parlé d'entourage... absent ou camouflé ? Voila un mystère bien divertissant aussi, voire même intéressant.

En attendant, elle opina du chef, maintenant son sourire entendu et intéressé.

" C'est une facon de faire intéressante et qui a au moins l'intérêt d'ouvrir rapidement des perspectives, pour peu qu'on veuille les voir. Pourtant à trop se remettre en question, vous n'avez pas peur de vous perdre ? Et pour quelle perfection ? La votre ou celle des autres ? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Lun 25 Avr - 12:10



    Se perdre, oui, ça lui est arrivé, est plus d'une fois même. Mais au final s'était généralement pour mieux se retrouver et pouvoir vivre à nouveau une vie intense à sa pleine mesure. On n'en a qu'une et il est important de la vivre à fond en tentant de se forger ses propres opinion et ne pas suivre comme un mouton.

    « Bien sûr que ça m'est arrivé ... plus d'une fois même ... L'important ... »

    La phrase reste en suspens quelques secondes, le temps pour lui de capter le regard de sa belle interlocutrice et de lui offrir un sourire discret et charmeur. Sourire qu'il masque presque aussitôt en approchant sa tasse des lèvres et en terminant son breuvage en deux petites gorgées.
    Tout cela pour mieux reprendre, presque aussitôt, plein d'une confiance en lui inébranlable comme jamais, ce qui fait sa force mais aussi sa faiblesse pour tout dire :

    « ... L'important c'est de vivre les choses intensément, ne rien regretter et assumer chacune de mes décisions. chercher à comprendre et à discuter, ne pas me montrer tel un mouton de Panurge ... j'ai la l'impression d'avoir nue place à prendre dans ce monde, aussi insignifiante soit-elle, et je ne veux pas rater l'occasion de le faire ! »

    Tout ceci se rapproche un peu du déterminisme et de la fatalité même s'il n'ose jamais l'évoquer. Car la fatalité vient à l'encontre de ce contre quoi il se bat : la mort d'un quelconque individu. Enfin, ça c'était avant car depuis qu'il a du faire face à ses créanciers et ouvrir sa propre clinique, il sauve moins de vie qu'il n'en accommode et trouve souvent cela tout à fait déplace. Mais il s'est juré de reprendre ses activités à l'hôpital lorsqu'il se sera refait une santé financière. Mais pour ça, il doit d'abord faire fructifier son investissement dans sa clinique privée. Et si les affaires marchent plutôt correctement, ce n'est pas encore gagné pour lui.

    « ... ce n'est donc pas une perfection individuelle que je recherche ... disons plutôt un équilibre des choses ! Chez les chinois, la perfection est symbolisée par le yin et le yang ! »

    Mais l'explication rationnelle reste compliquée à donner pour lui. Vivre et mourir, noir et blanc, vrai ou faux ... il cherche à savoir et ne se contente pas d'un vague mélange de gris. Ni même d'un ton entre gris clair et gris foncé. Il lui faut trouver la voie et pour cela il sait qu'il doit se montrer exigeant avec lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Lun 25 Avr - 20:42

" Ambitieux programme ! "

La philosophie n'avait jamais vraiment été son fort. Ou plutôt l'état d'esprit familial incitait plutôt à croire au "on se forge sa propre destinée", ce genre de choses. Même si Dieu tient une énorme place dans son éducation - italienne oblige - , elle n'en estime pas moins que s'il y a une place à prendre, c'est parce qu'elle l'aura choisie. Chose qu'elle s'emploit à faire jour après jour.

" Même si vous assumez vos décisions, penser qu'il y a une place qui vous attend ne vous dédouanerait pas des conséquences ? Si... Quelqu'un, quelque chose, j'ignore votre confession... a prévu quelque chose pour vous, alors ce que vous faites pour le mériter n'est pas votre faute. Cela dit, je vous l'accorde, c'est sans doute le meilleur moyen de vivre pleinement les choses ! "

Elle eut un petit rire avant de terminer son muffin et de le noyer dans une gorgée de café. Sa tasse était pratiquement vide, mais elle n'avait pas envie d'en rester là. Pas encore. Il lui restait encore quelques minutes avant d'avoir besoin de héler un taxi pour être à l'heure au tribunal.
Elle se redressa dans sa chaise, regardant Mat un certain temps avant de poursuivre. C'était beaucoup de confessions pour un café aux aurores, mais ce n'en était que plus intéressant. Restait à savoir quelle était la part de risque, et quelle était la part de blabla sans intéret. Ce qu'il délivrait était-il vraiment un fond personnel, ou de l'esbroufe ? Elle s'interrogea à nouveau sur le fait que lui n'avait encore posé aucune question, tout en remarquant en elle même que c'était souvent le meilleur moyen d'attirer l'attention : elle même pratiquait la chose assez régulièrement. Souvent. Ok, tout le temps. Elle était passée maître dans les silences mystérieux et les regards insondables sous le feu nourrit des questions de ses interlocuteurs.
Néanmoins Mat avait titillé sa curiosité dès l'abord. Et elle était de bonne humeur, qui plus est. Elle se posa néanmoins la question de la tournure de ce café si elle s'était conduite comme souvent : silencieuse et insondable, attendant que l'autre ouvre le feu...

" Et vous pensez l'atteindre un jour ? Certaines théories partent du principe que l'équilibre est une multiplication de chaos qui s'harmonisent eux mêmes. Chercher à les annuler revient à perturber l'équilibre... Alors votre harmonie se base-t-elle sur de multiples imperfections, ou l'éradication de ces dernières ? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Sam 30 Avr - 20:13



    Mat tente de comprendre ce qu'elle veut lui dire. Pour lui répondre, il pourrait tout à fait lui expliquer qu'il n'est pas croyant. Que les prophéties et autres choses de ce genre n'ont guère d'influence sur sa façon d'agir. Lui il est scientifique avant tout, ce qui ne l'empêche pas de croire que la vie à un sens et que l'homme doit tenir la place qui doit être la sienne comme dans une vaste équilibre. Et il en revient donc à la dernière question de la jolie brune à laquelle il ne parvient pas réellement à répondre de façon précise.
    Oui, il gomme les imperfections chez certaines personnes alors que chez d'autres, il fait avec ce qu'il y a. La chirurgie esthétique n'est pas si magique que ça en réalité. Celui ou celle qui aura le crâne d'une certaine forme ne pourra pas se retrouver avec la tête d'un autre d'une façon tout à fait exacte. Mat se considère donc à mi-chemin entre les deux.

    « Et bien je suis entre les deux, il existe des imperfections qu'on peut gommer et d'autres avec lesquelles il faut vivre. C'est comme ça. Je ne me prends pas non plus pour Dieu, comme certains gratte papiers peuvent l'écrire parfois. En médecine on essaie de minimiser les risques et de faire vivre les gens, c'est vrai et parfois on aide la nature pour certaines choses ... comme aider les femmes à procréer ou d'autres choses encore ... mais en aucun cas il ne s'agit de vouloir surpasser nos prérogatives. L'homme fait partie de la nature, il y a une sélection naturelle qui se fait l'homme a juste la possibilité d'influer là-dessus ... mais il ne peut pas décider ! Et c'est là que c'est différent. »

    Mat comprend alors qu'il est parti sur des discussions métaphysiques un peu importantes et qu'il doit faire perdre son temps à cette jolie jeune femme. Sans doute préfèrerait-elle parler d'autre chose. Mais lancé comme il est dans la discussion, il ne s'aperçoit pas de ce genre de détails. Par contre il s'est aperçu qu'il était absolu dans son raisonnement et qu'il était peut-être allé un peu loin.

    « Je parais peut-être un peu direct et vindicatif, mais j'aime ma profession et quand parfois les médias nous accusent de maux de la sorte j'ai tendance à en vouloir à la terre entière. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Dim 1 Mai - 11:58

Ornella sourit franchement à sa dernière répartie. Vindicatif ? Elle avait connu pire. Témoins hostiles, accusés sur la défensive et avocats de la défense belliqueux étaient son quotidien. Elle jonglait avec les humeurs à longueur de temps. Alors Mat lui paraissait bien inoffensif. Et trop charmant pour être vraiment méchant. Mais d'un autre côté, elle avait assez d'expérience pour savoir que les apparences pouvaient être trompeuses.

Elle appréciait par contre que les gens soient passionnés par leur sujet. Ce qui était le cas de Mat. Il devait probablement être bon dans son genre. Elle l'avait découvert, la passion amenait le plus souvent la qualité, quelque soit le domaine. Elle comprenait aussi son agacement face aux médias : elle même avait largement eut à faire avec les journalistes, et elle n'avait que mépris pour ces gens. Au mieux. Au pire... ma foi, certains n'osaient même plus approcher le palais de justice, vu leur passif avec la procureure : les méthodes du procureur Di Marzio ne faisaient pas l'unanimité, et certains auraient bien aimé l'épingler pour des motifs allant du vice de forme à la corruption pure et simple.

" Ne vous excusez pas. Beaucoup de gens sont parfois bien trop heureux de fouiller dans les affaires des autres plutôt que de s'occuper des leurs. Il est souvent plus facile de traquer les démons des autres que d'affronter les siens... "

Elle pencha légèrement la tête sur le côté, considérant Mat un instant. Les considérations d'évolution et de la justification des actions humaines par rapport aux croyances la laissait froide, le plus souvent. Pour elle, si Dieu avait donné pouvoir aux hommes d'apprendre à faire ce qu'ils faisaient, c'est que Dieu avait un dessein pour cela. C'était aussi simple que cela.

" C'est un avis que je partage. Il y a bien assez de cas de guérison - ou de mort - inexpliqués pour savoir qu'il existe encore des choses qui nous échappent. Votre..." - Elle sourit vaguement en le regardant droit dans les yeux. - " ... humilité est intéressante, pour un médecin. Beaucoup de vos confrères se prennent, eux, pour Dieu. Ils ne tolèrent pas leur échec ni de ne tout maitriser. Le plus souvent. "

Elle tendit la main pour prendre une nouvelle gorgée de café, la dernière, et jeta un nouveau coup d'oeil à sa montre.

" Je crains d'avoir à vous abandonner seul à votre café dans quelques minutes. Le devoir avant tout. Et les horaires aussi... Dommage pour la discussion... "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Sam 14 Mai - 15:56



    La discussion prend donc fin de la sorte. Il est vrai que ce genre de rencontre matinale avant d'aller au travail se soldent souvent par une fin qu'on ne comptait jamais voir venir. Parce que les journée de boulot sont moins amusantes que les conversations de comptoir, parce que la vie est parfois plus agréable lorsqu'on en parle que lorsqu'on la vie réellement. Mat comprenait toutefois que cette possibilité de poursuivre les choses ne se concrétisent pas, c'était un problème récurent et il fallait savoir y faire face.
    Ainsi va la vie.


    - Vraiment dommage ... effectivement ...

    Répondit-il sans se lever. Elle le ferait la première et il l'accompagnerait à ce moment là. Pour lui dire au revoir pour lui montrer qu'il est aussi un galant homme, bien que la façon dont il s'était imposé pouvait laisser penser le contraire. Mais avant de la laisser partir, il sait qu'il va lui demander autre chose. Une nouvelle rencontre sans doute, ou pourquoi pas un numéro de téléphone.
    Il sort alors de sa propre poche une petite carte de visite sur laquelle se trouve ses coordonnées. L'adresse et le numéro de sa clinique, bien évidemment, même s'il n'envisage pas la trouver parmi ses clientes, mais aussi un numéro de portable qui lui permet d'être joignable à n'importe quel moment.

    - Voici ... ma carte ... Ce n'est pas une proposition pour intégrer la clientèle de ma clinique non ... mais c'est une façon de pouvoir me joindre ... dans n'importe quel cas.

    Il la lui tend, elle la prend. Un instant elle détache ses yeux de Mat pour les porter sur la carte qu'il lui a donné. Un sourire aux lèvres, mais elle n'en dit pas plus. Lui la regarde avec un sourire plus franc et n'hésite pas à lui dire de façon tout à fait directe.

    - Le numéro de portable est aussi mon numéro ... privé et personnel ...

    La justification se suffisait à elle-même.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Sam 14 Mai - 18:46

[taratata qui te dit que je vais la prendre la carte Razz ]

Ornella prit donc la carte avec un sourire. Elle prit le temps de lire les informations de ladite carte, avant de lever un regard amusé vers Mat. Les coordonnées de sa clinique... en effet, peu de risque qu'elle en franchisse un jour le seuil. En tant que cliente en tout cas. Pour le reste...

La encore, il n'était pas du genre d'Ornella de faire la cour à un homme, si on pouvait dire. Les appels à de semi-inconnus n'étaient pas son genre. D'ordinaire, c'étaient les hommes qui prenaient l'initiative de l'appeler dans un premier temps. Se faire désirer, ne pas paraitre trop facile, était une des clés de la séduction. Par contre, le fait que Mat lui donne une carte professionnelle était une ouverture, en un sens. Rien ne l'empêchait de sortir la sienne.

La carte de Mat négligemment coincée entre deux doigts, elle considérait Mat d'un air songeur. Valait-il la peine qu'elle lui tende sa carte ? Y avait-il un intérêt à éventuellement le revoir ? Elle se posait la question pour la forme : elle avait déja répondu à la question pour elle-même. Il avait piqué sa curiosité, n'était pas facilement désarconné, et était beau garcon...

Elle se pencha sur le côté pour glisser la main dans son sac pour en tirer sa carte professionnelle. Ornella Di Marzio, procureure. Elle lui tendit sa carte avec toujours son sourire en coin.

" Je pense qu'il est de bon ton de vous donner la mienne. C'est la ligne directe de mon bureau... "

Ce n'était pas son numéro personnel, mais il n'aurait pas à passer par le standard du tribunal, ni même par Chlorissa. Ce n'était pas le cézam de son appartement, mais c'était une porte ouverte... A lui de tenter sa chance...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Sam 14 Mai - 20:48


    En retour elle lui tend une carte. Et voilà bien ce qu'il attendait en réalité. Il préfère prendre les devants dans ce genre de rencontre. Il est tout à fait du style à rappeler. Mat regarde la carte du procureur de la république. Un peu impressionna, il ne savait pas quelle était sa fonction au juste. Il est un brin admiratif et comprend alors la prestance dont elle avait fait preuve à de multiples occasions. Il est évident qu'il est plus facile de se faire entendre lorsqu'on est capable d'en imposer par sa seule présence.
    Mat observe rapidement la carte, mais ne s'y attarde pas plus que ça. Il est largement plus intéressé par les descriptions supplémentaires qu'elle lui fait. Il se peut que d'ici peu il n'hésite pas à l'appeler. Quitte à passer pour un idiot au sein même de son cabinet. Mais il le fera.

    « Ligne directe ? ... parfait ! »

    Il garde un instant la carte dans la paume de sa main, sans plus la regarder puis poursuit avec un ton enjoué et tout à fait sincère :

    « Dans ce cas j'appellerai ... il me plairait de pouvoir discuter de choses et d'autre avec ... »

    Il porte la carte devant les yeux, même s'il sait exactement ce qui y est écrit. Il jette un coup d’œil vers le carton, comme s'il faisait semblant d'y lire la fonction de la jeune femme, mais son regard ne cesse de capter celui d'Ornella qui semble apprécier le comique de la situation :

    « Madame le Procureur ... wouaoh ! »

    Son ton semble sincèrement impressionné il n'y a rien de moqueur dans son esprit.
    Mat glisse alors la petite carte dans la poche de son veston. Il le mettra réellement en place lorsqu'il aura l'occasion de prendre son portefeuille et de le ranger un peu. Replacer sa carte de crédit et insérer sa monnaie dans la petite poche zippée prévue à cet effet.
    Si on lui avait dit avant ce matin qu'il aurait l'occasion de discuter en privé avec le Procureur du comté , il aurait franchement trouvé ça drôle. Mais là non seulement c'est la vérité, mais en plus il serait amené à la recontacter d'ici peu.


Dernière édition par Mat Gregan le Dim 15 Mai - 14:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Ornella Di Marzio »


Messages : 287

Réputation : 41


MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Dim 15 Mai - 9:13

Ornella avait posé la carte de Mat devant elle et la repris en main. Elle était amusée de l'étonnement sincère de Mat. Elle fit mine elle aussi de relire la carte du médecin et lui rendit son regard.

" Je pourrais vous retourner le compliment... Ce n'est pas souvent que je rencontre le propriétaire d'une clinique, fusse-t-elle d'esthétique. "

A son tour, elle glissa la carte de Mat dans ses affaires, avec l'intention de mieux la ranger plus tard. Elle avait bien songé une fraction de seconde à la glisser dans son décolleté, mais avait repoussé l'idée aussi vite : c'eut été du plus mauvais goût, et d'un vulgaire qui ne lui ressemblait guère. Elle se contenta donc d'incliner la tête.

" Ce n'est pas grand chose... Il s'agit d'un poste d'avocat comme d'un autre. Simplement on représente l'Etat au lieu de clients civils. "

Et qu'on représentait la justice implacable sur son district. Un rôle qu'elle avait endossé avec un plaisir infini, mais elle tachait de n'en pas trop faire étalage. Somme toute, faire preuve d'une certaine modestie face à sa mission était un autre moyen de rester crédible face à ses détracteurs. D'autre part, c'était aussi une bonne méthode pour que personne ne soit tenté d'imaginer qu'elle était corruptible : un fonctionnaire qui fait son travail sans trop en faire attirait moins l'attention. Et puis ses méthodes et son caractère lui valaient déja de se faire remarquer, peut être plus qu'elle ne l'aurait voulu.


" En ce cas, j'attendrai votre appel alors. Il serait effectivement intéressant de poursuivre cette discussion. "

Elle fit un signe de tête à la serveuse pour qu'elle lui règle sa commande, et commenca à se redresser. Il était plus que temps de rejoindre son bureau.
La journée allait etre très productive, Ornella en avait l'intuition, et cette charmante rencontre n'y était pas étrangère.

La serveuse s'approcha avec l'addition et la posa sur la table, pendant qu'Ornella plongea à nouveau la main dans son sac pour en sortir son porte monnaie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   Dim 15 Mai - 14:25


    Mat sort à son tour son porte-feuille. Loin de lui l'idée de vouloir se montrer trop altruiste, il résiste à l'envie de lui payer sa consommation. Mais il se dit que c'est à charge de revanche et que la prochaine fois ce sera lui uniquement qui prendra la commande à son compte. Il doit bien exister à proximité du bureau de madame le procureur un petit café sympa ou un restaurant qui pourrait faire l'affaire pour une rencontre ultérieure.
    De son porte feuille, il retire un billet de 5 $ qu'il glisse dans la coupelle que vient d'apporter la serveuse. Il connait trop bien le prix du café et de nombreuses consommations ici pour avoir à faire l'addition mentalement... Avec ce qu'il a mis, il y a largement de quoi payer les deux consommations, mais il se dit que ce qui restera fera office de pourboire pour la serveuse. Et vue l'affluence matinale, elle risque de ne pas avoir grand chose de plus ce matin. Sans doute aura-t-elle plus de chance à midi si le coup de bourre fait partie de son service.

    « Tout le plaisir est pour moi ... »

    Finit-il par lui avouer. Il se lève alors en même temps qu'elle et n'hésite pas à l'accompagner un instant, jusqu'à la porte d'entrée, qu'il lui ouvre en se dérobant pour la laisser sortir d'un geste qui parait tout à fait naturel et sans fioritures superflues. Une fois qu'ils sont dehors, il attrape ses lunettes de soleil dans la poche de sa veste et les déplie. Il regarde une dernière fois la belle Ornella avant de lui faire ses adieux pour la journée. Que sera cette journée pour tous deux d'ailleurs ?
    Il n'en sait rien, mais il sent qu'il va rapidement hésiter à décrocher son combiné à son cabinet. Un peu chevaleresque, mais au moins il ne perdra pas son temps en réflexions inutiles qui pourraient lui apporter bon nombre de problèmes personnels.

    « Je vous souhaite une bonne journée Ornella. »

    Ses mains se portent sur sa tête où il dépose les branches de sa monture et délicatement, il abaisse les verres fumés devant ses yeux. Leurs directions sont opposée et ils partiront tous deux en se tournant le dos. Peut-être que l'un d'eux se retournera ...
    Ou peut-être pas. Mais quoi qu'il en soit, la journée de Mat bien de débuter sous les meilleurs auspices

    « A très bien tôt ... »

    Le sourire est franc et les yeux rieurs, même s'ils sont derrière ses lunettes.
Revenir en haut Aller en bas
« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Café matinal [free]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Café matinal [free]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.R.A.S.H RPG :: RP's-