AccueilCalendrierFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Call me doc (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Call me doc (pv)   Dim 3 Avr - 3:35

  • Dieu sait que par moment il m'arrivait de faire de grosses conneries, ce n'est pas pour rien que Sean m'engueulait souvent en raison de mes diverses frasques découlant de mon trop plein d'agressivité, tel que mon saut de l'ange avec ce suicidaire ce matin mais je me réservais un truc un peu plus dingue, en quelque sorte ma cerise sur le gâteau alors que j'avais passé par le centre commercial et avait empêché un fou furieux de braquer une banque mais bon je m'avais pris une balle dans l'abdomen...faut dire que la racaille de la ville semblait prendre plaisir à me prendre pour cible et puis je m'étais forgé une carapace à cet effet. Bien sur cette balle de petit calibre s'étant logé dans mon abdomen m'incommodait, cette légère brulure avait tendance à exacerber mon caractère de chien et ma soif pour la violence ne se trouvait qu'inassouvie.

    Je me devais de faire soigner cette plaie mais je savais que le personnel médical avait la langue bien pendue et que mes collègues des affaires ternes en seraient immédiatement mis au parfum alors j'eu l'idée de génie, il serait encore plus approprié de parler d'une Matthewesque, je disais donc que j'eu la brillante idée de prendre les choses en main et de m'improviser médecin de fortune.

    J'arrivai à l'hôpital et saluant quelques personnes au passage, des amis de ma Juliet (que j'aimais plus que ma propre vie et pour qui je braverais les plus grands dangers tellement mon coeur battait à tout rompre pour elle) et puis je me dirigeai vers un membre du personnel soignant qui me devait un énorme service car j'avais sauvé sa fille des griffes d'un proxénète et lui expliquant mon état il me proposa de m'aider mais je lui fit comprendre que je voulais m'assurer que personne n'en sache quoi que ce soit alors qu'il valait mieux que je fasse tout moi-même; il me suggéra alors de me diriger vers une salle d'examen du deuxième étage qui ne devait pas être utilisé pour au moins deux semaines et puis comme personne n'avait fait l'inventaire, nul ne se rendrait compte que quoi que ce soit manquerait des suite de ma visite...bref cela allait être le crime parfait.

    Je me dirigeais vers la salle qui m'avait été désigné en me retournant à quelques reprises de crainte d'avoir été suivi, j'avais une peur bleue qu'on me surprenne car non seulement je tentais de tromper mes collègues afin de dissimuler une blessures mais en plus j'allais commettre un crime grave, l'exercice illégal d'actes médicaux était passible de lourdes conséquences sur le plan juridique mais bon par moment fallait savoir se montrer audacieux et l'audace je connaissais.

    Arrivé dans cette salle , qui m'avait été désignée, je ferma la porte derrière moi et je retira lentement ma chemise souillée par le sang et donc l'impact de la balle avait laissé sa trace. Je me leva, non sans difficulté, et j'ouvris une armoire afin de prendre tout ce que j'allais avoir de besoin ( désinfectant, scalpel, aiguille et fil ) afin de me livrer à mon acte de boucherie...euh je veux dire à ma pratique illégale de la médecine. Ouvrant un tiroir je vis une bouteille de scotch, ca allait s'avérer un excellent anesthésiant me disais-je, je porta cette bouteille à mes lèvres afin d'en boire une bonne rasade et prenant le scalpel j'entrepris de me pratiquer une incision avant de me saisir de cette petite paire de pince et de retirer la balle, non sans me mordre la lèvre inférieur afin de ne pas crier; prenant ensuite le fil et l'aiguille j'entrepris de me faire les points de sutures afin de refermer la plaie mais au moment ou j'allais mettre le point ultime à ce crime parfait, la porte commençait à s'entrouvrir...me voila démasquer, je venais de me faire prendre les culottes baissées...ma défense allait devoir être à la hauteur car si jamais le bruit se répandait non seulement j'allais au devant de gros ennuis mais j'allais aussi éclabousser des gens à qui j"étais redevables...je regardais donc en direction de la porte, avec une certaine appréhension tout en reprenant ma chemise afin de l'enfiler du mieux que je le pouvais dans ces circonstances.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Juliet Hupston »

•• I'm an angel, yours!


Messages : 106

Réputation : 11


MessageSujet: Re: Call me doc (pv)   Dim 3 Avr - 4:20


J'avais eue une journée mouvementé à l'urgence et pourtant, j'étais resté calme. Cela semblait rassurer la plupart des patients voyant que je ne paniquais pas ou que je ne semblais pas débordé par les évènements comme plusieurs de mes collègues. J'allais prendre ma pause quand un membre du personnel médical m'interpelait et me trainait jusqu'à son bureau. Il n'avait même pas fini de m'expliquer la courte situation que j'avais prit la fuite pour me rendre à l'endroit indiquer. Ouvrant la porte de la pière très doucement, afin d'éviter de faire sursauter Matthew et de le faire se blesser encore plus.

»» Raah Matthew !!! Tu me rends complètement folle et c'est pas qu'au lit... Lançais-je une fois à l'intérieur de la pièce en l'apercevant le visage de couleur très pâle. Je soupirais en venant le rejoindre et en posant mes mains sur mes hanches en petit signe de mécontentement. J'attrapais son poignet pour prendre son pouls afin de m'assurer qu'il était dans un état normal. Bon, il avait encore le stress et ce n'était pas nécessairement très bon pour lui en ce moment. Une chance que l'on m'avait averti contre le gré de Matthew et que j'étais arrivé avant qu'il n'est un malaise autre que sa blancheur.

»» Donne moi ca espère de suicidaire à la noix ! Dis-je en lui prenant ce qu'il avait dans les mains et en m'empressant d'enfiler une paire de gant. Bien sur, je n'étais pas médecin, mais j'avais beaucoup plus de savoir qu'il n'en avait pour exécuter une telle tâche. Et surtout, ce n'était pas moi la blesser qui pourrait sous l'effet de la douleur donner un coup et me retrouver avec l'aiguille mal placé.

»» Comme si personne viendrait me dire que mon homme est blessé et qu'il a décidé de jouer au docteur sans les compétences.... Lançais-je en posant doucement ma main libre sur son tee-shirt et en venant tirer dessus pour qu'il me laisse voir. Je lâchais un soupir en voyant l'état de la plait qu'il avait agrandi en voulant faire ce qu'il ne savait pas faire seul.

»» Je veux que tu t'allonges et que tu restes là jusqu'à ce que tu aies repris des couleurs et surtout que j'ai terminée... Et c'est l'infirmière qui ordonne et la petite amie fait dire que l'homme a intérêt d'écouter.... ! Demandais-je en le regardant droit dans les yeux et en tirant sur une petite table en y mettant le matériel et en allant sortir quelques outils dont j'aurais besoin pour m'assurer qu'il était bien soigné. Je vous jure les mecs, enfin surtout le mien....


Dernière édition par Juliet Hupston le Sam 21 Mai - 14:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://do-you-believe.forum-canada.com/
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Call me doc (pv)   Mer 6 Avr - 21:05

    On raconte souvent que le courage et la témérité sont deux valeurs qui se côtoient allégrement et force est d'admettre que j'en étais la preuve la plus probante car en effet il m'arrivait de faire montre de courage et de bravoure mais aussi de stupidité tel que pouvait le prouver ma présence dans cette salle d'examen. En effet il était brave de se porter à la défense de la veuve et de l'orphelin comme je pouvais le faire mais il pouvait également s'avérer stupide et suicidaire de s'improviser médecin afin de m'extraire la balle mais je ne pouvais me permettre de voir cette blessure documentée dans mon dossier ... on me retirerait de la circulation afin de m'imposer une période de repos et je me refusais d'envisager une telle possibilité, je devais faire la lumière sur ce qui nous était arrivé à moi et ma chérie c'est donc pourquoi je me devais de foncer tête première dans le tas.

    Je venais de refermer la plaie du mieux que le pouvais, je dois avouer que mes connaissances en matière de chirurgie relevaient davantage de la boucherie que de la médecine moderne mais bon j'avais déja aidé une femme à accoucher alors la médecine ca me connaissait, du moins c'est ce que je me disais dans ma petite tête. Mais rapidement je quitta cet état de sérénité et de calme apparent lorsque j'entendis la voix de Juliet retentir, après qu'elle eue refermé la porte derrière elle. Je savais qui avait vendu la mèche et croyez-moi j'étais bien décider à faire payer ce chien à la langue trop pendue.


    Chérie...t'en fais pas c'est presque rien, il fallait pas te déplacer pour si peu, y'a des gens plus amochés que moi dans cet hoptial.

    Bien sur je me laissais faire par ma chérie car je dois admettre que sa colère bien apparente éveillait en moi des pensées on ne peut plus sexuelle, elle me faisait un tel effet et que dire de la douceur de ses mains et de son parfum si envoutant...j'étais vaincu tel Napoléon un soir de conquête en Belgique.

    Hey

    Lui dis-je sans trop de conviction lorsqu'elle me retira mon éventail médical, moi qui aimait jouer au docteur et voila qu'elle me retirait se plaisir que j'avais à me charcuter. Je l'écouta railler lorsqu'elle me fit comprendre qu'il était stupide de ma part de penser que personne ne la préviendrait de mon état...elle avait raison j'aurais du opter pour un autre dispensaire.

    Hey tu me chatouille avec ta main furtive et baladeuse....tu sais si tu voulais que je te fasse un strip fallait me le demander...j'aurais dit oui

    Lui dis-je avec humour, c'était dans ma nature de blaguer alors que le moment n'y était pas toujours des plus propices et étant donné qu'elle semblait devenir de plus en plus autoritaire et que je connaissais ma femme mieux que quiconque je décidai de lui obéir car après tout déja que la fréquence de nos ébats sexuels était devenu égal à celle du ramassage des ordures par la voirie, je craignais que cette fréquence change pour devenir égale à celle de la production d'une déclaration d'impôt...une fois par an...aie aie aie mon kiki allait bientot produire de la poudre, j'étais mieux de me laisser faire tout compte fait.

    Tu m'excites quand t'es autoritaire comme ca mon coeur

    Lui dis-je de ma voix que je voulais des plus troublante et sensuelle, j'aimais bien lui changer les idées...surtout lorsqu'elle était furax contre moi et croyez-moi en ce moment elle l'était plus que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Juliet Hupston »

•• I'm an angel, yours!


Messages : 106

Réputation : 11


MessageSujet: Re: Call me doc (pv)   Jeu 7 Avr - 1:24


»» Je te chatouilles.... t'en ait certain chéri ? Lançais-je en arquant les sourcils me disant que j'étais probablement trop douce et ce même si j'étais fâchée contre lui. Je devais lui faire savoir que je l'étais réellement et qu'il m'avait fait une peur bleu. Quoi de mieux qu'une petite douleur sur sa blessure pour lui faire savoir qu'il choisissait mal le moment pour faire une joke. J'ouvrais rapidement le contenant du produit pour désinfecter le plus fort que je possédais et en mettait sur un linge. J'affichais un petit sourire tout innocent alors qu'il continuait de me sortir des phrases complètement stupide. Visiblement, il avait reçu un coup qui lui avait amplifier les remarques stupide. Parce qu'il avait souvent l'habitude de m'en sortir quelques-unes par jour. Je posais brusquement le morceau de tissus imbibé directement sur sa blessure mal refermé de longue seconde. Je savais que même s'il ne risquait pas de démontrer sa douleur, il en aurait et j'arrêtais de faire pression en envoyant le tout dans la corbeille. Puis j'attrapais le matériel nécessaire pour lui faire des meilleurs points de suture.

»» C'est sur qu'une situation comme celle-ci m'excite mon amour... je suis toute mouillée ! Répondais-je sur un ton complètement neutre et en lui lançant un regard découragé. Que voulez-vous, je n'avais pas vraiment la tête à penser à m'envoyer en l'air avec et ce n'était pas d'aujourd'hui. J'avais beaucoup changé de ce côté depuis la perte de notre enfant. Car avant cet incident, disons que j'étais très active sexuellement et que je me foutais en quelque sorte de l'endroit quand nous en avions envie. Mais j'avais changé et je crois que cela n'aidais pas à notre couple. Mais l'amour était toujours présent et je crois que sans cela, nous n'y serions pas survécus. Le problème ne venait pas de lui, mais vraiment pas vu le nombre de fois par jour ou il tentait de me faire l'amour, mais plutôt de moi. Je me sens toujours coupable de la mort de notre fils.... Enfin, sachez que j'aime comme une petite folle Matthew et qu'il reste l'homme de ma vie. J'ai juste besoin de temps....

»» Silence et laisse moi te faire des points de suture qui tiendront plus qu'une journée ! Dis-je en venant planter une première fois l'aiguille dans sa peau pour commencer à donner un meilleur allure à sa blessure.


Dernière édition par Juliet Hupston le Sam 21 Mai - 14:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://do-you-believe.forum-canada.com/
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Call me doc (pv)   Dim 10 Avr - 23:58

    Si vous saviez à quel point je m'en veux pour tout ce qui est arrivé dans le passé, cet enfant perdu...cet attentat raté, ma période de coma, tout...je le répète tout est de ma faute et je l'assume complétement. C'est exactement ce qui me torture et qui me fait le plus mal, même que par moment je m'isole pour pleurer un bon coup en me disant que sans moi elle n'aurait jamais gouté à toute ces souffrances. Une chose est sure, je me déteste pour tout ce que je lui impose et j'aimerais bien changé mais je crois qu'au stade de ma vie ou je suis rendu il est trop tard, de toute façon je sais très bien que ma tête est mise à prix, autant par les truands que par les affaires internes...un de ces quatre je serai de l'histoire ancienne mais pour le moment je dois me montrer fort afin de lui laisser, à tout le moins, l'impression que je maitrise la situation et puis je me dois de la protéger du mieux que je le peux, si jamais qui que ce soit osait lui faire le moindre mal je ne pourrais pas me le pardonner.

    j'étais passé maître dans l'art de faire diversion en utilisant des conneries de mon cru afin de lui laisser croire que la situation ne m'atteignait pas mais dans le fond c'était tout le contraire, toute ma vie la mort avait semblé s'amuser à roder autour de moi...au début elle était venu faucher mon frère, ensuite des amis, des proches et des collègues mais voila qu'elle avait décidé de s'en prendre à cet enfant qui devait naître dans les prochains mois...la vie était tellement injuste, j'aurais préférée qu'elle vienne me prendre, c'est surement ce qui explique mon débordement de violence, je cherchais à me venger de cette vie injuste...je devenais cinglés, et ce, de plus en plus chaque jour.

    Bien sur ma princesse

    Lui dis-je lorsqu'elle me demandait si j'étais sérieux lorsque je lui disais qu'elle me chatouillais, j'étais un macho fini alors croyez-moi j'étais trop orgueilleux pour lui avouer que je souffrais et puis c'est justement ce sentiment de souffrance qui me faisait réalisé à quel point je devais faire en sorte de ne plus jamais baisser ma garde afin de toujours être un coup en avance sur la racaille qui semblait vouloir continuer d'en découdre.

    Je la connaissais bien et je savais qu'elle allait profiter de la moindre occasion de me faire payer le prix, après tout elle n'approuvait pas toujours ma conduite et, en me mettant à sa place, je parvenais aisément à comprendre pourquoi. Il me paraissait sage de ne rien ajouter, après tout je n'avais pas envie de la provoquer. Je la laissais faire, même si par moment elle me faisait mal, je tentais de profiter de ce moment de silence et de répit afin de réfléchir, me demandant comment avions-nous pu en arriver là, c'est vrai on s'aime encore comme des fous mais pourtant il semble s'être creusé un fossé entre nous....j'étais paralysé par la peur de la perdre.

    Elle avait raison mes points n'était pas très bien fait et puis elle avait plus de compétence en ce domaine que je pourrais jamais espérer en avoir, je décidai de m'abandonner à ses bons soins....c'était plus sage après tout.


    Merci d'être venu ma princesse , je sais que je ne suis pas toujours facile à vivre

Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Juliet Hupston »

•• I'm an angel, yours!


Messages : 106

Réputation : 11


MessageSujet: Re: Call me doc (pv)   Jeu 14 Avr - 1:29



»» Arrête de dire n'importe quoi ! Je t'aime Matthew, mais je trouves juste que tu prends de trop gros risque par moment... Mais je comprends, c'est ton travail ! Répondais-je en ce qui concernait le fait que mon amoureux se disait être difficile à vivre. Bien que pour les autres, il devait être une vrai peste, ce n'était pas le cas quand nous étions seuls tous les deux. Vous en avez la preuve qu'avec moi, il est très calme et se laisse tout bêtement faire sans chercher à me contredire. Bien que quand je me fais draguer j'ai un peu plus de difficulté à le retenir...

»» J'ai déjà perdue quelqu'un que je comptais chérir de tout mon coeur... et je n'ai pas envie de perdre l'homme de ma vie.... Murmurais-je comme pour moi-même sans vraiment me rendre compte que j'avais pensée tout haut. Je continuais de lui faire les quelques points de sutures qu'il lui fallait. Depuis la perte de notre fils, je m'était beaucoup trop refermé sur moi-même en remettant tout sur ma faute et surtout sur le fait que je n'aurais jamais due quitter notre chambre. Matthew avait été toucher par ma faute alors qu'il aurait surement réussi à nous sortir de cette merde si j'avais gentiment écouter ses paroles. Mais c'était fait et je ne pouvais pas revenir sur mes actions pour que notre vie reprenne comme je l'avais laissé. Car tout avait changer à cause de moi et je m'en voudrais probablement toute ma vie.

»» Voilà, c'est terminée... et beaucoup plus présentable qu'à mon arrivé ! Dis-je une fois que j'avais fini de rendre sa blessure mieux. Je me retournais et commençais à tout ranger les accessoire dont j'avais eut besoin pour m'occuper de mon homme. Bien que ma tête semblait ne pas se trouver dans la même pièce que le reste de mon corps, j'arrivais à tout ranger en peu de temps par simple habitude.

»» Ce soir, ce sera du restaurent... j'ai pas envie de cuisiner ! Finis-je par dire en me retournant face à lui en retirant les gants et en les envoyant à la poubelle. Cela m'arrivait souvent de ne pas avoir envie de faire à manger, alors que je savais parfaitement cuisiner. J'avais appris très jeune à le faire et j'avais toujours aimer faire un bon petit repas pour Matthew quand il rentrait après une grosse journée de travail. Vous voyez quand je vous dit que tout a changé entre nous. Une chance qu'il nous reste notre amour qui parvient à nous faire passer ce long chemin.



Dernière édition par Juliet Hupston le Sam 21 Mai - 14:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://do-you-believe.forum-canada.com/
avatar
« Invité »

Invité



MessageSujet: Re: Call me doc (pv)   Lun 18 Avr - 2:40

    Je ne pouvais m'empêcher de sourire béatement lorsque ma chérie me demanda de cesser de dire n'importe quoi ajoutant qu'elle m'aimait de tout son être mais qu'elle trouvait que je prenais de trop grands risques avant d'ajouter qu'elle comprenait que c'était une des fâcheuses conséquences qui découlaient du travail que j'exerçais...cependant elle avait raison je prenais de trop gros risques, parfois mes actes relevaient davantage de la folie que du courage mais allez savoir pourquoi je ne parvenais pas à me convaincre d'agir différemment.

    Je t'aime Juliet et crois-moi si je pouvais agir différemment je le ferais mais je ne sais pas comment réagir par moment ...c'est comme si je sentais que je devais le faire...je comprends que ce que je fais est dangereux mais tu vois toute ma vie j'ai vécu par le danger alors c'est pas simple de changer en un instant ce que j'ai mis les vingt dernières années à me forger comme identité.

    Je l'entendis ensuite murmurer à vois haute qu'elle venait de perdre un être qu'elle comptait chéri de tout son coeur avant d'ajouter qu'elle n'avait pas envie de me perdre; c'est à ce moment que je compris ce mal à l'âme qui la rongeait et je m'en voulais de ne pas être davantage présent pour elle.

    Je suis désolé bébé, tu sais moi aussi ca me tue de savoir ce qui est arrivé que par ma faute cet enfant que nous désirions tout les deux ne sera pas de ce monde....mon plus grand regret est de ne pas avoir été assez vigilant....j'ai échoué à vous protéger, tu peux pas savoir combien je m'en veux.

    Bien qu'habituellement j'étais de nature sadique et masochiste je me laissa faire par ma petite femme, faut dire que ses compétences médicales étaient supérieures aux miennes, qui elles s'apparentaient davantage à la boucherie. J'aimais bien sentir son parfum et son souffle chaud contre le mien et puis, pendant un instant, je fermis les yeux me remémorant à quel point j'aimais sentir sa peau contre la mienne...elle était la seule à me faire vibrer d'amour et même, si en ce moment, notre flamme semblait vouloir vaciller j'étais prêt à tout afin d'entretenir ce feu qui nous consumait.

    Merci bébé


    Je lui souris lorsqu'elle me dit que ce soir nous allions manger du restaurant, j'étais certes déçu en me disant que ses bons repas qu'elle me préparait me manquait mais d'un autre coté j'en étais heureux en me disant que ca me permettrait de passer plus de temps avec elle, de pouvoir noyer mon regard dans le sien afin d'avoir cette opportunité de me dire à quel point j'étais un privilégié de partager ma vie avec une femme dont la beauté, le charme et la gentillesse ne cessait de me combler alors vous comprendrez que je n'avais pas la force de lui faire la remarque qu'elle avait changé depuis cet accident car il était normal aussi de changer car rien ne nous prépare à un tel choc.

    Je me réjouis de ce moment en ta charmante compagnie et puis mon ange chaque moment passé en ta compagnie est un délice dont je ne cesse de me délecter.

    Les gens de mon entourage ne comprenait pas comment je pouvais être cette brute , sans pitié aucune, tabassant les truands alors qu'en suite je pouvais être le parfait amant romantique avec Juliet cette dualité comportementale semblait les laissez pantois...c'est simplement que ces gens là ne connaissaient pas le vrai Matthew, qui était follement amoureux de sa chérie et qui était prêt à tout afin de la voir retrouver le sourire et si cela signifiait devoir supporter quelques changements chez sa petite amie, et bien soit.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
« Juliet Hupston »

•• I'm an angel, yours!


Messages : 106

Réputation : 11


MessageSujet: Re: Call me doc (pv)   Dim 1 Mai - 20:06



»» Matthew, je ne te demandes pas de changer pour moi. Je t'aime comme tu es avec ton petit caractère. Mais je suis tout simplement inquiète quand tu parts, car ton travail est dangereux... Je crois qu'il est tout à fait normale de s'inquiéter quand on est amoureuse... Répondais-je quand au fait qu'il n'était pas capable de changer son mode de vie ou plutôt le fait qu'il aimait prendre des risques. Hey chéri, je ne t'aies pas demander de changer pour moi ou quoique ce soit d'autre. Je ne suis pas de ce style de fille qui demande à son homme de changer sa vie pour que tout tourne autour de moi. Oh ca non ! Il avait une vie avant moi et je devais m'y faire tout comme lui au fait que j'étais une fille sage.

»» Ce n'est pas de ta faute nounours, tu m'avais bien dit de rester dans la chambre que tu allais t'occuper de la situation... C'est moi la conne qui t'a déconcentré en descendant.... C'est de ma faute ce qui est arrivé à notre fils ! Dis-je en soupirais une fois que j'étais dos à lui entrain de finir de tout ranger. Cela m'avais surprit cette facilité à enfin lui dire ce qui me rongeais depuis tous ses mois. J'en étais très surprise de lui avoir dit, mais d'un autre côté cela me faisais du qu'il sache comment je me sentais réellement. Parce que j'étais plutôt froide et qu'il était difficile de savoir ce qui se passait dans ma tête et mon cœur en ce moment.

»» Je sais que j'ai changé depuis ce fameux soir.... mais je n'arrive pas à passer par-dessus cette épreuve Matthew... Ça me fait tellement souffrir ! Commençais-je alors que je venais doucement essayer mes joues dont mes yeux avaient laissé couler quelques larmes. J'avais toujours refuser de pleure devant Matthew, car je savais qu'il n'aimait pas me savoir triste et aussi parce que j'avais l'impression de devoir rester forte. Tout comme lui semblait parvenir à l'être.

»» Les moments passés avec toi sont.... différent selon moi et je ne sais pas comment faire en sorte que tout soit comme avant... Murmurais-je assez fort pour qu'il puisse entendre, mais il y avait une pointe de regret face à tous ce que nous étions avant.

»» Je finis ma journée à seize heure et toi ? Dis-je pour changer de sujet et éviter en quelques sortes de faire un déluge sur mon lieu de travail. Bon, je ne croyais pas avoir la force de continuer ma journée avec toutes ses pensées qui rôdaient dans ma tête, mais il le fallait. J'avais reprit le travail afin de m'occuper l'esprit au lieu de me retrouver assisse dans la chaise berçante de la chambre qu'on avait commencé à préparer pour notre petit garçon.

Revenir en haut Aller en bas
http://do-you-believe.forum-canada.com/
avatar
« Juliet Hupston »

•• I'm an angel, yours!


Messages : 106

Réputation : 11


MessageSujet: Re: Call me doc (pv)   Sam 21 Mai - 14:48

TOPIC À ARCHIVER....
Revenir en haut Aller en bas
http://do-you-believe.forum-canada.com/
« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: Call me doc (pv)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Call me doc (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.R.A.S.H RPG :: RP's-